Médecine et Santé

On Top

Les récents articles

La qualité de l’enseignement et du processus

La qualité de l’enseignement et du processus

  1. Pratiques pédagogiques et l’acquisition des compétences
  2. La qualité de l’enseignement et du processus
  3. Recrutement et formation continue des enseignants
  4. Exposé du modèle de Kirkpatrick Donald
  5. La ville de Kati: Historique et Situation géographique
  6. Conditions des écoles privées de santé de Kati
  7. La formation des enseignants: les écoles de santé de Kati
  8. Les écoles privée de santé de Kati: Résultats de l’enquête
  9. Que dire de l’évaluation dans les écoles privées de santé ?

Qualité de l’enseignement et des processus d’apprentissage

Chapitre II : Revue de la littérature

Selon Paul N’Da (2015), la revue de la littérature est l’opération par laquelle le chercheur recueille dans les écrits pertinents au problème à résoudre les renseignements utiles de tous ordres : théorique, méthodologique, technique et même statistique.

Elle fait le point des connaissances, éclaire la démarche du chercheur et permet d’établir le cadre de référence théorique de la recherche. Nous exposons ici le résultat de la recension des écrits lus.

Nous exposons d’abord les travaux déjà effectués sur le sujet, leur portée puis nous faisons une analyse critique de ces données.

Cette opération d’analyse des écrits conduit à une rédaction organisée et structurée de l’information.

I. Exposé des travaux :

Comme introduit plus haut, les pratiques pédagogiques dans les EPS constituent le fil d’Ariane d’une formation de qualité.

Ce dernier est un concept prépondérant dans l’enseignement qui a préoccupé et qui continu à préoccuper le monde scientifique de façon générale et particulièrement la science de l’éducation.

Plusieurs études

Pratiques pédagogiques et l’acquisition des compétences

Pratiques pédagogiques et l’acquisition des compétences

  1. Pratiques pédagogiques et l’acquisition des compétences
  2. La qualité de l’enseignement et du processus
  3. Recrutement et formation continue des enseignants
  4. Exposé du modèle de Kirkpatrick Donald
  5. La ville de Kati: Historique et Situation géographique
  6. Conditions des écoles privées de santé de Kati
  7. La formation des enseignants: les écoles de santé de Kati
  8. Les écoles privée de santé de Kati: Résultats de l’enquête
  9. Que dire de l’évaluation dans les écoles privées de santé ?

Les pratiques pédagogiques et l’acquisition des compétences

République de Côte D’ivoire

Union-Discipline-Travail

Ministère de l’enseignement supérieur

et de la recherche scientifique

Ministère de la santé et de l’hygiène publique

Spécialité : Pédagogie des Sciences de la Santé

Master en Pédagogie des Sciences de la Santé

Mémoire pour l’obtention du Master en Sciences Infirmières et Obstétricales

Sujet :

Pratiques pédagogiques et l’acquisition des compétencesImpacts des pratiques pédagogiques sur l’acquisition des compétences

chez les étudiantes des écoles privées de santé de la ville de Kati (Mali)

au cours de l’année académique 2019-2020

Présenté et soutenu publiquement par :

Abdoul Kader DIARRA, Etudiant

Composition du Jury :

Président : AKA ADOU, Professeur Titulaire en Sciences de l’Education

Directeur du mémoire : DJEDJE N. DANIEL, Docteur en Sciences de l’éducation

Assesseur 1 : Mme KANSAH ANTOINETTE, Enseignante à l’INFAS

Assesseur 2 : Mr BOHOUSSOU KONAN, Enseignant à l’INFAS

Sommaire :

Introduction 1

Première partie : fondements théoriques et méthodologiques 3

Chapitre I : Cadre théorique 4

Chapitre II : Revue de la littérature 16

Chapitre III : Considérations méthodologiques

Deuxième partie

Scanner simulateur

La technique 5 champs et le cancer du nasopharynx

  1. La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements
  2. Interactions des rayonnements directement ionisants
  3. Interactions des rayonnements indirectement ionisants
  4. La dosimétrie des rayonnements ionisants
  5. Scanner simulateur et production des rayonnements
  6. Les techniques de la radiothérapie
  7. Cancer du nasopharynx : modalité et processus de traitement
  8. La technique 5 champs et le cancer du nasopharynx

La technique 5 champs
Evaluation dosimétrique des techniques de traitement pour le cancer du nasopharynx
En radiothérapie conformationnelle 3D, il existe différentes techniques de traitements mais deux sont les plus utilisés, la technique classique et la technique à 5 champs qu’on va les détailler précisément dans la suite.

I. Matériels et méthodes

I.1 Matériels

Echantillonnage

L’échantillon se compose d’une série des 3 patients, 2 femmes, et un homme, d’Age moyen de 37 ans et de classification différente.

Scanner dosimétrique et moyen de contention :

Nous avons construit des plans de traitement en radiothérapie conformationnelle tridimensionnelle (RTC-3D) en utilisant d’abord un scanner simulateur General Electric® et avec un masque thermoformé à 3 points pour la reproductibilité du même positionnement, intégrés dans le Centre Régional d’Oncologie.
Scanner simulateur
Fig 3.1 : Scanner simulateur.
La technique 5 champs - Masque thermoformé 3 points
Fig 3.2 : Masque thermoformé 3 points.
 

Système de planification de traitement

La planification du traitement a été effectuée à l’aide d’un TPS Eclipse® basé sur l’algorithme Pencil Beam Convolution qui permet de calculer la dose avec la correction de densité tissulaire., conformément aux procédures habituelles du Service. Cela concerne le nombre de faisceaux, leurs orientations, les pondérations et les accessoires.

Contourage des volumes
Anatomie du Nasopharynx

Cancer du nasopharynx : modalité et processus de traitement

  1. La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements
  2. Interactions des rayonnements directement ionisants
  3. Interactions des rayonnements indirectement ionisants
  4. La dosimétrie des rayonnements ionisants
  5. Scanner simulateur et production des rayonnements
  6. Les techniques de la radiothérapie
  7. Cancer du nasopharynx : modalité et processus de traitement
  8. La technique 5 champs et le cancer du nasopharynx

Le cancer du nasopharynx (cancer du cavum) : anatomie, modalité et processus de traitement

Description, enjeux de traitement des cancers du nasopharynx par radiothérapie externe

Cavum, nasopharynx, rhinopharynx ou épipharynx

Le cavum est une cavité aérienne située en arrière des fosses nasales et du voile du palais.

Le cancer du Nasopharynx touche préférentiellement l’adulte jeune et présente un taux élevé de métastases ganglionnaires et viscérales qui explique une partie des échecs thérapeutiques.

Le cancer du nasopharynx prend naissance dans les cellules du nasopharynx, qui fait partie de la gorge (pharynx).

La tumeur cancéreuse maligne est un groupe de cellules cancéreuses qui peuvent envahir et détruire le tissu voisin.

Elle peut aussi se propager (métastases) à d’autres parties du corps.

Le Centre Régional d’Oncologie Hassan II, a traité 232 patients atteints par un cancer du cavum de classification différente de 2014 à 2018.

I. Anatomie du Nasopharynx

Le nasopharynx encore appelé épipharynx ou rhinopharynx ou cavum ou arrière cavité de fosses nasales constitue l’étage supérieur du pharynx qui est exclusivement aérien.

Il s’agit d’un conduit musculo-membraneux vertical situé sous la base du crâne, en avant des premières vertèbres cervicales, communiquant en avant avec les cavités

Les techniques de la radiothérapie

  1. La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements
  2. Interactions des rayonnements directement ionisants
  3. Interactions des rayonnements indirectement ionisants
  4. La dosimétrie des rayonnements ionisants
  5. Scanner simulateur et production des rayonnements
  6. Les techniques de la radiothérapie
  7. Cancer du nasopharynx : modalité et processus de traitement
  8. La technique 5 champs et le cancer du nasopharynx

III. Techniques de la radiothérapie
Un traitement de radiothérapie est personnalisé en fonction de la situation particulière de chaque patient, qui bénéficiera donc de soins spécifiques adaptés à son cas personnel.
Selon le type de tumeur et sa localisation, différents modes de radiothérapie sont utilisés en clinique.
Trois mode de radiothérapie
Fig 1.21 : Trois mode de radiothérapie. [17]
La curiethérapie consiste à introduire des substances radioactives dans le corps en les plaçant dans un espace creux naturel, dans la tumeur elle-même ou à proximité immédiate. L’irradiation est en général isotrope. Il faut donc bien étudier la répartition des sources pour que la tumeur soit bien détruite tout en minimisant l’impact sur les

Principaux constituants d'un Linac

Scanner simulateur et production des rayonnements

  1. La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements
  2. Interactions des rayonnements directement ionisants
  3. Interactions des rayonnements indirectement ionisants
  4. La dosimétrie des rayonnements ionisants
  5. Scanner simulateur et production des rayonnements
  6. Les techniques de la radiothérapie
  7. Cancer du nasopharynx : modalité et processus de traitement
  8. La technique 5 champs et le cancer du nasopharynx

Scanner simulateur, Système de planification du traitement et production des rayonnements

II. Appareillages

II.1 Scanner simulateur

Le scanner est un appareil d’imagerie médicale, son principe de fonctionnement est basé sur la rotation de la source de rayons X et l’ensemble de capteurs de façon synchrone autour du patient.

Accompagné d’un déplacement longitudinal d’une table motorisée à travers un anneau circulaire, sur laquelle le patient est allongé, l’acquisition est dite hélicoïdale.

Une fois la région anatomique scannée, les différentes coupes obtenues sont traitées par ordinateur ce qui permet de visualiser les organes internes en trois dimensions (3D).

Le principe du scanner simulateur est de choisir un plan de coupe et d’effectuer multiples projections sous différents angles afin de connaitre le coefficient d’atténuation en chaque point du plan.

Les images obtenues représentent des cartes des coefficients d’atténuation des rayons X obtenus à partir des projections qui définissent cette coupe.

Un faisceau de rayon X traversant un matériau homogène subit une variation de son intensité qui [ la loi de l’atténuation]. [13]

Les images CT de planification sont converties en cartes de

illustration de l’équilibre électronique

La dosimétrie des rayonnements ionisants

  1. La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements
  2. Interactions des rayonnements directement ionisants
  3. Interactions des rayonnements indirectement ionisants
  4. La dosimétrie des rayonnements ionisants
  5. Scanner simulateur et production des rayonnements
  6. Les techniques de la radiothérapie
  7. Cancer du nasopharynx : modalité et processus de traitement
  8. La technique 5 champs et le cancer du nasopharynx

I.4 Dosimétrie des rayonnements ionisants : grandeurs et unités

I.4.1 Dose absorbée et le Gray

La dose absorbée D est une grandeur dosimétrique qui s’applique à tout type de faisceau, la dose au point P est définie comme l’énergie absorbée dEa par la matière dans le volume élémentaire divisée par la masse dm.
𝐃 = 𝐝𝐄𝐚
𝐝𝐦
(1.15)
La dose absorbée garde sa définition initiale mais est désormais exprimée en Gray correspondant à une énergie de 1 joule absorbée dans 1 kilogramme de matière : 1 Gray = 1 joule / kg et 1 Gray = 100 rads.

I.4.2 Débit de dose absorbée

Le débit de dose absorbée, note 𝐷°, est la dose absorbée par unité de temps.
𝐃° = 𝐝𝐃
𝐝𝐭
(1.16)
Dans le système international, le débit de dose absorbée doit se mesurer en gray par seconde (Gy.s-1).

I.4.3 Equivalent de dose et le Sievert

L’équivalent de dose est défini comme le produit de la dose absorbée par le facteur de qualité correspondant au type de rayonnement en cause. Il est exprimé en Sievert (Sv) :
1 Sievert = 1 Gray × Q (1.17)
Q :

illustration de l’effet création des paires

Interactions des rayonnements indirectement ionisants

  1. La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements
  2. Interactions des rayonnements directement ionisants
  3. Interactions des rayonnements indirectement ionisants
  4. La dosimétrie des rayonnements ionisants
  5. Scanner simulateur et production des rayonnements
  6. Les techniques de la radiothérapie
  7. Cancer du nasopharynx : modalité et processus de traitement
  8. La technique 5 champs et le cancer du nasopharynx

I.3 Interactions des rayonnements indirectement ionisants

I.3.1 Atténuation

L’atténuation d’un faisceau de photons par la matière homogène est un phénomène qui est la conséquence de plusieurs types d’interactions physiques élémentaires qui conduisent soit à un changement de direction de faisceau de photon par la diffusion, soit à un transfert d’une partie de leur énergie à la matière par l’absorption partielle ou la totalité.

Section efficace :

Du fait de la neutralité électrique du photon, son interaction avec la matière est un phénomène aléatoire dont la probabilité est proportionnelle à l‘épaisseur de la matière traversée.
La probabilité d’une interaction entre un photon et un atome ou l’un de ses électrons est donnée par la section efficace σ qui est le rapport entre le nombre d’interactions et le nombre de photon incidents par unité de surface.
La section efficace a une dimension d’une surface1. [12]

Coefficient linéique d’atténuation :

La probabilité d’interaction d’un photon par unité de longueur est appelée coefficient linéique d’atténuation µ. C’est

illustration du phénomène de freinage

Interactions des rayonnements directement ionisants

  1. La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements
  2. Interactions des rayonnements directement ionisants
  3. Interactions des rayonnements indirectement ionisants
  4. La dosimétrie des rayonnements ionisants
  5. Scanner simulateur et production des rayonnements
  6. Les techniques de la radiothérapie
  7. Cancer du nasopharynx : modalité et processus de traitement
  8. La technique 5 champs et le cancer du nasopharynx

I.2 Interactions des rayonnements directement ionisants
Une particule chargée pénètre dans un milieu, interagit par la force coulombienne avec les noyaux ou les électrons des orbitales atomiques.
Quel que soit le mécanisme d’interaction entre les particules chargées et la matière, il y a un transfert progressif de l’énergie s’accompagne avec le ralentissement des particules incidentes.

I.2.1 Caractéristiques de l’interaction

1. Pouvoir d’arrêt

Le pouvoir d’arrêt est la perte moyenne d’énergie de la particule chargée par distance parcourue, est donné par les relations [9] suivantes :
𝑺𝒕𝒐𝒕 = 𝑺𝒄𝒐𝒍𝒍 + 𝑺𝒇𝒓𝒆𝒊𝒏 (1.1)
𝑺𝒄𝒐𝒍𝒍 : le pouvoir d’arrêt par collision, est définit comme la perte d’énergie cinétique de la particule chargée par le processus de collision avec les électrons atomique le long de son parcours.
𝑺𝒄𝒐𝒍𝒍 = ∆𝑬𝒄𝒊𝒏
(1.2)
∆𝑬𝒄𝒊𝒏 : L’énergie cinétique perdue lors de collision avec les électrons atomiques.
𝑺𝒇𝒓𝒆𝒊𝒏
=

La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements

La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements

  1. La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements
  2. Interactions des rayonnements directement ionisants
  3. Interactions des rayonnements indirectement ionisants
  4. La dosimétrie des rayonnements ionisants
  5. Scanner simulateur et production des rayonnements
  6. Les techniques de la radiothérapie
  7. Cancer du nasopharynx : modalité et processus de traitement
  8. La technique 5 champs et le cancer du nasopharynx

La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements

Université Hassan 1er
Institut Supérieur des Sciences de la Santé Settat

Mémoire présenté pour l’obtention du diplôme de Master Spécialisé en Physique Médicale
Sujet
La radiothérapie, utilisation thérapeutique des rayonnements
Evaluation dosimétrique des deux techniques de traitement classique et 5 champs pour le cancer du nasopharynx

Réalisé par :
KHOBBAIZI Youness

Président :
Mme BOUTAYEB Salwa (Physicienne chef, Institut National d’Oncologie RABAT)

Examinateur :
Pr. KRIM Mustapha (Professeur de l’enseignement supérieur, ISSS)

Encadrant :
Pr. ELBAYDAOUI Redouane (Professeur de l’enseignement supérieur, ISSS)

Co-encadrant :
Dr. RAHMOUNI Abdelaali (Physicien chef, Centre Régional d’Oncologie OUJDA)

Etablissement d’acceuil :
Centre Hospitalier Universitaire / Centre Régional d’Oncologie – OUJDA

Année Universitaire :
2018/2019

Digitally signed by KHOBBAIZI Youness DN: C=MA, OU=MASTER PHYSIQUE MEDICALE, O=PM, CN=KHOBBAIZI

Youness, E=younesskhobbaizi@gmail.com Reason: I am the author of this document Location: MOROCCO

Date: 2019-07-08 12:29:52

Remerciements

Abstract

Nasopharyngeal cancer is a unique type of head and neck malignancy. Essentially unresectable because of proximity to the skull base, nasopharyngeal cancer historically had been treated by radiation therapy alone.

Radiotherapy is the principal treatment modality in nasopharyngeal cancer, and is often combined with chemotherapy in advanced disease.

The role of surgery is confined to neck

Discussion des résultats de l’étude: Diabète sucré en RDC

Diabète sucré en RDC : discussion des 9 résultats de l’étude

  1. Prévalence du diabète sucré dans la ville de Kamina
  2. Généralités sur le diabète : Définition des concepts clés
  3. Le diabète de type 1 et le diabète de type 2
  4. L’hôpital général de référence de Kamina
  5. Résultats de l’étude, Prévalence du diabète sucré Kamina
  6. Diabète sucré en RDC : discussion des 9 résultats de l’étude

Diabète sucré en RDC : discussion des résultats de l’étude

Chapitre V. Discussion des résultats

Le diabète sucré en RDC (République Démocratique du Congo) d’une façon générale et à l’HGR de la zone de santé de Kamina d’une manière particulière constitue à l’heure actuelle un problème majeur de santé publique qui nécessite des analyses plus fouillées et plus approfondies.

Les résultats de notre étude révèlent que la prévalence du diabète sucré dans notre milieu d’étude est de 6,8%. Nos résultats sont presque similaires avec ceux de l’organisation mondiale de la santé qui stipule que le diabète est présenté au niveau du globe terrestre tout entier et une augmentation abusive et progressive est constatée au cours de vingt dernières années faisant état d’une prévalence de 7% en 2009.

De mêe, selon Judith TEKE, la République Démocratique du Congo RDC à l’instar des autres pays africains d’une part, et ceux du monde entier d’autre part n’est pas épargnée par cette pandémie.

La prévalence du diabète en RDC était quasiment nulle, il y a 40 ans; elle est passée brusquement à 5,8% sur l’étendue du pays entier et de 7% pour la simple

Répartition des cas selon les années

Résultats de l’étude, Prévalence du diabète sucré Kamina

  1. Prévalence du diabète sucré dans la ville de Kamina
  2. Généralités sur le diabète : Définition des concepts clés
  3. Le diabète de type 1 et le diabète de type 2
  4. L’hôpital général de référence de Kamina
  5. Résultats de l’étude, Prévalence du diabète sucré Kamina
  6. Diabète sucré en RDC : discussion des 9 résultats de l’étude

Résultats de l’étude, Prévalence du diabète sucré Kamina

Présentation des résultats – Chapitre IV.

Tableau I. Répartition des cas selon prévalence de la fièvre typhoïde

Prévalence Effectifs Pourcentage
Diabète sucré 43 6,8
Autres pathologies 593 93,2
Total 636 100,0

Prévalence Effectifs Pourcentage
Diabète sucré 43 6,8
Autres pathologies 593 93,2
Total 636 100,0

Il ressort de ce tableau que la prévalence du diabète sucré dans notre milieu d’étude est de 6,8%.

Tableau II. Répartition des cas selon les tranches d’âge

Tranches d’âge Effectifs Pourcentage
5-15 ans 2 4,7
16-25 ans 7 16,3
26-35 ans 4 9,3
36 ans et plus 30 69,8
Total 43 100,0

L'hôpital général de référence de Kamina

L’hôpital général de référence de Kamina

  1. Prévalence du diabète sucré dans la ville de Kamina
  2. Généralités sur le diabète : Définition des concepts clés
  3. Le diabète de type 1 et le diabète de type 2
  4. L’hôpital général de référence de Kamina
  5. Résultats de l’étude, Prévalence du diabète sucré Kamina
  6. Diabète sucré en RDC : discussion des 9 résultats de l’étude

L’hôpital général de référence de Kamina
Deuxième partie : Considérations pratiques

Chataire II : Présentation du milieu de cherche

II.1. Historique de HGR/Kamina

L’hôpital général de référence de Kamina (HGR/Kamina) fut construit en 1956 à la demande de la population autochtone aux autorités Belges.

Monsieur BARQUET posa la première pierre en Février 1956, mais les travaux de construction ont été effectués par un autre expatrié Monsieur DECEPT ROGERY et termina en décembre 1957.

L’ouverture officielle de postes de l’hôpital fut le premier Janvier 1958 avec la participation des différentes autorités :

  1. L’évêque catholique monseigneur KEMPENS;
  2. L’administrateur de territoire de Kamina, monsieur MÜLLER;
  3. La commissaire de la police, Monsieur REIDER;
  4. Le commandant de la base militaire, Monsieur JANSES;
  5. Le grand chef KASONGO-NYEMBO.

Le premier médecin à diriger l’hôpital général de référence de Kamina fut le docteur JOSEPH OPHMAN et deux religieuse, l’une de ROSALIE qui travaillait à la pharmacie et l’autre EMMA qui s’occupait de la cuisine et du magasin.

Plusieurs médecins européens se succédèrent notamment docteur BULS, BUTARD,

Le diabète de type 1 et le diabète de type 2

Le diabète de type 1 et le diabète de type 2

  1. Prévalence du diabète sucré dans la ville de Kamina
  2. Généralités sur le diabète : Définition des concepts clés
  3. Le diabète de type 1 et le diabète de type 2
  4. L’hôpital général de référence de Kamina
  5. Résultats de l’étude, Prévalence du diabète sucré Kamina
  6. Diabète sucré en RDC : discussion des 9 résultats de l’étude

I.2.4. Diabète de type 1 et diabète de type 2

A. Diabète de type 1

Il est dû à un déficit majeur de la sécrétion d’insuline, conséquence d’une destruction sélective des cellules du pancréas la produisant. Le diabète de type 1 est une maladie auto-immune, les cellules pancréatiques étant détruites par le système immunitaire de l’organisme même auquel elles appartiennent.
L’apparition de cette auto-immunité est déterminée par des facteurs environnementaux (nutrition, infections virales, intoxications, etc.) ainsi que génétiques (la maladie ne se déclare que chez des individus ayant hérité de plusieurs des allèles prédisposant).
Le diabète de type 1 touche entre 0,2 % et 1 % de la population, soit, en France, environ 200 000 personnes. Il se déclare le plus souvent entre 10 et 40 ans, mais il peut être diagnostiqué à tout âge (Gérard. R, 2012).

• Symptômes et signes

Le diabète insulinodépendant se traduit à la fois par une soif très intense, une émission abondante d’urines, un amaigrissement brutal et une fatigue importante. Il peut aussi se déclarer par l’apparition d’une complication

Généralités sur le diabète : Définition des concepts clés

Généralités sur le diabète : Définition des concepts clés

  1. Prévalence du diabète sucré dans la ville de Kamina
  2. Généralités sur le diabète : Définition des concepts clés
  3. Le diabète de type 1 et le diabète de type 2
  4. L’hôpital général de référence de Kamina
  5. Résultats de l’étude, Prévalence du diabète sucré Kamina
  6. Diabète sucré en RDC : discussion des 9 résultats de l’étude

Généralités sur le diabète : Définition des concepts clés
Considérations théoriques – Première partie :

Chapitre I : Généralités sur le diabète

I.1. Définition des concepts clés

– Prévalence :

C’est le nombre des nouveau et ancien cas d’une maladie en un moment donné (prévalence instantanée) ou pendant une période donnée (prévalence de période).

La prévalence intègre :

La durée de la maladie et la vitesse d’apparition des nouveaux cas de la maladie (MONGA Ben, 2018).

– Diabète sucré :

Affection chronique caractérisée par une glycosurie (présence de sucre dans les urines) provenant d’une hyperglycémie (excès de sucre dans le sang). (Larousse, 2006).

– Hôpital général de référence :

Est un système constitué d’un ensemble d’établissements en France fondée au XVII ème siècle afin d’enfermer les indigents et ainsi résoudre de la mendicité (WIKIPEDIA 2013).

I.2. Généralités sur le diabète

I.2.1. Brève historique sur le diabète

On trouve dans certains documents parmi les plus anciens de l’histoire de l’humanité, comme le Papyrus D’EBER (environ 1 500 avant I.e.), mention d’une

Get The Latest Updates
Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

Pas de spam, notifications uniquement sur les nouveaux mémoires.

En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Les auteurs·trices

Publier son mémoire!
La diffusion du mémoire de fin d'études sur WikiMemoires
Aujourd'hui!
Retour haut de page