Médias et émeutes 2005 : contraintes liées au phénomène émeutier

Le discours médiatique à l’aune du travail et des représentations journalistiques – Partie III :

Afin de tenter de mettre en perspective le discours produit par les cinq quotidiens de notre corpus et de comprendre les choix et les différentes orientations de leur traitement, nous souhaitons donc, dans cette dernière partie, étudier le cadre de travail dans lequel les journalistes ont évolué ainsi que les contraintes auxquelles ils ont été soumis, et analyser les différentes représentations qu’ils peuvent avoir des événements et de leurs causes. Le but est donc de trouver dans ces deux domaines d’autres éléments explicatifs que ceux que nous avons déjà pu dégager et d’adopter une démarche “compréhensive” du travail journalistique. Et pour nous, comme nous l’avons avancé dans l’introduction, la compréhension du travail et de la production des médias passe d’une part, par l’étude du journalisme “en train de se faire” et d’autre part, par la recherche des représentations que peuvent avoir les journalistes quand au sujet qu’ils traitent.

Et cela parce que nous pensons, au vu de nos lectures, que les Continue reading

Un traitement factuel des événements de 2005 : Le Progrès

III. UN TRAITEMENT FACTUEL DES EVENEMENTS : LE PROGRES

Le traitement du Progrès, seul quotidien régional de notre corpus, se démarque fortement des autres quotidiens. Et cela parce que contrairement aux autres journaux, Le Progrès a privilégié un traitement particulièrement abondant des violences et des nuits d’affrontements. Près de la moitié de son corpus est consacrée à cette dimension des événements. Or, nous l’avons vu, cette dimension, tout de même présente dans l’ensemble des corpus, n’est que peu développée par les quotidiens nationaux. En effet, si dans les premiers jours, ils fondent leurs articles sur le récit des premiers incidents, ils se détournent rapidement de cet unique angle de traitement et privilégient des traitements plus analytiques, moins factuels. Les violences ne sont pas totalement écartées du discours des quotidiens nationaux mais n’en constituent qu’un aspect mineur. Et cela même pour Le Figaro qui consacre un peu plus de 20% à cet aspect du traitement.

La nature du traitement du Progrès n’est pas la seule dissemblance observable. La morphologie de son traitement et l’importance qu’il accorde Continue reading

L’Humanité : les émeutes de 2005 reflet d’un mal aise social

B. L’Humanité : les émeutes reflet d’un malaise social

En comparaison avec les autres quotidiens, L’Humanité a été un petit peu plus tardivement sensible aux premiers incidents. En effet, si dans les autres quotidiens les événements apparaissent en une dès le 29 octobre et font l’objet d’au moins un ou deux articles conséquents, à cette date, L’Humanité ne leur consacre qu’un encadré de quelques lignes, en bas d’une page de la rubrique « Société ». Il faudra attendre la prochaine édition, le 31 octobre et la marche silencieuse des familles et des habitants de Clichy-sous-Bois à la mémoire de Zyed et Bouna, pour qu’un titre, « Clichy-sous-Bois. Une marche de la dignité », apparaisse en une et qu’une page entière soit consacrée aux événements. Le 2 novembre, la couverture du quotidien devient tout à fait équivalente du point de vue de l’espace consacré, à celle du Monde, du Figaro et de Libération. Les événements font la une principale et environ cinq articles, répartis sur trois pages, leur sont consacrés. Pour autant quelques points marquent une différence entre la couverture de L’Humanité et celle des Continue reading

Libération et les émeutes  2005 : faire parler les jeunes de la vie quotidienne

II. DES JOURNAUX AU TRAITEMENT PLUS SOCIAL : LIBERATION ET L’HUMANITE

A. Libération : l’occasion de faire parler les jeunes de la vie quotidienne

L’importance accordée aux événements par Libération en terme de quantité d’articles, de une et d’espace, est un petit peu plus élevée que pour Le Monde et Le Figaro. En effet, si l’on reste globalement dans le même ordre de grandeur, on note tout de même un nombre un peu plus important d’articles – 227 au total, soit en moyenne neuf articles par éditions344 – et un nombre de pages, au plus fort du traitement des événements, un peu plus conséquent – Libération ira jusqu’à leur consacrer neufs pages et une vingtaine d’articles, le 8 novembre. En revanche, aucun décalage en ce qui concerne le début de la couverture des premiers incidents. Comme pour la majorité des quotidiens de notre corpus, Libération les fait apparaître en une – sous la forme d’un titre en colonne – et leur consacre ses premiers articles dans l’édition du week-end du 29 et 30 octobre. Et dès le 31 octobre, les événements constituent la une principale du quotidien. Sous une photo de la marche Continue reading

Le Figaro : violences émeutières, réactions politiques et suites judiciaires

B. Le Figaro : violences émeutières, réactions politiques et suites judiciaires très suivies

Dans les pages du Figaro, les émeutes de l’automne 2005 ont occupé un espace comparable à celui consacré par Le Monde. Un peu plus de 200 articles et une trentaine de tribunes ont été publiés sur le sujet, soit sensiblement le même nombre d’écrits pour les deux quotidiens. Leur réactivité face aux premiers incidents est également comparable. Le Figaro mentionne également en une les premières violences à Clichy-sous-Bois dès l’édition du 29 et 30 octobre315. Et cet encadré, qui ne constitue que quelques lignes, intitulé « Clichy-sous-Bois après les émeutes », augure une série de plus d’une quinzaine de une sur les événements. En effet, dès le 31 octobre, les événements constituent la une principale du journal (« Violences urbaines : la banlieue parisienne sous le choc ») et il en sera ainsi jusqu’au 10 novembre. Les événements font également l’objet d’un traitement abondant en terme d’espace et d’articles.

Dès les premiers jours de novembre, c’est une page complète qui leur est entièrement consacrée et Continue reading

Le Monde et les émeutes 2005 : des acteurs politiques très présents

Un discours médiatique spécifique et hétérogène selon les quotidiens – Partie II :

Le discours journalistique sur les émeutes de novembre 2005, a été particulièrement hétérogène selon les quotidiens. En effet, si dans l’ensemble, chaque journal a abordé les événements émeutiers, la situation socio-économique des banlieues, les réactions politiques ainsi que la gestion des événements par le gouvernement281, tous ne l’on pas fait de la même manière, ni dans les mêmes proportions. Chacun a privilégié certaines de ces thématiques, en a “délaissé” d’autres ou les a abordées de manière différentes. Le Monde, Le Figaro, Libération, L’Humanité et Le Progrès ont adopté des traitements spécifiques et développé des discours hétérogènes, comme nous allons le voir. Pour autant, trois grands registres de lecture et d’approche des événements peuvent être dégagés. Le premier, que l’on peut qualifier de “politique”, car les journaux concernés (Le Monde et Le Figaro) axent leur traitement sur la gestion et les réactions des acteurs politiques institutionnels, le second que l’on peut qualifier de “social” ou tout Continue reading