Les sciences

On Top

Les récents articles

Simulation numérique d'épargné financière - Capture représentative de l'interface de simulation pour la capitalisation financière

Simulation numérique d’épargné financière

  1. Modélisation et simulation numérique d’épargne financière
  2. Paul-Wetcho Lomba Lendjambi
  3. L’épargne, banques et les institutions financières
  4. Modélisation financière, simulation numérique et algorithme
  5. La Banque Centrale du Congo : statut, historique, mission…
  6. Direction des opérations bancaires et des marchés financiers
  7. La centrale des risques et le bureau central des bilans
  8. Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier
  9. Le marché interbancaire et le service études et analyses
  10. Les modèles mathématiques d’épargne financière
  11. Simulation numérique d’épargné financière

Chapitre IV. Simulation numérique d’épargné financière

(24)(25)(26)(27)(28)(29)

Un modèle est une représentation testable d’un système et la simulation est l’action d’utiliser ce modèle.

Les calculs émanant de ces simulations étant souvent complexes, les outils numériques sont utilisés pour les exécuter; on parle alors de simulation numérique d’épargné financière.

Cette technique offre un potentiel immense mais beaucoup utilisée dans les entreprises de l’industrie. Les perceptives de cette recherche est d’appliquer cette innovation en finance.

L’épargne financière étant une variable aléatoire à cause du taux d’intérêt (i) et du temps (t), un algorithme permettra d’étudier son évolution de manière séquentielle, conditionnelle ou itérative.

IV.1 Conception du système informatique

Le langage utilisé est un orienté objet. Le passage de la programmation fonctionnelle à l’orienté objet n’était pas facile. L’un des soucis était d’avoir une idée globale en avance de ce qu’on doit programmer.

Les algorithmiques qui sont utilisés dans ce modeste œuvre ne pourront pas suffire car le souhait est d’avoir des interfaces graphiques.

Le besoin d’avoir des méthodes ou langages pour la modélisation

Les modèles mathématiques d’épargne financière

Les modèles mathématiques d’épargne financière

  1. Modélisation et simulation numérique d’épargne financière
  2. Paul-Wetcho Lomba Lendjambi
  3. L’épargne, banques et les institutions financières
  4. Modélisation financière, simulation numérique et algorithme
  5. La Banque Centrale du Congo : statut, historique, mission…
  6. Direction des opérations bancaires et des marchés financiers
  7. La centrale des risques et le bureau central des bilans
  8. Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier
  9. Le marché interbancaire et le service études et analyses
  10. Les modèles mathématiques d’épargne financière
  11. Simulation numérique d’épargné financière

Chapitre III. Les modèles mathématiques d’épargne financière

(19)(20)(21)(22)(23)

III.1. Définitions et notations

On définit la valeur actuelle VA > 0 d’une épargne financière observée dans le temps (t), un montant d’argent déposé ou crédité par un individu et/ou un manage (créancier).

On définit aussi le taux d’intérêt (i) sur une période comprise dans l’intervalle de temps [1; +∞], des entiers naturels non nuls.

Le taux d’intérêt (i) et le temps (t) sont des variables qui occasionnent les gains sur un montant déposé en banque ou à un débiteur au cours de la période concernée.

L’épargne financière est la variable d’intérêt dans le contexte de la modélisation financière.

On associe à la valeur future VF(t) : le temps (t), la valeur actuelle (VA) et le taux d’intérêt (i) fixe ou aléatoire dépendamment d’un débiteur ou d’une banque.

Alors la valeur future VF(t) peut être représentée de la manière suivante :

valeur future VF(t)

Modélisation et simulation numérique d’épargne financière

III.1.1 L’utilisation de modèles en finance

On doit considérer les implications de l’utilisation de modèles en

Le marché interbancaire et le service études et analyses

Le marché interbancaire et le service études et analyses

  1. Modélisation et simulation numérique d’épargne financière
  2. Paul-Wetcho Lomba Lendjambi
  3. L’épargne, banques et les institutions financières
  4. Modélisation financière, simulation numérique et algorithme
  5. La Banque Centrale du Congo : statut, historique, mission…
  6. Direction des opérations bancaires et des marchés financiers
  7. La centrale des risques et le bureau central des bilans
  8. Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier
  9. Le marché interbancaire et le service études et analyses
  10. Les modèles mathématiques d’épargne financière
  11. Simulation numérique d’épargné financière

Le marché interbancaire : service Etudes et Analyses

II.3.5 Le Marché Interbancaire

Ce marché procède à des transactions journalières entre les banques débitrices et celles qui disposent des soldes excédentaires au niveau de la chambre de compensation.

Seules les banques agréées participent au marché interbancaire. Sur ce marché, les participants sont libres d’en fixer le taux.

Ces mêmes participants sont encore libres d’exiger à la contrepartie le nantissement des effets publics ou privés de bonne qualité en couverture de leurs prêts.

Pour des besoins statistiques, les banques communiquent quotidiennement à la Banque Centrale du Congo des renseignements sur les opérations conclues sur le marché interbancaire.

II.3.5.1 Bureau Marché des Effets Publics

Le marché des effets publics est un marché crée par les autorités publiques dans le but de permettre l’accès direct au marché des capitaux à court et moyen terme à tous les agents économiques.

Il a pour rôle de :

  • initier des études et concevoir des textes en rapport avec l’organisation et le fonctionnement du marché des effets publics notamment
Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier

Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier

  1. Modélisation et simulation numérique d’épargne financière
  2. Paul-Wetcho Lomba Lendjambi
  3. L’épargne, banques et les institutions financières
  4. Modélisation financière, simulation numérique et algorithme
  5. La Banque Centrale du Congo : statut, historique, mission…
  6. Direction des opérations bancaires et des marchés financiers
  7. La centrale des risques et le bureau central des bilans
  8. Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier
  9. Le marché interbancaire et le service études et analyses
  10. Les modèles mathématiques d’épargne financière
  11. Simulation numérique d’épargné financière

Banque Centrale du Congo :  Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier

II.3.3 Le Bureau Paramètres Bancaires

Ce bureau s’occupe de l’élaboration et du commentaire des statistiques bancaires : hebdomadaires, mensuelles, trimestrielles et annuelles se rapportant aux situations active et passive, aux déclarations des dépôts, des encaisses, des crédits et des paiements.

Il agrège les états financiers des banques et le met à la disposition des utilisateurs comme la Direction des Etudes, les banques, etc…

Sur base de ces données, le Bureau Paramètres Bancaires calcul et fixe le plafond de certains paramètres permettant le contrôle de quelques instruments de la politique monétaire.

II.3.3.1 La Transmission des Situations Périodiques

Suite de la mise en service du réseau interbancaire informatique, mis en vigueur en avril 2004, les banques agrées sont tenues de transmettre à la Banque Centrale du Congo, les situations périodiques suivantes :

  • Hebdomadairement;
  • Mensuellement;
  • Trimestriellement;
  • Annuellement.

II.3.3.2 Les Instruments de la Politique Monétaire

Conformément à la mission de la Banque Centrale du Congo qui est de maintenir la stabilité du

La centrale des risques et le bureau central des bilans

La centrale des risques et le bureau central des bilans

  1. Modélisation et simulation numérique d’épargne financière
  2. Paul-Wetcho Lomba Lendjambi
  3. L’épargne, banques et les institutions financières
  4. Modélisation financière, simulation numérique et algorithme
  5. La Banque Centrale du Congo : statut, historique, mission…
  6. Direction des opérations bancaires et des marchés financiers
  7. La centrale des risques et le bureau central des bilans
  8. Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier
  9. Le marché interbancaire et le service études et analyses
  10. Les modèles mathématiques d’épargne financière
  11. Simulation numérique d’épargné financière

La centrale des risques et le bureau central des bilans

II.3. Etude fonctionnelle de l’organisation des marchés financiers

II.3.1. Le Bureau Central des Bilans

Ce Bureau est chargé :

  • de réunir sur base des bilans et comptes des banques, la documentation permettant de suivre l’évolution de la situation financière des opérateurs économiques bénéficiaires des crédits et des répertoires des entreprises en cessation de paiement;
  • d’enregistrer toutes les données des renseignements tant financières que commerciales des opérateurs économiques qui sont en relation d’affaires avec les banques commerciales et les intermédiaires financiers du Congo.

Les bilans utilisés dans ce bureau sont des bilans notariés c’est-à-dire fait par des maisons agrées par l’Etat (commissaires aux comptes).

II.3.2. La centrale des risques ou le Bureau Central des Risques

La Centrale des Risques est une base de données qui renferme les renseignements sur le crédit alloué par le système bancaire à la clientèle.

La Centrale des Risques est régie par l’instruction n° 5. Le risque dont il est question c’est celui de ne pas se faire

Organigramme de la direction des Opérations Bancaires et des Marchés financiers

Direction des opérations bancaires et des marchés financiers

  1. Modélisation et simulation numérique d’épargne financière
  2. Paul-Wetcho Lomba Lendjambi
  3. L’épargne, banques et les institutions financières
  4. Modélisation financière, simulation numérique et algorithme
  5. La Banque Centrale du Congo : statut, historique, mission…
  6. Direction des opérations bancaires et des marchés financiers
  7. La centrale des risques et le bureau central des bilans
  8. Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier
  9. Le marché interbancaire et le service études et analyses
  10. Les modèles mathématiques d’épargne financière
  11. Simulation numérique d’épargné financière

Direction des opérations bancaires et des marchés financiers

II.2 Présentation de la Direction des Opérations Bancaires et des Marchés financiers

II.2.1 Rôle de la direction

La direction des opérations bancaires et des marchés financiers est chargé :

  1. d’initier des études concernant la politique monétaire de la banque en matière d’épargne, de crédit,
  2. de concevoir les textes relatifs à la formulation de cette politique et
  3. de veiller à leur application par les Intermédiaires Financiers Bancaires, non bancaires, les structures de micro – finance ainsi que les coopératives d’épargnes et de crédit.

La microfinance, un défi d’adaptation au contexte local

II.2.2 Organigramme de la direction des opérations bancaires et des marchés financiers

Organigramme de la direction des Opérations Bancaires et des Marchés financiers

Direction des
opérations bancaires et
des marchés
Secrétariat de
Direction
Service des Etudes
& Analyses
Service Central des
Bilans et des Risques
Service Marché
Financier
Bureau Paramètres
Bancaires
Service
Administratif
Bureau Central des Bilans
Bureau Central des Risques
Bureau Marché Monétaire
Bureau Marché des Capitaux
Bureau Marché des Effets
Publics
Source : DOBAMA de la Banque Centrale du Congo

II.2.3. Services

Organigramme de la Banque Centrale du Congo

La Banque Centrale du Congo : statut, historique, mission…

  1. Modélisation et simulation numérique d’épargne financière
  2. Paul-Wetcho Lomba Lendjambi
  3. L’épargne, banques et les institutions financières
  4. Modélisation financière, simulation numérique et algorithme
  5. La Banque Centrale du Congo : statut, historique, mission…
  6. Direction des opérations bancaires et des marchés financiers
  7. La centrale des risques et le bureau central des bilans
  8. Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier
  9. Le marché interbancaire et le service études et analyses
  10. Les modèles mathématiques d’épargne financière
  11. Simulation numérique d’épargné financière

Chapitre II. étude de l’existant (15)(16)(17)

II.1. Présentation de la Banque Centrale du Congo

La Banque Centrale du Congo, « BCC bcc.cd » en sigle, est une institution de droit public dotée de la personnalité juridique et investie de la mission de veiller au développement de l’économie nationale et au maintien de la stabilité monétaire.

Descendante de la Banque Centrale du Congo Belge et du Rwanda Urundi.

La Banque centrale du Congo est régie par la loi n°05/2002 du 07 Mai 2002 relative à sa constitution, son organisation et à son fonctionnement18.

Son action s’inscrit dans le cadre de la politique du gouvernement. La BCC exerce et bénéficie des droits et prérogatives attachés à toutes banque centrale. Elle a en particulier, tout pouvoir pour :

  • Emettre la monnaie,
  • Contrôler le flux monétaire en circulation, distribution et contrôle des opérations financières et elle est aussi la caissière de l’état.

Dotée d’une personnalité juridique, la BCC gère ses propres ressources financières, matérielles et immobilières.

II.1.1 Statut

Conformément à la loi n° 005/2002 du

Modélisation financière, simulation numérique et algorithme

Modélisation financière, simulation numérique et algorithme

  1. Modélisation et simulation numérique d’épargne financière
  2. Paul-Wetcho Lomba Lendjambi
  3. L’épargne, banques et les institutions financières
  4. Modélisation financière, simulation numérique et algorithme
  5. La Banque Centrale du Congo : statut, historique, mission…
  6. Direction des opérations bancaires et des marchés financiers
  7. La centrale des risques et le bureau central des bilans
  8. Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier
  9. Le marché interbancaire et le service études et analyses
  10. Les modèles mathématiques d’épargne financière
  11. Simulation numérique d’épargné financière

Modélisation financière, simulation numérique et algorithme

I.3. Modélisation financière comme outil financier

(13)

La modélisation financière consiste à représenter une situation financière grâce à un modèle mathématique, en fonction de différents paramètres.

La modélisation financière facilite ainsi la prise de décision, en permettant de simuler divers scénarios et d’aboutir à des recommandations.

La modélisation s’applique principalement à deux grands domaines de la finance, la finance d’entreprise et la finance de marché.

I.3.1 Finance d’entreprise

La modélisation financière a pris une place importante dans le domaine de la finance d’entreprise, de par le besoin des dirigeants de prévisions précises sur la situation financière future de leur entreprise, en fonction de différents paramètres, afin de pouvoir prendre les décisions adéquates.

Les applications comprennent :

  • Évaluation d’entreprise (différentes méthodes d’évaluation sont en général modélisées)
  • Construction d’un business plan
  • Calcul d’indicateurs économiques (ex : coût des capitaux propres)

Finance d’entreprise comportementale et neuroéconomie

Les modèles sont principalement développés à partir d’états financiers comptables passés ainsi que d’hypothèses formulées pour le futur (exemples : taux

L'épargne, banques et les institutions financières non bancaires

L’épargne, banques et les institutions financières

  1. Modélisation et simulation numérique d’épargne financière
  2. Paul-Wetcho Lomba Lendjambi
  3. L’épargne, banques et les institutions financières
  4. Modélisation financière, simulation numérique et algorithme
  5. La Banque Centrale du Congo : statut, historique, mission…
  6. Direction des opérations bancaires et des marchés financiers
  7. La centrale des risques et le bureau central des bilans
  8. Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier
  9. Le marché interbancaire et le service études et analyses
  10. Les modèles mathématiques d’épargne financière
  11. Simulation numérique d’épargné financière

L’épargne, banques et les institutions financières non bancaires

Chapitre I. Cadre théorique (7)(8)(9)

I.1. L’épargne

I.1.1 Définition de la notion d’épargne

L’épargne est la partie du revenu qui n’est pas consacrée à la consommation immédiate. On parle aussi de la bourse qui constitue la finance de marché.

I.1.2 Types d’épargne

En finance, on distingue :

L’épargne financière :

Qui comprend l’ensemble des placements financiers des ménages (assurance vie, valeurs mobilières de placements, livrets d’épargne)

L’épargne non financière :

Qui est utilisé pour posséder un logement. Cet investissement peut être source de revenus pour le ménage si ce logement est loué.

I.1.3 Les motifs de l’épargne

Plusieurs motifs peuvent expliquer qu’un ménage renonce à consommer son argent de manière immédiate :

  1. il peut vouloir satisfaire dans le futur une dépense de consommation relativement importante (exemple : le ménage épargne pour pouvoir acquérir une voiture);
  2. il peut vouloir faire face à des dépenses non prévues ou se protéger d’événements aléatoires comme par exemple la perte d’un emploi; on parlera alors d’épargne
Modélisation et simulation numérique d'épargne financière "Cas de La Banque Centrale du Congo"

Modélisation et simulation numérique d’épargne financière

  1. Modélisation et simulation numérique d’épargne financière
  2. Paul-Wetcho Lomba Lendjambi
  3. L’épargne, banques et les institutions financières
  4. Modélisation financière, simulation numérique et algorithme
  5. La Banque Centrale du Congo : statut, historique, mission…
  6. Direction des opérations bancaires et des marchés financiers
  7. La centrale des risques et le bureau central des bilans
  8. Bureau Paramètres Bancaires et Service marché financier
  9. Le marché interbancaire et le service études et analyses
  10. Les modèles mathématiques d’épargne financière
  11. Simulation numérique d’épargné financière

Modélisation et simulation numérique d’épargne financière

Université pédagogique nationale
Faculté des sciences

Département de mathématique et informatique

Mémoire de fin d’étude présenté et défendu en vue de l’obtention du titre de Licencié en sciences
Option : Mathématique et Informatique
Orientation : Conception des Systèmes d’Information
Modélisation et simulation numérique d'épargne financière "Cas de La Banque Centrale du Congo"
Modélisation et simulation numérique d’épargne financière
« Cas de La Banque Centrale du Congo »

Par
Lomba Lendjambi Paul-Wetcho

Directeur :
KAPENGA KAZADI Jean-Marie
Professeur Associé

Année académique
2019-2020

Avertissement : la publication de cette œuvre scientifique est sous réserve du droit d’auteur. En cas d’utilisation, l’auteur doit être cité en intégrité. L’utilisateur illégal est responsable des poursuites judiciaires. Contacts : wetchopaul@gmail.com et +243 826671260

Epigraphe

« Le premier blocage de l’homme est de vivre dans l’incertitude »
‘’Paul-Wetcho LOMBA LENDJAMBI »

In Memoriam
Avec mérite que nous consacrons notre œuvre à la mémoire de la défunte Mère Charlotte EDJIMA et de la Défunte Grand-Mère Maman HELENA pour leurs amours inestimables. Elles ont crue à nos capacités avant même qu’elles expérimentent une œuvre de notre part.

Les anomalies chromosomiques, fausses couches spontanées

  1. Les pertes de grossesse récurrentes ou fausse couche
  2. L’utérus et les ovaires : physiologie de la reproduction
  3. L’implantation embryonnaire : 4 étapes
  4. Développement embryonnaire et grossess
  5. Les Avortements Spontanés à Répétition
  6. Avortement ASR: étiologie immunitaire, vasculaire, fortuite
  7. Cytogénétique des avortements spontanés à répétition
  8. Les implications paternelles et les avortements ASR
  9. Les ASR: étude statistique suivie d’une cytogénétique
  10. Les anomalies chromosomiques, fausses couches spontanées

Les fausses couches spontanées à répétition: les résultats

Résultats et discussion

Dans notre travail de recherche, nous avons essayé de réaliser une enquête épidémiologique descriptive, prospective concernant les fausses couches spontanées à répétition dans la région de Constantine.

Plusieurs raisons nous ont amené à porter la réflexion de ce sujet.

En effet, les fausses couches qui correspondent à des pertes spontanées et consécutives de grossesses sont devenues un phénomène traumatisant et assez courant dans la population générale soit pour les grossesses cliniquement reconnues ou les grossesses qui échouent avant d’être reconnues.

Ainsi l’étiologie de la Fausse Couche Spontanée à Répétition FCSR est souvent inconnue et il existe peu de stratégies de diagnostic et de traitement fondées sur des preuves.

Les études épidémiologiques de ces dysfonctionnements sont importantes pour comprendre le trouble et son apparition dans la population et pour également identifier les facteurs de risques.

Dans notre objectif de départ, nous nous sommes engagé à suivre une démarche de recherche d’une étiologie et l’identification des facteurs à l’origine des pertes récurrentes grâce à l’utilisation des données clinico-biologiques et du matériel génétique

Caryotype normal d’un individu de sexe masculin

Les ASR: étude statistique suivie d’une cytogénétique

  1. Les pertes de grossesse récurrentes ou fausse couche
  2. L’utérus et les ovaires : physiologie de la reproduction
  3. L’implantation embryonnaire : 4 étapes
  4. Développement embryonnaire et grossess
  5. Les Avortements Spontanés à Répétition
  6. Avortement ASR: étiologie immunitaire, vasculaire, fortuite
  7. Cytogénétique des avortements spontanés à répétition
  8. Les implications paternelles et les avortements ASR
  9. Les ASR: étude statistique suivie d’une cytogénétique
  10. Les anomalies chromosomiques, fausses couches spontanées

Les avortements spontanés à répétition (ASR): étude statistique et étude cytogénétique

Partie pratique: Patients et méthodes

Notre travail de recherche est répartie en deux volets complémentaires : une étude statistique suivie d’une étude cytogénétique. 7 couples enrôlés dans cette étude sont recrutés au niveau du service de gynécologie du CHU Benbadis ainsi que de la maternité Sidi Mabrouk – Constantine.

Le seul critère d’inclusion retenu est le fait que ces couples ont vécus ≥ 2 avortements spontanés répétés inexpliqués. Nous avons exclu de cette prospection les couples qui ont refusé de participer à cette étude.

1- Étude statistique

Ce volet de notre étude vise à prospecter sur une cohorte de couples ayant vécus plusieurs fausses couches spontanées à répétition, par la réalisation d’un questionnaire (annexe I), les étiologies possibles à ce dysfonctionnement de la santé reproductive.

Plusieurs types de données sont recueillis : les paramètres anthropométriques de la femme, son état de santé, ses habitudes alimentaires, l’aspect de l’utérus à l’échographie. Les valeurs du bilan hormonal sont relevés.

La recherche du syndrome métabolique est faite. Des précisions concernant le recours

Les implications paternelles et les avortements ASR

Les implications paternelles et les avortements ASR

  1. Les pertes de grossesse récurrentes ou fausse couche
  2. L’utérus et les ovaires : physiologie de la reproduction
  3. L’implantation embryonnaire : 4 étapes
  4. Développement embryonnaire et grossess
  5. Les Avortements Spontanés à Répétition
  6. Avortement ASR: étiologie immunitaire, vasculaire, fortuite
  7. Cytogénétique des avortements spontanés à répétition
  8. Les implications paternelles et les avortements ASR
  9. Les ASR: étude statistique suivie d’une cytogénétique
  10. Les anomalies chromosomiques, fausses couches spontanées

Implications paternelles profondes sur l’embryogenèse

II-10- Implications paternelles

Les avortements spontanés à répétition ASR sont généralement abordés à partir de facteurs maternels en raison de la relation maternelle intime avec l’embryon en développement.

Récemment, une plus grande attention a été accordée à l’effet des facteurs masculins sur les avortements spontanés à répétition.

L’examen clinique en laboratoire des hommes implique une analyse de routine du sperme pour en évaluer les paramètres tels que la concentration, la motilité, la viabilité et la morphologie du sperme.

La morphologie des spermatozoïdes fournit des informations importantes concernant le processus de spermiogénèse qui présente un impact sur la fonction du sperme et par conséquence, avoir un impact sur la reproduction (Puscheck et al., 2007).

À la fin des années 1990, Bonde et al ont rapportés que les hommes dont la morphologie des spermatozoïdes était anormale avaient une possibilité réduite de parvenir à une grossesse (Slama et al., 2002).

La qualité du sperme peut affecter le développement embryonnaire précoce, que ce soit à cause d’un ADN anormal ou /et une protéine membranaire du sperme anormale (Nagy et

Cytogénétique des avortements spontanés à répétition

Cytogénétique des avortements spontanés à répétition

  1. Les pertes de grossesse récurrentes ou fausse couche
  2. L’utérus et les ovaires : physiologie de la reproduction
  3. L’implantation embryonnaire : 4 étapes
  4. Développement embryonnaire et grossess
  5. Les Avortements Spontanés à Répétition
  6. Avortement ASR: étiologie immunitaire, vasculaire, fortuite
  7. Cytogénétique des avortements spontanés à répétition
  8. Les implications paternelles et les avortements ASR
  9. Les ASR: étude statistique suivie d’une cytogénétique
  10. Les anomalies chromosomiques, fausses couches spontanées

Cytogénétique des avortements spontanés à répétition

Chapitre III Cytogénétique des avortements spontanés à répétition

I – Cytogénétique des avortements spontanés à répétition

Plus de 50% de femmes subissent une ou plusieurs fausses couches au cours de leur vie.

La plupart des fausses couches surviennent à partir de la 12ème semaine de grossesse, ainsi, il a été estimé que 15% des grossesses (cliniquement reconnues) sont touchées (Rai et al., 2006).

Les anomalies génétiques aboutissent non seulement à une perte spontanée de grossesse mais également à des pertes récurrentes de celle-ci, en provoquant l’arrêt du développement embryonnaire (Feichtinger et al., 2017).

Les désordres génétiques représentent approximativement 25% des causes connues, alors que dans les cas inexpliqués, l’incidence peut être plus élevée.

Ces désordres pourraient impliquer le profil génétique des parents ou du fœtus, c’est pourquoi des tests doivent être effectués chez les deux parents ainsi que dans le matériel de la fausse couche.

L’analyse cytogénétique des produits d’avortement spontané fournit de précieuses informations sur la fréquence des anomalies chromosomiques dans divers groupes ethniques, leur étiologie, les risques de récidive et la suspicion d’une

Les Avortement spontané à répétition (ASR): Étiologie immunitaire, vasculaire, génétique et métabolique

Avortement ASR: étiologie immunitaire, vasculaire, fortuite

  1. Les pertes de grossesse récurrentes ou fausse couche
  2. L’utérus et les ovaires : physiologie de la reproduction
  3. L’implantation embryonnaire : 4 étapes
  4. Développement embryonnaire et grossess
  5. Les Avortements Spontanés à Répétition
  6. Avortement ASR: étiologie immunitaire, vasculaire, fortuite
  7. Cytogénétique des avortements spontanés à répétition
  8. Les implications paternelles et les avortements ASR
  9. Les ASR: étude statistique suivie d’une cytogénétique
  10. Les anomalies chromosomiques, fausses couches spontanées

Les Avortements spontané à répétition (ASR): Étiologie immunitaire, vasculaire, génétique et métabolique

V-4- Étiologie immunitaire

V-4-1- Syndrome des anti-phospholipides

Le Syndrome des Anti-Phospho-Lipides (SAPL) est une entité complexe associant des anomalies cliniques (de type thrombotique) et biologiques (la présence d’anticorps de type anti-phospholipides).

Il se définit en obstétrique par l’association d’antécédents de pertes fœtales et de la présence d’anticorps anti-phospholipides (anti-cardiolipides et/ou anticoagulant circulant).

Les Anti-Phospho-lipides (APL) pourraient nuire à la formation du placenta.

Les deux auto-anticorps les plus fréquents l’anti-coagulant-lupique et l’anticorps anti-cardiolipine (ACL) sont dirigés contre la phospho-sérine et la phospho-éthanol-amine, protéines adhésives impliquées dans la formation et l’invasion trophoblastique.

Des APL inhibent la synthèse d’hCG par du trophoblaste murin en culture. Ainsi, les Avortements spontané à répétition ASR, reconnues comme facteurs de risque de pathologies placentaires thrombotiques tardives comme la prééclampsie ou l’hématome rétro-placentaire pourraient être dues à des thromboses placentaires précoces (Arvieux et Hachulla, 2002 ; Lejeune, 2003).

V-4-2- Avortement immunologique

Les Incompatibilités Fœto-Maternelles Érythrocytaires (IFME) sont définies par la fixation d’allo-anticorps maternels sur le globule rouge du fœtus, anticorps transmis pendant la grossesse et qui ont

Get The Latest Updates
Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

Pas de spam, notifications uniquement sur les nouveaux mémoires.

En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Les auteurs·trices

Publier son mémoire!
La diffusion du mémoire de fin d'études sur WikiMemoires
Aujourd'hui!