Historique du système bancaire Marocain - WikiMemoires

Historique du système bancaire Marocain


Historique du système bancaire Marocain

I– Historique du système bancaire Marocain

La structure du secteur bancaire marocain, telle qu’elle se présente actuellement a été façonnée par l’histoire. Elle est le produit d’un long cheminement qui s’est édifié progressivement dans le temps. Au fil des ans, divers établissements bancaires et financiers ont vu le jour pour répondre à des besoins spécifiques.
Tour à tour, des textes à caractère réglementaire et législatif sont venus, au gré des circonstances, organiser la profession et lui donner sa physionomie présente, la nouvelle loi de 1993 constitue le couronnement de ce long processus.
Pour bien comprendre les objectifs, le contenu et les contours de cette nouvelle loi bancaire, il nous paraît utile de faire un bref rappel historique en nous arrêtant sur les grandes étapes qui ont marqué la construction du paysage bancaire et financier national.
Ce bref rappel est d’autant plus important que le poids de l’histoire est omniprésent dans les comportements, les mentalités et la gestion quotidienne de nos établissements bancaires, car, même si le législateur moderne s’est employé, au nom des principes de l’universalité et de la banalisation, à unifier le cadre juridique applicable à toutes les entreprises qui se livrent au commerce de l’argent, il n’a pas pu atténuer la pesanteur de l’histoire et réduire une diversité issue de la spécificité et de la réalité marocaine.
La profession bancaire est l’un des plus vieux métiers du monde; dès que le commerce est né, le problème de son financement s’est posé et les banques sont nées.
Les banques depuis que le « monde est monde », ont toujours existé. Elle ne sont pas toujours appelées banques, dans la Grèce de périples c’étaient des transisses.
La première banque marocaine est née en 1802, elle fut l’œuvre de l’imagination d’un commerçant juif de Tanger.
L’Amiral Nelson croisait au large de Gibraltar en attendant la bataille de Trafalgar, lorsqu’il manqua de vivres, il envoya une chaloupe à Tanger pour se ravitailler mais il n’avait pas d’argent sur lui.
Un commerçant de Tanger; Moses Pariente accepte de lui livrer la marchandise, contre une traite signée par l’Amiral et tirée sur le trésor Anglais.
Ce jour là naquit la première banque marocaine, la Banque Pariente.
Deux autres banques virent le jour en 1860, la Banque Nohon et la banque salvador Hassan.
Tanger fut la première place financière du Royaume, tous les sièges de banque y étaient installés, on raconte qu’un immeuble sur deux était une banque, un passant sur trois un « changeur à la volée ».Et dans les vitrines du boulevard pasteur s’étalaient des produits du monde entier payables en devises de n’importe quel pays.
Ce n’est que vers la fin du 19 siècle, à partir de 1880 que les premières banques étrangères s’installèrent au Maroc, ce furent le comptoir national d’Escompte de Paris, (banques français ), la banque of West Africa ( anglaise) et la berlineroirient Bank (Allemande).

L’arrivée des banques étrangères au Maroc a été favorisée par deux facteurs :

D’une part, la tradition d’ouverture du pays sur l’extérieur et sur le négoce international. Depuis des siècles, les traités commerciaux et les conventions tarifaires qui liaient le Maroc à ses partenaires étrangers étaient fondés sur les principes de la liberté de commerce, de la clause de la nation la plus favorisée et de l’égalité de traitement sans discrimination.
Historique du système bancaire Marocain
On peut citer à titre d’exemple :

  • – traité franco-marocain de 1785 et 1825.
  • – traité américano-marocain de 1836.
  • – Le traité anglo-marocain de 1856.
  • – La convention de Madrid de 1880.
  • – Et d’autre part, l’endettement excessif du Maroc à l’égard de ses principaux créanciers, la France, l’Espagne et l’Angleterre.

En outre, le défaite militaires et la perte de la souveraineté de l’Etat sur une grande partie de son territoire vont susciter les convoitises des puissances coloniales et acculer le pays à faire des concessions non négligeables.
Ainsi, les versements de l’indemnité de guerre à l’Espagne, suite à l’occupation de tétouan en 1860, et le remboursement de l’emprunt anglais devaient être prélevés à la source sur les recettes douanières du royaume. Ces recettes douanières devaient être amputées des trois-quarts de leur montant.
Dans le même ordre d’idées, pour l’emprunt français de 1904 de 62.5 millions de francs français, les recettes douanières devaient être concédées à la banque de Paris et des Pays Bas qui fut chargée d’assurer le recouvrement de ce prêt.
Cette banque va jouer, par la suite, un rôle important dans la pénétration de l’intérêts français dans le royaume.
Pour limiter l’hégémonie de la France sur l’économie marocaine et afin de préserver les intérêts financiers et commerciaux des autres puissances, l’Allemagne provoqua en 1906 la conférence d’Algésiras qui institua le régime de la porte ouverte.
Un des résultats de la conférence d’Algésiras fut la création de la Banque d’Etat du Maroc, instrument financiers et monétaire destiné à asseoir la domination étrangère sur l’économie marocaine.
Comme on peut le constater, la banque ² d’Etat du Maroc n’avait d’étatique que le nom, le rôle du gouvernement marocain dans cette banque était purement formel.
D’ailleurs, la participation de l’Etat marocain dans son capital devait s’effriter progressivement pour disparaître complètement, de telle sorte que le Maroc n’était même plus actionnaire dans son propre institut d’Emission.
Comme l’a souligné le Ministre de l’Economie et des finances de l’époque Feu Abderrahim Boubid, lors de l’inauguration de la banque du Maroc le 30 juin 1959, « la création de cette institution constitue un acte décisif dans la vie d’une nation, Elle est l’expression élémentaire de l’indépendance politique et économique d’un Etat moderne, elle est un attribut indispensable de la souveraineté, une composante même de l’Etat ».
Conscient du rôle très limité joué par le secteur bancaire préexistant et qui était une simple émanation des banques étrangères, le Maroc a procédé dès l’année 1959 à la création de banques et d’organismes financiers spécialisés totalement contrôlés par l’Etat.
Ces institutions ont été crées pour combler un vide dans les circuits de financement dans des domaines d’activité à haut risque mais stratégiques pour le développement économique et social du pays : agriculture, habitat, tourisme, artisanat, petites et moyennes entreprises, infrastructures…
Ainsi furent créés la BMCE pour le financement des échanges extérieurs, la BCP pour l’artisanat et les petites et moyennes entreprises, la CNCA pour l’Agriculture et le monde rural, le CIH pour les investissements industriels et la caisse Marocaine des Mrchés pour le financements des marchés publics.
Par ailleurs, il convient de signaler la création de la Caisse de dépôts et de Gestion et de la caisse d’Epargne Nationale le 01 Février 1959.
Responsabilité du banquier
Mémoire de fin d’études – Départements : Sciences juridiques


Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!