La finance

On Top

Les récents articles

Le suivant graphique présente l’évolution de l’indice CR3en terme de total dépôt et total crédit durant 1990 - 2006

La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes

  1. La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire
  2. Dr. Asma SGHAIER
  3. La concurrence et l’efficience bancaire – Concept
  4. La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle
  5. Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation
  6. L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques
  7. Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure
  8. Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires
  9. Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience
  10. Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire
  11. La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes
  12. L’estimation de l’efficience – application aux banques (Tunisie)
  13. La corrélation entre l’efficience et la concurrence des banques

La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes

Chapitre N°3 : La relation entre Concurrence et Efficience : application aux banques commerciales tunisiennes

Introduction :

Après avoir présenté la relation entre la concurrence et l’efficience dans les pays industrialisés dans le chapitre précédant, nous tenterons dans ce chapitre de déterminer la relation entre la concurrence et l’efficience dans les banques commerciales tunisiennes.

En premier lieu, ce chapitre focalise sur la mesure de la concurrence dans le secteur bancaire tunisien par des ratios de concentrations telles que l’indice Herfindahl (I. H. H) et l’indice CR3.

En deuxième lieu, on s’intéresse à l’estimation de l’efficience coût des banques commerciales tunisiennes par la méthode SFA, en utilisant à la fois la fonction cout Cobb-Douglas et la fonction Trans logarithmique).

En troisième

Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire

Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire

  1. La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire
  2. Dr. Asma SGHAIER
  3. La concurrence et l’efficience bancaire – Concept
  4. La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle
  5. Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation
  6. L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques
  7. Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure
  8. Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires
  9. Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience
  10. Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire
  11. La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes
  12. L’estimation de l’efficience – application aux banques (Tunisie)
  13. La corrélation entre l’efficience et la concurrence des banques

Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire

Section 4 : Le modèle de Laurent Weill en 2006

La concurrence bancaire est attendue fournir le bien-être des gains en réduisant des locations du monopole et le coût des inefficiences. Favoriser la réduction de taux de l’emprunt et alors l’investissement.

Ces gains attendus sont une question majeure pour les pays de la transition dans lesquels le crédit de la banque représente la plus grande source de financement externe pour les entreprises.

Avec l’usage des données trimestrielles exhaustives pour les banques Tchèques, Laurent Weill vise à fournir l’évidence sur les effets de la concurrence bancaire dans la République Tchèque.

En premier lieu, nous mesurons le niveau et l’évolution de la concurrence bancaire entre 1994 et 2005. La compétition est

Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience

Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience

  1. La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire
  2. Dr. Asma SGHAIER
  3. La concurrence et l’efficience bancaire – Concept
  4. La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle
  5. Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation
  6. L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques
  7. Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure
  8. Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires
  9. Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience
  10. Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire
  11. La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes
  12. L’estimation de l’efficience – application aux banques (Tunisie)
  13. La corrélation entre l’efficience et la concurrence des banques

Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience

Section 3 : Le modèle de Laurent Weill en 2003 (*)

Le travail de Laurent Weill (2003) a étudié la relation entre la concurrence et l’efficience dans les banques sur un échantillon de douze pays européens durant la période 1994-1999.

La concurrence est mesurée par la statistique-H du Rosse-Panzar, alors que l’efficience est estimée selon l’approche frontière stochastique. Le résultat trouvé entre concurrence et efficience est négatif.

(*) Laurent Weill (2003): ‘‘on the relationships between competition and efficiency in the E. U banking sectors’’ Kredit und Kapital, 37,3, pp 329-352, 2004.

3. 1-La méthodologie :

Cette étude se concentre dans un premier temps sur l’estimation de l’efficience et de la concurrence, dans un second temps sur la

Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires

Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires

  1. La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire
  2. Dr. Asma SGHAIER
  3. La concurrence et l’efficience bancaire – Concept
  4. La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle
  5. Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation
  6. L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques
  7. Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure
  8. Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires
  9. Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience
  10. Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire
  11. La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes
  12. L’estimation de l’efficience – application aux banques (Tunisie)
  13. La corrélation entre l’efficience et la concurrence des banques

Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires

Section 2 : Le modèle de Joaquin Maudos, José. M Pastor et Francisco (2002)♣

L’étude de J. Maudos et al (2002) a analysé l’importance de la spécialisation productive dans l’explication des différences en efficience entre les firmes bancaires. Prenant comme référence le secteur bancaire espagnol. Durant la période 1985-1996.

L’étude a montré que si les mesures des efficiences coût sont corrigées par l’effet de spécialisation à travers l’estimation de frontière séparée pour quatre groupes différents de concurrents. L’efficience des firmes bancaires s’améliore.

Ils ont montré aussi que la forte concurrence observée pendant la période 1985-1996 a joué un rôle très important dans l’amélioration de l’efficience.

♣Joaquin Maudos et al (2002): ‘‘ Competition and efficiency in the Spanish banking sector

Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure

Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure

  1. La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire
  2. Dr. Asma SGHAIER
  3. La concurrence et l’efficience bancaire – Concept
  4. La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle
  5. Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation
  6. L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques
  7. Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure
  8. Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires
  9. Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience
  10. Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire
  11. La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes
  12. L’estimation de l’efficience – application aux banques (Tunisie)
  13. La corrélation entre l’efficience et la concurrence des banques

Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure

Chapitre N°2 : La relation entre la concurrence et l’efficience bancaire

Introduction :

Durant les années quatre vingt, beaucoup d’efforts ont été faits en faveur de l’implantation d’un marché bancaire unique dans l’union européenne. Ces efforts sont motivés par le degré élevé de la concurrence bancaire dans l’union européenne.

En effet, par le degré élevé de concurrence des marchés bancaires, on s’attendait à obtenir des gains sociaux par la réduction des prix mais aussi à travers l’impact de la réduction des taux des prêts favorisant l’investissement.

Ces derniers gains viennent en fait de deux canaux de transmission : d’une part, un degré élevé de concurrence peut entraîner un pouvoir de monopole faible pour les banques et par conséquent

L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques

L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques

  1. La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire
  2. Dr. Asma SGHAIER
  3. La concurrence et l’efficience bancaire – Concept
  4. La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle
  5. Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation
  6. L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques
  7. Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure
  8. Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires
  9. Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience
  10. Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire
  11. La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes
  12. L’estimation de l’efficience – application aux banques (Tunisie)
  13. La corrélation entre l’efficience et la concurrence des banques

L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques

4. 1. 2- Les approches paramétriques :

Il existe trois principales approches paramétriques : la frontière stochastique « Stochastic Frontier Approach » (SFA), l’approche de distribution libre « Distribution Free Approach » (DFA) et la frontière épaisse « Thick Frontier Approach » (TFA).

  • L’approche SFA :

Pour dépasser l’insuffisance des premières frontières dite déterministes, Aigner, Lovell et Schmidt (1977), Battèse et Corra (1977), Moeusen et Van den Broeck (1977)♦ont simultanément développé des méthodes de frontières stochastiques (SFA).

Ces modèles paramétriques incluent un terme d’efficience positif (comme les approches déterministes), mais permettent aussi de considérer ce qui révèle de l’erreur dans l’observation ou dans la mesure de l’output.

♣ Tulkens. H. (1993): « On FDH Efficiency Analysis: Some Methodological Issues and

Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation

Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation

  1. La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire
  2. Dr. Asma SGHAIER
  3. La concurrence et l’efficience bancaire – Concept
  4. La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle
  5. Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation
  6. L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques
  7. Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure
  8. Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires
  9. Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience
  10. Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire
  11. La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes
  12. L’estimation de l’efficience – application aux banques (Tunisie)
  13. La corrélation entre l’efficience et la concurrence des banques

Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation

Section 3 : Les concepts d’efficience :

3. 1-Définition:

Le débat sur la mesure de l’efficience d’une entreprise dans l’économie moderne débute avec Debreu (1951) et Koopmans (1951).

Ce dernier juge qu’une entreprise est techniquement efficace si elle se situe sur la frontière de son ensemble de production ; en d’autres termes, un producteur est techniquement efficace si l’augmentation de la production d’un output quelconque nécessite la réduction de la production d’au moins un autre output ou l’utilisation d’une plus grande quantité d’au moins un input et, symétriquement, si une réduction de la quantité utilisée de n’importe quel input impose une plus grande utilisation d’un input substituable ou la réduction d’au moins un output.

Le concept d’efficience est un thème ambigu qui

La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle

La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle

  1. La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire
  2. Dr. Asma SGHAIER
  3. La concurrence et l’efficience bancaire – Concept
  4. La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle
  5. Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation
  6. L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques
  7. Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure
  8. Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires
  9. Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience
  10. Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire
  11. La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes
  12. L’estimation de l’efficience – application aux banques (Tunisie)
  13. La corrélation entre l’efficience et la concurrence des banques

La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle

Section 2 : Mesure de la concurrence bancaire :

Il existe différentes méthodes de mesure de la concurrence, on peut distinguer deux principales classes : approches structurelles et approche non structurelles.

Les approches structurelles décrivent la structure de marché avec le rôle central des ratios de concentration dans l’industrie.

Les exemples de ce type d’approches sont :

  • L’approche « structure-comportement-performance » (SCP).
  • La théorie de la structure efficiente.
  • Un nombre d’approches formelles qui ont des racines dans la théorie de l’organisation industrielle.

2. 1-Mesure structurelle de la concurrence :

Les approches structurelles peuvent être divisées en deux approches : les approches formelles et les approches non formelles.

2. 1. 1 Les approches formelles:

On distingue deux approches formelles qui étudient

La concurrence et l’efficience bancaire – Concept

La concurrence et l’efficience bancaire – Concept

  1. La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire
  2. Dr. Asma SGHAIER
  3. La concurrence et l’efficience bancaire – Concept
  4. La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle
  5. Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation
  6. L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques
  7. Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure
  8. Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires
  9. Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience
  10. Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire
  11. La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes
  12. L’estimation de l’efficience – application aux banques (Tunisie)
  13. La corrélation entre l’efficience et la concurrence des banques

La concurrence et l’efficience bancaire – Concept

Chapitre N°1 : La concurrence et l’efficience bancaire : Concept de base et instruments de mesure

Introduction :

Dans sa conception classique ; l’intermédiation financière met en relation des agents économiques à capacité de financement avec des agents à besoin de financement.

L’intervention de la banque comme une intermédiation financière a changé le processus du financement direct, en mettant directement en relation sur les marchés de capitaux l’ensemble des agents économiques.

En effet, une économie d’endettement est caractérisée par un recours excessif à l’intermédiation financière de la banque, qui d’abord va assurer un transfert de l’épargne entre préteurs et emprunteurs. Ensuite la transformation des échéances et des risques pour assurer la liquidité à l’économie.

Enfin, la réalisation des marges bénéficiaires importantes malgré

La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire

La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire

  1. La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire
  2. Dr. Asma SGHAIER
  3. La concurrence et l’efficience bancaire – Concept
  4. La concurrence bancaire : mesure structurelle et non structurelle
  5. Le concept d’efficience et les méthodes d’estimation
  6. L’efficience de la banque : les trois approches paramétriques
  7. Le modèle de Laurent Weill 1998 : l’équilibre et la structure
  8. Le modèle de Joaquin Maudos, l’efficience dans les firmes bancaires
  9. Le modèle de Laurent Weill en 2003 : la mesure de l’efficience
  10. Le modèle de Laurent Weill en 2006, la concurrence bancaire
  11. La mesure de la concurrence: application aux banques tunisiennes
  12. L’estimation de l’efficience – application aux banques (Tunisie)
  13. La corrélation entre l’efficience et la concurrence des banques

La relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire

Universite De Sousse

Faculte de droit et des sciences economiques et politiques de sousse

Mémoire pour l’obtention du Mastère en Finance et BanqueLa relation : l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaireLa relation entre l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire: application aux banques commerciales tunisiennes

Présenté par :

Sghaier Asma

Encadré par le professeur :

Elaboré par Mr. Ellouze Abderrazak

Année Universitaire :

2007–2008

 

Remerciements et Dédicace

Ce présent travail se place dans le cadre de la relation entre l’efficience et la concurrence dans le secteur bancaire et plus précisément les banques de dépôts tunisiennes. Ce travail se compose de trois parties :

La première a donné un aperçue générale sur le concept de concurrence bancaire ainsi que ses différentes méthodes de mesure.

Etude économétrique des fonds souverains

Etude économétrique des fonds souverains

3. Etude économétrique

3. 1 Présentation des données et analyse descriptive

3. 1. 1 Présentation des données

Afin d’effectuer nos régressions économétriques, nous avons ajouté à nos principaux agrégats macro-économiques, d’autres variables de contrôle parmi lesquelles :

  • IDE_out_pib : qui représente le fiux d’IDE sortant en pourcentage du PIB. On suppose qu’un pays ayant un fonds souverain peut investir sous forme d’IDE et les retours sur investissement pourraient améliorer les conditions de vie des populations dans le pays.
  • inflation_rate : il s’agit du taux d’infiation, cette variable a été choisie parce que la littérature économique montre que l’infiation a un impact négatif sur la situation économique d’un pays notamment à travers la perte du pouvoir d’achat des ménages mais aussi la perte de confiance en la monnaie nationale.
  • employment : représente le pourcentage de la population ayant un emploi. Nous supposons que le fait d’avoir un emploi pourrait améliorer la situation de vie d’un ménage à travers les ressources qu’il perçoit de son activité.

    Ces trois agrégats ont été tirés du site de la CNUCED.

  • Règle de loi : Qui est indicateur de bonne gouvernance et mesure le degré de respect de loi dans chaque pays. En effet, le respect de la loi favorise les investissements dans un pays et donc pourrait améliorer les conditions de vie des ménages. Cet indice a été tiré des données du Worldwide Governance Indicators (WGI).

La table 2 présente les statistiques descriptives de notre échantillon d’analyse.

La variabilité entre

Evolution de l’IDH pour le Royaume-Uni et l’Irlande

Analyse et étude comparative des fonds souverains

Analyse économique et étude comparative des fonds souverains

2. Analyse économique et étude comparative

2. 1 Analyse économique

2. 1. 1 Revue de la littérature

La littérature concernant les fonds souverains s’est fortement développée durant ces dernières années passant d’une analyse purement théorique aux vérifications empiriques Bahoo et al. (2020).

L’une des premières approches consistait à montrer les déterminant de création des fonds souverains dans un pays. Dans leur article, Aizenman et Glick (2009) utilisent les variables économiques pour analyser les conditions de création des fonds souverains pour un échantillon des pays. Ils montrent par exemple qu’un niveau élevé des réserves de change, du solde du compte courant, du PIB et des exportations des matières premières sont des critères essentiels au processus de création des fonds souverains dans plusieurs pays.

Cependant, Gouett et al. (2020) ont montré les limites si on se basae sur l’utilisation des réserves de changes comme critère.

Carpantier et Vermeulen (2018) ont par contre comparé des pays ayant des fonds souverains avec ceux n’ayant pas mis en place des fonds souverains afin de déterminer les conditions indispensables à la mise en place d’un fonds souverain. Les auteurs montrent que la qualité de la gouvernance, la capacité d’investissement ainsi que la structure gouvernementale sont des facteurs qui favorisent la création des fonds souverains dans leur échantillon.

La littérature concernant les fonds souverains s’est fortement diversifiée pour aborder les aspects géopolitiques, financiers et économiques.

Sur le plan géopolitique, les études visent principalement à étudier le rôle des investissements

Listes des dix plus grands fonds souverains

Vue d’ensemble sur les fonds souverains

Vue d’ensemble sur les fonds souverains

1. 2 Vue d’ensemble sur les fonds souverains

Les fonds souverains sont très hétérogènes et leurs tailles dépendent en grande partie des ressources dont disposent les États, mais aussi des différents objectifs qui leur ont été assignés. Selon les statistiques produits par statista, la figure 2 montre les premiers grands dans le monde en terme de taille.

Le 3 premiers en terme de taille sont :

1. Government Pension Fund of Norway

Ce fonds est composé de deux fonds : le premier qui a été créé en 1967 appelé le « Fonds de pension public de Norvège (GPFN)  » et le second qui est le plus grand au monde a été créé en 1990, appelé le « Government Pension Fund Global (GPFG) ».

Ce fonds a été créé dans le but d’investir les excédents des ressources pétrolières et était estimé à 1 098. 82 mds de dollars (figure 2) avant la crise financière liée au COVID19.

2. China Investment Corporation

C’est un fonds souverain chinois créé en 2007. Ce fonds a été créé dans le but de placer les avoirs en devise de la Chine.

Figure 2 – Listes des dix plus grands fonds souverains

Listes des dix plus grands fonds souverains

Source : Statista. com

Considéré comme le deuxième plus grand fonds souverain au monde, il pèse environ 940. 6 mds de dollars (Figure 2) et est composé de trois filiales distinctes : CIC International Co. , CIC Capital Corporation et Central Huijin Investment Ltd.

Années de création des fonds souverains

Fonds souverains : historique de création et objectifs

Fonds souverains : historique de création et objectifs

1. Approche définitionnelle et vue d’ensemble

1. 1 Approche définitionnelle

1. 1. 1 Définition des concepts et objectifs des fonds souverains

Selon l’International Working Group of Sovereign Wealth Fund, les fonds souverains sont « des fonds ou mécanismes d’investissement à but déterminé, appartenant à des administrations publiques.

Créés par une administration publique à des fins de gestion macroéconomique, les SWF (Sovereign Wealth Fund) détiennent, gèrent ou administrent des actifs pour atteindre des objectifs financiers et ont recours à une série de stratégies d’investissement qui comprend des placements sur actifs financiers étrangers.

Les fonds souverains sont généralement créés à partir des excédents de balance des paiements, des opérations sur devises, du produit de privatisations, d’excédents budgétaires et/ou de recettes tirées des exportations de produits de base ».

Dans cette définition, nous pouvons retenir qu’ils proviennent des excédents commerciaux liés à l’exportation des matières premières (principalement le pétrole qui constitue la source principale de plus de la moitié des fonds souverains) et ceux provenant des excédents budgétaires et/ou commerciaux non liés aux ressources pétrolières.

Les objectifs des fonds souverains peuvent être différents d’un Etat à un autre. On distingue principalement 5 types :

1. Les fonds de stabilisation

Comme le nom l’indique, ce sont des fonds souverains créés dans le but de stabiliser l’économie d’un pays. En effet, beaucoup de ressources financières de plusieurs pays proviennent de l’exportation des matières premières lesquelles dépendent des prix sur le marché international.

La fluctuation des prix internationaux

Impact macroéconomique des fonds souverains

Impact macroéconomique des fonds souverains

Impact macroéconomique des fonds souverains

Université d’Aix-Marseille

Mémoire de fin d’études

Mémoire proposé pour l’obtention du Master 2 Management des risques financiers

Impact macroéconomique des fonds souverains

Impact macroéconomique des fonds souverains

Présenté par :

MBADINGA Brolın Wılfrıed

Sous la direction de :

CARPANTIER Jean Françoıs

Septembre 2020

Avertissement

L’Université n’entend donner aucune approbation ni improbation aux opinions émises dans ce mémoire : ces opinions doivent être considérées comme propres à leur auteur.

Remerciements

Merci à toutes les personnes qui m’ont soutenu, ma mère, mes amis, mes enseignants. Merci à Bouloualou Yes Sephora pour son amitié infaillible, enfin un grand merci à la personne qui compte le plus pour moi : Eliane Jessie. Ta patience, ton engagement et ton soutien inconditionnel seront récompensés un jour.

Table des matières

Résumé de l’étude 8

Approche méthodologique 10

Introduction 12

1 Approche définitionnelle et vue d’ensemble 13

1. 1 Approche définitionnelle 13

1. 1. 1 Définition des concepts et objectifs des fonds souverains 13

1. 1. 2 Historique de création des fonds souverains 15

1. 2 Vue d’ensemble sur les fonds souverains 16

1. 2. 1 Évolutions des fonds souverains 18

1. 2. 2 Répartition géographique des fonds souverains 19

1. 2. 3 Investissement et transparence des fonds souverains 19

2 Analyse économique et étude comparative 21

2. 1 Analyse économique 21

2. 1. 1 Revue de la littérature 21

2. 2 Analyse descriptive et comparative 23

2. 2. 1 Présentation des données 23

2. 2. 2 Analyse des données et comparaison en terme de moyenne 25

2.

Get The Latest Updates
Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

Pas de spam, notifications uniquement sur les nouveaux mémoires.

En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Les auteurs·trices

Publier son mémoire!
La diffusion du mémoire de fin d'études sur WikiMemoires
Aujourd'hui!
Retour haut de page