La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
École des Hautes Études Commerciales - HEC Montréal Affiliée à l’université de Montréal
Mémoire présenté en vue de l’obtention du grade de maître ès sciences (M.Sc.) - Août 2003

Les différents agents de changement RH et ses gestes

  1. Le rôle des professionnels RH lors d’un changement organisationnel
  2. La gestion du changement organisationnel – la revue de littérature
  3. Les travaux de Frances Fuller et les travaux de Gene E. Hall
  4. Les travaux de Céline Bareil: les changements organisationnels
  5. Les différents agents de changement RH et ses gestes
  6. L’attente dans la construction du rôle d’agent de changement
  7. Les études sur professionnel RH: Conner et Ulrich, Walker et Reif
  8. L’étude de Caldwell sur le rôle des professionnels RH
  9. Bilan des connaissances acquises à travers la littérature théorique
  10. Le professionnel des relations publiques

Les différents agents de changement RH et ses gestes

2. L’agent de changement et ses gestes

Un agent de changement est tout acteur qui assiste un individu ou un groupe d’individus dans le développement de leurs compétences de manière à utiliser un changement plus efficacement (Hall et Hord, 1987, page 11).

Selon Hall et Loucks (1986; dans Hall et Hord, 1987), le support offert aux destinataires durant la mise en œuvre du changement est décisif du succès du projet de changement.

La théorie des phases de préoccupations permet ainsi à l’agent de changement de positionner les préoccupations des destinataires, permettant de guider son action et de faciliter l’apport d’interventions qui viennent répondre aux besoins du moment.

À ce sujet, Hall et Hord (1987) soulignent l’importance de « faire quelque chose » (to do something !) suite au diagnostic du vécu des destinataires.

Selon ces auteurs, l’efficacité d’un agent de changement se mesure en terme d’efforts consentis pour faciliter le processus de mise en oeuvre du changement. Ainsi, un agent de changement efficace ne manque jamais une occasion pour « faire quelque chose » afin de faciliter l’adoption individuelle des destinataires.

Il demeure éveillé et guette les opportunités pour agir, adapte ses interventions selon les besoins évolutifs des destinataires et développe une vision systémique afin d’apprécier les répercussions de ses actes sur l’ensemble du déploiement du projet.

2.1. Les différents agents de changement

Hall et son équipe (1987) signalent l’utilité de partager cette responsabilité et d’encourager les membres de l’organisation à prendre une part active dans le processus de changement. À ce sujet, ils mentionnent :

« A change facilitator can be anyone. (…) It’s not important where on the organizational chart the person falls; what is important is that facilitators support, help, assist, and nurture. Sometimes, their task is to encourage, persuade, or push people to change, to adopt an innovation and use it in their daily work. (…)

We believe this person, in working directly with people who are expected to change, must engage this very human challenge in a personalized, caring way ». (Hord, Rutherford, Huling-Austin et Hall, (1987, page 12).

Bareil et Savoie (1999) retiennent le leadership et la façon dont il s’exprime en période de changement comme éléments fondamentaux d’une gestion efficace du changement.

D’ailleurs, les recherches en management suggèrent que l’exercice des rôles liés à un leadership de type « transformationnel » est crucial dans une situation caractérisée par une transformation organisationnelle importante.

Selon Bass (1985), les leaders transformationnels font augmenter les degrés d’effort, d’efficacité et de satisfaction chez leurs subordonnés au moyen de leur charisme, de l’inspiration, de leur capacité à prendre en considération les besoins de chacun ainsi que de la stimulation intellectuelle des idées, attitudes et valeurs de leurs subordonnés (dans Hafsi et Demers, 1997).

Étant source d’inspiration, ces agents de changement se caractérisent par leur volonté d’élever le niveau de conscience des subordonnés en ce qui a trait à l’importance d’obtenir les résultats valorisés.

Ils incitent au dépassement des intérêts personnels au profit de ceux de la collectivité, ils élèvent le niveau des besoins des subordonnés en leur faisant prendre conscience de leur potentiel et de ce qu’ils tentent d’accomplir collectivement (Bass et Av iolo, 1990; dans Hafsi et Fabi, 1997).

Selon Hafsi et Fabi (1997), ces leaders transformationnels, en étant catalyseurs et souvent champions du changement, peuvent être des agents de changement décisifs dans les organisations.

Toutefois, Rondeau (1999) apporte une nuance intéressante à ces propos. Selon lui, le changement n’est pas le fait d’un ou de quelques acteurs qui le « gèrent » et d’une multitude d’autres qui le « subissent ».

L’auteur est d’avis qu’une transformation réussie ne peut s’improviser ni être laissée à la seule intuition de quelques acteurs, pas plus qu’elle est le fait d’une simple décision stratégique capable d’entraîner une restructuration et la mise en place de systèmes de gestion pour la soutenir.

Le changement n’est donc pas lié au seul leadership organisationnel, mais il s’agit plutôt d’un phénomène social qui concerne tous les acteurs touchés. Pour que le changement soit un succès, ces acteurs doivent incarner le changement et non simplement l’observer.

L’auteur aborde ainsi la question de l’encadrement du changement, qui renvoie au partage des rôles et responsabilités entre les acteurs impliqués dans la conduite du changement.

Ainsi, selon Bernier, Bareil et Rondeau (2003), la conduite d’un changement nécessite la coordination de trois niveaux d’intervention : (1) le niveau stratégique qui touche la définition de la vision et des enjeux de la transformation, (2) le niveau fonctionnel où s’effectue l’ajustement de l’infrastructure et (3) le niveau opératoire qui renvoie aux activités qui se voient directement transformée et les acteurs qui sont les porteurs immédiats du changement.

Rondeau (1999) rappelle que tout changement est le fait d’acteurs organisationnels qui incarnent la visée organisationnelle, qui s’y investissent parce que ce changement représente un enjeu pour eux et qu’ils considèrent avoir un rôle à y jouer.

L’auteur identifie trois acteurs principaux lors d’une transformation : (1) la haute direction qui se doit d’exercer les rôles stratégiques requis par le changement, (2) les « champions » et les « équipes porteuses » du changement qui constituent les leviers opératoires de la mise en œuvre du changement et (3) les différentes « personnes touchées » par le changement, appelés « destinataires » dans la présente étude.

Or, il apparaît que c’est par le travail d’un ou de plusieurs « champions », appuyés par des « équipes porteuses », que la transformation va s’opérer. L’auteur précise :

« Il est important qu’une masse critique d’individus incarne dans l’action les buts poursuivis par la transformation et traduise tant au niveau fonctionnel (dans l’encadrement et les systèmes de gestion) qu’au niveau opératoire (dans les activités mêmes de l’organisation) les visées stratégiques de la transformation.

C’est par l’émergence de cette masse critique de personnes préoccupées de changer que la nouvelle forme organisationnelle va devenir réalité. » (Rondeau 1999, page 154)

Face à ce constat, il est légitime de se demander qui donc en organisation représentent cette masse critique d’individus qui personnaliseront le(s) agent(s) de changement ?

2.1.1. Le rôle de la haute direction

Il apparaît que l’engagement de la haute direction est un facteur de succès incontournable valable pour n’importe quel type de changement organisationnel et demeure la condition la plus significative de toutes les conditions de succès (Fabi, Martin et Valois, 1999; Lloyd- Walker, Cheung, 1999; Rondeau, 1999; Applebaum et Wolh, 2000).

Trop souvent, les dirigeants sont énormément impliqués au début mais leur élan s’estompe et que leur implication diminue à mesure que le projet de changement progresse (Rondeau, 1999; Applebaum et Wolh, 2000).

Lorsque la ligne hiérarchique se désinvestit trop tôt, les chefs de projet et les équipes de travail ne se sentent plus soutenus et le changement risque de se diluer sous le poids des résistances.

Rondeau, Lemelin et Lauzon (1995) déplorent que l’équipe dirigeante limite trop souvent son implication à des gestes qui l’engagent peu comme la sollicitation de l’appui des cadres de premier niveau ou la diffusion de messages qui visent à justifier et encourager le changement.

Peu d’actes et de discours concrets sont posés pour, notamment, rassurer les destinataires (garantie sur l’emploi, consultation des syndicats, mobilisation de moyens humains et financiers, etc.) et elle prend rarement position quand des questions concrètes surgissent sur les conséquences du processus de changement ou quand des conflits apparaissent.

Tous les auteurs s’accordent donc pour rappeler aux dirigeants l’importance de continuellement maintenir l’attention de l’organisation centrée sur les objectifs du changement tout au long du processus et non se laisser accaparer par la routine quotidienne après les premières étapes.

Lloyd-Walker et Cheung (1999) maintiennent la nécessité pour les gestionnaires de haut niveau d’être visiblement impliqués durant tout le projet de changement, puisque leur implication détermine ce qui est perçu comme important par les destinataires.

Outre ce consensus sur ce besoin d’implication continue, il est difficile de véritablement dresser des comportements précis à mettre de l’avant lors d’un changement organisationnel et qui pourraient permettre de faciliter l’adaptation des destinataires au changement.

Les différents agents de changement RH et ses gestes

2.1.2. L’agent de changement RH

Selon Fabi, Martin et Valois (1999), un comité de pilotage du changement doit pouvoir compter sur des personnes, internes ou externes à l’organisation, qui possèdent une expertise en gestion des ressources humaines, en changement organisationnel ou en facilitation des processus de changement.

Selon ces auteurs, l’adaptation des pratiques de GRH aux nouvelles valeurs et aux nouveaux modes de fonctionnement privilégiés est déterminant du succès d’une transformation organisationnelle.

Cette constatation, vérifiée empiriquement, contribue à justifier l’intégration de professionnels RH dans les comités de pilotage des transformations organisationnelles. Cornet (1998) va dans le même sens en déplorant la faible légitimité des professionnels RH comme partenaire du changement dans les cas de réingénierie.

Pourtant, les rôles qu’ils pourraient y jouer sont nombreux et essentiels au succès de la transformation (plan de formation, programme de communication, restructuration des échelles salariales, révision des critères d’embauche et d’évaluation, développement des systèmes de reconnaissances, gestion des carrières, accompagnement et suivi, élaboration d’une nouvelle culture d’entreprise, etc.)

Mais les études montrent encore que les professionnels RH ne sont pas identifiés comme des acteurs clés du processus de changement (Hall et al. 1993; Ardhaldjian et Fahner, 1994; Roy et al., 1995; dans Cornet 1998).

En fait, la lecture des problématiques humaines et la compréhension du phénomène humain en organisation relèvent souvent, par association logique, de la gestion des ressources humaines.

D’ailleurs, plusieurs écrits dans la littérature font la promotion d’une gestion des ressources humaines « à valeur ajoutée » dite plus efficace et plus stratégique, revêtant un caractère proactif et intégrateur entre la gestion des activités RH et la gestion globale de l’entreprise.

Or, l’amélioration de l’efficacité de la fonction RH exige de repenser son rôle au sein des entreprises.

Ceci n’est pas étranger aux propos de Ulrich (1996) avec le dorénavant classique en la matière, « Human Resources Champions », qui décrit comment la fonction RH, trop souvent cantonnée à la gestion administrative du personnel, peut devenir un levier majeur de compétitivité et de création de valeur pour l’entreprise.

Son ouvrage fait donc la promotion de quatre nouveaux rôles RH au sein des organisations : (1) le partenaire stratégique qui accompagne la mise en œuvre de la stratégie, (2) l’expert administratif qui optimise la gestion des tâches administratives, (3) le champion des employés qui favorise la motivation des employés et (4) l’agent de changement qui assure la promotion et le déploiement du changement.

L’illustration 2 positionne chacun de ces rôles selon deux axes : (1) le « focus » qui va du long terme avec la dimension stratégique, au court terme avec la dimension opérationnelle, et (2) les activités avec la gestion des ressources, outils et systèmes jusqu’à la gestion des personnes.

Illustration 2 : Modèle des rôles des professionnels RH (Ulrich, 1996)

Modèle des rôles des professionnels RH (Ulrich, 1996)

Source : Ulrich (1996, page 24)

Notre attention porte évidemment sur le rôle d’agent de changement et de ses implications au sein de l’organisation compétitive.

À ce titre, l’auteur reconnaît que, dans la quête d’une meilleure compétitivité menant au succès de l’organisation, la capacité de gérer le changement représente la compétence la plus importante à développer pour un professionnel RH (Ulrich, 1996, page 31).

Ainsi, selon l’auteur, le professionnel RH qui agit à titre d’agent de changement doit initier et mettre en œuvre le changement tout en s’assurant de développer une culture entrepreneuriale visant à faciliter la venue du changement et à développer la capacité de l’organisation à changer dans le futur.

Face à ces deux enjeux, Ulrich (1996) soulève différentes étapes menant à leur atteinte et souligne quelques traits et attitudes gagnantes pour y parvenir (être un catalyseur, un sponsor, un facilitateur, un designer, un démonstrateur, etc.).

En somme, un professionnel RH agissant à titre d’agent de changement oriente principalement ses activités sur le diagnostic de différentes problématiques vécues en milieu de travail, sur la construction d’une relation de confiance entre les membres de l’organisation, sur l’articulation de solutions face aux lacunes identifiées et à l’établissement de plans d’actions susceptibles d’y répondre.

Or, le portrait de l’agent de changement RH de Ulrich (1996) apparaît, à notre avis, comme un acteur essentiel et actif d’un projet de changement.

De par son action, nous croyons qu’il peut aisément personnaliser un des « champions » du changement ou être un participant actif des « équipes porteuses » du changement, tel que proposé par Rondeau (1999).

Seulement, il nous apparaît aussi que la littérature entourant le concept agent de changement RH et de son rôle dans une fonction RH sensible aux questions de gestion du changement est très prescriptive.

Même Ulrich (1996) souligne que les professionnels RH ne sont pas encore confortables et ne sont pas entièrement compétents et efficaces dans leur rôle d’agent de changement (page 44). L’auteur déplore encore que :

« Too often, HR functions are seen as lagging behind in innovation, flexibility, and change, as caretakers of tradition, embodied in policies and procedures, rather than trailblazers » (Ulrich, 1996, page 218).

Aussi, nous constatons que le concept d’agent de changement RH s’articule généralement dans une logique très systémique à partir de laquelle il nous est difficile de véritablement conceptualiser son action aux niveaux fonctionnel et opératoire de la transformation.

En somme, le concept d’agent de changement et son rôle dans la fonction RH renouvelée semble encore figée par des théories cherchant à atteindre un idéal. Même si le concept d’agent de changement est aujourd’hui sur toutes les lèvres, sa conceptualisation reste encore ambiguë et ses véritables implications pratiques sont nébuleuses.

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.