La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
University of BUEA - Advanced school of division I
A Thesis Submitted to Division I of the Advanced School of Translators and Interpreters (ASTI) - October 2020

La définition du genre et le genre dans la langue lamé

  1. Genre et concept de dieu dans la traduction du nouveau testament
  2. Mountchi Gilbert
  3. Contexte et motivation et Problématique – Structure du travail
  4. Présentation de la langue lamé : histoire et dénominations
  5. La langue lamé : système d’écriture, classification linguistique
  6. La définition du genre et le genre dans la langue lamé
  7. La traduction du genre de Dieu et de la Bible en lamé
  8. La réception et l’analyse de la réception des traductions
  9. Théorie de traduction du genre et théorie féministe de traduction
  10. Cadre méthodologique, problèmes de traduction du genre de Dieu
  11. Kawvun mǝ Mbrew kǝ Nyeme et Louis Segond 1910
  12. Problèmes de traduction du genre liés au nom et attributs de Dieu
  13. Problèmes de traduction bibiliques liés aux pronoms et adjectifs
  14. Résultats: réception de la traduction du genre de Dieu en lamé

La définition du genre et le genre dans la langue lamé

2.2. Cadre conceptuel

Les concepts clés de cette étude notamment le genre, le genre dans la langue lamée, la traduction de la Bible et la réception de la traduction seront présentés de fin en comble afin de faciliter sa compréhension.

2.2.1. Genre

Concept polysémique, il existe plusieurs catégories du genre. Il est également marqué par plusieurs catégories grammaticales.

2.2.1.1. Définition du genre

Le terme « genre » vient du latin « genus », devenu en ancien français « gendre ». Ce mot a d’abord épousé le sens de « catégorie, type, espèce » et même de « sexe ». C’est un concept polysémique qui peut désigner plusieurs notions :

  • En biologie, le genre est un rang taxinomique qui regroupe un ensemble d’espèces ayant en commun plusieurs caractères similaires.
  • En mathématique, le genre est une propriété de plusieurs types de surfaces ou de courbes.
  • En physique, le genre est une propriété d’un quadrivecteur.
  • En sciences sociales, le genre fait référence aux différences non biologiques entre les femmes et les hommes.
  • Dans les arts, le genre est la classification typologique des œuvres qui réfère à un ensemble traditionnel de caractéristiques matérielles et finales.
  • En linguistique, le genre est une caractéristique des noms dont les catégories sont limitées à deux ou trois dans les langues indoeuropéennes.

Ainsi, dans le cadre de cette étude, nous allons particulièrement nous appesantir sur le genre linguistique.

2.2.1.2. Catégories de genre

Le genre linguistique peut être regroupé en quatre grandes catégories notamment le genre social, le genre lexical, le genre pronominal et le genre grammatical.

2.2.1.2.1. Genre social

Le genre social fait référence à la signification d’un nom dans une société ou dans une culture donnée. Il exprime les rapports sociaux de sexe, la construction sociale des caractéristiques, des valeurs et des normes attachées au féminin et au masculin par la culture, l’éducation, les institutions etc.

Ces rapports sociaux entre femmes et hommes, qui se transforment et évoluent en permanence selon les époques et les contextes, sont marqués, dans toutes les régions du monde, par une hiérarchisation et des inégalités au détriment des femmes.

En particulier, les hommes sont dominants en matière de pouvoir et de prise de décision au niveau politique et économique, tandis que le travail domestique et ménager des femmes reste invisible et non pris en compte dans les richesses nationales.

2.2.1.2.2. Genre lexical

Le genre lexical fait plus référence au vocabulaire qu’à la grammaire d’une langue. Il s’intéresse à la propriété du masculin ou du féminin non linguistique telle que l’opposition mâle et femelle, homme et femme, ou par l’ajout d’un affixe, comme dans prince-princesse.

Il est plus particulièrement important dans la constitution du vocabulaire où la distinction de sexe biologique ou culturelle est importante. C’est le cas chez les animaux domestiques (taureau-vache, étalon-jument), dans la terminologie de parenté (père-mère, fils-fille, tante-oncle), dans certaines titres (roi-reine).

2.2.1.2.3. Genre pronominal

Selon Corbett (1991 : 12), dans les langues dites à genre pronominal, “gender is marked solely on personal pronouns” [le genre est uniquement marqué sur les pronoms personnels (notre traduction)].

La langue anglaise est une belle illustration des langues à genre pronominal, notamment à la troisième personne du singulier. Les pronoms he/she/it sont employés comme suit : « he » est pour les êtres humains de sexe masculin, « she » pour les êtres humains du sexe féminin et « it » pour les choses.

2.2.1.2.4. Genre grammatical

Le genre grammatical est une catégorie grammaticale qui permet de répartir certaines classes lexicales (noms, pronoms, verbes, adjectifs, participes passés) en un nombre fermé de catégories (le masculin, le féminin et ou le neutre) répondant très vaguement à des critères liés au sexe, pour les mots représentants des êtres animés.

Dans la majorité des langues qui connaissent le genre, ce sont plus généralement le nom, le pronom, l’adjectif, le participe passé, et plus rarement le verbe (en arabe par exemple) qui sont susceptibles d’exprimer le genre.)

2.2.1.3. Classes grammaticales exprimant le genre

En principe, ce sont les noms, les pronoms, les adjectifs, les déterminants, les participes passées et plus rarement les verbes qui expriment le genre grammatical en fonction des langues.

2.2.1.3.1. Noms

Les noms servent à désigner et à nommer une personne, une chose ou un objet. Dans la plupart des langues à genre, ils s’accordent en genre et en nombre et sont pour certaines langues précédés d’un déterminant.

2.2.1.3.2. Pronoms

Les pronoms servent à remplacer un nom ou un groupe nominal. Il existe plusieurs types de pronoms notamment les pronoms personnels, les pronoms possessifs, et les pronoms démonstratifs. Ils s’accordent en genre et en nombre avec les noms qu’ils désignent.

2.2.1.3.3. Adjectifs

Les principaux adjectifs sont entre autres, les adjectifs qualificatifs, les adjectifs possessifs, et les adjectifs démonstratifs. Ils s’accordent selon les langues en genre et en nombre avec le sujet. Dans certaines langues ce ne sont pas tous les types d’adjectifs qui portent les marques du genre. C’est le cas de l’adjectif qualificatif en lamé.

2.2.1.3.4. Déterminants

Dans les langues comme le français, les déterminants précèdent le nom. Sans le déterminant, la phrase ne veut rien dire. De plus, le déterminant apporte des renseignements sur le genre et le nombre du nom.

2.2.1.3.5. Verbes

Le verbe est au cœur de la phrase. Il est son noyau. Un verbe est généralement conjugué. Il a un mode et un temps. Ils portent rarement le genre auf dans certaines langues comme l’arabe ou le basque qui distinguent le féminin du masculin.

2.2.2. Genre dans la langue lamé

2.2.2.1. Généralités

En lamé, il existe deux types de genre : le masculin et le féminin. À l’intérieur de ce classement nous avons également l’opposition animé et inanimé.

Les catégories grammaticales susceptibles d’exprimer le genre sont : les noms, les pronoms (pronoms personnels, possessifs, démonstratifs etc.), et les adjectifs (adjectifs possessifs et démonstratifs).

Le féminin est le genre le plus utilisé : c’est le genre par défaut. La marque du féminin et du masculin apparait aux 2e et 3e personnes du singulier. En lamé, le genre est inexistant au pluriel. Ainsi, leur répartition se présente comme suit :

  • Le féminin : Il s’applique généralement à deux catégories de noms :
    • Les noms faisant référence aux êtres inanimés ;
    • Les noms faisant référence aux femelles des animaux et des êtres humains.
  • Le masculin quant à lui est assigné aux noms faisant référence aux mâles d’animaux et des êtres humains.

2.2.2.2. Genre des noms

Le genre des substantifs est représenté à deux niveaux en lamé : au niveau des noms ayant des équivalents féminins préétablis et des noms n’ayant pas de féminin préétabli.

1.Les noms ayant des équivalents féminins préétablis

Sans article apparent pour indiquer le genre, les noms de personnes et de certains animaux domestiques ont une forme masculine et une équivalente féminine c’est le cas de :

  • Noms de personnes
Femelle Male
Ba (mâle, père) Ya (femelle, mère)
Nji (mari) Ma (femme)
Bǝ (celui) I (celle)
Vay ji (garçon) Vay ma (fille)
Njasi (oncle maternel) Ya hob (tante maternelle)
Njǝr (frère) Njar (sœur)

Tableau 2 : Noms de personnes ayant des équivalents féminins préétablis

  • Noms d’animaux

Pour les noms de certains animaux domestiques, seule la forme masculine est préétablie. La forme féminine s’obtient en ajoutant « ya » au nom commun signifiant « femelle de ». Ci-dessous la liste complète de ces noms.

Nom commun Mâle Femelle
Naw (bœuf) Ngari (taureau) Ya naw (vache)
Hu (chèvre) Kǝday (bouc) Ya hu (chèvre)
Cime (mouton) Gam (bélier) Ya cime (brebis)
Siŋak Gulok (coq) Ya siŋak (poule)

Tableau 3 : Noms des animaux ayant une forme masculine préétablie et des équivalents féminins

Il est à noter que dans le langage courant, le vocable «ba » (mâle de) est de plus en plus utilisé pour ces catégories de noms (par exemple : ba gulok pour le coq, ba ngari pour le taureau). Mais il est un pléonasme à éviter. Car ces noms sont uniquement réservés aux mâles de ces animaux, par conséquent, inutile d’ajouter «ba ».

La définition du genre et le genre dans la langue lamé

2.Noms n’ayant pas d’équivalents préétablis

Les noms n’ayant pas d’équivalents préétablis forment leurs genres (masculins/féminins) en ajoutant « bǝ » signifiant du genre masculin et « I » signifiant du genre féminin au nom commun.

  • Noms de personnes
Masculin Féminin
Bǝ kura nya (l’agriculteur) Ikura nya (l’agricultrice)
Bǝ ta’kwa (l’enseignant) I ta’kwa (l’enseignante)
Bǝ po’fur (le prêtre, sacrificateur) I po’fur (la prêtresse, la sacrificatrice)
Bǝ ndak (le riche) I’ndak (la femme riche)

Tableau 4 : Noms de personnes n’ayant pas d’équivalents préétablis

  • Noms d’animaux

Les noms d’animaux au masculin et féminin sont précédés de « ba » et « ya » signifiant respectivement « mâle de » et « femelle de ».

Nom commun Mâle Femelle
Kor (l’âne) Ba kor (l’âne) Ya kor (l’ânesse)
Vir (le singe) Ba vir (le singe) Ya vir (la guenon)
Puk puk (le canard) Ba puk puk (le canard) Ya pik pukuk (la canne)
Ada (le chien) Ba ada (le chien) Ya ada (la chienne)
Lum (le lion) Ba lum (le lion) Ya lum (la lionne)

Tableau 5 : Noms d’animaux n’ayant pas d’équivalents préétablis

2.2.2.3. Genre des pronoms

Les marques du masculin/féminin en lamé sont représentées aux 2e et 3e personnes du singulier au niveau des pronoms personnels, pronoms possessifs et pronoms démonstratifs.

2.2.2.3.1.Pronoms personnels

Les pronoms personnels permettent de désigner des personnes (y compris soi-même) sans les appeler par leur nom ou de remplacer un nom ou un groupe nominal déjà mentionné auparavant. Ils sont structurés en genre (masculin/féminin) et en nombre (singulier/pluriel). Ci-dessus le tableau des pronoms personnels en lamé.

Personnes Pronom Sujet Pronom tonique Pronom complément
Singulier
1ere pers. Na (je) Na (moi) Ma (me)
2e pers. Mas. Ha (tu) Ha (toi) Wû (te)
2e pers. Fem. Hǝŋ (tu) Hǝŋ (toi) mǝŋ (te)
3e pers. Mas. Hum (il) Um (lui) Num (se, le)
3e pers. Fem. Ta (elle) Ta (elle) Sǝ (se, la)
Pluriel
1er pers. Namba (nous) Namba, mba (nous) Mba (nous)
2e pers. Hi (vous) Hi (vous) Hi (vous)
3e pers. Handay (ils/elles) Handay, nday (eux, elles) Nday (se, ils, elles)

Tableau 2 : Pronoms personnels en lamé

2.2.2.3.2. Pronoms possessifs

Les pronoms possessifs remplacent un nom tout en précisant à qui appartiennent les personnes, les choses dont on parle. Il s’accorde en genre (masculin/féminin) et en nombre (singulier/pluriel) avec le nom qu’il représente.

Lamé Français
Mǝ na (Le mien, la mienne, les miens, les miennes)
Mǝ ha (Le tien, les tiens)
Mǝ ta (La tienne, les tiennes)
Mǝ mum (Le sien, les siens)
Mǝ hǝŋ (La sienne, les siennes)
Mǝ namba (Le nôtre, la nôtre, les nôtres)
Mǝ hi (Le vôtre, les vôtres)
Mǝ handay (Le leur, la leur, les leurs)

Tableau 3 : Pronoms possessifs en lamé

2.2.2.3.3.Pronoms démonstratifs

Il sert à désigner les personnes, les animaux ou les choses dont on parle. Il montre ou présente des éléments qui vont ainsi pouvoir être mis en relief, parfois à l’aide d’un geste. À quelques exceptions près, il varie en genre (masculin/féminin) et en nombre (singulier/pluriel).

Masculin Féminin
Swǝ mǝni (Celui) Swǝ mǝti (Celle)
Swǝ mǝnay (Celui-là) Swǝ mǝday (Celle-là)
Swǝ mǝni nǝ (Celui-ci) Swǝ mǝti rǝ (Celle-ci)
sȏwȃ (Ceux, Celles)
sȏwȃ mǝnay (Ceux-là, celles-là)
sȏwȃ mǝni (Ceux-ci, celles-ci)

Tableau 4: pronoms démonstratifs en lamé

2.2.2.4. Genre des adjectifs

En lamé, ce sont généralement les adjectifs possessifs et démonstratifs qui portent la marque du genre.

2.2.2.4.1.Adjectifs possessifs

Ils indiquent l’appartenance à une personne, à un groupe. L’adjectif possessif s’accorde avec le nom (masculin/féminin, singulier/pluriel). Il se place toujours après le nom.

Il existe deux types d’adjectifs possessifs. Il s’agit notamment des adjectifs possessifs aliénables qui désignent les parties du corps (avec quelques exceptions) et des adjectifs possessifs inaliénables qui des objets possédés hors du corps humain.

Pronoms possessifs Illustrations
Na, rin (mon, ma, mes) Ba na ou ba rini (mon père)
Wȗ, ha, ru (ton, tes) Ba wȗ ou ba ha ou ba ru (ton père)
Mǝŋ, hǝŋ (ta, tes) Ba mǝŋ ou Ba hǝŋ (ton père pour une femme)
Um (son, ses) Ba um (son père)
Ta, sǝ (sa, ses) Ba ta ou ba sǝ (ton père pour une femme)
Namba, mba (notre, nos) Ba mba ou ba namba (notre père)
Ni, hi (votre, vos) Ba hi ou ba ni (votre père)
Nday, handay (leur) Ba nday ou ba handay (leur père)

Tableau 5 : Adjectifs possessifs en lamé

Il existe aussi des adjectifs possessifs inaliénables désignant spécifiquement la filiation

Buu = ton père (s’adressant au genre masculin)
Biŋ = ton père (s’adressant au genre féminin)
Suu = ta mère (s’adressant au genre masculin)
Shiŋ = ta mère (s’adressant au genre féminin)
Bî = votre/vos père/s
Shî = votre/vos mères

2.2.2.4.2.Adjectifs démonstratifs

Les adjectifs démonstratifs servent à indiquer une personne, un animal ou une chose. L’adjectif démonstratif se place toujours après le nom en lamé.

Adjectifs démonstratif Exemples
Mǝni (ce) Vay mǝni (ce garçon)
Mǝti (cette) Vay mǝti (cette fille)
Mǝni kuni (ces) Sumra mǝni kuni (ces hommes)
Mǝnay (ce ou cette lointain) Gu mǝnay (cet arbre)

Tableau 6: Adjectifs démonstratifs en lamé

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.