La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
Kedge Business School
Mémoire de Master 2 Programme Grande Ecole promotion 2024

La maire de Paris : la gestion des ressources et les conflits

  1. La gouvernance de Paris et la performance de la mairie
  2. Jean Rosset
  3. L’histoire de Paris : du moyen-âge au 20ème siècle
  4. Quel est l’état de l’organisation de la mairie de Paris ?
  5. La ville de Paris et les relations avec les organismes extérieurs
  6. Maire de Paris : décisions, mises en œuvre et politiques et l’Etat
  7. Performance globale de la ville de paris
  8. La maire de Paris : la gestion des ressources et les conflits
  9. Quels sont les résultats de la mairie de Paris ?
  10. Discussion des résultats-document de la mairie de Paris

La maire de Paris : la gestion des ressources et les conflits

C. La gestion des ressources

1) Quelles sont les ressources disponible et comment sont elles utilisées ? avec notamment les ressources financières et humaines

En ce qui concerne les ressources humaines, on compte des agents de droits publics qui peuvent être des fonctionnaires, des contractuels ou des vacataires.

On compte aussi des agents de droit privé.

Le cadre du statut de la fonction publique territoriale s’applique pour « les congés, le temps partiel, les positions, la notation, les cessations de fonctions, les stagiaires. »

Le cadre du statut de la fonction publique de l’Etat s’applique pour « l’organisation en corps, le recrutement par concours, la formation professionnelle, les droits syndicaux, la hiérarchie des sanctions disciplinaires, l’organisation des commissions administratives paritaires par corps et le mode de désignation des représentants du personnel dans les organismes consultatifs ».

La direction des ressources humaines s’occupe des effectifs avec les placements dans la carrière et l’ensemble du suivi et gère chaque domaine des ressources humaines.

L’appréhension de chaque individu et la décision est centralisée.

Ils centralisent des décisions de gestion individuelle (le reclassement, par exemple) et la gestion de certaines catégories de personnel (agents détachés, agents mis à disposition, par exemple) .

Les ressources humaines ont une organisation de division en fonctions et parfois en catégorie d’effectif en charge.

On connait l’état des lieux de la direction des ressources humaines avec : « les bureaux de gestion de personnel (bureau des personnels d’encadrement supérieur, bureau des personnels ouvriers…), le bureau du recrutement, le bureau du statut, le secrétariat du conseil de discipline, le bureau de la formation, le bureau des rémunérations, le bureau des pensions, le service de la santé, hygiène et sécurité au travail, le service des affaires générales, la mission GPEEC, la mission communication interne, le bureau d’accueil et d’information des personnels ainsi que le service organisation et méthodes informatiques. » (Laval F. et Thierno Diallo A., 2007)

La ville de Paris compte 55000 agents qui travaillent sur 3000 emplacements différents On compte aussi un secrétariat général, 20 directions de la ville et une inspection générale. . (les clés)

Globalement, les effectifs augmentent et le poids financier des charges de personnel surpassent de beaucoup Paris par rapport aux autres régions.

L’absentéisme est très présent en comparaison avec les autres administrations en France.

On peut pointer du doigt dans ses ressources humaines certaines mauvaises gestions avec ainsi des collaborateurs du maire embauché avec un vice de procédure ou encore le fait que la prime départementale récompense amplement des personnes haut placées déjà très favorisées. (L’équipe de la Fondation iFRAP., 2013)

Pour comprendre les effectifs de la ville, il faut analyser l’histoire et les statuts. Le personnel de la ville de Paris et celui de l’Etat est souvent considéré comme de qualité identique et excellente. Le personnel a un statut different en effet de celui de la fonction publique territorial et proche de celui assimilé à l’Etat. Il y a une grande spécificité de la ville. Son recrutement est quasiment identique à celui de l’Etat avec par exemple l’importance de L’ENA pour l’admission ou encore l’Ecole nationale des bibliothèques. (Spitz, P.E., 2004)

Il est intéressant de comprendre qu’évoluer d’abord pour un personnel de catégorie A dans le local n’offre pas de pénalités en terme d’avancement ni de majoration.

Il faut aussi comprendre le personnel de catégorie C souffre d’un grand manque d’attrait. (Inspection Générale. 2014-2015)

En plus de ces moyens humains, les politiques de la ville repose sur de la finance.

La ville a un budget consacré à la ville, un budget consacré au département et un consacré aux arrondissements.

Celui consacré pour la ville fait l’objet d’un vote chaque année par le Conseil de Paris avec « une section de fonctionnement et une section d’investissement ».

Le budget de la ville en 2014 était de 8,9 milliards d’euros. (7,5 Mds pour le fonctionnement (80%) et 1,4 Mds pour l’investissement. (20%)) . (Mairie 14ème, 2015)

Le budget de la ville a été dans le temps et aujourd’hui un élément majeur pour le pays. Cela notamment du fait que les rois avaient nommé Paris comme capitale. (Renaud J.P., 1993)

Ce budget important permet à priori amplement d’assurer les investissements sans utiliser démesurément l’endettement.

Les grands investissements réalisés correspondent aux promesses faites aux élections « la voirie, le logement social, la culture et la petite enfance ». On trouve davantage de transferts de recettes vers les collectivités locales. Le social connait une augmentation.

La mairie consacre plus de fonds au personnel. On constate une progression des recettes. Mais étant donné l’importance des investissements, l’endettement s’est vu fortement augmenté par la même occasion. (L’équipe de la Fondation iFRAP., 2013)

L’inspection générale a un grand rôle et son équipe dans le budget est de 49 personnes. (Inspection Générale., 2014-2015)

La maire actuelle considère que la culture a une place primordiale et le budget consacré à ce poste est très imposant. Pour compléter ce budget, est notamment fait appel au « mécénat, aux fondations et aux citoyens » (Hidalgo A., 2013)

Les conseils de quartier, au local, ont aussi un budget divisé en budget de fonctionnement pour les événements de 33206€ et un budget d’investissement pour l’obtention de matériels de 8262€. (Mairie 14ème, 2015)

image9

image10

Maire de Paris  décisions, mises en œuvre et politiques et l’Etat

(Mairie 14ème, 2015)

La maire de Paris  la gestion des ressources et les conflits

(Mairie 14ème, 2015)

image12

(Mairie 14ème, 2015)

image13

image14

D. La gouvernance

Cette gouvernance peut paraitre difficile à diriger du fait du nombre important d’acteurs et de la mauvaise cohérence et clarté des institutions et de disparités dans la main d’oeuvre. (Estèbe P., 2003)

E. Les conflits

1) Quels sont les conflits entre les acteurs de la mairie de Paris ? Par exemple, entre les élus et les fonctionnaires.

On trouve des conflits occasionnels entre les élus et le personnel. Ainsi lorsque les élus prennent des décisions qui ont un lien avec l’organisation de l’administration, le personnel peut réagir parfois avec lenteur pour supporter les élus et aussi avec opposition.

Certains élus en viennent ainsi à la conclusion d’une mauvaise adaptation de l’administration. Une volonté d’adaptation et de changements chez les élus n’a pas toujours un effet d’entrainement ou de mimétisme chez le personnel.

Le personnel ne voit pas toujours d’un bon oeil la prise en main de la ville par les élus. Le secrétariat général joue parfois lors de ces dissensions le rôle de juge même si cela est rendu difficile par les nombreuses logiques de pouvoir auquel le secrétariat est confronté.

Peut être que cette lenteur et manque d’adaptation perçue par certains élus n’est que le fruit du travail nécessaire, de la bonne complétion de chaque projet et de la bonne application des différents impératifs de l’administration.

Ce point est illustré par des rencontres survenues entre le personnel qualifié de la ville et les élus. Ainsi des témoignage dans le rapport découlant de ces rencontres soulignent les venues perturbantes et trop fréquentes des élus avec les cadres.

Ceux ci reçoivent trop souvent des directives d’élus et d’immixtion dans leurs dossiers. Les cadres ne sont pas tenus à priori à agir politiquement et à être aussi proches de la politique. (Spitz, P.E., 2004)

Ces conflits résultent souvent de la multiplicité des pouvoirs à l’oeuvre. Dans la ville de Paris, pour qu’il y ait une convergence du travail et des efforts vers une même direction, il faut agir malgré cette multiplicité. Cette multiplicité est souvent un frein pour la bonne réussite du collectif. (Renaud J.P., 1993)

2) Conflit entre mairie et citoyen

Mais ces conflits peuvent aussi être d’une autre nature. Il arrive que des tensions émergent entre la mairie de Paris et les citoyens. Mais ces tensions restent limitées. Le plus souvent le pouvoir politique en place est soutenu par une large partie de la population et les politiques qui arrivent ensuite sont largement approuvées et appliquées.

Lorsque les tensions sont là, elles se condensent le plus souvent dans l’espace public et dans les conseils législatifs et les partis politiques. Le gouvernement encaisse une bonne part des tensions additionnelles. (Savitch H.V., 1988)

F. Le local/ le régional/ l’Etat

1) Quelle différence constate on entre la ville de Paris et la province ?

IL y a une différence fondamentale de fonctionnement entre la ville de Paris et les autres villes de province telles que Marseille ou Grenoble. Les systèmes en place dans ces villes ne fonctionneraient pas au niveau de Paris.(Estèbe P., 2003)

2) Quels sont les conflit avec l’Etat ?

Le gouvernement craint d’établir des tensions avec la ville. Il ne veut pas entacher la démocratie et l’expression parisienne.

Mais la ville est puissante et avec de ressources impressionnantes, ce qui a toujours incité le pouvoir exécutif à s’intéresser à la ville et à vouloir les gérer. Les conflits entre l’Etat et la ville sont très nombreux. (Renaud J.P., 1993)

3) Quelles sont les relations avec les régions ?

De par sa puissance, la ville de Paris rayonne largement en comparaison à la province. La ville a toujours eu un certain isolement et un particularisme vis à vis des régions. Et même si en ces temps, elle consolide les relation avec les régions, les élus et les fonctionnaires de Paris restent concentrés sur la ville.

L’isolement de la ville pourrait être expliqué par le statut particulier des fonctionnaires à Paris ou par les politiques des différents partis parisiens très concentrés sur la primauté des parisiens. (Estèbe P., 2003)

G. Performance des relations avec organismes publics / privés

1) Quel est l’état des relations avec le secteur privé ? Quels sont les freins et les opportunités pour le secteur privé et la mairie ?

La ville a une excellente notoriété mais une partie trop importante de celle ci se fonde sur la « culture, des arts, du luxe et du savoir vivre ». La partie économique qui existe avec force n’est pas assez reconnue à l’échelle mondiale. Il faudrait améliorer les possibilités pour le commerce de s’implanter et prospérer avec surtout les logements à des prix intéressants.

Des prix trop élevés inciteront les entreprises à s’implanter à l’extérieur de Paris plutôt qu’à l’intérieur (surtout pour les activités tertiaires et le back office) (L’équipe de la Fondation iFRAP., 2013)

De leurs cotés, il y un réel intérêt pour Paris par les entreprises. Elles savent qu’elles ont accès à un vaste marché où elles pourront proposer leurs divers services et produits. Les entreprises font des démarches importantes pour s’y implanter. (Renaud J.P., 1993)

Mais la France limite néanmoins la capacité d’agir de ces entreprises. Quand le gouvernement décide de prendre une action, celle ci suivra son cours coûte que coûte et inversement. (Savitch H.V., 1988)

Madame Hidalgo explique que des investissements considérable ont permis des changements notables dans la ville. (Hidalgo A., 2013)

2) Résultats avec organismes gérés par ville

La ville est en collaboration constante et intense avec une myriade d’organismes.

On peut citer les musées parisiens, la maison du geste et de l’image, l’association « Maison d’Europe et d’Orient », l’Atelier de Paris Carolyn Carlson (APCC), la Gaieté lyrique, l’association Enfances au cinéma, l’association Bout’chou, le Centre d’information et de documentation jeunesse (CIDJ), la Bibliotèque historique de la ville.

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.