La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
Université Mohammed V de Rabat
Faculté des sciences juridiques, économiques et sociales - Agdal - Année 2021

Evolution des indicateurs de l’économie marocaine

  1. Le nouveau modèle de développement du Maroc: les réformes
  2. La consolidation des droits et libertés publiques au Maroc
  3. Evolution des indicateurs de l’économie marocaine
  4. Evolution sectorielle : agriculture, pêches maritimes et extraction minières
  5. Evolution su secteur secondaire de l’économie marocaine
  6. Les énergies renouvelables et l’offshoring au Maroc
  7. Système sanitaire marocain et couverture médicale de base
  8. La stratégie de la lutte contre la pandémie Covid 19
  9. L’éducation au Maroc: réformes, gestion et face au Covid 19
  10. Un développement économique au Maroc sans impact social
  11. Une croissance peu créatrice d’emploi et peu inclusive
  12. Les défaillances du système sanitaire marocain
  13. L’échec des réformes de l’enseignement au Maroc
  14. Les travaux de la commission spéciale du nouveau modèle de développement
  15. Suggestions pour surmonter les carences du secteur économique
  16. Le renforcement de l’Etat de droit et la modernisation de l’administration
  17. Placer l’éducation au cœur du développement du Maroc
  18. Une offre de soins de santé de qualité sur tout le Maroc

Evolution des indicateurs de l’économie marocaine

Section 2 : Atouts et fondements de l’économie marocaine :

§1 – Evolution des indicateurs économiques nationaux

Au cours des dernières années, l’économie marocaine a été caractérisée par sa stabilité macro économique couplée à une inflation basse et reposant sur les exportations.

Le taux moyen de croissance économique enregistré depuis 1980 jusqu’en 2017, s’élève à 4,13%. Ainsi, entre 1983 et 1993, avec l’adoption du programme d’ajustement structurel (PAS), le taux annuel moyen était de 4,11%, ce qui est lié aux performances du secteur agricole.

Entre 1994 et 2006 Le taux de croissance a été de 4,48, ce qui est lié à la vague de privatisation de la fin des années 90 et aux effets positifs des différentes réformes menées les années précédentes.

La dernière décennie de 2007 à 2017, marquée par la crise financière mondiale de 2008 et le printemps arabe de 2011, ne semble pas avoir eu d’impact sur la croissance économique au Maroc qui a fait preuve d’une résilience considérable durant cette période avec un taux annuel moyen de 3.9%.14 le PIB/Habitant quant à lui est passé de 16 003 Dhs en 1999 à 27 811 dDhs en 2018.15

Le Maroc a connu une forte inflation dans les années 80 et 90 qu’il a pu contrôler ce au cours des 20 dernières années.

Ainsi, après un taux d’inflation moyen atteignant les 6,3% au cours de la période allant de 1983 à 1993, ses efforts ont contribué à réduire ce taux moyen à 2,38% entre 1994 et 2006. Alors que la troisième phase a vu le taux moyen d’inflation atteindre son niveau le plus bas, variant atours de 1.58%.

Indicateurs de croissance 2017 2018 2019
PIB (milliards USD) 109.71 118.53 119.04
PIB (croissance annuelle en %) 4.2 3.0 2.3
PIB par habitant (USD° 3.148 3.366 3.345
Solde des finances publiques (en % du PIB) -4.2 -4.0 -4.0
Endettement de l’Etat (en % du PIB) 65.109 64.957 65.305
Taux d’inflation (%) 0.8 1.9 ———-

Indicateurs socio-économiques : taux de chômage :

En ce qui concerne l’emploi et la formation du capital humain, le Maroc a adopté la stratégie pour l’emploi 2015-2025 et la stratégie nationale de formation professionnelle 2015-2021 en 2015.

La stratégie pour l’emploi vise à augmenter la population active de 17% et à réduire le taux de chômage à 3,9% en 2025.16 Aujourd’hui le nombre de chômeurs a baissé, entre 2000 et 2018, de 1 367 769 à 1 168 000 personnes permettant ainsi au taux de chômage de gagner 3,6 points de pourcentage en passant de 13,4 % à 9,2%.

Par milieu de résidence, le taux de chômage est passé, durant la même période, de 21,4% à 14,2% en milieu urbain et de 5% à 3,5% en milieu rural.

14 Amina Haoudi et Ayoub Rahbi : taux de change et croissance économique au Maroc évidence empirique 2020 ; p.6
15 Ministère de l’économie, des finances et de la réforme de l’administration ; Rapport économique et financier 2019 ; P : 26
16 Groupe de la banque africaine du développement : Document de stratégie pays 2017 – 2021 / Royaume du Maroc p.25

Par sexe, ce sont les actifs masculins qui ont bénéficié le plus de la baisse du chômage avec, en moyenne 13 419 chômeurs en moins contre une hausse moyenne de 4 492 pour les femmes entre 2000 et 2018. Le chômage persiste ainsi chez les femmes citadines (25% contre 11,4% pour les hommes). Par contre, en milieu rural, le taux de chômage des femmes (2,5%) reste inférieur à celui des hommes (4%).17

17 Ministère de l’économie et des finances / Direction des études et des prévisions financières / EL BADI Safae ; Tableau de bord social 2019 ; P : 5 + Ministère de l’économie et des finances ; statistiques économiques et financières / indicateurs sociaux.

Répartition de l’activité économique par secteur agriculture industrie services
Emploi par secteur (en % de l’emploi total) 37.9 21.6 40.5
Valeur ajoutée (en % du PIB) 12.3 25.9 49.5
Valeur ajoutée (croissance annuelle en %) 2.7 3.0 2.7

Une amélioration continue du climat des affaires : l’édition 2018 du rapport Doing Business place le Maroc premier en Afrique du Nord et troisième dans la région MENA, après les Emirats Arabes Unis et le Bahreïn.

Evolution des indicateurs de l’économie marocaine

Echange commerciaux :

En 2018, les échanges commerciaux de marchandises avec le reste du monde enregistrent une progression de 10,1%. Ils se chiffrent à 756,2 Mds DH contre 686,9Mds DH en 2017. Le taux de croissance annuel moyen de ces échanges s’établit à 6,3% au cours de la période 2007-2018.

Au terme de l’année 2018, les importations augmentent de 9,8% ou 43Mds DH (+6,7% ou +27,5Mds DH en 2017 par rapport à 2016). Quant aux exportations, elles continuent leur tendance haussière (soit +10,6% ou +26,3Mds DH en 2018 contre +10,3% ou +23,2Mds DH en 2017).19

18 Ministère de l’économie et des finances / Direction des études et des prévisions ; Profils régionaux 2019
19 Office des changes : rapport annuel commerce extérieur du Maroc 2018 ; vue d’ensembleTaux de chômage par régions : Draa Tafilelt (5.4%), Beni Mellal Khenifra (5.9%), Fes Meknes (6.3%), Marrakech (7.1%), Dakhla Oued Eddahab (7.3%), Tanger Tetouan ALhoceima (7.8%), Sous Massa (10%), Casa Settat (10.6%), Rabat Kenitra (11.8), Laayoun Sakia Elhamra (13.5%), l’Oriental (16.3%) et Guelmim Oued noun (18.3%).18

Indicateurs du commerce extérieur 2014 2015 2016 2017 2018
Importations de biens (millions USD) 45 832 37 514 41 528 44 490 51 038
Exportations de biens (millions USD) 23 826 21 886 22 773 25 272 28 609
Importations de services (millions USD) 7 693 7 039 8 604 8 708 9 297
Exportations de services (millions USD) 15 223 13 746 15 379 16 592 17 894
Importations des biens et services (croissance annuelle en %) 3,8 -1,1 14,5 7,9 7,5
Exportations des biens et services (croissance annuelle en %) 9.0 5,5 6,0 11,1 5,8
Commerce extérieur (en % du PIB) 81,8 77,2 80,9 84,0 88,0
Importations de biens et services (en % du PIB) 47,1 42,4 45,5 46,8 49,3
Exportations des biens et services (en % du PIB) 34,6 34,8 35,4 37,2 38,7

Principaux partenaires :

L’Europe demeure le partenaire principal du Maroc en termes d’échanges commerciaux en 2018 avec une part de 66,4% et un total de 501,9Mds DH. Ces échanges sont répartis principalement entre l’Espagne (141,1Mds DH) et la France (116,9Mds DH).

L’Asie intervient pour 16,2% dans le total des transactions commerciales et occupe le deuxième rang. L’Amérique se place en troisième position en 2018 avec une part de 11,1%, ces échanges sont effectués essentiellement avec les Etats-Unis, soit 51,1Mds DH.

L’Afrique contribue à hauteur de 5,3% au total des échanges commerciaux en 2018. Quant à l’Océanie, sa part demeure faible (0,2%).21

Principaux produits et services exportés :

Les exportations continuent leur hausse en 2018, elles augmentent de 10,6% ou de 26,3Mds DH contre une hausse de 10,3% (+23,2Mds DH) en 2018 et totalisent ainsi 294,2Mds DH. Le taux de croissance annuel moyen des exportations entre 2010 et 2018 est de de 7,9%.

Excepté les exportations de produits bruts qui baissent de 0,3Md DH et de l’or industriel (-0,2Md DH), les exportations des autres groupes de produits augmentent, notamment celles de biens finis d’équipement (+8,7Mds DH), tirées par la progression des ventes de fils, câbles et autres conducteurs isolés pour l’électricité (+3,9Mds DH) et celles de demi-produits (+8,3Mds DH) grâce essentiellement à l’accroissement des ventes des engrais naturels et chimiques (+4,6Mds DH).

Les exportations de biens de consommation évoluent également à la hausse (+5,4Mds DH). Cette croissance s’explique par la progression des ventes de voitures de tourisme –premier produit à l’export- de 2,6Mds DH.

De même, les exportations de produits alimentaires s’accroissent de 3,4Mds DH et celles de produits énergétiques augmentent de 1Md DH en 2018.22 S’agissant des services exportés en 2018 on parle de46.7% des services de voyages, 21.1% des transports, 13.5% des services d’entreprises, 5.7% des services de communication, 4.2% des services informatiques et d’information, 3.8% des services des administrations publiques, 2.6% des BTP, 0.8% des services culturels, 0.7% des services d’assurance et 0.4% des services financiers.23

20 Société générale / import-export solutions ; Les indicateurs économiques du Maroc : Commerce ; https://import export.societegenerale.fr/fr/fiche-pays/maroc/indicateurs-commerce
21 Office des changes : rapport annuel commerce extérieur du Maroc 2018 ; P : 18
22 Comtrade, dernières données disponibles 2019 + Société générale / import-export solutions ; Les indicateurs économiques du Maroc : Commerce ; https://import-export.societegenerale.fr/fr/fiche-pays/maroc/indicateurs commerce + Office des changes : rapport annuel commerce extérieur du Maroc 2018 ; P : 35
23 Société générale / import-export solutions ; Les principaux services échangés indicateurs économiques du Maroc : Commerce ; https://import-export.societegenerale.fr/fr/fiche-pays/maroc/indicateurs-commerce

Principaux produits et services importés :

La tendnce haussière des importations se poursuit en 2018, affichant une progression de 9,8% ou +43Mds DH contre 6,7% ou +27,5 Mds DH en 2017.

En effet, les achats de produits énergétiques augmentent de 12,6Mds DH contre +15Mds DH en 2017, ceux des produits finis d’équipement de 10,7Mds DH en 2018 contre +5,7Mds DH un an auparavant.

Les importations de produits fins de consommation augmentent également de 8,1Mds DH. Ces trois groupes de produits totalisent 64,6% des importations en 2018.

La hausse est observée également au niveau des importations de produits alimentaires, après la baisse constatée en 2017 de 2,1Mds DH, ces importations augmentent de 7,6% ou de 3,2Mds DH :45,8Mds DH en 2018 contre 42,5Mds DH en 2017.24 S’agissant des services exportés en 2018 on parle de 42.7% des services de transports, 19.3% des voyages, 15.04% des services d’entreprises, 12.05% des services des administrations publiques, 5.1% des BTP, 1.9% des services informatiques et d’information, 0.7% des services de communication, 0.56% des services financiers, 0.49% des services d’assurance et 0.34% des services culturels.25

24 Comtrade, dernières données disponibles 2019 + Société générale / import-export solutions ; Les indicateurs économiques du Maroc : Commerce ; https://import-export.societegenerale.fr/fr/fiche-pays/maroc/indicateurs commerce + Office des changes : rapport annuel commerce extérieur du Maroc 2018 ; P : 25
25 Société générale / import-export solutions ; les Principaux services échangés ; https://import export.societegenerale.fr/fr/fiche-pays/maroc/indicateurs-commerce

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.