Evaluation de l’utilité sociale des projets de l’EPH

  1. Utilité sociale des associations dans le développement local
  2. Définition de l’utilité sociale et du développement local
  3. Organisations de l’économie sociale et solidaire: origine
  4. Les associations dans le développement local en Haïti
  5. Pierre-Volvique Jean
  6. L’État, ONG, les associations et le développement local
  7. L’utilité sociale et l’économie sociale et solidaire en Haïti
  8. Le cadre légale des activités des associations en Haiti
  9. Stage au sein de l’association Ensemble Pour Haïti
  10. Evaluation de l’utilité sociale des projets de l’EPH

Evaluation de l’utilité sociale des projets de l’EPH

Chapitre 8 : Evaluation de l’utilité sociale des projets de l’EPH

Les résultats obtenus après les 5 mois de stage nous ont montré que les activités associatives sont bien appropriées à l’utilité sociale des associations dans le développement local.

Les retombées de leurs projets dans ce milieu sont positives. Grâce à la solidarité mise en place par les usagers et les membres de l’EPH dans la commune de Saint Marc et en France, l’EPH est considérée comme un acteur du développement endogène pour cette communauté.

Sa présence comme acteur s’explique en fonction de son dynamisme qui lui permet de mettre en place des projets pour le développement de cette communauté avec la participation des amis d’Haïti en France et les fils et filles de ce pays.

L’EPH a pour objectif d’agir efficacement sur la valorisation d’Haïti, de favoriser le développement durable, de favoriser par tout moyen la création et le développement d’entreprises dans le cadre du développement durable, de créer et de financer des outils de formation, de soutenir des initiatives locales principalement celles concernant les enfants des familles les plus démunies, de favoriser la scolarisation et la formation de certains jeunes, participer activement aux projets portés par d’autres organisations présentes sur le territoire haïtiens.

Cette association travaille sur des projets scolaires, sanitaires (accès à l’eau potable), et écologiques par son action éducative.

Son dynamisme débouche sur des changements socioéconomiques et environnementaux au niveau de la commune de Saint-Marc et aussi de manière indirecte dans les autres communes voisines.

L’EPH intervient sur le plan international principalement pour la promotion d’initiatives de développement durables à travers sa solidarité économique et le développement local en Haïti.

Cette association travaille aussi pour que s’unissent les citoyens de cette commune pour la création des d’activités économiques durables.

Les activités de formation de cette association sur la gestion des déchets et sur la protection de l’environnement avec les citoyens de cette commune renforcent les liens sociaux entre eux.

8.1 Utilité sociale des projets de l’EPH

Les analyses ont montré que les initiatives développement local dans la commune de Saint-Marc, suivant plan d’investissement de la mairie de cette commune depuis 2010, sont sous le contrôle des acteurs locaux, et L’EPH compte beaucoup sur les travaux des associations locales et internationales.

Les notables, les entreprises locales se regroupent en association toutes en essayant d’apporter leurs contributions à l’amélioration et la création des services non satisfaits ou qui ne sont pas pris par l’Etat dans cette zone.

L’association EPH a essayé d’avoir très large par rapport aux autres acteurs. Pour qu’elle puisse atteindre ses objectifs, elle monte des projets et fait des dons à des familles et des institutions en Haïti.

En septembre 2016, il y a un cyclone qui a dévasté ce pays, cette association a apporté de l’aide dans les communes les plus touchées.

Photo prise par l’EPH en septembre 2016, Haïti - Evaluation de l’utilité sociale des projets de l’EPH
Photo prise par l’EPH en septembre 2016, Haïti

Cette aide a permis aux populations locales de non seulement réparer les maisons mais aussi de relancer leurs activités économiques.

En 2010, avec l’aide pour le financement des activités de développement dans les communes de Saint-Marc et Jacmel assurée par la diaspora haïtienne en France et les amies étrangers, ainsi que le partenariat de la mairie de Grenoble avec la commune de Saint-Marc, l’EPH est arrivé à financer deux écoles en Haïti dans cette commune.

En 2017, l’EPH a réalisé le projet de filtration par filtres à sable pour fournir d’eau potable aux citoyens et aux établissements scolaires de la commune de Saint-Marc.

Ces filtres sont installés par une association locale qui est Clean Water for Haïti (CWH).

Ces filtres ont la capacité de filtrer 5 gallons de 2 à 4 litres par heure. Elle a réalisé des séances de formation pour les citoyens sur l’installation et le nettoyage des filtres.

Elle regroupe les citoyens en atelier pour susciter chez eux une forme d’harmonisation pour l’améliorer de leurs conditions sanitaires pour le développement de leur territoire.

Les apports de l’Etat via la mairie sont trop faibles pour répondre aux besoins primaires des citoyens au niveau des infrastructures sanitaires pour leur alimentation en eau potable.

L’EPH intervient dans cette commune à titre social et caritatif.

Dans le sens caritatif, aux besoins de la population de cette commune lors des catastrophes naturelle. Dans le sens social avec les différents types de projets à caractère social.

En 2018, l’une de mes missions du stage au sein de l’EPH était le montage du projet jardin scolaire et le reboisement des espaces publics dans la commune de Saint Marc.

Ce projet est d’utilité sociale, car il aura la possibilité d’agir sur le comportement des jeunes en les initiant à la protection de leur environnement dans le long terme.

Il implique les citoyens et les leaders locaux dans une forme de participation qui contribue aux objectifs ODD pour assurer un lendemain meilleur dans le cadre du développement plus durable de cette commune.

Pour Sainsiné les communes en Haïti doivent pratiquer un modèle de « développement autocentré (Sainsiné, 2007) ». Un modèle de développement qui repose sur les ressources humaines et locales du territoire.

Ce modèle de développement doit répondre aux besoins fondamentaux des citoyens.

Comme pour CHÉRY cité dans le quotidien haïtien LE NOUVELLISTE « … la politique de la décentralisation et du développement local amènera des changements progressifs et décisifs pour l’économie haïtienne au-delà de leurs impacts attendus au niveau local (CHÉRY, 2009) ».

Pour lui, le développement n’est pas un problème social ou politique mais la visions de l’État dans sa politique et sa volonté de travailler avec les acteurs peut impacter le développement local dans un territoire.

8.2 Evaluation de l’utilité sociale des projets de l’EPH de 2010-2018 dans la commune de Saint Marc

A- Solidarité entre la population de cette commune

Le devoir de solidarité, pour les associations, se traduit donc leurs utilités sociales par les implications de leurs projets dans le développement local.

Il revient alors à considérer aussi la question de solidarité écologique de l’EPH comme un critère de l’utilité sociale de cette association dans le développement local.

Selon Marthe Lucas le droit à un environnement sain et le développement durable […] sont tous deux porteur d’une solidarité entre les hommes, toutes nationalités et toutes générations.21

Suivant ma problématique qui est celle de savoir si la solidarité des associations dans le but de sauver notre environnement répond bien aux objectifs selon lesquelles les activités associatives disposent d’un pouvoir discrétionnaire en matière de définition de sa politique dans la lutte contre le changement climatique ; ou encore, celle de savoir les associations sont des porteurs de projets politique qui ne sont pas contraints par l’État dans le développement local.

Du moins, à notre avis le devoir de solidarité comme le pense Marthe Lucas en se référant à la solidarité écologique pourrait ainsi être à même de dynamiser le droit de l’environnement, en ce qu’elle permet à des associations d’avoir plus de projets qui prennent en compte l’environnement.22

21 Marte Lucas, Solidarité écologique, in Dutilleul Collart, François, Valérie Pironon, et Agathe Van lang. Dictionnaire juridique des transitions écologiques. Institut Universitaire Varenne. Transition & justice. L.G.D.J- Lextenso éditions, 2018. p.759 -762
22 Ibid

Autrement dit, ces approches de l’utilité sociale permettent-elles de classer les activités de l’EPH dans la motivation non seulement des Saint-Marcois mais aussi des jeunes haïtiennes de réorganiser sa vie.

La motivation des jeunes et des adultes dans activités de formation sur les urgences à l’environnement et le discours prône l’EPH dans cette commune sur l’importance de l’éducation dans le développement est un argument solide de sa participation dans le développement local.

En 2016, après l’ouragan Matthew cette ville a recueilli des dons par la générosité des donateurs qui a permis à l’EPH de venir en aide aux victimes de cet ouragan.

Elle arrive a subventionné une école à Saint-Marc qui est ouverte dans une église dont dans un des locaux sont destinées aux familles réfugiées, à la suite du séisme du tremblement de terre de 2010 et aussi à des jeunes handicapés.

Dans le souci de faire la solidarité aux autres associations qui ont des petits projets, l’EPH a décidé de répartir des fonds à des associations haïtiennes dans la commune de Saint-Marc qui sont au cœur de cette population misérable qui est frappée par l’ouragan.

Dans la commune de Saint-Marc, comme un peu partout ailleurs dans le pays, la promiscuité a le don de rassembler les gens.

Dans plusieurs champs du secteur informel, comme chez les taxi-motos ou encore les marchands qui vendent dans les marchés publics s’entraident.

Les motocyclistes s’entraident pour lever leurs pannes, pour faire de la monnaie, et se cèdent même de passagers.

Les marchands aussi se supportent. Ils font du sòl (une sorte de coopératives entre des particuliers), se font de la monnaie, et partagent leur joie et leur peine ensemble.

Contre les attaques des voleurs, la population se réunit en brigade nocturne pour protéger les biens et les vies de la communauté. Et comme il est de coutume dans tout le pays, les voisins échangent des repas, surtout le dimanche.

Par ailleurs, dans les quartiers populaires, les gens trouvent d’autres raisons pour se retrouver en bande et se supporter.

Les bandes de rara (une sorte de bande sonore qui joue de toute sorte de la musique locale en dansant dans les rues), les groupes de prière, etc.

B- Dans la création de l’emploi

Mais d’abord parlons un peu de l’activité de l’association Ensemble pour Haïti.

D’abord c’est une structure à but non lucratif qui participe activement au bien-être des communautés tant en Haïti qu’en France.

C’est une association priorisant les valeurs humaines, et qui se bat pour la protection de l’environnement, à travers des activités en tout genre.

L’association cherche à agir directement d’une part et à faire agir les citoyens et citoyennes pour le bien-être commun, la cohésion sociale et la protection de l’environnement, d’autre part à les sensibiliser à des problèmes de tout type, des besoins non prisent en compte par les autorités.

Parmi les activités organisées par cette association, citons la conférence-débat « Au-delà de l’urgence » organisée par La mairie de Grenoble et l’Association Ensemble Pour Haïti (EPH) à Grenoble le 23 mai 2014, ou encore la répartition de fonds à deux associations haïtiennes qui était au cœur d’une population misérable et frappée par l’ouragan Matthew.

Ces associations agissent l’une à Petit-Goâve (dans le sud-ouest) et l’autre à Bocozelle, dans la commune de Saint- Marc dans l’Artibonite.

Mentionnons également la participation annuelle régulière de l’EPH à la Manifestation en Souvenir de l’Abolition de l’Esclavage, initiée par la mairie de Seyssins pour l’agglomération grenobloise, qui se tient le 2ème dimanche de mai sur la place Victor Schoelcher.

Les activités de l’association Ensemble pour Haïti dans les départements de l’Artibonite et du Sud-Est, respectivement dans les communes de Saint-Marc et de Jacmel, en ce qui concerne le secteur éducatif, ont créé des emplois pour de jeunes professeurs, ainsi que du personnel de petites mains.

Mais jusqu’à présent, les opportunités en ce sens tardent à se fructifier comme il se doit.

Beaucoup d’activités de l’EPH font appel à des bénévoles pour leur réalisation. Mais à l’avenir, l’association compte créer plus d’opportunités d’emploi stable pour les populations Saint-Marcoise et Jacmelienne.

Dans le souci de contribuer dans le développement local d’Haïti et de participer dans le redressement économique, social, culturel du pays, nous nous sommes posés cette question : « L’Economie Sociale et Solidaire, ne pourrait-il pas jouer un rôle dans la reconstruction du pays et dans la lutte constante de la population Haïtienne contre la pauvreté ? »

En nous appuyant sur des faits, des rapports de ce que représente l’ESS en France au niveau de l’emploi et son modèle de développement local dans les années 1980, montrent que le changement d’un territoire du point de vue du développement local doit se fait avec tous les acteurs et les associations qui ont des rôles importants.

L’EPH est l’un des acteurs très important parce qu’elle apporte des solutions à des besoins que l’Etat haïtien ne fournit.

Bernard Vallerie et Yann Le Bossé considèrent que le développement comme « … du pouvoir d’agir des personnes et des collectivités articule ces deux grandes conceptions du changement.

S’il se réfère à cette conception l’intervenant, assumant prioritairement la fonction d’agent de changement, cherche à contribuer concrètement à ce que les personnes mènent à bien un projet qui compte pour elles, à récréer un mouvement là où il y a un blocage, à élargir le monde des possibles des personnes qui perçoivent leur situation comme une impasse.

Il soutient le ou les personnes tout en œuvrant avec elles à modifier tel ou tel aspect de leur milieu de vie qui contribue directement à leur difficulté.

La notion de pouvoir d’agir désigne la possibilité de mener à terme un changement souhaité et défini par la personne concernée et ne doit pas être confondue avec l’exercice d’un pouvoir sur autrui » (Vallerie et Le Bossé, 2006).

Cette approche monte que les activités réalisées par l’EPH en France ainsi qu’en Haïti comme les soirées de Gospel en France permettent de récolter des fonds et aussi de créer des liens sociaux.

Comme nous l’avons dit dans la partie II, les activités associatives ont des rôles de solidarités mais aussi la création des liens sociaux à travers des activités culturelles ainsi qu’économiques.

C- Scolarisation des enfants

Notre premier constat est le nombre d’enfants scolarisés, 470 enfants issus de familles défavorisées entre 2010 et 2018, d’après le rapport annuel des écoles partenaires de l’EPH.

Les adhérents et les bénéficiaires représentent aussi des indicateurs dans cette évaluation.

Ces usagers jouent un rôle prépondérant dans la construction de ces indicateurs en se positionnant par ordre d’importance.

De façon plus restreinte, les rapports des activités montrent l’impact des projets non seulement sur la population actuelle comme une participation au développement local mais dans le long terme pour construire des indicateurs dans le cas d’évaluation de l’utilité sociale des associations.

Les parents ou tuteurs de ces enfants n’ont plus à se soucier de leur frais de scolarité, car celui-ci est pris en charge par l’EPH.

Ainsi ils se focaliseront sur d’autres dépenses courantes, car la morale sociale veut qu’un parent prenne soin de son enfant, à savoir l’envoyer à l’école, le nourrir, le vêtir, entre autres.

Aussi, les enfants étant à l’école, les parents ont plus de latitude à la maison pour vaquer à leurs activités.

Ces enfants qui étaient exclus du corps social se voient réintégrés grâce à l’éducation et un bon encadrement. Ce qui en un sens est bénéfique à toute la communauté.

D- Dans l’apprentissage des enfants

Ces enfants, pour qui l’accès à l’éducation était fort difficile, ont trouvé un espace leur offrant à la fois l’instruction scolaire et un encadrement émotionnel de la part de leurs enseignants.

Ces enfants, tous issus de milieux défavorisés, et même des rues, se retrouvent entourés de personnes soucieuses de leur sort, qui les poussent à apprendre sans trop de pression et dans un environnement sain, sans l’usage du fouet ou d’autres châtiments corporels.

Ils s’épanouissent, s’ouvrent à leurs camarades de classes. Apprennent à devenir joyeux, à apprendre par plaisir.

On leur apprend aussi à croire en eux, qu’ils sont capables d’accomplir de grandes choses. Ils sont félicités et encouragés pour les bonnes actions.

Ils sont même mis en contact avec des enfants issus d’autres écoles afin de s’intégrer davantage et d’interagir avec d’autres enfants de leur âge. Certains enfants ont fait preuve d’une intelligence hors du commun et progressent de mieux en mieux.

Bons nombres de ces enfants fréquentent leurs établissements depuis plusieurs années et ont donc tissé des liens solides avec d’autres enfants ou d’autres personnes plus âgées de leur entourage. Ces enfants ont donc recommencé à rêver, à envisager un avenir grâce à l’éducation.

E- Dans la lutte contre le changement climatique

L’EPH se bat contre les changements climatiques depuis sa création en 2008. A travers ses projets dans la commune de Saint-Marc, elle pose des balises pour les générations futures.

Avec sa campagne de reboisement des espaces publics, elle se bat à sa façon contre l’érosion et la désertification du sol.

Les séances de formation et de sensibilisation aux problèmes climatiques, le réchauffement climatique en particulier, contribuent à l’éveil citoyen, à la prise de conscience de la responsabilité citoyenne qu’implique être en communauté.

Les devoirs du citoyen envers sa communauté et son environnement.

Conclusion

Dans ce travail, nous avons en tout premier lieu établi notre cadre théorique et avons présenté notre problématique qui concerne l’utilité sociale des associations dans le développement local.

D’abord, nous avons commencé par définir les concepts clés de notre travail, à savoir l’économie solidaire, l’utilité sociale, le développement local, etc.

Nous avons mis en avant les valeurs qui sont propres à l’ESS, les piliers de ce modèle économique qui fait de l’homme et de l’environnement ses pièces maitresses et se désintéresse du profit à tout prix, à outrance, pour le plus grand bien des communautés tant du point de vue environnemental qu’en ce qui concerne les conditions de vie des citoyens et citoyennes qui bénéficie de ses services.

Nous avons également fait un retour sur l’histoire de l’économie sociale et solidaire, son apparition comme concept, son gain croissant de popularité et de terrain un peu partout en Europe.

Par ailleurs, Nous avons aussi passé en revue les différentes organisations qui composent l’économie sociale et solidaire : les mutuelles, les coopératives, les associations, entres autres.

D’un autre côté, après les structures privées de l’économie sociale et solidaire, nous avons aussi fait le point sur les différents acteurs qui font partie de la chaine devant faire aboutir le processus de développement local. A savoir les autorités étatiques.

Le gouvernement central, à travers ses politiques publiques qui doivent viser à faciliter le travail de ces structures visant le développement des communautés et l’intégration sociale des individus, le tout pour de meilleures conditions de vie et une meilleure cohésion sociale.

Et aussi les collectivités territoriales qui ont pour devoir d’accompagner les initiatives novatrices et porteuses d’activités qui contribuent au développement local.

Après avoir pris des exemples de le France pour illustrer les concepts théoriques mobilisés dans notre travail, nous avons porté notre attention sur Haïti, plus précisément sur la commune de Saint-Marc dans le département de l’Artibonite.

Nous avons tenu à faire ressortir l’utilité sociale des associations dans ce pays aux mille et un problèmes où la misère nargue la population.

Nous avons fait un petit rappel historique sur Haïti et les moments où la précarité a pris des galons et grimpé en grade, reléguant le Haïtien à plusieurs niveaux en-deçà des conditions de vie dans lesquelles devrait évoluer tout être humain.

Nous avons par ailleurs montré comment les organisations de l’ESS, à travers des actions ciblées et l’accompagnement nécessaire peut avoir un impact social majeur sur les communautés et être d’une grande utilité sociale dans le cadre du développement local.

Dans le cas d’Haïti, nous avons illustré avec l’exemple de l’association Ensemble pour Haïti Rhône-Alpes, association qui a travaillé dans les communes de Saint-Marc et de Jacmel, respectivement dans l’Artibonite et le Sud-Est d’Haïti.

L’ESS étant inclusive et participative, nous avons également montré comment les habitants des zones visées par les projets, le cas de Saint-Marc, s’investissent et participe au développement local.

La quasi-absence d’interventions étatiques dans plusieurs secteurs de la vie nationale, la non prise en charge de certains besoins des populations par les autorités haïtiennes n’a fait que resserrer l’étau autour du cou de la population creusant d’avantage le fossé existant entre les pauvres et ceux qui ont de quoi vivre.

Nous avons donc montré comment l’EPH, au même titre que d’autres associations haïtiennes, a eu une incidence, un impact social majeur sur la vie des Saint-Marcois.

Tant le volet éducation qui, entre 2010 et 2018, a scolarisé pas moins de 470 enfants issus de familles défavorisées et âgés de 5 à 15 ans.

Nous avons par ailleurs mentionné les efforts consentis par les membres de l’association EPH afin de préparer la population Saint-Marcoise aux éventuels changements climatiques. Haïti étant un pays où la pollution et les déchets règnent en maitres.

Les séances de formation organisées en ce sens en témoignent largement.

Nous avons aussi regardé la dimension politique des actions des associations. Leur incidence sur les politiques publiques, su l’économie, l’environnement, etc.

A travers moult références tantôt tirées d’ouvrages scientifiques, tantôt de coupures de journaux, nous avons corroboré l’idée de départ. Et sur divers points, nous avons fait des parallèles entre la France et Haïti.

Quoique, comme l’a mentionné le petit résumé au tout début, ce travail, avec une documentation assez mince sur les associations en Haïti, ne prétend aucunement épuiser le sujet et a ses limites aussi en ce qui concerne les statistiques, car certains chiffres cités dans ce travail date de plus d’une quinzaine d’années.

Certaines recommandations sont faites concernant l’impuissance flagrante à tous les niveaux du gouvernement haïtien qui ne fait qu’enfoncer les Haïtiens un peu plus chaque jour dans les ornières du sous-développement.

L’économie sociale et solidaire étant une alternative par rapport à l’agressivité commerciale du capitalisme, elle est donc l’une des sources sures pour parvenir au développement local au sein des communautés.

Bibliograghie :
Evaluation de l’utilité sociale des projets de l’EPH
Print Friendly, PDF & Email

Cliquez sur suivant article pour lire la suivante partie de ce mémoire:

Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
Publier son mémoire!
WikiMemoires - Publier son mémoire de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *