Lola Nederlants
École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège - Mémoire de 2e master en Communication Visuelle et Graphique

Les vêtements de mariage et la mode contemporaine

  1. Vêtement de mariage, dégagement des codes graphiques
  2. Lola Nederlants
  3. L’Upcycling et le mouvement hybride de la mode
  4. Le mouvement No Gender et le Streetwear
  5. Le mariage traditionnel européen: définition et historique
  6. Les codes du mariage les codes de la scénographie
  7. Upcycling et Martin Margiela: analyse de créations
  8. La marque Andrea Crews: historique et analyse
  9. Le styliste Marine Serre: historique et analyse de créations
  10. Les récupérables : un marque des vêtements d’upcycling
  11. Les collections de Stella McCartney: sportswear et tailoring
  12. La marque BassCoutur : redesign, rethink et recycle
  13. Super Marché : une marque de vêtements upcyclés
  14. Frankie Collective et Tryna B Studios: le style streetwear
  15. La marque Off-White des vêtements streetwear
  16. Heron Preston et sa marque de vêtements streetwear
  17. Rad Hourani et Hood by Air: collections no gender
  18. Jean P. Gaultier, H&M, Vandevorst: vêtements de mariage
  19. Les vêtements de mariage et la mode contemporaine

Les vêtements de mariage et la mode contemporaine

III. Synthèse et proposition graphique

3.1. Réflexions

Après l’achèvement de ces deux chapitres plus théoriques, nous avons désormais une meilleure connaissance des pratiques mentionnées, faisant partie intégrante de la mode contemporaine, telles que le prêt-à-porter, l’upcycling, le streetwear et le mouvement no gender.

Plusieurs présentations de cas nous ont d’ailleurs permis de les analyser en application dans de réelles collections. Nous avons ainsi pris connaissance des caractéristiques et des codes de chacune.

Pour ce qui est du principe de l’upcycling et du mouvement no gender, nous avons notamment pu observer, grâce aux études de cas, les motivations des stylistes à les employer.

Par ailleurs, certains de ces stylistes nous ont démontré que c’était possible de créer des vêtements stylés tout en prenant soin de l’environnement grâce à l’upcycling. Ma proposition graphique va dans ce sens.

De plus, nous avons pu en apprendre davantage sur le mariage traditionnel, ses coutumes et ses symboliques que ce soit au niveau des codes vestimentaires, traditionnels ou scénographiques.

Nous avons remarqué que l’institution du mariage a quelque peu perdu de sa symbolique au fur et à mesure des époques.

Même si certaines traditions restent, le mariage n’est plus aussi rigide que dans le passé. Le sociologue Michel Bozon a même baptisé le mariage contemporain de mariage déritualisé.

Une de mes intentions premières est donc de détourner plusieurs codes de cette institution afin de les transposer dans la mode contemporaine.

Désormais, nous pouvons concevoir des pistes de solutions graphiques qui rassemblent toutes ces influences et codes graphiques vu précédemment.

Toujours est-il qu’il faut prendre en compte l’influence apportée par les délais imposés à la réalisation de ce projet et également les ressources disponibles notamment au niveau textile.

3.2. Proposition graphique

Mon choix de proposition graphique s’est directement tourné vers la réalisation d’une collection de vêtements.

Mon objectif est donc de créer une collection de vêtements prêt-à-porter de style streetwear à partir de vêtements/tissus, issus du thème du mariage, préalablement récupérés. Le processus de création des pièces de la collection est donc basé sur le principe de l’upcycling. Ces pièces seraient portables autant par l’homme que par la femme.

J’ai choisi de faire une collaboration avec une styliste/modéliste. Tout d’abord car je n’ai tout simplement pas assez de compétences dans ce domaine, que ce soit au niveau de la réalisation des patrons ou de la couture, mais également pour l’aspect social et instructif de la collaboration. Celle-ci se déroule avec Anaëlle Van Muylders, créatrice de mode liégeoise.

J’envisage de revisiter les codes du mariage traditionnel (vêtements/traditions/scénographie) de chez nous de manière à pouvoir les détourner et les inclure dans mon jury. Les vêtements/tissus qui ont été récupérés proviennent de dons de particuliers.

Je vais ainsi faire revivre ces vêtements/ tissus laissés la plupart du temps à l’abandon en me les réappropriant.

Un élément important que j’amène dans cette collection est l’attribution d’une autre fonction au vêtement traditionnel de cérémonie.

Les vêtements de mariage sont généralement des pièces uniques, que l’on porte une seule fois dans sa vie mais avec cette collection, je les détourne de leur fonction à usage unique en confectionnant des pièces portables tous les jours.

J’ai donc choisi de leur donner une nouvelle vie tout en les plaçant dans un nouveau contexte qu’est le prêt à porter streetwear.

Un autre point intéressant par rapport aux vêtements de mariage est que les tissus sont habituellement de bonne qualité, haut de gamme et qu’on y retrouve une certaine quantité de matière, notamment avec les robes de mariées. En plus de l’utilisation de l’upcycling, le fait de réaliser une collection prêt-à-porter est une autre démarche dans l’optique de durabilité.

La double fonction se retrouve également dans certaines traditions du mariage, comme la jarretière qui se transforme en sangle esthétique à connotation streetwear, ou encore le voile qui deviendra une cagoule.

Dans l’idéal, je pensais la confectionner avec des grains de riz afin d’inclure métaphoriquement la tradition du lancer de riz. D’une certaine façon, je désacralise le rituel du mariage en jouant sur l’aspect respect/iconoclaste, chrétien/paÏen.

De plus, j’envisage d’inclure la notion d’hybridation dans ma collection puisque celle-ci est bien présente dans la mode contemporaine de façon distincte.

Une première chose est de l’inclure dans mes pièces en mélangeant différentes matières/coupes, même si cela s’est fait assez naturellement au vu de mon processus de création qui tourne autour de l’upcycling.

En particulier dans mon cas puisque je n’ai pas réellement pu choisir ma matière première. J’inclus également l’hybridation du genre afin de prôner la liberté d’expression de soi dans le vêtement et que chaque personne se sente libre de porter ce qu’elle désire.

La plupart de mes pièces seront destinées autant à l’homme qu’à la femme (avec quelques ajustements possibles selon les envies). Il y a la nécessité de casser les stéréotypes pour enfin offrir à l’homme la possibilité d’aller piocher dans le vestiaire féminin et vice versa.

Afin de renforcer la notion de collection éco-responsable, celle du mariage de deux êtres et ainsi la notion de no gender, j’ai débuté la réalisation d’un logo les reprenant toutes. Celui-ci se retrouverait sur une des pièces de la collection et apporterait ainsi un côté plus graphique.

Cette pièce serait l’élément nouveau de la tradition du mariage « les quatre éléments ». Voici mes ébauches de logos. Le but est de jouer avec la lettre H de HEART (coeur en anglais) et celle de EARTH (terre en anglais).

Les vêtements de mariage et la mode contemporaine

On retrouve le concept de liberté apporté d’une part par l’hybridation des genres et de l’autre par le style streetwear qui la revendique. Celui-ci sera appuyé par la technique du graffiti en bombe sur certaines pièces de la collection. Cela amènera une touche de couleur et me permettra surtout d’apporter une certaine esthétique, un côté graphique au vêtement.

Étant donné les codes couleurs des vêtements de mariage, la majorité des pièces de la collection resteront dans les tons neutres tels que du blanc, du beige, du gris et du noir. La touche de couleur ajoutée à mon jury sera une teinte de vert, apportée notamment par les graffitis et le logo.

D’une part, le vert représente la nature, l’écologie et de l’autre, elle est associée à l’espérance dans notre culture. Dans ce cas, cette couleur évoquerait donc l’espoir d’un avenir meilleur au niveau écologique dans l’industrie de la mode.

De plus, il symbolise l’indépendance et la liberté.

Une autre ambition est d’amener une notion contemporaine en utilisant le numérique. J’aimerais utiliser le principe du RFID (radio-identification) qui me permettrait de faire apparaître un effet lumineux quand deux personnes se rapprochent lors de mon jury.

Ce serait donc plutôt un élément apporté lors du jury. Cela représenterait, de façon métaphorique, l’alliance du mariage et évoquerait l’union des deux personnes. Au niveau de la possibilité de réalisation, cette piste est toujours à l’état de questionnement.

Pour ce qui est des supports, outre celui du vêtement, j’aimerais réaliser un magazine qui transmettra l’ensemble de l’univers de ma collection. Il serait majoritairement composé de photos d’un shooting effectué auparavant.

On pourrait y retrouver des éléments employés pour la collection tels que le graffiti, le tissu, etc. Je souhaite également produire une vidéo qui appuierait l’ambiance de la collection.

En ce qui concerne la scénographie de mon jury, je désire tout d’abord mettre en place une performance qui serait un défilé. Je compte agir sur la musique de ce dernier en adaptant la bande son de la marche nuptiale en quelque chose de plus dynamique, comme de la techno/électro.

Au niveau de la décoration de mon espace de jury, j’ai l’intention de me servir de certains codes de la cérémonie de mariage et des défilés de mode, tout en exploitant, encore une fois, l’univers de la collection.

J’imaginais par exemple un espace assez élancé, une allée avec les chaises du jury de part et d’autre pour faire référence à la fois à la cérémonie de mariage et aux défilés de mode. Je pensais aussi peut-être ajouter d’une certaine façon dans mon espace de la matière faisant référence au mariage telle que du tulle.

Mon magazine serait simplement disposé sur un socle blanc qui pourrait, lui, être graffé dans l’esprit des graffitis de la collection.

Ce socle pourrait éventuellement faire référence à l’autel présent lors de la cérémonie de mariage mais celui-ci, accompagné de graffitis, serait quelque peu désacralisé.

Si je réalise la vidéo, elle sera visionnée à l’aide d’une projection. Voici une représentation de la scénographie que j’imagine.

Les vêtements de mariage et la mode contemporaine

Malgré l’utilisation de l’upcycling dans ma collection de vêtements, le but n’est pas de créer un jury 100 % éco-responsable de A à Z mais de contribuer à la préservation de la planète.

De plus, il est important de prendre en compte le fait que ce projet graphique est actuellement en progression et risque donc encore d’évoluer. Certains éléments vont encore certainement changer ou d’autres être ajoutés.

Quoi qu’il en soit, la direction prise restera similaire à celle illustrée ci-dessus.

Conclusion :

Ce mémoire a pour objectif de tenter de répondre à la problématique qui est de créer une collection de vêtements remettant en question le vêtement unique pour un rituel dans un contexte précis afin de lui donner une autre fonction/utilisation pour un usage quotidien.

Pour ce faire, j’ai établi ma recherche autour de cette question : Comment détourner les codes d’une institution telle que le mariage afin de les retranscrire dans la mode contemporaine à travers l’émergence de mouvements tels que l’upcycling, l’hybridation, le mouvement no gender et le streetwear dans une approche de double fonctionnalité ?

Pour parvenir à répondre à celle-ci, il était essentiel de parcourir chaque élément faisant partie de ce mémoire.

Nous avons tout d’abord affiné nos connaissances sur la mode contemporaine, impliquant fatalement le stylisme et le prêt-à-porter qui est l’un des deux grands secteurs de celui- ci.

Ensuite, nous nous sommes attardés sur certains concepts/codes qui en découlent.

Comme le résume Nízia Villaça, professeur, chercheur au CNPq et essayiste brésilienne, « Ginette Sainderichin narre les péripéties de la mode, à partir de la fin des années 1950, comme une véritable révolution : des privilèges de la haute couture aux contraintes de la rue.

Le cadre prestigieux de la haute couture commence à se modifier dans les années 1960 : la télévision et les autres inventions de consommation populaire contribuent à transformer le comportement de la femme ; le prêt-à-porter jette le pont entre la haute couture et la confection ; dans les pays occidentaux, se produit un phénomène socio-économique extraordinaire – l’apparition des teenagers.

C’est alors que surgit ce que nous appelons la mode prothèse comme extension du corps, plus soucieuse de l’expression.

Exprimée par la minijupe, la mode unisexe et la vulgarisation du jean et du tee- shirt, la chute des barrières rigides de la différenciation sexuelle et comportementale gagne en visibilité »109.

109 VILLAÇA, N., Mode et identité dans le contemporain dans Sociétés, Paris, De Boeck Supérieur, 147, 2008, pp23-29

La mode ne cesse d’évoluer, particulièrement, avec son temps. Ces concepts et ces codes de la mode contemporaine que nous avons analysés tout au long de ce mémoire sont, en quelque sorte, le reflet de notre époque.

L’industrie de la mode est, comme nous l’avons vu, l’une des causes majeures face aux problèmes environnementaux. Nous avons ainsi parcouru ce que certains stylistes mettaient en place pour réduire leurs impacts négatifs sur la planète.

Le principe de l’upcycling est l’une de ces solutions et c’est ce dernier que nous avons approfondi dans ce mémoire. Comme l’a fait remarquer Madjouline Sbai, sociologue de l’environnement et auteur du livre Une mode éthique est-elle possible ?, « La mode est associée à la futilité et au plaisir, c’est difficile de l’associer à des réalités dures.

Mais la vraie mode d’avant-garde, c’est celle qui va s’intéresser à ces enjeux environnementaux et sublimer, par la création, ces contraintes »110.

110 TIXIER, A., La mode se met sérieusement au recyclage sur Nouvelobs, https://o.nouvelobs.com/mode/20180413.OBS5123/la-mode-se-met-serieusement-au- recyclage.html#

Nous avons constaté que ce processus poussait à la créativité et donc que l’hybridité dans la mode s’y retrouvait naturellement au niveau du mélange des matières, coupes, etc. Nous avons également évoqué la notion d’hybridation des genres. Ainsi l’approche du mouvement no gender dans la mode s’en est suivi.

Finalement, nous avons analysé le style streetwear et ses différentes caractéristiques.

Parallèlement à cela, nous avons parcouru la plupart des codes et traditions propres à l’institution du mariage.

Nous avons également constaté, notamment de part l’analyse du sociologue Michel Bozon, que le mariage se désacralisait dans une certaine mesure à notre époque, que certaines traditions ne se pratiquaient plus ou qu’elles avaient perdu de leur symbolique.

La partie sur les codes vestimentaires de ce rituel nous a permis d’en conclure que les vêtements de mariages sont généralement à usage unique.

Nous pouvions alors établir le lien entre le secteur du prêt-à-porter et cette fonction d’usage unique des vêtements de mariage.

Malgré le fait que le mouvement no gender dans la mode n’est pas directement en lien avec l’homosexualité, la question du genre dans sa globalité fait bien partie de notre époque. Le mariage pour tous.

À la suite de ce chapitre purement théorique, nous avons réalisé différentes études de cas traitant des différents concepts vus précédemment. Cela nous a permis de les analyser en application dans des collections de vêtements de différents stylistes, différentes marques.

Nous avons notamment remarqué que le principe de l’upcycling est très prisé dans le domaine de la mode et cela même auprès de grands créateurs influents.

Nous avons également constaté que le fossé entre la haute couture et le streetwear s’est considérablement estompé grâce à certains stylistes.

Ce qui a donné lieu à l’association de l’esthétisme du streetwear à diverses matières dite haute gamme telles que la soie, le satin, … Le mouvement no gender est également de plus en plus prôné par des marques afin de laisser libre choix à une personne de porter ce qu’elle a envie.

A travers ces différentes observations, nous avons relevé que la mode contemporaine proclamait la liberté sous différentes formes et que certains stylistes n’hésitaient pas à aller à l’encontre des normes instaurées.

Au terme de ces analyses, une proposition graphique a été développée. Ce projet a l’intention de répondre au questionnement qui s’est posé au début de ce mémoire tout en se positionnant dans le prolongement du mémoire.

De cette façon, la création d’une collection de vêtements basée sur la récupération et sur les traditions du mariage afin de les détourner de leur fonction à usage unique en pièces de prêt-à-porter à connotation streetwear, me semble alors être pertinent. L

a collaboration effectuée pour ce projet graphique m’a permise d’acquérir de nouvelles connaissances et compétences dans le métier de styliste/modéliste. Un autre aspect enrichissant de la collaboration est de pouvoir faire jaillir certaines idées à travers les échanges.

De manière plus générale, l’élaboration de ce mémoire a été influencé par plusieurs éléments tels que le temps imparti à sa réalisation. Certains aspects de la question n’ont pas pu être envisagés et un choix a donc été fait sur la façon d’aborder le sujet.

Même si ce mémoire ne traite pas principalement des problèmes environnementaux liés à l’industrie de la mode, nous l’évoquons tout de même avec le principe de l’upcycling. Cette partie théorique ainsi que son analyse à travers les études de cas permet de conscientiser, d’une certaine manière, les lecteurs face à ce problème.

Les analyses de cas, sélectionnés par mes soins, restent un échantillon limité des exemples traitant de ces concepts. Elles contribuent à souligner mon propos. Bien qu’il en existe davantage, une limite devait se poser.

Compte tenu des contraintes, j’espère avoir su assurer une certaine rigueur dans la rédaction de ce mémoire face à l’objectif de départ.

En somme, l’aspect graphique dans la mode domine ce travail de fin d’études. Il serait potentiellement intéressant de développer la recherche dans d’autres domaines artistiques ou à partir d’autres rituels comme par exemple le mariage dans d’autres cultures, les toges universitaires, …

Nous pourrions conclure ce mémoire par deux citations. L’une soutenant le principe de l’upcycling par le parallèle établi entre le renouvellement du regard apporté aux paysages et aux vêtements.

La seconde citation se rapporte à la double fonction attribuée aux vêtements de mariage.

« LE VÉRITABLE VOYAGE DE DÉCOUVERTE NE CONSISTE PAS À CHERCHER DE NOUVEAUX PAYSAGES, MAIS À AVOIR DE NOUVEAUX YEUX. »111

MARCEL PROUST

« IL N’Y A PAS DE MODE SI ELLE NE DESCEND PAS DANS LA RUE. »112

COCO CHANEL

111 BABELIO., Citations de Marcel Proust (1862) sur www.babelio.com, https://www.babelio.com/auteur/Marcel-Proust/2103/citations?pageN=2
112 L’INTERNAUTE., Citations sur www.linternaute.fr, http://www.linternaute.fr/citation/36941/il-n-y-a-pas-de-mode-si-elle-ne-descend–coco-chanel/

Bibliographie
BIBLIOGRAPHIE

Table des matières

Introduction 2
I. Recherches théoriques 3
1.1 La mode contemporaine 3
1.1.1 Le stylisme 3
1.1.1.1 Définition 3
1.1.1.2 Les secteurs du stylisme 4
1.1.1.2.1 Le prêt-à-porter 4
1.1.1.2.1.1 Définition 4
1.1.1.2.1.2 Historique 4
1.1.2 L’upcycling 4
1.1.2.1 Définition 5
1.1.2.2 Historique 5
1.1.2.3 La mode éthique et la mode durable 6
1.1.3 Le mouvement hybride 7
1.1.3.1 Définition 7
1.1.3.2 Historique 7
1.1.4 Le mouvement no gender 8
1.1.4.1 Définition 8
1.1.4.2 Historique 9
1.1.5 Le streetwear 11
1.1.5.1 Définition 11
1.1.5.2 Historique 11
1.1.5.3 Les codes du streetwear 11
1.2 Le mariage traditionnel européen 12
1.2.1 Définition 12
1.2.2 Historique 12
1.2.3 Les codes du mariage 14
1.2.3.1 Les codes vestimentaires 14
1.2.3.1.1 La robe blanche 14
1.2.3.1.2 Le voile 14
1.2.3.1.3 Les gants 15
1.2.3.1.4 Le costume 15
1.2.3.2 Les traditions 15
1.2.3.2.1 L’alliance 15
1.2.3.2.2 Le lancer de bouquet 16
1.2.3.2.3 Le lancer de riz 16
1.2.3.2.4 Les quatre éléments 16
1.2.3.2.5 Les dragées 16
1.2.3.2.6 La jarretière 17
1.2.3.3 Les matières 17
1.2.3.3.1 Le tulle 17
1.2.3.3.2 La soie 18
1.2.3.3.3 Le satin 18
1.2.3.4 Les codes de la scénographie 19
1.2.3.4.1 La cérémonie 19
1.2.3.4.2 La musique 19
II. Influences et analyses 20
2.1 Stylistes référentiels 20
2.1.1 Upcycling 20
2.1.1.1 Martin Margiela 21
2.1.1.1.1 Historique 21
2.1.1.1.2 Analyse de créations 21
2.1.1.2 Andrea Crews 25
2.1.1.2.1 Historique 25
2.1.1.2.2 Analyse de créations 25
2.1.1.3 Marine Serre 29
2.1.1.3.1 Historique 29
2.1.1.3.2 Analyse de créations 29
2.1.1.4 Les Récupérables 36
2.1.1.4.1 Historique 36
2.1.1.4.2 Analyse de créations 36
2.1.1.5 Stella Mc Cartney 39
2.1.1.5.1 Historique 39
2.1.1.5.2 Analyse de créations 39
2.1.1.6 BassCoutur 42
2.1.1.6.1 Historique 42
2.1.1.6.2 Analyse de créations 42
2.1.1.7 Super Marché 46
2.1.1.7.1 Historique 46
2.1.1.7.2 Analyse de créations 46
2.1.1.8 Frankie Collective 48
2.1.1.8.1 Historique 48
2.1.1.8.2 Analyse de créations 49
2.1.1.9 Tryna B Studio 51
2.1.1.9.1 Historique 51
2.1.1.9.2 Analyse de créations 51
2.1.2 Streetwear 54
2.1.2.1 Off-White 54
2.1.2.1.1 Historique 54
2.1.2.1.2 Analyse de créations 54
2.1.2.2 Heron Preston 61
2.1.2.2.1 Historique 61
2.1.2.2.2 Analyse de créations 61
2.1.3 No gender 66
2.1.3.1 Rad Hourani 66
2.1.3.1.1 Historique 66
2.1.3.1.2 Analyse de créations 66
2.1.3.2 Hood by Air 68
2.1.3.2.1 Historique 68
2.1.3.2.2 Analyse de créations 68
2.1.4 Autres influences 70
2.1.4.1 Jean Paul Gaultier 70
2.1.4.2 H&M 72
2.1.4.3 A.F. Vandevorst 73
III. Synthèse et proposition graphique 75
3.1 Réflexions 75
3.2 Proposition graphique 75
Conclusion

Le vêtement de mariage Dégagement des codes graphiques dans les mouvements contemporains, tel que l’Upcycling, en vue d’une création de mode originale.

Print Friendly, PDF & Email

h
Lola Nederlants
Cliquez sur suivant article pour lire la suivante partie de ce mémoire:

Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
Publier son mémoire!
WikiMemoires - Publier son mémoire de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *