Le mouvement bio face à l’industrialisation

Université de La Rochelle
Université de La Rochelle

Master 2 LCAI (Langues, Cultures et Affaires internationales)
– Chinois avancé

Mémoire professionnel

Le mouvement bio face à l’industrialisation Comment l’identité du bio est-elle en train de s'effacer au profit de son industrialisation ?
Le mouvement bio face à l’industrialisation

Comment l’identité du bio est-elle en train de s’effacer au profit de son industrialisation ?

Zacharie Arpaillanges

Année scolaire
2018-2019

Sommaire

  • Introduction 3
  • I Origine, histoire et identité du bio 5
  • 1-1 Contexte et histoire de la naissance du mouvement 5
  • 1-1-1 Brève histoire de l’agriculture française 5
  • 1-1-2 Naissances des différents courants et organisation de la profession 10
  • 1-1-3 Vers la reconnaissance du secteur 12
  • 1-2 Le développement du secteur, les premiers acteurs du bio français 13
  • II Le bio aujourd’hui, de la paysannerie à l’industrialisation 17
  • 2-1 Le bio à grande échelle, début de l’industrialisation 17
  • 2-1-1 Vers un bio de masse, contexte actuel du secteur 17
  • 2-1-2 L’industrialisation du bio : le désastre écologique, environnemental et social. 20
  • 2-2 Marketing bio et Greenwashing 27
  • III Perspectives d’avenir pour lebio 30
  • 3-1 Futur proche 30
  • 3-2 Perspectives sur le long terme 34
  • Conclusion

Remerciements

Introduction

L’alimentation bio est aujourd’hui en phénomène de société global, par conviction, effet de mode ou curiosité ce sont ¾ des français qui déclarent avoir déjà acheté un produit issus de l’agriculture biologique.

Véritable facteur de croissance de l’économie française le secteur du bio représentait en 2017 près de 8 milliards d’euros du chiffre de d’affaire.1

En l’espace de seulement 50 ans le Bio est passé d’un mouvement marginal à une véritable industrie agroalimentaire et cela semble provoquer un certain nombre de réactions contestataires.

Mon intérêt pour le sujet a démarré très tôt, en effet l’alimentation bio a toujours fait partie de mon bagage personnel de par l’éducation que j’ai reçu et j’ai très rapidement revalidé ces principes dès que j’étais en âge d’avoir une analyse critique des différents modes d’alimentations et de productions possibles.

Lorsque j’utilise le mot “bio” je fais par défaut référence à la philosophie qui anime le mouvement ainsi qu’à ses applications techniques en tant que secteur professionnel.

Le bio se définit dans les grandes lignes comme un mode de production qui refuse toute utilisation de produits de synthèse et OGM, mais l’étude de son histoire peut révéler des enjeux bien plus profonds qui sont ancrés dans l’histoire de l’agriculture française même.

Le mouvement prend d’abord ses racines dans une volonté de faire opposition à une nouvelle forme d’agriculture intensive moderne qui est-elle apparu en périodes d’après-guerres principalement par nécessité de nourrir le pays en reconstruction.

S’il était d’abord une réponse à des excès de l’agriculture moderne aujourd’hui le bio n’est plus une activité de niche pour marginaux de la société mais bel et bien un secteur d’activité à part entière. D’un métier de paysan la production bio est passée peu à peu aux mains des industriels.

Si je choisi ce sujet c’est parce que le mouvement de l’agriculture biologique est un mouvement aux valeurs fortes et citoyennes, il appelle au respect de l’environnement, de l’humain et de la nature et ces 3 valeurs sont la raison du succès du bio de nos jours à mes yeux.

Mon intérêt pour ce questionnement plus précis en lien avec l’industrialisation du secteur s’est développé au cours de mon stage dans l’entreprise Léa Nature qui produit et distribue un large panel de produit biologique et naturel.

Avec cette expérience j’ai eu l’occasion de prendre conscience de l’ampleur colossale du secteur à ce jour ainsi que des pratiques que certains industriels étaient prêts à mettre en œuvre pour se démarquer.

Ainsi cette prise de conscience s’est heurtée avec les valeurs du mouvement que je portais avec moi à ce moment-là et j’ai naturellement cherché à comprendre qu’elles en étaient les raisons.

C’est pourquoi il m’apparaît extrêmement important à ce jour de montrer comment l’identité même du bio est en train d’être effacée au profit de son industrialisation. Pour répondre à ce questionnement j’ai décidé de suivre un plan organisé de façon chronologique dans lequel remonterai jusqu’à la sortie de la première guerre mondiale.

L’idée générale du plan est d’arriver à définir le bio tel qu’il était à ses début, je comparerai ensuite cet idéal de base à la situation actuelle du secteur que nous aurons établie préalablement, de là nous en tirerons des conclusions sur le poid de l’industrialisation du bio et tenterons de faire apparaître des perspective d’avenir envisageable pour le secteur en fonction des paramètres étudiés.

__________________
1 Le bio : 8 milliards d’euros de chiffre d’affaires en 2017, Camille harel, 22/08/2018 https://www.lsa-conso.fr/le-bio-8-milliards-d-euros-de-chiffre-d-affaires-en-2017,281336

Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez
à des milliers des mémoires de fin d’études !
D'autres étudiants ont aussi consulté
Rechercher
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *