5 clés pour comprendre l’église Más Vida et son impact au Mexique

CHAPITRE IV : ANALYSE

 

L’église » Más Vida  » au Mexique est un exemple de christianisme émergent et de post- confessionnalisme. Grâce à des stratégies de communication organisationnelles, cette église est en mesure de toucher un large éventail d’adeptes, quels que soient leur âge ou leurs classes sociales. Ce chapitre vise donc à une analyse basée sur une étude de recherche menée dans les locaux de l’église à Mexico et vise surtout à explorer la construction identitaire de cette institution religieuse. Les résultats de la recherche sont la création d’une culture organisationnelle, d’une identité de marque et d’un outil symbolique appelé ADN Más Vida. En fin de compte, cette église fournit une identité unique à ses adeptes, leur permettant de trouver un but, une identité et un sentiment d’appartenance.

CONTEXTE HISTORIQUE DE MÁS VIDA

 

Afin de comprendre comment l’église Más Vida est devenue ce qu’elle est aujourd’hui, il a fallu d’abord comprendre son contexte historique et institutionnel.

Cette église existe depuis 39 ans. Elle a vu le jour sous le nom de Vida Abundante. Pour son époque, elle était déjà à ses débuts une église aussi contemporaine que possible. J’entends dire par là qu’il s’agit d’une église qui, tout au long de son existence, a su s’adapter à la mode et à la tendance de l’époque dans lesquelles elle s’est trouvée insérée. En somme, cette église a un comportement historique consistant à suivre les tendances qui sont à la mode dans le christianisme.

Grâce à mes rencontres, aux entretiens réalisés et à une vidéo de la commémoration de ces 39 ans qui m’a été fournie par le personnel, j’ai pu obtenir des informations précieuses sur l’histoire de cette église, résumées ici.

Il y a 39 ans, en 1984, le pasteur Juan Spyker, père de l’actuel dirigeant de Más Vida, a fondé une église à Morelia appelée Vida Abundante. Il est arrivé de Ciudad Lázaro Cárdenas avec sa femme, son fils et deux autres familles, dans le but de fonder une église à Morelia.

Selon le récit de ses dirigeants et collaborateurs, l’argent pour acheter le terrain avec lequel le premier grand temple de Vida Abundante a été construit provenait de dons. Les gens ont organisé des tombolas, vendu de la nourriture. Les enfants, de leur côté, ont vendu des bonbons au coin des rues, certains ont vendu leurs propres jouets et certaines personnes ont même osé vendre des biens personnels comme des maisons et des voitures et ont même puisé dans les héritages pour faire des dons. Il s’agissait d’un terrain qui se trouvait à l’époque à la périphérie de la ville et qui avait une grande valeur. D’après ce que dit le pasteur Andres Spyker, il valait une vingtaine de maisons.

Si l’on considère qu’à l’époque, la congrégation Vida Abundante comptait environ 200 personnes, y compris des enfants, on peut comprendre l’ampleur du défi et le saut qu’ils proposaient pour passer d’une petite église à une méga-église. L’argent pour acheter le terrain a été réuni en 30 jours. Une fois le terrain acheté, il a monté une tente pour tenir ses réunions pendant la construction de l’église. Entre 1984 et 1987, c’est la première grande « poussée de croissance » de Más Vida, puis de Vida Abundante. En 1987, cette église, après avoir construit son bâtiment, a également ouvert les portes d’une école appelée Colegio Libertad.

Du point de vue de la vision du pasteur Andrés Spyker, le moment dans l’histoire de cette église où un changement substantiel dans sa structure et son rayonnement s’est produit était lorsque la direction de l’église est passée de lui à son fils, le pasteur Andrés Spyker, il y a 18 ans. En janvier 2005, la transition a eu lieu. À cette époque le pasteur Andres avait 28 ans. Selon lui, l’église a commencé à beaucoup se développer à partir de cette transition.

Au cours des dix années qui ont suivi cette transition, le système de campus a commencé et on a ouvert des églises dans d’autres villes du Mexique telles que Guadalajara, Toluca, Querétaro, León, Mexico et à des endroits hors du Mexique comme l’Espagne, le Venezuela et les États-Unis.

CODAGE POUR DÉCRIRE LE PHÉNOMÈNE MÁS VIDA

 

Il a été possible de tracer des codes et des groupes de codes à l’aide du logiciel Tropes à partir des informations obtenues par le biais de mon journal de terrain et des entretiens réalisés.

Grâce à ces deux outils, il m’a été tout à fait possible de générer une description analytique du phénomène que je présente dans cette section.

À la suite de l’analyse des champs lexicaux et en vue de mieux comprendre les résultats, j’ai construit trois catégories principales à partir de mon expérience de travail sur le terrain et des ensembles de champs générés par Tropes. Ce qui m’a amené à distinguer et nommer les piliers fondamentaux de Más Vida :

Organigramme et système Más Vida

ADN Más Vida

Expérience Más Vida

Parlant de la catégorie Organigramme et système Más Vida, je me réfère à toutes les informations que j’ai obtenues concernant la structure du fonctionnement physique et organisationnel de l’église. C’est le schéma utilisé par cette église permettant de diviser son modèle en plusieurs campus.

Le pasteur Andrés Spyker est le chef de la direction générale dans cet organigramme, avec sa femme et son père comme conseillers. Le pasteur Joseph, également interviewé via Zoom, fait partie du deuxième groupe de direction, chargé de s’occuper des campus et de leurs pasteurs respectifs. Cet organigramme est essentiel pour différencier les campus Más Vida des autres églises, car il est responsable de la mise en œuvre de l’ADN de l’église et de la création de « l’expérience Más Vida ». Le conseil consultatif assure également la surveillance de l’ensemble de l’organisation, en veillant à ce que la vision, la mission et les valeurs de l’organisation restent cohérentes. Ce conseil aide aussi à fournir des directives sinon des recommandations sur les décisions importantes et à examiner les performances de l’organisation. Comme me l’a dit l’un des responsables,

« Le pasteur Spyker « croit qu’avoir un conseil consultatif est essentiel pour fournir une forme de direction structurée pour s’assurer que l’organisation est bien gérée et savoir qui est responsable de quoi. Il croit également que leur présence renforce les valeurs fondamentales de l’église. » (Osvaldo)

Le Conseil de l’église est une partie importante du son développement et de sa croissance. Il est composé de personnes d’horizons divers et « le pasteur Spyker a favorisé une atmosphère de confiance et de coopération qui permet une prise de décision rapide. Le dévouement du conseil a été un facteur clé de la réussite de l’église et le pasteur Spyker espère que cela continuera à l’avenir » m’a confié le pasteur Joseph.

« si le système dicté par cet organigramme n’est pas mis en œuvre de la bonne manière, avec le timing exact de chaque partie du service religieux, les chants, la représentation, les lumières, le Look & Feeling, les groupes de connexion, l’accueil et le volontariat fondamental, il n’est pas possible de mettre en œuvre l’ADN de Más Vida et de faire vivre aux gens ce que ces dirigeants nomment l’Expérience Más Vida . »

L’ADN Más Vida est présent dans tous les campus même si chaque campus a ses propres particularités. Les membres sont encouragés à vivre les valeurs, les normes et les croyances de cet ADN dans tous les domaines de leur vie. La mission, la vision et l’identité de l’église sont également prises en compte dans la contextualisation de ces campus considérés en fait comme des personnages supplémentaires avec lesquels la communauté interagit. Le campus de Mexico est un élément crucial pour la vision de l’église, car elle vise à s’étendre à toute la République mexicaine et au monde.

Le campus est un environnement dynamique et inclusif où des membres d’horizons divers se réunissent pour partager leurs histoires. L’église encourage les membres à établir des relations solides les uns avec les autres et met l’accent sur l’unité. Les membres ont accès à diverses activités telles que des séminaires, des retraites et autres événements pour les aider à grandir spirituellement et personnellement. L’importance du campus de Mexico pour la vision de Más Vida est mise en évidence dans cette citation :

« Il y a un but et une raison à Mexico City selon la vision et… la parole qui a été prononcée pour Más Vida qui, depuis qu’elle a commencé, disons… il y a de nombreuses années avec Frère Juan, Soeur Marla à Lázaro Cárdenas, il a été prophétisé qu’elle allait partir de ce point du pays, qu’elle allait atteindre la ville de Mexico et que de elle allait revenir comme une vague… couvrant toute la République mexicaine et le monde, c’est pourquoi Mexico est aussi un point crucial pour ce qu’est Más Vida, alors.. » (Jorge)

Vida Abundante était une église pentecôtiste/néo-pentecôtiste qui cherchait à rapprocher les gens du divin et à construire une communauté forte. Ses croyances sont enracinées dans la Bible protestante, avec un accent mis sur les croyances surnaturelles. Les membres de MásVida sont activement encouragés à participer à des études bibliques, des missions de sensibilisation et d’autres activités. L’église travaille également à renforcer le lien entre ses membres et la communauté par le biais d’événements caritatifs, en fournissant des repas aux sans-abris et en visitant les malades de certains hôpitaux.

Bien que cette église présente des caractéristiques modernes n’exaltant pas souvent les questions surnaturelles ou mystiques, elle reste quand-même une église fondée sur le surnaturel.

« Oui, bien sûr, vous pouvez voir un Roberto Evans, je ne sais pas, je veux dire, je n’ai pas de problème à le dire, qui parle en langue, peut-être dans une réunion, il ne le fera pas ici, mais peut-être dans un autre endroit, dans une autre réunion, dans un autre type d’application ou d’activité s’il le fait. » (Jorge)

L’église offre une variété de ressources, y compris des sermons hebdomadaires, des ateliers de coaching de vie et des conseils individuels. L’institution propose aussi un certain nombre d’événements sociaux, tels que des pique-niques familiaux et des rencontres communautaires, pour promouvoir la fraternité entre les membres et le grand public. L’église a créé un réseau de mentors et d’entraîneurs pour fournir des conseils et du soutien aux membres. Elle fournit également le soutien à la toxicomanie. Cela encourage également les membres à adopter une approche proactive de leur bien-être spirituel et émotionnel, plutôt que de se consacrer uniquement à la foi.

Más Vida a des influences séculaires / modernes qui apparemment facilitent l’approche et l’entente avec le public des jeunes et des milléniaux. Parallèlement à ces influences, je trouve la forte consommation de la culture pop mondialisée très pertinente et m’appuie sur le travail d’Ibarra (2019) pour argumenter mon propos. Ibarra affirme que « La consommation active d’une culture pop globalisée favorise l’abandon des tensions ascétiques et puritaines d’autres congrégations appartenant au continuum évangélique-pentecôtiste grâce au déplacement de la barrière entre le sacré et le profane ; en ce sens, nous pourrions dire qu’il y a une

sacralisation du profane par le simple fait que le déplacement de la barrière sacré/profane a gagné – au religieux – des terres qui étaient traditionnellement séculières » (Ibarra. 2019)

L’organisation et l’ADN Más Vida unissent leurs membres à travers la culture pop mondialisée et leur offrent une expérience religieuse unique. Ceci encourage les membres à partager leurs points de vue, à participer aux conversations et aux activités, et promeut la solidarité entre eux. Elle offre également aux membres des ressources éducatives, telles que des livres, des magazines et des articles. De plus, l’organisation se concentre sur des influences séculaires modernes et détendues, ce qui se voit dans l’esthétique du temple et de la marque Más Vida. Lorsque j’ai posé une question sur la standardisation des campus et le contrôle de ce processus dans le système de cette église, le pasteur José a répondu comme suit :

« Dans le cadre de ce paramètre, les équipes de chaque campus peuvent faire et défaire, n’est-ce pas ? Et parfois, nous sommes surpris par ce qu’une église a fait et nous apprenons, « hé, non, à Toluca ils ont fait quelque chose d‘extraordinaire, comment ont-ils fait, ou comment ont-ils eu cet arbre de Noël ? » (José)

Tous les aspects de l’esthétique de Más Vida sont planifiés jusqu’aux moindres détails par l’équipe globale du lieu. Des couleurs utilisées pour décorer la réception aux vêtements portés par les volontaires qui montent sur scène en passant par le Lookbook. Lorsque j’ai posé des questions sur le Lookbook, son fonctionnement et l’origine de son idéalisation, l’une des personnes interrogées m’a répondu ce qui suit :

« Oui, nous essayons d’être très prudents avec les personnes qui vont sur la plateforme. Non, c’est qu’ils le sont, comme on peut le voir. Nous voulons que les gens téléchargent d’une manière visuelle qui est bonne dans le sens de pas …. Pas sale, pas cassé, pas un aspect désagréable dans ce sens parce qu’il pourrait arriver que si vous leur donnez la possibilité de « comme vous voulez », nous aurons un « chilaquil3« , au-dessus, nous aurons des roses, des jaunes, des rouges, des bleus et que d’une manière visuelle, ce n’est pas quelque chose de

 

3 Les chilaquiles sont des morceaux de tortillas frits et baignés dans une sauce épicée. Référence au mélange disparate.

cool, bien. C’est pourquoi nous gérons un lookbook où il y a certaines couleurs selon les saisons, celui-ci je pense, il change tous les trois mois selon les saisons de l’année, donc il y a certaines couleurs, certains styles que nous pouvons offrir aux gens qui montent sur la plateforme » (José)

Más Vida a une pratique religieuse plus libérale que les pratiques traditionnelles. Les réunions sont généralement enregistrées à Morelia ou à Mexico et publiées sur YouTube. Pour uniformiser l’apparence et favoriser un sentiment de liberté, un Lookbook a été créé à Morelia. Le point clé pour comprendre Más Vida est son objectif de s’amuser et de profiter de la vie, un concept qui n’est pas aussi important dans d’autres pratiques religieuses. Lorsque j’ai demandé les raisons pour lesquelles le pasteur Aldo est resté à Más Vida alors qu’il était venu en tant que membre, sa réponse m’a renseigné sur ce sentiment de liberté dont je parle

:

« … c’était un changement tout à fait radical, c’était un changement radical de vivre l’église d’une manière différente. Comme je venais d’un milieu plus conservateur, plus, comment dire, plus formel, je me sentais un peu privé de liberté. Ici c’est complétement différent avec plus de liberté pour ainsi dire, de s’habiller comme on veut, d’aller à l’église comme on veut, de s’exprimer d’une manière différente, c’est quelque chose qui a attiré mon attention, qui m’a finalement captivé pour rejoindre Más Vida. » (Aldo)

En proposant ces activités et événements, l’église Más Vida s’efforce de rassembler les gens, de favoriser la compréhension et l’unité et de créer un sentiment de communauté. À la question de savoir s’il existe un public cible que Más Vida vise, qui est l’une des caractéristiques de l’entreprise, l’une des personnes interrogées a répondu que « selon l’activité », il y avait un certain public cible. Sur la base de la déclaration de la personne interrogée, j’ai demandé à nouveau une explication sur une sorte de public moyen pour Más Vida. A ce sujet, la personne interrogée a répondu comme suit :

« Non, pas vraiment, et la façon dont nous le disons, ‘voir comment vous allez’, je veux dire, non, nous ne faisons pas de distinction, nous ne sommes pas une église élitiste et c’est pourquoi nous n’avons pas d’objectif spécifique, mais, je veux dire, ce que je disais à propos de dépendre de l’activité est par exemple, la réunion des jeunes ou PRISMA, qui était

« Jóvenes Más Vida », maintenant c’est PRISMA. Eh bien, évidemment, il s’adresse à une tranche d’âge de 12 à 19-25 ans, c’est une cible très spécifique, pour cette activité. Mais pour d’autres activités, comme les réunions du premier mercredi, qui ont lieu le premier mercredi de chaque mois, toute une série de personnalités, quelle que soit leur classe sociale, qui peuvent assister à notre réunion, les portes sont ouvertes et ils peuvent venir ici ». (Jose Al)

Más Vida est une église qui s’appuie sur l’expérience, les stratégies de marketing et de communication organisationnelle pour créer une marque unique. À travers des symboles et des visuels, ils créent une expérience spirituelle qui encourage la gratitude, l’appartenance et la connexion. Un exemple clair en est le nom du groupe de jeunes PRISMA. Más Vida utilise dans son système plusieurs caractéristiques commerciales et outils commerciaux liés à la communication, dont les slogans, en plus de l’image de marque. Cette image de marque crée ce chemin menant vers ce que tous les organisateurs appellent l’expérience Más Vida. L’exemple type de l’importance de l’expérience client dans le marketing est ce que fait la franchise Starbucks qui « ne vend pas de café mais de l’expérience ». Je pense que tous les spécialistes du marketing sont d’accord sur ce point. Dans Más Vida, il n’y a pas de produit tangible, ce qui se voit promu relève du domaine du spirituel. Ici, l’expérience paroissienne est au premier plan. Un exemple est la prière : cette expérience mystique à travers un contact avec le divin. Cette expérience, nous l’aurons compris, va au-delà de l’expérience proposée par Starbucks.

Dans le tableau des 10 similitudes entre le marketing et la religion, conçu par Lindstrom (2012) et présenté dans son livre Buyology Truths and Lies of why we buy 4, nous pouvons clairement voir dans l’espace alloué aux symboles comment la marque est un facteur important dans la vision de la communication organisationnelle de cette église et par conséquent dans ses caractéristiques commerciales. Pour Lindstrom, les symboles sont des représentations sensorielles d’une idée. Du point de vue du marketing, tout ce qui compose la marque est l’utilisation du symbolisme pour influencer les consommateurs. Dans l’approche religieuse, c’est la même chose, il suffit de changer l’idée de consommateur en membre/paroissien.

4 Le tableau comparatif entre le marketing et la religion, mis en annexe

Selon Kotler, Keller et Crescitelli (2012), « l’une des principales caractéristiques du positionnement de la marque est de créer un mantra pour la marque qui résume son positionnement et son essence. » À cet égard, Kotler, Keller et Crescitelli affirment que « … un mantra de marque est une articulation du cœur et de l’âme de la marque, intimement liée à d’autres concepts de branding tels que l’essence de la marque et la promesse centrale de la marque.» Kotler, Keller et Crescitelli (2012:302). Je comprends ainsi que le slogan de Más Vida est un élément essentiel de la stratégie de marque. Il démontre non seulement les caractéristiques commerciales de l’église mais aussi et surtout la pertinence des stratégies de communication présentes dans le système Más Vida.

Le slogan de cette église, même si les responsables ne le nomment pas institutionnellement, peut être perçu dans les discours des participants des réunions à travers la répétition de certaines phrases avec un fort contenu de la marque Más Vida. J’ai nommé ces phrases comme des slogans. Dans les entretiens menés et dans les observations, j’ai pu rassembler une série de ces slogans. En voici quelques-uns des plus reconnaissables de Más Vida :

« Le principal message de Más Vida, que l’on nous a beaucoup répété, est de PARLER,

 

« Partager et AimerJésus » (Osvaldo)

« Connaître, aimer et servir Jésus » (Mariana Sabine).

Dans les citations ci-dessus, nous pouvons voir comment les adhérents parlent de quelque chose qui a été appris. Ce qui se déduit de ces petites citations, c’est que les membres de l’église doivent aimer Jésus, partager Jésus et son évangile avec les gens. A Más Vida, ces slogans sont pour rappeler aux membres le devoir que lorsqu’une nouvelle personne arrive, cette personne est aimée, ils « apapachan »5 et font cela comme, selon eux, Jésus le ferait. Ils

5 Verbe « apapachar » de la langue nahuatl. Il est connu comme l’un des plus beaux mots de l’espagnol mexicain. Apapachar, plus que donner un câlin ou exprimer de l’affection, ce mot a le sens de « caresser avec l’âme »

partagent Jésus à travers « la parole de Dieu » et espèrent provoquer un changement dans la vie de cette personne.

L’idée de service, c’est-à-dire de volontariat, est également présente lorsqu’il est question d’un service à Jésus, un service qui est visible, apparemment, par le biais du volontariat dans une église :

« Tu as rendu visible le Dieu invisible… » (Mariana Sabine)

Dans la citation ci-dessus, la personne interrogée mentionne le slogan en parlant de la situation dans laquelle les volontaires accueillent de nouvelles personnes et doivent prier pour elles. En leur accordant de l’attention, en leur montrant de l’affection et en priant pour ces nouvelles personnes dans l’église, ils considèrent qu’ils rendent Dieu visible.

« C’est la minute familiale » (Jessica)

Dans la citation ci-dessus, une personne interrogée raconte une partie de la réunion du dimanche Más Vida à l’aide d’une marque et d’un slogan. À ce stade de la réunion, la personne à côté de vous est saluée. Il est courant que le pasteur du campus de Más Vida Cdmx profite de ce moment pour commenter le fait que les gens pourraient être en train de saluer leur futur conjoint.

« Nous avons un slogan disons, une phrase qui dit ‘Transformer la ville de l’influence sur le monde… » (Jorge).

Dans cette citation, nous pouvons voir comment l’interviewé lui-même est conscient qu’il parle d’un slogan. Il cherche à travers ce slogan à résumer l’idée qu’à travers le message et l’amour de Jésus-Christ, on parvient à aimer Dieu et à aimer les personnes qui vivent dans la ville où ils se trouvent.

Comme Aguiar (2020) l’a vu à propos des églises qui cherchent à influencer leur propre culture pour le Royaume de Dieu en répandant la culture du Royaume de Dieu sur terre, l’idée d’influencer le monde est très présente dans le discours de Más Vida. En m’inspirant de Martinez-Creixell (2011) concernant la dimension communicative de la culture, je fais le

lien avec la vision d’Aguiar et réalise que Más Vida, par le biais de la communication organisationnelle, se connecte à la culture des individus et cherche à influencer leur culture à travers la culture de leur église.

Ce qui est sous-entendu dans ces citations, c’est que le sentiment d’être un prestataire de services influence le concept de l’institution. « Les églises peuvent être comprises comme des organisations et des sociétés, basées sur les mêmes conditions préalables et stratégies de marketing que les entreprises commerciales », explique Peter Seele, docteur en économie et philosophie et professeur à l’Université de Lausanne (Suisse). Pour la précision, « ces stratégies deviennent plus agressives lorsqu’il s’agit de groupes religieux qui veulent rivaliser avec les religions historiques. » (Peter Seele)

Ainsi, par exemple, ils utilisent le langage multimédia non seulement pour véhiculer le message mais aussi pour enrichir le rituel, comme c’est le cas avec l’église dite électronique. Dans une étude récente sur les dernières confessions évangéliques qui se sont implantées en Suisse, le pasteur Leo Bigger, de l’International Christian Fellowship (ICF) à Zurich, l’explique ainsi : « Pour nous, les cérémonies religieuses sont des célébrations avec tous les éléments modernes créatifs ».

Más Vida cherche donc à être pertinente au point que la ville soit influencée par elle, tout comme elle est influencée par la culture pop de la ville.

« Viens comme tu es » (Meriem Yazmin)

Ce verbe venir au mode impératif et dont la valeur perlocutoire traduit « l’invitation » est l’un des slogans de Más Vida les plus répétés dans les interviews. Cet impératif présent qui se conçoit comme un acte perlocutoire est porteur d’effets que l’église vise à produire sur ses interlocuteurs pour les convaincre, les émouvoir. Les membres de l’église y font appel chaque fois qu’ils doivent expliquer l’essence, le style, la mission et la vision de l’église. Ces slogans expriment l’existence, au sein de cette église, d’une série de valeurs qui sont répétées dans les discours des participants aux réunions, dans les prédications et dans tout type de processus de leadership ou de formation, des valeurs telles que la capacité d’innovation et d’excellence.

Afin d’avoir une organisation détaillée et efficace comme celle de Más Vida dans l’opérationnalisation d’un format de discours et de certains concepts et idéaux égaux parmi les participants, des processus de formation ou des ateliers sont nécessaires où des instructions plus spécifiques sont reçues sur Más Vida et/ou sur les positions dans l’église.

« En semaine, nous venons à…, nous venons à une classe le lundi qui est Leadership, ceci, nous avons ce temps que nous vivons ici, par exemple, le jeudi, tous les 15 jours nous avons un Groupe de Connexion et c’est un groupe thématique, notre cas est ‘jeunes mariés, fiancés et fréquentant… » (Aldo)

Dans des ateliers comme Alpha, les valeurs sont dispensées à travers l’enseignement de la notion de leadership et sont maintenues comme des lignes directrices pour le comportement attendu d’un membre de Más Vida.

L’église Más Vida attire un groupe diversifié d’adultes, y compris des jeunes célibataires, des adultes mariés, des personnes plus âgées, ainsi que des adolescents. Malgré cette variété, l’église unit tous ses participants dans une quête commune d’un type unique de religiosité. Les bénévoles sont une partie vitale de l’église, fournissant des contributions et un soutien inestimable. L’exemple révélateur est l’extrait suivant où la personne interrogée commence par raconter comment elle a commencé à servir comme volontaire et donne notamment des indications sur le changement qu’elle a expérimenté dans sa vie et que Más Vida attend des gens en participant activement comme volontaires :

« Laver les toilettes, celles-là, sur le parking, parfois je venais le samedi pour balayer l’auditorium avec d’autres enfants (…) J’ai d’abord été hôte dans une église, puis j’ai été promu chef des hôtes. Après un an et demi, on m’a demandé d’assumer plus de responsabilités et d’aider aux affaires de l’église. Après deux ou trois ans de plus, le pasteur m’a demandé de rejoindre l’équipe centrale et d’être le leader des bénévoles. J’ai accepté et j’ai grandi dans mon rôle depuis.

 

J’ai été honoré de faire partie de l’équipe de base de l’église et j’étais déterminé à avoir un impact positif. J’avais la passion d’aider les autres et j’avais hâte d’acquérir de nouvelles compétences. J’ai commencé par assister à de petites réunions et j’ai appris à mieux

connaître les membres de l’équipe. J’ai rapidement gagné leur confiance et j’ai pu aider à planifier des événements, créer des programmes et discuter de stratégies pour atteindre la communauté J’ai également eu l’occasion d’encadrer d’autres bénévoles et de leur enseigner les compétences dont ils avaient besoin pour réussir. J’ai pu partager les connaissances que j’avais acquises et aider l’église à grandir et à mieux réussir. Grâce à mon implication, j’ai acquis une précieuse expérience de leadership et appris l’importance de travailler en équipe pour atteindre un objectif commun ». (Osvaldo)

Cette église a connu une croissance exponentielle depuis sa fondation en 2005, avec plus de quatre mille membres à Mexico et sept cents membres aux États-Unis. Le pasteur José et son équipe ont travaillé dur pour maintenir l’ADN de Más Vida vivant en offrant un environnement sûr et spirituel à leurs membres. Chaque semaine, le pasteur José et son équipe assurent un culte en espagnol et en anglais, ainsi que d’autres activités telles que des études bibliques et des réunions de prière. Ils organisent également des événements spéciaux pour célébrer la mission de l’église et pour reconnaître l’importance de l’engagement de chaque membre envers l’église. Le pasteur José redonne à la communauté en fournissant de la nourriture, des vêtements et d’autres ressources à ceux qui en ont besoin. Cette générosité témoigne du dévouement de l’Église à sa mission et aux habitants de Mexico. Lorsque j’ai demandé au pasteur José quelle était l’importance du temps de culte et le style de ce temps de culte au sein de cette institution culturelle, la réponse a été la suivante :

« L’ADN de notre église tourne autour du culte de son pasteur et de sa femme, le pasteur Andrés. La musique en est une grande partie, l’église remportant un prix Harpa du meilleur album pop. Le culte est une partie cruciale de l’identité de l’église et est pris très au sérieux. Les valeurs de l’église sont également centrées sur l’importance d’établir des relations au sein de la congrégation. Les membres sont encouragés à établir des liens significatifs les uns avec les autres et à former une communauté. Le pasteur et sa femme encouragent toujours les membres à se tendre la main et à participer activement aux activités de l’église. L’église met également un fort accent sur le social ». (José)

Ici, j’ai pu confirmer que la question de la production musicale Más Vida et la question des influences séculaires/modernes et cool sont effectivement de la plus haute importance pour la construction de l’ADN Más Vida et le fonctionnement du système Más Vida.

Un autre point important de cet ADN est la prédication, qui, comme expliqué ci-dessus, est chargée de techniques et de caractéristiques d’auto-assistance et de coaching, d’influences séculaires/modernes et cool, de religiosité/spiritualité Más Vida, de croyances surnaturelles et de questions bibliques.

La prédication est une forme de discours, donc elle peut être vue comme une stratégie de communication et dans la vision de Miguel (2017) la communication est utilisée comme un outil très efficace pour comprendre et expliquer le phénomène religieux, ce qui a une logique totale étant donné que les organisations religieuses s’approchent des professionnels de la communication pour améliorer leurs stratégies de communication, comme nous pouvons l’observer dans ce fragment :

« Nous avons eu le Dr Andrés Panasiuk pendant un certain temps, je pense pendant 3 ou 5 ans, je ne me souviens plus combien de temps, en tant que membre du personnel de Más Vida, et pendant cette période il a beaucoup aidé à la formation et à l’organisation de l’église » (Jorge).

Parmi les stratégies des églises protestantes, la prédication est l’une des plus puissantes dans Más Vida. Le discours religieux de cette institution a un style qui n’est pas seulement lié aux influences séculaires, mais qui cherche également à transmettre le message de la manière la plus efficace possible. À Más Vida, la prédication est une stratégie importante pour transmettre des messages religieux. Le pasteur José prévoit que ses sermons soient compréhensibles à tous les âges, mettant en évidence des vérités théologiques profondes, mais toujours dans un langage simple. Interrogé sur la planification de la prédication, le pasteur José a répondu ce qui suit :

« Lorsque nous préparons un message, c’est du moins ce que j’essaie de faire, de faire ressortir des vérités profondes, théologiques, et d’essayer de les expliquer comme si je les

expliquais à ma fille de 13 ans ou à mon fils de 10 ans. Donc, dans ce sens, s’ils sont profonds mais dans votre langue, je veux vous l’expliquer. » (Jose Al)

Le pasteur Andrés Spyker est un élément clé du projet Más Vida. Il est un excellent facilitateur, communicateur et leader avec une passion pour les jeunes et une grande capacité à les connecter et à les motiver. Il est engagé dans le projet, coordonne les personnes, les actions et les ressources pour assurer son succès et cherche toujours des moyens de s’améliorer. Le pasteur Spyker est le genre de leader dont Más Vida a besoin pour continuer à grandir et à réussir.

Selon Wolk (2013), le leadership est considéré comme l’art de coordonner les personnes, les actions et les ressources pour obtenir des résultats dans un projet donné. En parlant de cela avec le pasteur José, il m’a expliqué ce qui suit :

« Nous devons savoir que la clé, c’est le leader, c’est-à-dire qu’avant d’ouvrir un campus, nous travaillons beaucoup sur le profil de la personne qui va être pasteur du campus, ce n’est pas une personne improvisée, ou une personne… si c’est une personne extérieure, elle passe par un processus de culturalisation, d’imprégnation de l’ADN… » (José).

L’accent mis par le système Más Vida sur l’ADN Más Vida est crucial, car c’est à partir de celui-ci que les membres se différencient des membres des autres églises et suivent le même standard de Más Vida, sans ajouter de nouvelles variables qui font que le résultat de l’équation ne serait pas celui souhaité par Más Vida Cumbres à Morelia d’où proviennent les décisions pour tous les campus. En me renseignant sur le fonctionnement du système Más Cdmx, sur l’existence de l’esprit Más Vida et sur la manière dont les campus continuent de fonctionner au même rythme et dans le même sens, j’ai obtenu les informations suivantes :

« L’idée de « l’ADN Más Vida » tourne autour de la capacité du leader à respecter les processus, à suivre le manuel et à unir l’équipe. Le chef dispose d’une liberté et de paramètres, tels que la réception d’un manuel sur le style de décoration à utiliser pendant la saison de Noël. Ce style ne se limite pas à un look spécifique, mais fournit plutôt la marque,

les couleurs et les images d’idées pour guider le leader dans la création d’un style unifié. Le dirigeant doit également être conscient des attentes de son équipe et des besoins de nos paroissiens. Le leader doit également comprendre l’importance d’être créatif et de sortir des sentiers battus lorsqu’il s’agit de concevoir les décorations de Noël. Ils doivent tenir compte des préférences de l’équipe et des désirs du client, tout en gardant à l’esprit le style général. Cela permet au chef de créer un style unique et unifié de décorations pour répondre aux besoins des gens.

 

Le chef doit également garder à l’esprit les ressources disponibles pour les décorations. Le chef doit être en mesure d’allouer des ressources aux décorations et trouver également des façons d’être créatif et efficace avec les ressources. Enfin, le leader doit être capable de motiver l’équipe et de la maintenir motivée tout au long du processus. Cela garantit que les décorations seront terminées à temps et dans les limites du budget. Le chef doit également être en mesure d’expliquer les idées derrière chaque décoration et comment elle s’intègre dans le style général. » (José)

Je reprends ici l’analyse de Martínez-Creixell (2011) sur la communication ouvert/non- ouvert. Par communication ouverte – non ouverte, elle fait référence à une négociation identitaire dans laquelle, selon Giménez (2007 : 69), les membres d’un groupe entrent en relation les uns avec les autres afin de construire les éléments constitutifs de leurs actions, ainsi que les fins, les moyens et le champ d’action dans lesquels ils déploient leur production de sens, manifestant leurs systèmes de signification ou empêchant la présence de ceux-ci aux yeux de l’autre.

Avec cela, je comprends la quête de Más Vida de trouver un ADN, un esprit où son identité est synthétisée et à partir duquel il suffit d’injecter des échantillons de cet esprit aux membres pour qu’ils soient imprégnés par lui. Et à titre de clarification, je rappelle comme je l’ai déjà établi que je comprends l’identité comme Mora, un « ensemble de caractéristiques qui façonnent la personnalité d’une institution et la distinguent des autres : son origine, son histoire, sa mission, ses caractéristiques essentielles. » (Mora (2009).

Les dirigeants de Más Vida, en plus de passer par cette contagion de l’ADN, doivent s’engager dans la vision/mission globale de leur église qui émane du siège de Morelia. Cela inclut également les responsables de postes mineurs, mais se concentre davantage sur les principaux responsables que sont les pasteurs. En ce qui concerne la Vision/Mission de Más Vida, je la comprends comme un outil et une stratégie de communication utilisée par Más Vida en étroite relation avec les stratégies de communication organisationnelle et les stratégies commerciales, cela sert à être clair sur sa mission en tant qu’institution et sa vision du monde, du christianisme et d’elle-même en tant qu’église.

En me tournant vers le tableau de Lindstrom (2012) sur les similitudes entre le marketing et la religion, je constate que la vision est liée à l’entrepreneuriat, comme le voulait mon intuition initiale. La vision est, pour Lindstrom, « la capacité de percevoir la réalité de l’endroit où l’on veut aller. Pour atteindre des objectifs dans le domaine des affaires ou de la religion, vous devez avoir une vision claire de l’endroit où vous voulez aller. La vision est le point de départ, le processus et la destination » (Lindstrom 2012)

La Porte suggère qu’une institution religieuse, comme Más Vida, devrait avoir une mission. (La Porte 2005) dont le but est d’« amener les gens à la connaissance de Dieu et les faire grandir dans l’amour de Jésus. » Cette mission est centrée sur le salut et la vie éternelle, et soutient la vision de l’église.

« Non, c’est notre travail, n’est-ce pas, d’aider les gens à grandir dans leur relation avec Dieu ? » (Joseph) et « que les gens trouvent le salut par l’œuvre de Jésus-Christ ; c’est notre message, c’est Jésus et ce qu’il a fait. La croix pour toi et pour tout. » (Joseph)

Dans les citations ci-dessus, on peut voir comment la mission de Más Vida selon Pastor Joseph est directement liée à l’idée du salut par Jésus. Cela me ramène à une idée que j’ai comprise grâce à Miller (1998) et que j’ai déjà affirmée ici, à savoir que Más Vida et les églises post-confessionnelles ne remettent pas en question la doctrine du christianisme, mais la manière dont le message du christianisme est transmis.

La communauté Más Vida est créée lorsqu’un certain groupe de personnes connaît l’ADN Más Vida, s’identifie avec la prédication, la religiosité, la spiritualité et la production

musicale de cette église, se réunit dans un campus Más Vida dans un contexte urbain et ses membres commencent à pratiquer leur religiosité ensemble dans ce contexte, en suivant pas à pas l’ADN Más Vida et les indications de son siège à Morelia.

Meyer soutient que « les formes sensorielles fournissent une expérience spirituelle unique, qui est socialement produite. » (Meyer 2018). Dans le cas de Más Vida, cette expérience est rendue possible par la technologie numérique qui permet aux individus d’assister à la réunion religieuse dominicale si ce n’est en étant présent dans l’église, du moins depuis leur domicile. Cette capacité d’accéder au divin intensifie l’expérience religieuse traditionnelle, et la foi des membres de l’église est renouvelée par le sens du divin que la communauté crée.

Cela devient encore plus complexe lorsque nous l’analysons du point de vue de la tendance globale de la modernité et de la post-modernité à l’individualisation des croyances, où le sujet essaie de créer une religion personnelle en mélangeant des aspects de diverses croyances qui lui semblent pertinentes et cherche en même temps une religiosité qui lui soit personnelle.

Afin d’acquérir de nouveaux membres, diverses stratégies sont utilisées avec un accent direct sur le prosélytisme, stratégies qui ne restent pas seulement dans le domaine physique mais aussi dans le domaine virtuel. Lorsque j’ai posé des questions lors des interviews sur les nouvelles personnes qui viennent à Más Vida, j’ai obtenu la réponse suivante :

« Nous tenons un registre de tout, jusqu’à présent en 2018 nous avons environ 1240 nouvelles personnes servies. L’année dernière, nous avons clôturé avec 788, notre défi était donc plus important. Nous sommes en avril, et il nous reste encore 4 mois pour décembre. Nous estimons qu’environ 80% des personnes restent effectivement ». (Mariana)

Les gens sont attirés à l’église et la voient comme un lieu de culte et une communauté qui offre un environnement sûr, accueillant et compréhensif. C’est un lieu de soutien, d’encouragement et d’éducation, où les membres peuvent exprimer leur foi et prendre soin d’eux-mêmes. Des stratégies de communication sont utilisées pour atteindre un public cible, aidant à créer une communauté de croyants.

Pour revenir à Weber (1948), l’art et la propagande, que j’interprète ici comme des stratégies de communication, sont un outil pour amener les religions à des niveaux de masse en étant dirigés par « la propagande émotionnelle et les appels de masse (Weber, 1948 :343). Si l’on prend Weber dans ce contexte, pour atteindre des niveaux mondiaux, les religions doivent sacrifier la rationalité, adhérer à ce que j’entends comme des stratégies de communication et, d’une manière générale, augmenter les matérialités et les pratiques sensorielles. D’après ce que dit Meyer (2018), je comprends que les sujets sont plus attirés par les pratiques sensorielles et de manière plus intense qu’avec les pratiques religieuses qui n’impliquent pas de questions sensorielles. Lorsque j’ai demandé quel était le style de cette église, ses stratégies de communication, ses pratiques sensorielles et leurs relations avec les matérialités, j’ai obtenu la réponse suivante :

« Aujourd’hui, c’est l’église pour nous, il y a encore des églises traditionnelles qui sont très respectables et beaucoup de gens y vont parce qu’ils s’y sentent bien, mais par exemple pour nous, le fond noir ou que tout soit noir est précisément parce que nous avons des lumières nous voulons créer des atmosphères, c’est ça, créer des sensations, que les gens puissent apprécier la musique et le message. Il y a beaucoup de gens qui sont déjà adultes et qui, tout à coup, n’aiment pas beaucoup ça, mais ils commencent à se sentir à l’aise et ils entrent, mais pour un jeune, c’est « wow » et vous réussissez à les attirer et ils rencontrent Jésus-Christ comme je l’ai dit et alors nous atteignons l’objectif pour lequel nous avons des choses comme ça. » (Peter)

Nous pouvons voir ici comment il existe des stratégies de communication liées aux matérialités telles que le design intérieur de l’église et la recherche consciente de « créer des atmosphères ». L’utilisation de la communication main dans la main avec ce que Meyer (2018) appelle des formes sensorielles et une esthétique persuasive faisant de Más Vida une église qui attire naturellement un public jeune millénial et un public qui cherche une religiosité chrétienne non catholique loin de la traditionnelle.

Comme je l’ai dit précédemment, la capacité de Más Vida à fournir une expérience avec le divin qui n’est pas seulement mentale mais sensorielle au point de ressentir le divin, a un impact sur les personnes qui cherchent plus qu’un rassemblement religieux, ils cherchent ce

que Más Vida offre, une expérience. Selon Weber (1948) et Meyer (2018) les pratiques sensorielles sont plus proches des sens humains que de la rationalité, ce qui provoque une plus grande identification et la production d’émotions, de sentiments et de sensations.

L’église Más Vida est réputée pour son approche unique des réunions religieuses, qui crée une expérience immersive pour les participants. Grâce à sa combinaison d’éléments théâtraux, de performances musicales et d’enseignements religieux, l’église crée une atmosphère unique qui encourage l’exploration de la foi et la connexion les uns avec les autres. Malgré les critiques d’autres chrétiens, l’église a acquis une réputation pour son environnement inclusif et accueillant et a été présentée dans plusieurs publications, dont le New York Times. L’objectif de l’Église est d’offrir une expérience inoubliable à sa congrégation, et elle est devenue un modèle pour les autres églises en termes d’approche des services, d’atmosphère et d’expérience. Lorsque j’ai interrogé le pasteur Jose sur les critiques formulées à l’encontre de Más Vida et sur la manière dont il y fait face, j’ai obtenu les réponses suivantes :

« Ensuite, pour répondre à la question de manière expresse, nous ne nous en occupons pas, nous comprenons simplement que cela va arriver, nous ne nous retenons pas là et je dois vous avouer que nous les aimons et les bénissons. » (Joseph)

Ici, nous pouvons voir comment institutionnellement l’attitude de Más Vida est de ne pas traiter les critiques sur le fait de comprendre à peine que leur style n’est pas pour tout le monde. Lorsque j’ai interrogé le pasteur José sur cette même question, sur l’importance qu’ils accordent institutionnellement aux critiques et aux personnes qui quittent son église, j’ai obtenu les réponses suivantes :

« Les personnes inquiètes peuvent se sentir rassurées de savoir que les personnes de leur entourage prennent le temps de discuter des problèmes auxquels elles peuvent être confrontées, ainsi que de fournir des ressources et des recommandations pour les aider à trouver leur place dans le monde. Les dirigeants sont encouragés à développer leur excellence et à prendre les décisions qui conviennent le mieux à leur situation, tout en étant compatissants et accueillants envers ceux qui luttent. Les personnes en difficulté peuvent trouver du réconfort dans le fait qu’il existe des personnes prêtes à les écouter et à les aider,

quelle que soit leur situation. Le soutien et les conseils de ceux qui les entourent peuvent être une grande source de force et de réconfort. Il est important que chaque personne comprenne que chacun a ses propres difficultés et qu’il est normal de se sentir dépassé ou de vivre de l’anxiété ou de la dépression. Les dirigeants doivent fournir un environnement sûr et favorable à leur communauté et offrir des conseils et une assistance si nécessaire.

 

Les dirigeants doivent également s’efforcer de créer une culture de respect et de compréhension, tout en respectant le besoin de l’individu de prendre ses propres décisions. Ce niveau de confiance et de compréhension peut conduire à une plus grande confiance et estime de soi, ainsi qu’à la capacité de faire et d’agir » (Joseph)

Ce qui se comprend donc, c’est que cette église offre une variété d’événements pour soutenir l’engagement communautaire et établir des relations, comme des réunions hebdomadaires d’étude biblique et de prière et des événements spéciaux comme des dîners, des concerts et des causeries. Il encourage les membres à participer activement au service communautaire local, en aidant les écoles, les hôpitaux et divers organismes de bienfaisance. À travers ces événements, l’Église vise à être une source de joie, de paix et d’espoir pour tous ceux qui y assistent.

 

Pour citer ce mémoire (mémoire de master, thèse, PFE,...) :
📌 La première page du mémoire (avec le fichier pdf) - Thème 📜:
La communication organisationnelle et le christianisme émergent dans le cas de "Más Vida Cdmx, Mexique"
Université 🏫: Université Bordeaux Montaigne
Auteur·trice·s 🎓:
Toufik CHAIBAT

Toufik CHAIBAT
Année de soutenance 📅: Master 2 sociétés et religions - Mémoire de recherche - 2020-2021
Rechercher
Télécharger ce mémoire en ligne PDF (gratuit)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top