Déontologie de l’information : fondement et domaine

Déontologie de l’information : fondement et domaine

Section II: Cadre theorique

Le cadre théorique permet de justifier l’emploi des concepts évoqué dans tout le travail scientifique réalisé dans le champ des sciences de l’information et de la communication.

La déontologie de l’information est le fondement épistémologique et constituent le cadre théorique de notre travail de recherche.

I. Déontologie de l’information

L’éthique et la déontologie semblent indissociables, c’est comme les deux pages d’une feuille, l’envers et l’endroit d’une pièce ou d’une médaille ou encore le signifiant et le signifié : les deux éléments qui constituent le signe linguistique.

Selon Henri PIGEAT 37 , « alors que l’éthique intervient comme puissance de questionnement de l’ensemble du processus de l’information », la déontologie, quant à elle « revêt la portée limitée d’une morale propre à l’activité journalistique ».

« Elle renvoie, ajoute-t-il, à des règles professionnelles qui constituent les conditions ordinairement admises d’une formation correcte au sens pragmatique. Elle est, en jouant sur les mots, `une morale au quotidien’ ».

37 HENRI PIGEAT, Médias et déontologie : règles du jeu ou jeu sans règles, Paris, PUF, Vendôme 1997, p. 85

I.1. Fondement et domaine de la déontologie

La déontologie au sens plus large, ne peut que se fonder, sur les principes de la morale tels que, les devoirs de vérité et respect de l’autres, puis sur la prescription de la loi, telle que le droit à l’information, la liberté d’expressions, la démocratie, la véracité, le pluralisme de l’information, le respect de l’égalité, de la vie privée et de l’image de chacun, les droits spéciaux des jeunesses et de l’enfance.

PIGEAT précise que, la déontologie doit prendre le relais quand le droit ne fournit pas les normes ou les fournit d’une manière contradictoire et ouvert à l’interpretation38.

Ainsi, commence le champ d’intervention de la déontologie professionnelle, qui est définie comme, un ensemble des règles déterminant les limites librement consentis par les journalistes et les éditeurs39.

38 HENRI PIGEAT, op. Cit p.28

39 Ibid., pp.28-29

I.2. La déontologie : en deçà et au-delà de la loi

« Faire du bon journalisme au sens éthique, ne consiste pas en un simple respect des lois »40 cela ne sous-tend pas que la déontologie est au-delà de la loi.

Cette il existe des tonnes de coïncidences où la loi et la déontologie semblent se recouvrir et coopérer.

La loi n’est pas tout, il existe dans le travail journalistique des zones d’incertitude qui oblige les journalistes à engager son propre jugement, à mettre lui-même en balance l’intérêt du public qui seul légitime sa fonction et la protection auxquelles, les personnes ont droit.

Ainsi, la déontologie de l’information dépend donc à la fois du droit d’une éthique professionnelle qui prend le relais au-delà des cas prévus par le législateur.

Déontologie de l'information : fondement et domaine

I.3. La déontologie : un contrat avec le public

La déontologie du journalisme concerne très directement le public41.

Elle met la responsabilité du journaliste à l’épreuve de ceux à qu’il doit des comptes une sorte de contrat social unissant les journalistes et le public dans la recherche de l’information, dans la détermination de son contenu, dans sa mise en forme et dans sa présentation.

Le public doit être associé à l’élaboration et à l’application de toute déontologie bien comprise.

40 Ibid., p.35

41Ibid., p.38

I.4. Les grands textes de déontologie

Si l’on s’en tient à notre plus proche environnement géographique et politique, les principaux textes déontologiques sont, dans l’ordre chronologique :

  • La déclaration de la Fédération Internationale des Journalistes (FIJ), adoptée en 1954 au congrès de Bordeaux (révisé à Helsingor, Danemark, en juin 1996) ;
  • La déclaration de l’Unesco sur les médias de 1983 énonçant des principes internationaux de l’éthique professionnelle des journalistes, consécutif à la Déclaration de l’Unesco de 1978 fondant le « Nouvel ordre mondial de l’information et de la communication » ; L’Unesco est toutefois revenue, en 1989 déjà, des principes du « Normes » à une conception plus libérale de la circulation dans le monde.

I.5. Les codes de déontologie

L’établissement d’un code suppose une réflexion sur la déontologie, ses principes et ses normes.

Pigeat 42 dégage les différents types des codes de déontologie qu’il catégorise comme suit :

  • Le code Internationaux ;
  • Les codes nationaux ;
  • Le code sectoriel ou propre à chaque organe de presse.

I.6. LE PRINCIPE DE DÉONTOLOGIE

Après étude comparative de plusieurs codes de déontologie européenne, Pigeat 43 dégage les principes le plus retenus par ceux-ci :

  • Véracité dans la collecte et la diffusion de l’information ;
  • La liberté d’expression et d’opinion, défense de ces droits ;
  • Le respect de l’égalité et refus des discriminations sur la base de la race, de l’ethnie, de la religion, du sexe, de la classe sociale, de la profession, d’un handicap ou d’autres caractéristiques personnelles ;
  • Honnêteté, grâce à l’utilisation de moyen direct et transparent pour collecter et présenter l’information ;
  • Respect des sources, de leurs références et de leurs intégrités, respect des droits d’auteurs et des règles de citation ;
  • L’indépendance et intégrité du journaliste, assurée par le refus de toute influence extérieure sur son activité, par le droit à la clause de conscience

Ainsi, notre étude s’insère dans la déontologie de l’information, car notre préoccupation est d’étudier la déontologique de la Presse en République Démocratique du Congo.

42 HENRI PIGEAT, op. Cit. pp.88-93

43 Ibid., pp.95-97

Conclusion

Dans ce chapitre il a été question de définir les différents concepts utilisés dans le cadre notre recherche, nous avons aussi explicité le cadre théorique.

Le chapitre a eu deux section, dans la première section nous avons définis les concepts tel que : journalisme, déontologie, régulation et autorégulation.

Dans la deuxième section nous avons parlé de la théorie de la déontologie de l’information, nous avons démontré dans quelle mesure cette théorie est le socle de notre travail.

Pour citer ce mémoire (mémoire de master, thèse, PFE,...) :

La première page du mémoire (avec le fichier pdf) - Thème :
La déontologie de la presse en RDC
Auteur·trice·s :
NTUMBA KABAMBA MANASSE
NTUMBA KABAMBA MANASSE
Université :
Université Unikin
Année de soutenance :
Faculté de lettres et sciences humaines - Département de sciences de l'information et de la communication - 2020/2021
Télécharger ce mémoire en ligne PDF (gratuit)
Rechercher
Publier!
Publier son mémoire de fin d’études ! - WikiMemoires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page