L’origine du Shin-Hanga

  1. Shin-Hanga : synthèse d’une sensibilité esthétique (Japon)
  2. Paul MINVIELLE
  3. Le Bouddhisme Zen menacé par l’occidentalisation
  4. D’anciens concepts esthétiques mis au goût du jour
  5. Archéologie d’une sensibilité esthétique japonaise
  6. L’origine du Shin-Hanga
  7. Hasui, Ito Shinshui et Hiroshi Yoshida, une même sensibilité
  8. Shin-Hanga : Wakon Yosai
  9. Réceptacle des concepts esthétiques antérieures
  10. Shin-hanga, itinéraire du Japon, formation d’un paysage national
  11. Le mouvement Shin-hanga : un art moderne ?

56 Michel Foucault, Les mots et les choses, Gallimard, Paris, 1966

57 Diego Vélazquez, Les ménines, huile sur toile, 1656, 3,18×2,76cm, Musée du Prado,

58 Michel, Foucault, Les mots et les choses, 1966, Gallimard, chapitre 1

: Shin-Hanga, un courant artistique comme reflet d’une époque ?

: L’origine du Shin-Hanga

Shin-hanga, comme nous l’avons brièvement expliqué en introduction apparait à une époque de grands changements politiques, sociaux et culturels. L’art de l’estampe, en partie liée à l’élaboration d’un discours philosophique qui le discrédite, connait un déclin dès les années 1900. Avec l’ouverture vers une production et des pratiques occidentales, un phénomène nouveau voit le jour dès les années 1890, l’utilisation de peintures comme matériaux de base pour des estampes, une importante production d’estampes Ukiyo-e, et parallèlement la reproduction de peinture au sein de publications d’art. Un des aspects les plus singuliers de cette fin d’ère Meiji est probablement l’apparition d’une industrie de reproduction de chefs-d’œuvre à l’identique. Comme l’avancent Chris Uhlenbeck et Amy Reigl Newland dans leur article « Les estampes japonaises du début du XXème siècle : vagues de renouveau, vagues de changement »59 : « La fin du XIXème siècle correspond également à l’essor d’une industrie de reproduction

« pure »(fukuseiga) visant à recréer des chefs-d’œuvre du passé à partir de nouvelles planches.[…]On peut citer aussi les extraordinaires reproductions d’estampes au format « chuban » (environ 18x25cm) de Suzuki Harunobu (vers 1725-1770) et les tirages au format « oban » (environ 39x24cm) du Tour des chutes d’eau de différentes provinces (Shokoku taki megari) de Hokusai, publiés par Matsui Eikichi(Matsueido) ».60 Cette production nous montre combien le regard porté sur les époques antérieures jouent un rôle important, aussi bien dans la pensée

59 « Les estampes japonaises du début du XXème siècle : vagues de renouveau, vagues de changement » dans Vagues de renouveau : Estampes japonaises modernes(1900-1960), Chris Uhlenbeck et Amy Reigle Newland,coll.Fritz Lugt, Paris, 2018

60 Ibid,.p. 17.

japonaise que dans la production artistique moderne. Cette situation cache de plus une perte de vitesse de la production des estampes sur bois du début du XXème siècle. Cela s’explique notamment par l’apparition de nouveaux médiums artistiques entrainant alors une perte de vitesse de la production d’estampes mis en concurrence avec d’autres formes d’art : « Les artistes de l’estampe entraient désormais en concurrence avec les peintres et les illustrateurs au sein d’un paysage médiatique en évolution rapide, caractérisé par une myriade de méthodes de reproductions. […]Les revues et les journaux offraient un débouché aux jeunes artistes. Le médium de la gravure sur bois, cependant, perdit du terrain car il était plus cher et nécessitait un temps de production plus long.».61 Cette perte de vitesse nous renseigne aussi sur le regard que porte les Japonais sur une production traditionnelle au moment précis où les productions artistiques occidentales, comprises au sein de l’enseignement Yo-ga, apparaissent à travers le Japon. C’est d’ailleurs cette double tendance qui se cristallise auprès de ces deux courants que nous avons mentionnés en introduction : Shin-hanga et Sosaku hanga. Soucieux de conserver une certaine tradition, la production de Shin-hanga va se concentrer uniquement sur la méthode classique de production des estampes. L’estampe Shin- hanga ne peut s’expliquer sans le rôle décisif qu’eut Watanabe Shozaburo. Son entreprise « Shobido » qui débute à Hama-cho propose dès 1906, une production moderne d’estampes via l’artiste Takahashi Hiroaki. Le terme utilisé par Watanabe Shozaburo pour décrire ses estampes est alors celui de « Shinsaku hanga » estampes faites récemment »). Ce style d’estampe représente alors à ses yeux une nouveauté par rapport aux estampes ukiyo-e : Imprégné de réalisme, le « shinsaku hanga » allait toutefois au-delà de l’estampe « ukiyo-e » traditionnelle et de ses

61 Ibid,.p. 18.

lignes de contour fortement marquées. Watanabe considérait ces estampes comme

« nouvelles », mais il les classait résolument parmi les objets touristiques. »62 Watanabe contribue par la suite à entretenir le commerce de Shinsaku hanga tout en cherchant à rééditer les œuvres des maîtres anciens. Son œuvre Ukiyo-e hanga kessakushu (Collection de chefs-d’œuvre de l’ukiyo-e) publiée en 1916 nous montre ainsi son désir finalement de préserver une tradition. Son ambition est d’autant plus grande qu’à travers son ouvrage, l’enjeu principal est alors de vouloir « assurer la continuité du savoir-faire de l’estampe sur bois. En même temps, il espérait réveiller l’intérêt des Japonais pour l’Ukiyo-e. »63 Cette première forme de production n’est qu’une première étape d’une ambition qu’il comblera par la suite dans les années 1920 jusqu’à la fin de sa vie en 1962 : « son ambition était de trouver des artistes capables de créer des œuvres correspondant à sa vision d’une tradition renouvelée, qui ne soient pas, selon ses propres termes, prisonniers de modèles traditionnels ni ne cherchent à « rivaliser avec tracé au pinceau »64 C’est finalement la compréhension rapide de la nécessité de se tourner vers une clientèle étrangère, particulièrement américaine, ainsi qu’une production en continue de sa maison d’édition, qui lui permit de se revendiquer comme le premier éditeur de Shin-hanga tout au long de la première moitié du XXème siècle. Ainsi : « Le succès de Watanabe était dû au modèle commercial mis au point par son mentor Kobayashi Bunshichi, qui conjuguait intelligemment la commercialisation d’estampes Ukiyo- e anciennes et la publication de reproductions et de nouvelles œuvres. Watanabe comprit le potentiel du marché d’exportation et l’importance d’une clientèle

62 Ibid,. p. 20.

63 Ibid, .p. 20.

64 Ibid, .p. 20.

étrangère, et sut travailler au sein d’une communauté de marchands et de collectionneurs compétitive, ouverte à l’international. »65

Nous l’avons évoqué en introduction, l’estampe Shin-hanga contient une multitude de genres. On peut néanmoins les classer selon quatre genres principaux : Les paysages (Fukeiga), les images de belles femmes (Bijinga), les acteurs (Yakusah-e) et les motifs de fleurs et d’oiseaux (Kachoga). Nous nous intéresserons uniquement aux deux premiers. Le paysage est à bien des égards, le genre le plus important des productions de Shin hanga. Ces paysages ne se départissent pas d’une certaine nostalgie. On peut voir, aux travers de ces représentations de paysage, l’expression d’une « esthétique de la mélancolie » dont le paysage s’en fait le réceptacle. En effet, apparait toute une connexion entre la représentation paysagère et un mode de vie traditionnel : « Koyama Shuko souligne qu’au début du XXème siècle les écrivains et les artistes s’intéressaient de plus en plus à la vie et à la culture rurale, avec une vague de nostalgie pour les modes de vie traditionnels face à la modernisation connue par le Japon pendant cette période. Cherchant à saisir l’essence de la vie rurale, le « shin hanga » excluait les traces de l’activité humaine. Ces œuvres expriment au contraire la force de la nature, une force débordante de

« japonité » et vierge de toute modernité…Pour les éditeurs comme pour les artistes, le but était de représenter une terre idéalisée et non modernisée »66 De ce fait, Chris Uhlenbeck et Amy Reigl Newland n’hésitent pas à employer le terme de

« revitalisation » du Japon afin d’expliquer ce choix de genre dans la production de Shin-hanga. Il en est de même pour le genre du Bijinga où « peut-être ces images étaient-elles destinées à évoquer une culture du passé »67

65 Ibid,. p. 25.

66 Ibid,. p. 26.

67 Ibid,. p. 28.

L’usage de ces catégories n’est néanmoins pas une simple réutilisation d’anciens thèmes populaires de l’Ukiyo-e, mais bien plutôt une adaptation d’anciens genres. Il reste un dernier point à aborder : l’aspect commercial des Shin Hanga. Les estampes Shin-Hanga connurent un grand succès commercial auprès d’une clientèle américaine en raison de divers facteurs. C’est notamment la présence d’un nombre important d’expositions, un réseau de vente efficace aux États-Unis et une importante diffusion via les éditeurs ou même les artistes-entrepreneurs. Une des différences notables avec la vente d’Ukiyo-e est l’attention portée par les éditeurs aux affinités et au gout de leur clientèle. En effet, alors que les estampes Ukiyo-e étaient vendues en tant qu’objet achevé et intemporel, accepté pour ses qualités esthétiques ; le Shin-Hanga a su s’adapter aux désirs d’une clientèle étrangère. Ainsi, « Pourtant, dans le cas du shin hanga alors naissant, l’ampleur des ventes stimula une nouvelle production, en apportant des capitaux et en suscitant des commentaires qui permirent aux éditeurs d’adapter leur offre au désir des consommateurs. Bien que ces allers-retours constants entre information et création aient permis au shin Hanga de gagner des parts de marché, aller dans le sens des goûts établis étouffa sans doute l’innovation et contribua au déclin du mouvement ».68 L’aspect commercial que l’on connaissait déjà avec les estampes Ukiyo-e constitue de la même manière une toile de fond pour le mouvement Shin- Hanga. Il est à noter aussi que le système de diffusion était par ailleurs différent du système de diffusion de l’époque Edo par rapport aux Ukiyo-e. Pour permettre la diffusion des estampes Shin-hanga, le mode de diffusion principale fût les

« Hanpukai (clubs de diffusion) ». Ces sortes de clubs permettaient aussi bien

68 « La commercialisation du Shin-hanga aux Etats-Unis » par Kendal H.Brown dans Vagues de renouveau : Estampes japonaises modernes(1900-1960), Chris Uhlenbeck et Amy Reigle Newland,coll.Fritz Lugt, Paris, 2018

d’obtenir ou d’acheter des estampes, que de sponsoriser des projets. En effet, Les

« hanpukai (clubs de diffusion) de « Shin-hanga » prenaient généralement la forme d’associations qui permettaient à leurs membres d’acheter des œuvres à des prix raisonnables.[…] Ces « hanpukai » jouaient un rôle de sponsor, et dans le cas de groupes tels que l’Association de recherche sur l’« Ukiyo-e »(Ukiyo-e Kenkyukai) et la Société pour la connaissance des images de l’époque Edo(Edo-e Kanshokai), les fonds devaient être réunis avant le lancement et la réalisation des projets. »69

Ainsi, comme nous pouvons le voir, les estampes Shin-hanga font l’objet d’une forme de commercialisation. C’est cette valeur marchande prégnante autour des estampes Shin-hanga qui probablement amène Okakura Kakuzo et ses suiveurs à penser les estampes sous l’angle de l’artisanat et non de l’art. En effet, derrière chaque estampe, reproductible en très grand nombre, se cache un intérêt économique non propice au désintéressement souhaité et appelé par la revue Kokka (porte-parole d’un discours artistique de l’époque moderne. Il s’avère finalement que l’enjeu principal des artistes du Shin-hanga fût de renouer avec le poids des traditions tout en le réadaptant : « L’estampe japonaise du XXème siècle dut affronter le poids de la tradition : il lui fallut apprendre à se situer par rapport aux quelque trois cents ans d’histoire de l’« Ukiyo-e ». Le contact avec des modes de représentations artistique étrangers et les idéologies qui les accompagnaient fut à l’origine de nouveaux défis artistiques ; »70I l nous reste maintenant à présenter et analyser un corpus d’œuvres propres au courant Shin-hanga en vue de pouvoir

69 « Les modes de distribution – Les clubs de diffusion : Hanpukai » par Setsuko Abe et Junko Nishiyama » dans Vagues de renouveau : Estampes japonaises modernes(1900-1960), Chris Uhlenbeck et Amy Reigle Newland,coll.Fritz Lugt, Paris, 2018

70 « Les estampes japonaises du début du XXème siècle : Vagues de renouveau, vagues de changement » par Chris Uhlenbeck et Amy Reigle Newland, dans Vagues de renouveau : Estampes japonaises modernes(1900-1960), Chris Uhlenbeck et Amy Reigle Newland,coll.Fritz Lugt, Paris, 2018

opérer une analyse sur la présence d’une sensibilité esthétique propre aux trois ères modernes de l’histoire du Japon, comprenant d’une part un regard nostalgique sur le passé, intégrant alors de manière systématique des formes anciennes de concepts esthétiques japonais au sein de leurs productions, et s’inscrivant, d’autre part, dans le lignage des discours théoriques des penseurs modernes de l’esthétique japonaise.

Paul Minvielle

Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne - UFR 10
Cliquez sur suivant article pour lire la suivante partie de ce mémoire:

Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
Publier son mémoire!
WikiMemoires - Publier son mémoire de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *