Les stocks libyens des armes chimiques

  1. La menace terroriste chimique et biologique
  2. Le gaz sarin, un danger inodore et invisible
  3. Le gaz moutarde, les armes chimiques
  4. La propagation des armes biologiques
  5. Le bioterrorisme, les armes biologiques
  6. Etats et menaces terroristes chimiques et biologiques
  7. Le processus de destruction des armes chimiques
  8. Le cas des fabrications d’armes chimiques
  9. Irak : l’actualité du terrorisme chimique et biologique
  10. Les stocks libyens des armes chimiques
  11. Le poids de la menace d’utilisation d’armes chimiques
  12. Le gouvernement et l’utilisation de la menace terroriste
  13. Plans de défense nationaux et la lutte contre le terrorisme
  14. Les plans spécialisés NRBC et le terrorisme chimique

Les stocks libyens des armes chimiques

Section 2 : le cas de la Libye

La Libye, de part son histoire, possède des stocks secrets. Certains de ces stocks ont été découverts (§1), et d’autres malheureusement ont été dérobés, et représentent donc à l’heure actuelle une véritable menace (§2).

§1. La Libye a de quoi armer toute l’Afrique

En raison des conflits qui ont opposé Kadhafi aux rebelles, de nombreuses armes ont été dissimulées en Libye (A). Certaines de ces armes chimiques proviennent directement de l’Iran (B), qui en a livré une grande partie à la Libye.

A. La Libye: le dépôt d’armes jihadistes

Les arsenaux de Kadhafi et des rebelles ont alimenté les trafics au Sahel.

Il aura fallu trois jours à l’armée française pour se rendre compte qu’elle faisait face, au Mali, à des combattants islamistes plus aguerris et mieux armées que ce qu’elle avait anticipé « Ce qui nous a beaucoup frappés, c’est la modernité de leur équipement, leur entraînement et leur capacité à s’en servir», a reconnu dimanche l’Elysée.

D’où provient cet armement ?

Selon plusieurs experts, les groupes actifs au Mali et dans le Sahel se sont largement fournis en Libye ces deux dernières années. «Une quantité considérable d’armes a été volée durant la révolution. Il y en a des légères, comme des kalachnikovs, mais aussi des mitrailleuses lourdes, des lance-roquettes et des missiles sol-air de type SAM.

Des stocks de grenades et d’explosifs, dont du Semtex, ont également disparu « raconte William Lawrence, directeur de la région Afrique du Nord pour l’International Crisis Group (ICG)37.

En effet, le trafic selon cette ONG, aurait débuté dès 2011, au début de la révolution. Pour anéantir les rebelles qui s’étaient emparés de Benghazi, Kadhafi envoie plusieurs milliers de soldats, ainsi que des unités de mercenaires, composées entre autres, de Touaregs maliens.

Certains d’entre eux prennent peur dès la fin du mois de mars, dans les jours qui ont suivi les frappes de l’armée française contre la colonne de blindés qui s’approche de Benghazi. Ils se regroupent, rassemblent leurs armes et traversent le désert pour rejoindre leur pays. Ces défections de mercenaires armés par le régime libyen se poursuivront jusqu’à la mort de l’ex-dirigeant, en octobre 2011.

Le trafic d’armes sera également alimenté par les prises d’arsenaux du régime: à mesure qu’ils ont avancé et repoussé les loyalistes, les rebelles ont sans cesse récupéré de nouvelles armes. En effet, Kadhafi avait disposé des stocks à travers le pays, aussi bien dans les montagnes (montagnes du Djebel Nefoussa) que dans les quartiers de Tripoli.

Ces arsenaux pouvaient compter plusieurs dizaines de Bunker. Certains sites les plus sensibles renfermaient des armes chimiques, et étaient surveillés par la CIA, ou des membres de forces spéciales étrangères, et ont pu être protégés, mais en ce qui concerne les autres dépôts, ils ont tous été pillés par les rebelles.

La propagation d’armes à travers la Libye a par ailleurs accéléré les livraisons assurées par la France dans le Djebel Nefoussa (à proximité de la frontière de la Tunisie).

«Quarante tonnes d’armement, surtout des kalachnikovs, des lance-roquettes et des explosifs, ont été parachutées par l’armée de l’air. Le Qatar les avait achetés et amenés par avion à la base d’Istres. La France n’était chargée que de leur livraison», explique Jean-Christophe Notin, auteur de la Vérité sur notre guerre en Libye (éd. Fayard).

Que sont devenues ces armes?

Rien ne dit que le trafic vers le Sahel ait cessé, les autorité libyennes n’exercent qu’un contrôle très limité sur les ex-brigades de rebelles. Certaines ont été intégrées aux forces de sécurité, mais elles restent souvent dirigées par les commandants actifs durant l’insurrection.

37 L’International Crisis Group est une Organisation Non Gouvernementale spécialisée dans la résolution des conflits.

B. La livraison par l’Iran d’armes chimiques à la Libye

Selon les services de renseignements américains, l’Iran aurait, il y a plusieurs années, livré des obus chimiques à la Libye de Mouammar Kadhafi. Il s’agirait d’obus qui aurait été produits en Iran.

Il semblerait que les stocks libyens de gaz moutarde et de produits entrant dans la composition d’armes chimiques soient intacts et n’ont par été volés pendant l’insurrection qui a conduit à la chute et à la mort de Mouammar Kadhafi (selon un rapport de l’OIAC de 2011).

En 2011, les nouvelles autorités libyennes ont fait par à l’OIAC de la découverte d’êtres stocks qui pourraient également servir à la mise au point d’armes chimiques. Mouammar Kadhafi avaient rejoint en 2004 l’OIAC, mais devait encore éliminer 11,5 tonnes de gaz moutarde, soit 45% de son stock initial, lorsque la rébellion s’est déclenchée en 2011.

Le Canada, les Etats-Unis ainsi que la Grande-Bretagne ont offert leur assistance technique à Tripoli pour la destruction de ces armes, dont l’existence, ainsi que celle d’agents chimiques, avait fait craindre qu’elles ne tombent entre les mains de militants islamistes pendant la guerre civile.

Malheureusement, en 2015, le cousin de Mouammar Kadhafi a déclaré que les combattants de Daesh ont réussi à voler des armes chimiques d’entrepôts en Libye, qui n’étaient pas assez sécurisés.

Il a déclaré: «Daesh a réussi à découvrir certaines des caches souterraines secrètes qui contenaient toujours des armes chimiques, dissimulées dans le désert. Malheureusement elles n’étaient pas correctement surveillées», a expliqué le cousin Ahmed Kadhaf al-Dam. Selon lui, le gaz a été acheminé dans la partie nord du pays pour ensuite être vendu. «Je le sais grâce à mes sources basées à Tripoli.

Le premier cas comprend le vol de sept fûts de gaz sarin et dans le deuxième cas, il s’agit apparemment de cinq barils»

§2. Quelles sont les conséquences possibles du vol de stocks libyens?

Selon de nombreux quotidiens marocain, un attentat au gaz sarin au Maroc est tout a fait possible. en effet, d’importantes quantités de ce gaz ont été volés dans les entrepôts libyens par les combattants de Daesh, avant d’être acheminés vers le grand Sahara en passant par Tindouf.

Toutefois, il faut en rester aux faits: certes Daesh a réussi à mettre la main sur des armes chimiques, mais selon l’OIAC (dont les propos divergent avec ceux du cousin de Kadhafi), il ne s’agirait que de quantités excessivement limitées de gaz moutarde. Toutefois, bien que les quotidiens marocains se soient emparés de la nouvelle, rien ne laisse penser que le Maroc soit visé.

Qu’en est-il de la menace pour la France?

«L’imagination macabre des donneurs d’ordre est sans limite: fusil d’assaut, décapitation, bombe humaine, armes blanches (…) Il ne faut aujourd’hui rien exclure et je le dis avec toutes les précautions qui s’imposent mais nous savons et nous l’avons à l’esprit, il peut y avoir aussi le risque d’armes chimiques et bactériologiques»

Cette déclaration de Manuel Valls, Premier Ministre, à provoqué un vent de panique à la suite des attentats de Paris38. Ainsi, la France se prépare à l’éventualité d’une telle attaque, et un arrêté du ministère de la Santé autorisant la fabrication d’un antidote aux «neurotoxiques organophosphorés39» est paru le 14 novembre.

Le texte autorise, à titre dérogatoire, l’acquisition massive, le stockage, la distribution, la prescription et l’administration du sulfate d’atropine 40 mg/20 ml PCA – uniquement fabriqué par la Pharmacie centrale des armées -, un antidote à l’intoxication des neurotoxiques organophosphorés, des armes chimiques extrêmement dangereuses comme le gaz sarin.

Cet arrêté précise « Le risque d’attentats terroristes et le risque d’exposition aux neurotoxiques organophosphorés constituent des menaces sanitaires graves qui appellent des mesures d’urgence ».

38 Les attentats de Paris du 13 Novembre 2015 en France ont été revendiqués par Daesh, qui a provoqué la mort de 130 personnes et 7 terroristes, et a blessé 413 personnes dont 99 grièvement.

39 On désigne sous le terme générique de neurotoxique les composés appartenant à la famille des agents organophosphorés. Ils sont dérivés des insecticides organophosphorés. Ils agissent à très faible dose en inhibant l’acétylcholinésterase tissulaire, une enzyme qui intervient dans les mécanismes de la transmission nerveuse au niveau des synapses nerveuses et neuromusculaires. Cela se traduit par une accumulation d’acétylcholine qui perturbe et interrompt la transmission de l’influx nerveux.

Que penser d’une telle déclaration de la part du Premier ministre français? Les avis sont très divisés sur le sujet, car mis à part qu’il soit établi que Daesh possède des stocks d’armes chimiques, à l’heure actuelle rien ne prouve qu’ils vont l’utiliser, et même s’ils décident de l’utiliser rien ne prouve que la France serait visée.

Néanmoins, au vu des attentats meurtriers contre la France en novembre dernier, le gouvernement est obligé de prendre toutes les mesures qui s’imposent, et de parer à toutes les éventualités.

Ce climat de terreur est exactement ce que recherchent les terroristes, car même sans provoquer d’attaques, ils parviennent à terroriser des pays entiers.

Cliquez sur suivant article pour lire la suivante partie de ce mémoire:

Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
Publier son mémoire!
WikiMemoires - Publier son mémoire de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *