La caractérisation de l’exploitation piscicole de village Mobi

L’exploitation piscicole de village Mobi

Republique democratique du congo
Enseignement superieur et universitaire

Institut facultaire des sciences agronomiques de yangambi « IFA-YANGAMBI »
B.P. 1232 KISANGANI B.P. 28 YANGAMBI

Option: Agronomie Générale
Laboratoire d’Hydrobiologie, Aquaculture, Production Animale et Pathologie
Travail de fin de cycle Présenté en vue de l’obtention de grade de Gradué en Sciences Agronomiques.
Exploitation piscicole de village Mobi - Caractérisation technique et socio-économique de l’exploitation piscicole
Caractérisation technique et socio-économique de l’exploitation piscicole de village Mobi et ses environs.

Par:
Nestor LINANGOLA NGANDI

Directeur:
Dr. Ir. MGW BONDOMBE-wa-YALOKOMBE

Professeur Associé
Encadreur: Ir. Joël EBWA KUM’AMBWA
Assistant

Annee academique
2018 – 2019

Epigraphe
« Ayant péché pendant toute la journée sans rien attrapé, Christ recommanda à ses disciples cette fois-ci de jeter le filet de l’autre côté et ils eurent capturé beaucoup de poissons et ils crurent à lui ».

«Avec deux poissons et cinq pains, Jésus-Christ nourrit une multitude des gens ».

Dédicace et Remerciements

Résume

Une étude sur la caractérisation technique et socio-économique de l’exploitation piscicole de village Mobi et ses environs a été menée pour diagnostiquer les causes de faible production et de proposer des pistes en vue d’améliorer les conditions de vie de ces exploitants.

Les sources de données ont été l’enquête par sondage faisant recours aux techniques d’interview semi-dirigé, par le biais de questions du type fermé et ouvert et l’investigation ad hoc.

A l’issue des observations, il s’avère que:

Les exploitants piscicoles sont majoritairement des hommes (75%) mariés et âgés, pratiquent l’agriculture comme activité principale, avec un taux d’alphabétisation élevé. La plus part de ses exploitants ne sont pas formés en pisciculture (70%).

Les caractéristiques des étangs piscicoles sont satisfaisantes permettant une bonne croissance des poissons mais les infrastructures d’élevage sont dominées par les étangs de barrage (72,5%) et ces derniers ne sont pas favorables à la mise en place des nouvelles techniques de production.

L’alimentation des poissons est constituée des sous-produits agricoles et sous-produits animaux pour la plupart des pisciculteurs et des aliments naturels (phytoplancton et zooplancton) exclusivement produits dans les étangs pour les autres.

Tilapia et Clarias sont les espèces plus élevées dans notre zone d’étude, la durée de cycle d’élevage n’est pas bien maitrisée. La main d’œuvre familiale est la plus employée et les matériels de pêche restent non spécialisés. La production est destinée à la commercialisation et moins à la consommation.

Le manque de moyen financier, le manque d’appui technique et le vol fréquent constituent les principales contraintes de l’essor de cette exploitation dans notre zone d’étude. Les pisciculteurs ne sont pas appuyer techniquement par le service de l’Etat et de ses partenaires.

Mots clés: Caractérisation, technique, socio-économique, exploitation piscicole, village Mobi et ses environs.

Summary

A survey on the technical and socioeconomic characterization of the exploitation piscicultural of Mobi village and his vicinity has been led to diagnose the reasons of weak production and to propose some tracks in order to improve the conditions of life of these operators.

The sources of data were the investigation by poll making resort to the techniques of semi-controlled interview, by the slant of questions of the closed and open type and the ad hoc investigating.

At the end of the observations, he/it proves to be that:

The exploiting piscicultural is mostly of the men (75%) married and aged, practice agriculture as main activity, with an elevated literacy rate. The more part of its operators is not formed in piscicultural (70%).

The features of the ponds piscicultural are satisfactory permitting a good growth of fish but the infrastructures of raising are dominated by the ponds of dam (72,5%) and these last are not favorable to the setting up of the new techniques of production.

The food of fish is constituted of the agricultural by-products and animal by-products for most pisciculturists and the natural food (phytoplancton and zooplancton) exclusively products in the ponds for the other.

Tilapia and Clarias are the species more raised in our zone of survey, the length of raising cycle is not mastered well. The domestic work hand is the more employee and the materials of fishing remain no specialized. The production is destined to the merchandising and less to the consumption.

The financial means lack, the technical support lack and the frequent flight constitute the main constraints of the flight of this exploitation in our zone of survey. The pisciculturists are not support technically by the service of the state and her partners.

Key words: Characterization, technique, socioeconomic, piscicultural exploitation, Mobi’s village and its vicinity.

Liste des tableaux

Tableau 1: Caractéristiques socio-économiques 20
Tableau 2: Caractéristiques des étangs piscicoles 21
Tableau 3. Contraintes liées au développement de la pisciculture 26

Liste des figures

Figure 1. Aliments distribués 22
Figure 2. Espèces élevées 22
Figure 3. Durée de cycle de vidange d’étangs 23
Figure 4. Main d’œuvre employée dans les étangs 23
Figure 5. Matériels de pêche 24
Figure 6. Destination principale de la production réalisée 24
Figure 7. Types d’étang exploités 25
Figure 8. Lieu d’approvisionnement des alevins 25
Figure 9. Mise en charge par superficie 26

0. Introduction

0.1. Problématique

Au monde, l’idée d’élever des organismes aquatiques n’est pas nouvelle (Karg, 2013). Actuellement, l’élevage de poissons d’eau douce connaît un développement considérable dans de nombreux pays du monde. Au cours des trente dernières années, la production aquacole mondiale est passée de 3,5 millions de tonnes en 1970 à plus de 44 millions de tonnes en 2011, soit plus de 70 % de la production mondiale de l’aquaculture (FAO, 2012a).

La contribution de la pisciculture à la sécurité alimentaire, à la réduction et la lutte contre la pauvreté dans les ménages vulnérables et au PIB est très faible et difficile à estimer. Plusieurs facteurs expliquent cet état de fait, en l’occurrence les manques de mécanisme incitatif de financement, de nourrissage adéquat, de savoir-faire et la lourdeur de l’investissement initial pour la mise en place d’une station aquacole (Mohamed, 2014).

La demande mondiale en denrées alimentaires, particulièrement en protéines d’origine animale ne fait qu’augmenter à cause de la croissance démographique, de l’urbanisation et la montée des classes moyennes (Van der zijp, 1999 et Yen, 2009).

L’aquaculture continentale peut constituer une source importante d’approvisionnement en protéines animales. Cependant, cette dépendance vis-à-vis des importations en produits halieutiques constitue une grande menace pour la sécurité alimentaire et une perte de devises que l’Etat peut éviter en valorisant les potentialités nationales par le développement de la pisciculture.

L’Afrique est encore loin de l’autosuffisance alimentaire, car plus de 800 millions de personnes souffrent encore de la sous-alimentation notamment et de la malnutrition dans les pays moins avancés (Lola, 2008). L’agriculture à elle seule ne suffit pas pour apporter une solution adéquate et durable à ce problème, si elle n’est pas étroitement associée à un élevage qui permet la production de la viande et de sous-produits en quantité et qualité suffisante (Kabamba, 1966).

La baisse de la production halieutique amorcée depuis près de 50 ans et l’expansion démographique entrainent une grave détérioration des conditions d’approvisionnement des populations en poissons. Cette détérioration se traduit par un appauvrissement des populations de pêcheurs et nécessite le développement de la pisciculture.

L’aquaculture Congolaise repose essentiellement sur la pisciculture familiale de subsistance dans laquelle la culture de tilapias est prédominante malgré les potentialités d’élevage d’autres espèces aquacoles (Janssen, 1990).

La République Démocratique du Congo avec son immense superficie, son réseau hydrographique riche et diversifié du Nord au Sud et de l’Est à l’Ouest et une population estimée à plus de 75 millions d’habitants avec la présence de la faune terrestre et aquatique comme première biodiversité inestimable ainsi que la flore reste incapable de produire suffisamment des nourritures pour satisfaire les besoins de sa population qui vit dans une précarité alimentaire au quotidien (Bondombe, 2015).

L’introduction et le suivi technique permanent de la pisciculture dans le milieu rural permettront aux paysans Congolais, au moyen d’encadrement intense, d’acquérir les principes de base de l’élevage rationnel (Mayer, 2010).

C’est dans cette optique qu’un diagnostic précis a été envisagé afin de comprendre le mode de fonctionnement de l’exploitation piscicole dans le village de Mobi et ses environs pour améliorer la performance de ces pisciculteurs.

Le socle de la recherche a tourné sur les trois questions ci-après:

1) Est-ce que la conduite de la pisciculture est-elle imparfaite au village Mobi et ses hinterlands ?
2) Est-ce que le Service de SENAQUA de l’Etat et les ONG viennent-ils en appui technique et financier aux exploitants pisciculteurs des contrées précitées ?
3) Est-ce que ces pisciculteurs ont-ils un niveau élevé en matière piscicole ? Et réalisent-ils de grande production ?

0.2. Hypothèses

⇒ La conduite de la pisciculture est défectueuse dans le village Mobi et ses environs;

⇒ Le service de SENAQUA de l’Etat et les ONGD viennent en appui technique et financier aux exploitants pisciculteurs de ce village et ses hinterlands;

⇒ Ces pisciculteurs ont un niveau élevé en matière piscicole et réalisent de grande production.

0.3. Objectifs

Dans cette étude, les objectifs poursuivis sont les suivants:

0.3.1. Objectif général

Cette investigation contribue à la caractérisation technique et socio-économique de l’exploitation piscicole de village Mobi et ses environs pour pourvoir améliorer les infrastructures piscicoles, la conduite des activités piscicoles afin d’améliorer tant soit peu le niveau de vie sociale et économique des exploitants piscicoles de ces contrées.

0.3.2. Objectifs spécifiques

Ce travail se propose d’observer les trois objectifs spécifiques suivants:

1) Evaluer la conduite des activités piscicoles tenue par les exploitants piscicoles de ces milieux;

2) Préciser les types d’appui ou assistance technico-financiers que bénéficient ces exploitants piscicoles;

3) Examiner le niveau de connaissance en matière de la pisciculture que possèdent les exploitants piscicoles de milieux précités et d’identifier les différentes contraintes liées au développement de cette culture de poissons.

0.4. Choix et intérêt du travail

0.4.1. Choix du travail

Le choix de ce sujet réside au fait que dans ces contrées, aucune investigation diagnostique pure et scientifique a été effectuée dans ces milieux pour précité les causes spécifiques des faibles productions piscicoles réalisées par les exploitants piscicoles de ces contrées, d’une part et d’autre part, celles d’abandons de certains d’entre eux de cette activité piscicole.

0.4.2. Intérêt de l’étude

Ce travail revêt un intérêt à la fois scientifique et socio-économique.

→ Sur le plan scientifique, les résultats de cette recherche constitueront une base de données importante et susciteront l’émulation d’autres dans les domaines divers.

→ Sur le plan socio-économique, la connaissance des étiologies c’est-à-dire les causes qui engendrent ces faibles productions permettront à ces exploitants à prendre de meilleures stratégies pour la relance harmonieuse de cette activité de façon durable.

Celle-ci permettra de réaliser de bonne production laquelle améliorera tant soit peu le niveau de vie sociale et économique de ces exploitants piscicoles ainsi que la population riveraine de ceux-ci.

0.5. Subdivision du travail

Hormis l’introduction, le présent travail est subdivisé en trois chapitres: le premier traite les généralités sur la pisciculture, le deuxième parle du milieu, matériels et méthodes du travail et le troisième est concentré à la présentation et discussion des résultats.

Une conclusion et quelques perspectives d’avenir bouclent ce travail.


Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *