La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
Université Moulay Ismail
Mémoire de fin d'études - 2041

Le besoin de financement d’exploitation BFE : calcul et analyse

  1. Gestion de la trésorerie : cas des PME
  2. La conception de la trésorerie des PME et l’analyse patrimoniale
  3. L’approche fonctionnelle de l’analyse de la trésorerie de l’entreprise
  4. Détermination de la trésorerie par les flux : l’excèdent de trésorerie
  5. L’optimisation du niveau d’encaisse et la gestion de trésorerie
  6. Le rôle du trésorier et sa place dans l’organisation
  7. Les prévisions financières à court terme: le budget de trésorerie
  8. Le plan de trésorerie ou le budget de trésorerie
  9. Les conditions bancaires et les prévisions à très court terme
  10. Les financements de trésorerie et les formes de placement
  11. Les risques financiers: définition, types, causes et mesure du risque
  12. La gestion des risques de liquidités et de signature
  13. Le suivi des mouvements de la trésorerie (gestion de la trésorerie)
  14. Le contrôle de la trésorerie : pointage et contrôle de caisse
  15. Le besoin de financement d’exploitation BFE : calcul et analyse

L’analyse de la trésorerie, Définition et calcul du Besoin de Financement d’Exploitation BFE

Section II : La gestion des excédents et des déficits et l’analyse de la trésorerie

La gestion des excédents et déficits de trésorerie sont le cœur de la gestion de la trésorerie.

Il consiste en la recherche de placements rentables et sûrs pour les excédents, et de financements de faibles coûts pour les déficits.

Une fois ces excédents et déficits trouvés, il faudra en chercher les origines. C’est là qu’intervient l’analyse de la trésorerie.

I- La gestion des excédents et des déficits de la trésorerie

1- La gestion des excédents de trésorerie

En cas d’excédents de trésorerie, la « MA.BU.CIG » opte pour les placements suivants:

  • Un dépôt à terme (D.A.T): c’est le blocage d’une somme dans un compte bancaire moyennant rémunération pour une période déterminée. La « MA.BU.CIG » effectue des DAT pour une durée d’un mois renouvelable à un taux consenti;

Les soldes des comptes bancaires sont très souvent créditeurs. Elle a réussit à obtenir de ces banques la rémunération de ses comptes (agios créditeurs);

  • Les avances en comptes courants: ce sont des prêts et des acomptes octroyés soit à ses entreprises fournisseurs à l’intérieur du groupe, soit à ses fournisseurs hors du groupe.

2- La gestion des déficits de trésorerie

Ce sont les manques à gagner de trésorerie.

Consciente que la mauvaise gestion de ces déficits engendre des frais financiers importants, lorsque les cas de trésorerie négative se présentent, la « MA.BU.CIG » fait appel à des financements bancaires à court ou long terme tels les découverts et les emprunts.

Les emprunts sont essentiellement destinés à couvrir les insuffisances de trésorerie pour les investissements.

II- L’analyse de la trésorerie

gestion des déficits de trésorerieCette analyse est faite par le Contrôleur de Gestion dans le but de mieux comprendre le solde de la trésorerie. Le solde de la trésorerie est déterminé à partir de l’analyse des opérations effectuées par celle-ci.

Ces opérations sont regroupées en trois catégories: les opérations de financements, les opérations d’investissements, et les opérations d’exploitation.

Il est alors intéressant de faire cette analyse par l’étude de la structure financière faite à partir du bilan fonctionnel.

Le bilan fonctionnel est indiqué pour cela car il permet de mieux appréhender la structure du bilan comptable par le classement des postes de celui-ci en cycles.

On a les cycles suivants:

  • Le cycle d’exploitation: qui regroupe les opérations d’approvisionnements, de production et de vente;
  • Le cycle d’investissement: il comprend les décisions d’acquisition d’immobilisation;
  • Le cycle de financement: qui est l’ensemble des opérations de financement réalisées avec les bailleurs de fonds.

Le contrôleur de gestion appréciera la trésorerie par l’analyse de l’équilibre du bilan fonctionnel à travers les notions de Fonds de Roulement Net Global (FRNG), d’excédent de trésorerie d’exploitation (ETE) et de Besoin de Financement d’Exploitation (BFE).

Le FRNG représente un excédent des ressources à long terme par rapport aux immobilisations.

Le Besoin de Financement d’Exploitation BFE constitue une marge de sécurité pour l’entreprise.

C’est la différence entre les emplois d’exploitation et les ressources d’exploitation.

Notre analyse sera axée sur le Besoin de Financement d’Exploitation BFE parce qu’il permet une meilleure explication du solde de la trésorerie et il est directement lié à l’activité de l’entreprise.

1- Définition et calcul du Besoin de Financement d’Exploitation BFE

Lors du cycle d’exploitation, il apparaît un besoin de financement des stocks et des créances.

Il se dégage aussi une ressource de financement qui provient des fournisseurs et comptes rattachés.

C’est cette différence entre ce besoin et cette ressource qui donne le Besoin de Financement d’Exploitation BFE.

On peut le calculer à partir de la formule suivante : Besoin de Financement d’Exploitation BFE = Actif circulant d’exploitation- Passif circulant d’exploitation

2- Analyse du BFE

a) Analyse du contenu du BFE

L'analyse de la trésorerie, Définition et calcul du BFE - Besoin de Financement d'Exploitation BFELe BFE étant obtenu en faisant la différence entre l’actif circulant d’exploitation et le passif circulant d’exploitation, analyser son contenu revient à analyser les composants de l’actif circulant d’exploitation et le passif circulant d’exploitation et du passif circulant d’exploitation.

L’actif circulant d’exploitation est composé des stocks, des créances clients et comptes rattachés et des autres créances d’exploitation. Il correspond au besoin de financement.

Le passif circulant d’exploitation, lui est composé des comptes fournisseurs et comptes rattachés et des autres dettes d’exploitation.

Le niveau du BFE est influencé par la durée des crédits que l’entreprise accorde aux clients et celle des dettes que le fournisseur lui accorde.

Il est donc nécessaire pour l’entreprise de connaître et de maîtriser ces durées à travers l’analyse des ratios de rotation.

b) Les délais de rotation

On en distingue trois (3) à savoir:

Le délai de rotation des stocks: il indique la vitesse d’écoulement des stocks.

Une diminution de cette vitesse entraîne une augmentation de la durée des stocks dans les magasins et donc un gonflement du BFE.

On y calcul à partir des formules suivantes le ratio de rotation des stocks de matières premières (F1) et le délai de rotation des stocks de produits finis (F2):

F1:

Achat de matières premières

Stock moyen de matières premières

F2:

Stocks de produits finis

Consommations (en prix de ventes)

la durée du crédit client: ce ratio donne approximativement la durée des créances accordées aux clients. Il s’obtient par la formule (F3):

F3:

Clients et comptes rattachés

Chiffre d’affaires TTC

la durée de la dette fournisseur: c’est la durée moyenne des dettes accordées par les fournisseurs. Sa formule est la suivante (F4):

F4:

Fournisseurs et comptes rattachés

Achats et services extérieurs TTC

Achats et services extérieurs TTC

Durant quarante cinq (45) jours passés au Service Comptabilité de la « MA.BU.CIG », nous avons pu faire quelques remarques sur la vie de la société en général et de Son Comptabilité en particulier.

Ces remarques auxquelles nous proposons à certaines des alternatives pour pallier sont les suivantes:

  • La bonne ambiance sociale dans lequel baigne le personnel de la « MA.BU.CIG » rendant plus aisé l’exécution des tâches aux différents niveaux de responsabilité. Nous lui souhaitons de pouvoir la maintenir pour s’assurer une bonne cohésion sociale;
  • La contribution de la « MA.BU.CIG» dans la formation des futurs cadres de ce pays et particulièrement ceux de certain région à travers l’octroi de stage à ceux-ci, en témoigne la constante présence en son sein des étudiants stagiaires issus des établissements de la région et de l’Université Moulay Ismail Nous la remercions pour cette contribution et souhaitons sa continuation;
  • L’approche écologique de la « MA.BU.CIG » à travers la mise en place d’un politique environnement afin d’assainir le cadre de travail et de contribuer à la protection de l’environnement de la région. Nous l’encourageons pour cette initiative;

Nous avons également constaté quelques points qui pourraient être améliorés.

Ce sont:

  • L’utilisation unique de DAT et d’avance de fonds comme placement pour les excédents de trésorerie. La de « MA.BU.CIG » pourraient expérimenter d’autres instruments de placement tels les achats d’obligations, la prise de participation dans d’autres entreprises du groupe,…
  • La défaillance de personnel au service informatique. Un seul informaticien assure les missions du Service Informatique de la « MA.BU.CIG ».

En cas d’indisponibilité de ce dernier (absence pour maladie, congé,…) certaines pannes informatiques causent des dysfonctionnements surtout à la Direction Administrative et Financière où le matériel informatique est beaucoup utilisé.

Ce problème pourrait être résolu par le recrutement de personnel dans ce service au vu de la taille du parc informatique de la société.

Nous souhaitons par la même occasion une pérennité des activités de la « MA.BU.CIG», pour une augmentation de la production nationale et donc un accroissement des agrégats macro économiques du pays.

Conclusion générale

La gestion de la trésorerie comme nous avons pu le constater est plus facile en théorie qu’en pratique.

Le métier de Trésorier exige de la vigilance (pour le suivi des frais financiers), de l’ordre (pour l’archivage des justificatifs),…

Nous avons ainsi compris qu’une entreprise pour s’assurer un meilleur avenir « doit se montrer vigilante quant à sa situation financière et s’efforcer de gérer sa trésorerie le mieux possible »  Nous avons pu lors de notre stage effectuer des travaux qui incombent au Trésorier en particulier et au Comptable en général (saisies des reçus de versements clients, rapprochements bancaires,…).

Il nous a été donné d’avoir une meilleure connaissance de cette tâche, les difficultés qui y sont liées, la réalisation des différentes opérations de la trésorerie principalement les décaissements et les encaissements, la gestion quotidienne et prévisionnelle de la trésorerie, la gestion des excédents et déficits de la trésorerie,…

Par contre, certains travaux essentiellement l’établissement du budget de trésorerie et le contrôle de la caisse n’ont pu être parcourus (malheureusement pour faute de temps et non coïncidence de programme).

Néanmoins des compléments d’explications théoriques nous ont été donnés à titre d’informations sur ces sujets.

Ce stage, nous pouvons l’affirmer a été très bénéfique pour nous.

Il nous a permis de mettre en pratique les connaissances théoriques acquises, d’appréhender les questions pratiques de gestion de la trésorerie.

Il nous a permis en outre de compléter notre formation par la mise en pratique des connaissances théoriques acquises lors des formations académiques.

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.