Les financements de trésorerie et les formes de placement

 
  1. Gestion de la trésorerie : cas des PME
  2. La conception de la trésorerie des PME et l’analyse patrimoniale
  3. L’approche fonctionnelle de l’analyse de la trésorerie de l’entreprise
  4. Détermination de la trésorerie par les flux : l’excèdent de trésorerie
  5. L’optimisation du niveau d’encaisse et la gestion de trésorerie
  6. Le rôle du trésorier et sa place dans l’organisation
  7. Les prévisions financières à court terme: le budget de trésorerie
  8. Le plan de trésorerie ou le budget de trésorerie
  9. Les conditions bancaires et les prévisions à très court terme
  10. Les financements de trésorerie et les formes de placement
  11. Les risques financiers: définition, types, causes et mesure du risque
  12. La gestion des risques de liquidités et de signature
  13. Le suivi des mouvements de la trésorerie (gestion de la trésorerie)
  14. Le contrôle de la trésorerie : pointage et contrôle de caisse
  15. Le besoin de financement d’exploitation BFE : calcul et analyse

Les financements de trésorerie et les formes de placement

Paragraphe III : Les financements et les placements

La panoplie des placements et financements de trésorerie sont assez étendus.

Le choix dépend le plus souvent d’une conjugaison de caractéristiques intrinsèques et de plusieurs paramètres propres à l’entreprise;

Le caractère ponctuel ou non de l’excédent (du besoin) de liquidités;

La durée minimale du placement ou du financement;

Le mode de financement: financements intermédiés  bancaires ou recours direct au marché;

L’origine du besoin de financement (créances commerciales ou non, activités saisonnières, activités internationales.)

Ce choix de financement et de placement de la trésorerie repose sur la connaissance par le trésorier de leurs caractéristiques et de leurs coûts ou rentabilité.

3.1. Les financements de trésorerie

Face à leur diversité, nous présenterons les financements existants de façon synthétique, sous forme de tableaux.

Ils seront suivis de statistiques précisant l’ampleur de leur utilisation.

A-les crédits de trésorerie à court terme

Le crédit de trésorerie à court terme, c’est-à-dire d’une durée inférieure à un an, présente des « critère barrage » variés. Les crédits de trésorerie sont des prêts non affectés.

Ils correspondent à des crédits en blanc.

Cela signifie que le bénéficiaire peut disposer du crédit et l’utiliser comme il le souhaite, sans avoir aucune justification à donner à la banque.

A.1 Le financement hors du circuit interbancaire

A.1.1. Le crédit interentreprises

C’est un crédit que les entreprises fournisseurs accordent aux entreprises clientes et qui est lié à la livraison d’un bien ou d’un service.

Il est une alternative au paiement comptant.

C’est un délai de paiement que les entreprises s’accordent mutuellement. Les effets de commerce sont les supports les plus fréquents du crédit interentreprises.

Crédit interentreprises

L’entreprise créancière prête des fonds à son client par le biais des délais de règlement.

Pour l’entreprise prêteuse, le crédit interentreprises est un emploi de ses ressources internes (KP) et externe (emprunt).

L’entreprise débitrice, c’est-à-dire emprunteuse bénéficie d’un prêt accordé par ses fournisseurs.

Ce prêt permet à l’entreprise de financer son cycle d’exploitation.  Cette forme de financement échappe totalement au système bancaire.

A.1.1.1 Importance du crédit interentreprises

Ce crédit s’est beaucoup développé en France, depuis la fin des années soixante. L’importance de cette source de financement est une caractéristique de l’économie française.

Le crédit interentreprises varie en fonction des secteurs et de  la taille de l’entreprise.

Les PME disposent d’un pouvoir de négociation plus faible aussi bien auprès de leurs fournisseurs que de leurs clients.

3.2 Les placements

L’entreprise peut dégager des excédents de trésorerie. Il faut trouver les placements adaptés à la durée des excédents.

Depuis le début des années 1980, les possibilités de placements pour le trésorier ont connu une véritable explosion: développement des OPCVM la création des TCN.

3.2.1 Critère de choix de placement

L’entreprise doit définir au préalable quel niveau de risque elle est disposée à prendre et par conséquent à quel niveau de rendement elle se limite.

L’entreprise s’assigne ainsi un couple rentabilité risque admissible

3.2.1.1. Les deux critères obligatoire

Les placements La rentabilité

Elle dépend non seulement des intérêts perçus mais aussi des plus values. Le rendement des placements n’est souvent connu qu’à posteriori ce qui rend aléatoire le choix du meilleur placement.

La sécurité

Les placements en action et dans une moindre mesure en obligation présentent un risque de moins value (risque en capital) alors que les placements en titres de créances négociables offrent une meilleure sécurité.

Les placements à taux fixe présentent un risque de taux si le taux du marché augmente alors que pour les placements à taux variable, le risque est celui d’une basse de taux.

Le critère de rentabilité est souvent contradictoire avec celui de sécurité.

3.2.2. Facteurs de décision

Le choix de placements dépend des facteurs suivants:

Durée prévue du placement

Anticipations sur l’évolution de taux d’intérêt et de taux de change dans le cas de placement en devises. Ces prévisions tentent de limiter le risque de taux.

Attitude de l’entreprise par rapport de risque en capital

Les trésoreries ou le chef d’entreprise adopte généralement une politique évitant systématiquement le risque en capital. Ce pendant ils peuvent par fois accepter un risque en capital à condition qu’il n’excède pas le montant des intérêts prévus.

Régime fiscal des différents types de placement.

3.3. Les différentes formes de placement

3.3.1. Les placement bancaires

Dépôt à terme: il consiste en un dépôt de fonds sur un compte spécial, pour une durée d’au moins un mois à l’aide d’une lettre de blocage.

Le taux de rémunération est fixé librement, d’un commun accord, entre la banque et l’entreprise, pour les placements supérieurs à un mois de blocage.

Bons de caisse: ce sont des titres négociables représentatifs d’une créance à court ou à un moyen terme.

Ils sont à ordre ou au porteur. Ils sont généralement émis par les banques.

Le taux d’intérêt est librement négociable. Il existe de bon à échéance fixe et des bons d’épargne à intérêt progressifs. La durée se situe entre un mois et cinq ans.

Ils sont remboursables à tout moment à l’issue du troisième mois.

3.3.2 Placement auprès d’une autre entreprise

Les formes de placement pour l’entrepriseEscompte fournisseur: il s’agit de la possibilité pour une entreprise de régler les fournisseurs au comptant, moyennant un escompte (dit escompte de règlement) au lieu de les régler à plus longue échéance.

Exemple: une entreprise accepte de régler ses fournisseurs au comptant moyennant un escompte de 2% au lieu d’un crédit de 60 jours.

Le taux annuel de rendement réalisé par l’entreprise est de 2%*60/360 = 12%

Avance en compte courant à une entreprise.

Elle ne peut se concevoir que dans le cadre d’un groupe de sociétés.

Prêt à plus de deux  ans. Ils sont possibles que si l’une des deux entreprises est un établissement financier (société de crédit bail par exemple.)

A titre exceptionnel, une entreprise peut accorder un prêt à une autre entreprise, par exemple afin de renforcer les relations commerciales

3.3.3. Placements en devises

Ils sont soumis utilisés pour se prémunir contre les risques de change.

Ils se font sous forme de blocage de devises ou encore sous forme d’obligations en monnaie étrangères.

3.4. Choix des placements pour l’entreprise

Ce choix dépend:

De l’environnement financier du moment (Evolution des taux d’intérêt, rendements respectifs des différentes catégories de placement)

Des donnés propres à l’entreprise:

Taille: une PME choisira des placements plus simple, plus souple, moins risqués

Montant total et montant unitaires des placements

Durée certaine ou probable des excédents de trésorerie

Politique à l’égard du risque en capital

Compétence de l’entreprise en matière de placement et de contrôle de ceux-ci

Pour citer ce mémoire :

La première page du mémoire (avec le fichier pdf) - Thème :
Gestion de la trésorerie : Cas des Petites et Moyennes Entreprises PME
Université :
Université Moulay Ismail
Année de soutenance :
Mémoire de fin d'études - 2031
Source :
https://wikimemoires.net/2011/04/gestion-tresorerie-petites-et-moyennes-entreprises-pme/
Télécharger ce mémoire en ligne PDF (gratuit)
exemple de mémoire pdf

Si le bouton de téléchargement ne répond pas, vous pouvez télécharger ce mémoire en PDF à partir cette formule ici.

Rechercher
Les filières
Publier!
Publier son mémoire de fin d’études ! - WikiMemoires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page