Le risque de crédit et la gestion de risques financiers

  1. Gestion de la trésorerie : Cas des PME
  2. La conception de la trésorerie des PME
  3. Outils de l'analyse patrimoniale : analyse de la liquidité, de la solvabilité et de l'équilibre financier
  4. L'approche fonctionnelle : Trésorerie de l'entreprise PME
  5. Instruments d'analyse de trésorerie – Approche fonctionnelle
  6. Détermination de la trésorerie par les flux
  7. L'excédent de trésorerie: exploitation et financements
  8. Les enjeux de gestion de trésorerie
  9. L'erreur d'équilibrage – Gestion de la trésorerie
  10. Le rôle du trésorier et sa place dans l’entreprise
  11. Les trésoriers et les banques: liquidité et solvabilité
  12. Environnement financier de la trésorerie et gestion des risques
  13. L'environnement financier de la trésorerie : les prévisions
  14. Prévision financières à court terme: le budget de trésorerie
  15. Méthodes de prévision de la trésorerie et Problèmes
  16. Structure des tableaux – Gestion de la trésorerie
  17. Utilité de budget de trésorerie
  18. Les prévisions de trésorerie de fin d'année
  19. Plan de trésorerie ou budget de trésorerie
  20. Conditions bancaires et la prévision des flux de trésorerie
  21. Les prévisions financières à très court terme
  22. Les financements de trésorerie – Crédit interentreprises
  23. Les placements – Gestion de la trésorerie
  24. Les différentes formes de placement pour l’entreprise
  25. Le risque de crédit et la gestion de risques financiers
  26. Cause de risque de marché de l'entreprise
  27. La position totale de l’entreprise: les risques
  28. La gestion des risques de liquidités et de signature
  29. Gestion de la trésorerie – Cas de MA.BU.CIG
  30. La gestion permanente de la trésorerie
  31. Le contrôle de la trésorerie : pointage et contrôle de caisse
  32. La définition et l'élaboration du budget de trésorerie
  33. Gestion des excédents et des déficits de la trésorerie
  34. Calcul du Besoin de Financement d’Exploitation
  35. Analyse du contenu du BFE

La gestion de risques financiers : le risque de crédit

La gestion de risques financiers – Section 2

La détermination de la structure de trésorerie prévisionnelle  sur la banque pivot et la réalisation des placements et des financements donnent une position finale en devises. Les décisions financières et la structure de trésorerie en devises génèrent différents risques. Parmi ces risques, risque de change.

Pour éviter de telles conséquences, les trésoriers d’entreprise devront identifier le risque de change, puis le gérer.

Paragraphe 1: définition des risques financiers et risque économique

A- Définition: Risque financier et risque économique

Risque financier et risque économique : définitions et types


Le risque de crédit résulte de l’incertitude quant à la possibilité ou la volonté des contreparties ou des clients de remplir leurs obligations. Très prosaïquement, il existe donc un risque pour la banque dès lors qu’elle se met en situation d’attendre une entrée de fonds de la part d’un client ou d’une contrepartie de marché.

Exemples:

Un client utilise son compte courant pour effectuer des paiements: si la banque autorise le client à rendre son compte débiteur, il y a risque de crédit.
La banque négocie une vente à terme d’euro contre Dollar avec une autre banque. A la date de valeur, la banque émet son paiement EURO en direction de sa contrepartie. Elle s’expose de facto au risque que la contrepartie ne paie pas les dollars.

Remarque:

Contrairement à la notion intuitive, il y a risque de crédit quand une contrepartie doit de l’argent à la banque, et non pas quand la banque doit de l’argent (adage: « si je te dois 100 francs c’est mon problème, si je t’en dois 100 000 c’est ton problème »)
Mesure du risque de crédit: sachant que chaque nouvelle opération modifie l’exposition au risque de l’établissement, il importe d’être capable d’appréhender les risques de manière globale, c’est à dire consolidée:

  • La gestion de risques financiers : le risque de créditAu niveau de la banque, tous centres d’activités confondus
  • Au niveau de la contrepartie, c’est-à-dire de l’entité juridique

Le calcul de l’exposition doit tenir compte de la nature de l’opération (bilan / hors-bilan) et de l’échéance.[1]
Le contrôle du risque se fait en définissant des autorisations ou limites par contrepartie, qui tiennent compte très souvent de la fiabilité de celle-ci, fiabilité qui est évaluée par sa notation (Moody’s, Standard & Poor’s) sur le marché. Au niveau du contrôle de crédit client, on parle de ligne de crédit. Le système de contrôle vérifie alors en permanence que l’exposition totale se situe en deçà des limites autorisées (contrôle en temps réel).
Le raisonnement de ce type de risque repose sur la distinction entre coût fixes et coûts variable ou sur leur répartition en deux catégories de charges: Charges opérationnelle et charges de structure.
Le diagnostic de ce type de risque insiste un calcul du risque d’exploitation qui consiste à calculer la marge sur coût variable après la différence entre le C.A et le coût de vente, ce ci pour passer au calcul du point mont présente plusieurs intérêt à savoir la croissance, la stabilité ou volatilité du résultat et expliquer les écarts entre le prévu et le résultat.
Lire le mémoire complet ==> (Gestion de la trésorerie: Cas des PME)
________________________
[1] http://www.fimarkets.com/pages/risque_credit.htm

Print Friendly, PDF & Email

Cliquez sur suivant article pour lire la suivante partie de ce mémoire:

Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
Publier son mémoire!
WikiMemoires - Publier son mémoire de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *