La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
Université Moulay Ismail
Mémoire de fin d'études - 2017

Le rôle du trésorier et sa place dans l’organisation

  1. Gestion de la trésorerie : cas des PME
  2. La conception de la trésorerie des PME et l’analyse patrimoniale
  3. L’approche fonctionnelle de l’analyse de la trésorerie de l’entreprise
  4. Détermination de la trésorerie par les flux : l’excèdent de trésorerie
  5. L’optimisation du niveau d’encaisse et la gestion de trésorerie
  6. Le rôle du trésorier et sa place dans l’organisation
  7. Les prévisions financières à court terme: le budget de trésorerie
  8. Le plan de trésorerie ou le budget de trésorerie
  9. Les conditions bancaires et les prévisions à très court terme
  10. Les financements de trésorerie et les formes de placement
  11. Les risques financiers: définition, types, causes et mesure du risque
  12. La gestion des risques de liquidités et de signature
  13. Le suivi des mouvements de la trésorerie (gestion de la trésorerie)
  14. Le contrôle de la trésorerie : pointage et contrôle de caisse
  15. Le besoin de financement d’exploitation BFE : calcul et analyse

Le rôle du trésorier et sa place dans l’organisation

Paragraphe II. Le rôle de la fonction de trésorerie et sa place dans l’organisation

L’analyse de la fonction trésorerie et de son environnement répond à un double objectif: présenter les différentes facettes du rôle de du trésorier, à travers l’étude des ses activités, et l’environnement financier comptable et technologique dans lequel il exerce ses activités; la connaissance du contexte de la trésorerie dans une entreprise permettra ensuite d’étudier sa gestion.

– Rôle du trésorier

Nous essayons de résumer le rôle du trésorier en quelques lignes avant de développer sa présentation complète.

Le trésorier est chargé de prévoir et de gérer les flux et les risques, d’organiser les relations avec les banques pour réduire les coûts, d’optimiser les financements et les placements, de garantir la liquidité et la solvabilité de son entreprise en liaison avec les autres services de la société.

Il doit aussi prendre en compte les nouvelles normes comptables, qui mettent en place et ont un impact sur certains éléments de la gestion de la trésorerie, en particulier en matière de gestion de risques.

S’il est possible, en première analyse, de décrire globalement les activités essentielles de tout trésorier, il convient de porter une attention particulière à chacune des taches indiquées.

2.1. La prévention et la gestion de flux et de risques

Les flux et les risques représentent à la fois la matière première et la préoccupation majeure du trésorier.

La prévision des flux et des risques repose sur une collecte d’informations internes et externes dans la carde du système d’information de la société.

Les sources d’information du trésorier sont nombreuses et incluent tous les services de l’entreprise dans la mesure ou des décisions stratégiques o de gestion courante génèrent des flux financiers.

La liaison entre stratégie et trésorerie est évidente et étroite. Définie par la direction générale de l’entreprise,la stratégie nécessite pour sa mise en œuvre ,une planification financière,formalisée par un plan de financement à un horizon de cinq ans au moins,élaboré par le directeur financier.

Cette période de moyen ou de long terme est subdivisée en sous – périodes annuelles correspondent à l’horizon du trésorier.

Il lui appartient donc en fonction de des objectifs fixés de prévoir l’ensemble des flux générés par des décisions financières et d’investissement; les financements et placement à moyen ou long terme se traduisent par des flux, annuels ou à échéances plus courtes, donc le trésorier doit avoir la connaissance pour en respecter les dates et en choisir les supports.

Il lui faut collecter très précisément ces informations auprès de la direction financière avant de préparer son budget de trésorerie annuel avec, au minimum, une présentation mensuelle des informations.

Les informations relatives aux flux résultants des opérations de gestion courante de l’entreprise sont normalement fournies au trésorier par les différents services, faute de quoi il sera dans l’obligation de les collecter lui-même.

Le trésorier doit pouvoir disposer d’informations fiables en temps réel, contraintes que doivent respecter tous ses interlocuteurs.

Chacun d’eux doit être informé de l’incidence d’un transfert d’information erronée ou tardive en direction du service trésorerie.

La saisie de données inexactes doit être corrigéetout comme la décision qu’elle avait engendrée.

La réception d’un cheque d’un gros montant doit être indiquée au trésorier dés le début de la matinée et non en milieu ou pire encore en fin de la journée; il n’a nullement besoin de disposer du chèque « en mains propres » pour décider de son affectation sur un compte bancaire; une information tardive peut entraîner un report d’encaissement, donc des frais inutiles (découvert par exemple).

De même le trésorier doit choisir les support à utiliser,à l’encaissement et en situation de décaissement,en fonction de conditions bancaires,du degré d’aléa lié à chaque support,afin de réduire le délai entre l’émission du support et le mouvement d’un compte bancaire.

2.2. Les relations avec les banques, liquidité et solvabilité

Les banques sont des partenaires et interlocuteurs incontournables des trésoriers considérées dans les années soixante-dix pourvoyeurs de fonds dont on acceptait sans discuter et quasi systématiquement les conditions, elles sont devenues des véritables partenaires avec lesquels tout trésorier se doit de négocier dans différents domaines.

Au–delà des traditionnelles conditions bancaires, les aspects juridiques, fiscaux et comptables des relations de trésorerie avec des filiales, de financements ou de placements, d’opération de couverture de risques financiers, doivent être analysés en étroite collaboration avec les banques.

Conclusion de chapitre I:

La gestion de trésorerie est un sujet transversal qui concerne plusieurs disciplines comme la comptabilité, le droit bancaire, la finance et les mathématiques financières.

La gestion de trésorerie est une discipline auxiliaire qui se réfère a d’autre discipline des sciences de gestion qui sont plus fondamentales.

Les trésoriers et les banques

La gestion de trésorerie est une pratique qui s’est pratiquement intégralement informatisé.

En réalité son optimisation dépend de la qualité du système d’information et d’aide à la décision qui lui sert de support.

Le trésorier, certes, formule ses anticipations et prend ses décisions en matière de couverture des risques et d’arbitrages entre les différentes possibilités d’emprunt et de placement.

Mais quelles que soient ses compétences professionnelles par ailleurs, le trésorier reste tributaire des performances du système d’information et d’aide à la décision de l’entreprise.

La gestion de trésorerie n’est pas seulement une des fonctions assumées par la direction financière et comptable de l’entreprise.

C’est le métier qui assure l’interface entre l’entreprise et les marchés financiers.

La gestion de trésorerie est une fonction qui recouvre des possibilités d’action d’ampleur très inégale selon la taille de l’entreprise: pour une P.M.E, la gestion de trésorerie se résume le plus souvent aux opérations de paiement et aux relations avec le système bancaire.

L'auteur·trice
Publier!
WikiMemoires - Publier son mémoire de fin d’études !
Les articles liés
Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page