Douala en mutation : vers un avenir touristique prometteur et cosmopolite

CHAPITRE VI : DOUALA QUEL AVENIR TOURISTIQUE ?

INTRODUCTION

La ville de Douala est la capitale économique du Cameroun et le chef-lieu de la Région du littoral. Le mode de régionalisation actuel au Cameroun présente un modèle de développement polarisant104. Ce qui signifie le développement des régions du pays à travers des pôles, très souvent les chefs-lieux, qui ont la charge de tirer les autres villes et localités vers le développement. Cette conception de la construction territoriale a pour effet pervers de disposer des investissements abondants dans les villes considérées comme chefs-lieux par la division administrative. Ces villes parmi lesquelles la ville de Douala, bénéficient de manière disproportionnée, des investissements étatiques abondants au détriment des autres. Toute chose qui rend possible la convergence de la mobilité humaine et celle matérielle. Cette grande mobilité convergente s’opère à la fois par les déplacements à l’intérieur du pays et l’arrivée des étrangers et des IDEs. Ce qui justifie l’appellation métropole ou alors grande métropole.

La ville de Douala en tant que métropole, ville mère, capitale de la Région du littoral, et capitale économique abritant en son sein l’essentiel des industries et entreprises du secteur privé, attirent les citoyens nationaux et étrangers. Ce qui donne lieu dans cette ville à un brassage de cultures étrangères et nationales.

La ville de Douala fait également face au défi de l’urbanisation en général, garant de son équilibre au sein de la compétition ou concurrence territoriale en termes d’attractivité, que génère la mondialisation.

Etant le moteur principal de la Région, la ville de Douala est également confrontée à un impératif ambitieux de mutualisation et de franche collaboration avec les autres parties prenantes de la Région du littoral.

104 Nicole GIRARD, (2004) « La région : une notion géographique ? » in Ethnologie française 2004/1 (Vol.34), pages 107 à 112

Nous allons donc essayer de saisir les perspectives d’une ville touristique comme douala à partir de ce que quelques acteurs disent, à partir de leurs idées et expériences pratiques, pour le rayonnement du tourisme dans la métropole et dans son hinterland.

LA VILLE DE DOUALA ENTRE URBANISME ET COSMOPOLITISME

Nous allons tenter de présenter le visage de que revêt l’urbanisation de la ville de Douala afin d’en déceler sa nature, son impact et ses obstacles. Et juste après, nous aborderons l’aspect démographique de la ville de Douala, sa constitution humaine afin d’observer si cela constituerait un danger ou alors un atout en contexte global.

Le visage de l’urbanisme de la ville de douala

Pierre Merlin105 après avoir parcouru les théories qui ont tentées d’expliquer ce qu’est l’urbanisme, affirme que lorsqu’on parle de ce concept on fait allusion à

l’art (et à l’architecture qui conçoit les bâtiments harmonieux), à l’économie, à la sociologie (la “commodité” et les relations entre les hommes), à l’histoire (le temps), à la géographie (l’espace urbain et rural), au droit (les règles de contrôle de l’utilisation du sol), à l’ingénierie (les réseaux et les techniques de construction). Bref c’est un champ d’action pluridisciplinaire par essence, qui vise à créer dans le temps une disposition ordonnée de l’espace en recherchant harmonie, bien-être et économie.

Cette définition rejoint fidèlement la conception d’AMARTYA SEN lorsqu’il parle de capabilité comme fondement de l’attractivité d’une ville, d’un territoire. Au sujet de l’urbanisme, il s’agit donc des mesures étatiques d’aménagement, de structuration, de contrôle du territoire et de commémoration de son existence dans le temps. C’est donc une question de gouvernance, mieux, de gouvernance territoriale incitative, qui a pour fondements la facilitation de la vie et l’implantation humaine dans la ville, de rendre possible la délocalisation des entreprises et firmes étrangères, et également l’arrivée de touristes.

Il existe au sein de la CUD un PDU (plan directeur d’urbanisme) qui est en cours d’exécution et qui nous présente les visages que doivent revêtir les six communes d’arrondissement de la ville de Douala. Cependant, l’urbanisme ayant pour objet de rendre la ville viable et agréable, l’urbanisation devient possible.

Nous entendons par urbanisation tout processus d’accroissement du nombre d’habitants dans une ville, et nous préciserons que cette croissance de la population urbaine conduit à l’extension des villes. Ce phénomène connaît une accélération avec le développement

105 MERLIN Pierre, (2009) « Essai de définition de l’urbanisme » in L’urbanisme, pages 3 à 4

des pays (dits « développés » et ceux considérés comme « moins développés »), et un exode rural parfois massif. On observe alors des rythmes de croissance extrêmement rapides et souvent incontrôlés surtout dans les pays du Tiers-Monde.

La géographie humaine pose que les préoccupations fondamentales d’une société déterminent le choix d’un site et, de ce fait, constituent l’un des éléments importants de la situation d’une ville et de son influence (via les voies de communication, les activités économiques, …) par rapport à d’autres sur leur espace environnant, ceci à toutes les échelles (régionales, nationales, internationales). C’est pourquoi 51% de la population camerounaise réside dans les villes, et dont la moitié dans les deux plus grandes villes du pays que sont Douala et Yaoundé (capitale politique)106.

La ville de Douala est en proie à une urbanisation galopante du fait de la présence des commodités indispensables au bien vivre, mais surtout, du fait du grands marché des affaires et de l’emploi. On y observe sur le plan interne des migrations massives de populations venant de la région de Douala et des autres régions du pays, par l’exode rural, à la recherche de l’emploi et des opportunités d’affaire etc. Sur le plan externe, la ville possédant un Port fluvial, qui jusqu’à présent constitue le principal port du pays et d’Afrique centrale, mais aussi d’un aéroport international, accueille l’essentiel des étrangers résidents ou non-résidents (visiteurs, touristes etc.)

La densité de la population de la ville se voit multiplier du fait premier de son attractivité économique et du reste (festivités et autres). On y expérimente la promiscuité qui est l’une des causes de la bidonvillisation et de la villégisation107. Subséquemment l’extension progressive de la ville tend à faire reculer la promiscuité, à faire disparaître progressivement les bidonvilles et à ouvrir de nouvelles périphéries à la ville. Dans ce processus, en décembre 2017 sur le site internet de la CUD, on peut lire le titre de l’article « Urbanisation : une dizaine de quartiers sous structurés de Douala bientôt aménagés » publié le 11 décembre 2017 à 12h12. Il s’agissait de doter d’équipements urbains une dizaine de quartiers « sous structurés » par la réalisation

106

107 TOURE Moriba, OYEYEMI FADAYOMI Theophilus, (1993), Migration et urbanisation au sud du Sahara, Karthala Editions, et LIHAMBA Amandina, MOYO Fulata L., MULOKOZI M.M. et SHITEMI Naomi L.(2010), Des femmes écrivent l’Afrique. L’Afrique de l’Est, Karthala Editions, p.209

des opérations d’aménagement concerté108 dans la capitale économique. Ces opérations se rapportent et se fondent dans le cadre de l’ordre social et du contrôle territorial étatique. Le délégué du gouvernement auprès de la CUD dans le cadre de ces opérations affirme à juste titre qu’

il ne s’agit pas de démolir les habitations existantes, mais de restructurer les quartiers en y apportant des services de base tels que l’eau, les routes. Car très souvent à Douala, la poussée démographique fait en sorte que les populations viennent s’installer de manière anarchique, alors qu’on doit d’abord tout aménager avant leur installation.

On perçoit de manière éclatante que l’urbanisation avec l’accroissement incontrôlé des populations, est un atout à la seule condition d’être planifiée et donc d’être contrôlée. Sinon le territoire en question subira socialement des changements brusques pas forcément positifs. La ville de Douala en tant que grande métropole concentre en effet l’essentiel des moyens de production, l’emploi, les infrastructures et offre de bien meilleurs services que les campagnes en matière d’éducation et de santé. La rapidité de l’urbanisation sature la ville et compromet son aptitude à promouvoir le développement.

On peut donc comprendre aujourd’hui dans la ville de Douala, la faiblesse face aux problèmes de l’hygiène et la salubrité, des constructions anarchiques et sur des zones déclarées non constructibles comme les marécages et les drains, la grande concentration humaine dans la ville, les embouteillages sur les axes routiers, l’impossibilité de mettre en place certains dispositifs publics et la construction de logements sociaux sans effectuer des casses et démolitions.

Rémy KNAFOU109 asserte d’ailleurs qu’« Il n’y a pas de ville sans densité élevée, il n’y a pas de ville sans diversité, il n’y a pas de ville sans centralité et il y a de moins en moins de villes sans espace public ».

Densité élevée mais planifiée, il faut planifier l’urbanisation

Centralité puisqu’il faut contrôler l’urbanisation,

108 Opérations engageant à la fois la MAETUR et le MINHDU (ministère de l’habitat et du développement urbain)

109 KNAFOU Rémy « le tourisme, une fenêtre sur le monde » in « tourisme urbain, tourisme de la ville : Faire le choix de penser le tourisme comme à la fois un objet culturel et un moyen d’accéder à cette dimension centrale de l’interculturalité dans le contexte de la mondialisation » décembre 2013, association du dialogue métropolitain de Toulouse. P.8

Espace public parce que les êtres humains sont appelés à se rencontrer, à échanger, à partager mais surtout à s’épanouir. D’où l’extension de la ville de Douala qui petit à petit gagne des périphéries.

Enfin la diversité. C’est de cette idée de diversité que nous allons aborder le second volet de cette première partie.

Pour citer ce mémoire (mémoire de master, thèse, PFE,...) :
Université 🏫: Mémoire de Master II en sciences de l’information et de la communication, spécialité communication des organisations - 2015
Auteur·trice·s 🎓:
M. Priso Koum Felix OLIVIER

M. Priso Koum Felix OLIVIER
Année de soutenance 📅: Université de Douala
Rechercher
Télécharger ce mémoire en ligne PDF (gratuit)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top