5 joyaux de Douala : culture, montagnes, écotourisme, affaires, plage

ATOUTS TOURISTIQUES ET TYPES DE TOURISMES DISPONIBLES

DANS LA VILLE DE DOUALA ET SA REGION (quels sites touristiques pour quel type de tourisme ?)

Selon l’INS (agence régionale du littoral), les types de tourisme disponibles constituant l’offre touristique de la ville de Douala et sa Région sont : Le tourisme culturel, Le tourisme de montagne, L’écotourisme, Le tourisme d’affaires, et le tourisme balnéaire. La Région du littoral est composée de quatre départements, lesquels sont le département du Wouri, le département de la Sanaga maritime, le département du Moungo et enfin le département du Nkam. Ceci étant précisé, nous allons donc essayer d’assigner les types de tourismes que Douala et sa Région propose en termes d’offre touristique, selon la nature du potentiels touristiques (naturels ou construits).

Le tourisme culturel

Le tourisme culturel fait partie de ce que l’OMT qualifie de formes alternatives de tourisme. Les experts de cette organisation stipulent que « Ce tourisme alternatif devrait, en effet, connaître une croissance plus rapide que n’importe quel autre segment du marché et représenter plus de 20% de l’ensemble des déplacements dans les 20 ans à venir »55. Il s’agit d’un tourisme dont l’objet est la découverte de la culture ambiante de la destination touristique choisie. En clair, le concept de tourisme culturel met en branle toute valorisation du patrimoine culturel de la zone touristique. Le terme culture doit être saisi sous deux aspects fondamentaux : l’aspect matériel et immatériel. Alors, si l’on s’accorde sur ces deux aspects, nous définirons donc ce que nous entendons comme patrimoine culturel en ces termes :

« Toute forme d’expression culturelle héritée du passé par la société d’aujourd’hui. Elle peut avoir la forme matérielle d’un ouvrage ou d’un édifice mais revêt le plus souvent une forme

55 Commission européenne, Le patrimoine naturel et culturel au service d’un développement touristique durable dans les destinations touristiques non traditionnelles, Bruxelles, Direction générale des entreprises, Unité Tourisme, 2002, p.5.

immatérielle : tradition, savoir-faire, mode de vie, us et coutumes, ou autre »56. Car Selon Roger Bernard ONOMO ETABA,

Les visiteurs qui s’intéressent au patrimoine culturel peuvent trouver des activités aussi variées telles que : les festivals, les fêtes, les cérémonies traditionnelles et autres commémorations… organisées à l’échelle nationale ou locale ; la gastronomie, la vie des populations, l’artisanat, l’architecture des édifices et monuments historiques, les originalités par régions, etc. Toutes ces attractions touristiques conditionnent le souvenir du visiteur. Et quand on sait que le tourisme est prioritairement une expérience personnelle, il ya lieu d’en cerner tout l’intérêt57

Ainsi, nous allons nous attarder sur les festivals, les fêtes, les monuments historiques, la langue, la gastronomie et la vie des populations dans la région touristique de Douala.

1.1- Les festivals

La ville de Douala étant la métropole régionale la plupart des festivals et évènements culturels y sont organisés. On peut citer entre autres la FOMARIC qui veut dire Foire Musicale, Artistique, Industrielle et Commerciale qui a déjà 25 ans d’existence. C’est un évènement favorable au tourisme culturel, qui débute en février et se termine tous les 8 mars. Evènement au cours duquel les musiciens déroulent leurs talents musicaux et leurs prestations scéniques devant un public chaleureux. On y retrouve aussi au niveau des stands, des artisans avec leurs créations artisanales, des expositions de biens culturels multi-ethniques, mais aussi de la gastronomie camerounaise etc. tous ces éléments sont favorables à un tourisme culturel.

La Foire du Ngondo qui est un festival culturel SAWA, se tient tous les ans au mois de décembre et réunit tous les enfants, adultes, notables autour des chefs des cantons sawa l’avant dernier jour où on assiste à des démonstrations multiples telles que les luttes traditionnelles, l’élection de la miss Ngondo etc. le lendemain, la course des pirogues représentant quelques cantons et enfin le culte de l’eau par lequel le peuple reçoit le message des esprits de l’eau. C’est donc une aventure culturelle inédite pour les visiteurs. On peut ajouter le festival Elog mpo’o semblable à celui du Ngondo., les colloques et symposiums etc.

1.2- La Gastronomie

La gastronomie dans la ville de Douala et sa région sur le plan culturel est représentative des spécialités culinaires ethnico-tribales de l’ensemble du pays ou presque la totalité. Ce qui offre une large palette de choix aux visiteurs étrangers. On peut citer quelques plats beaucoup

56 Roger Bernard ONOMO ETABA, le tourisme culturel au Cameroun, L’Harmattan, Paris, 2009, P.15

57 Roger Bernard ONOMO ETABA, Op cit. P.18

plus vulgarisés tels que le Mbongo’o, le Ndolé, le poisson braisé, le ikok, la sauce au gombo avec du crabe, le éru etc.

1.3- Les monuments historiques

La ville de Douala en regorge une pléthore, que nous avons tenté de citer plus haut, qui ont caractère historique et culturel. Ces monuments renseignent pour la plupart sur l’antériorité historique des populations autochtones mais aussi sur leur évolution avec le temps, y compris l’évolution de l’environnement politique, social de Douala et son hinterland.

Le tourisme de montagne

Il concerne la découverte des monts et des populations y vivant tout autour avec toutes les activités s’y rapportant. Les touristes peuvent donc, à l’aide d’un guide touristique, arpenter les sentiers de ces montagnes et découvrir tout ce qui s’y trouve. Dans la Région de Douala nous relevons deux monts : le mont Manengouba (2 396 m) le mont Nlonako (1825 m) qui sont favorables à ce type de tourisme.

L’écotourisme

L’écotourisme, également appelé tourisme vert, est une forme de tourisme durable qui fait aussi partie des formes de tourismes alternatifs tel que conçu par l’OMT. Il se préoccupe de la découverte de la nature et du respect de celle-ci (écosystème, agrosystème etc.), et de l’écologie urbaine (réserves naturelles, espaces verts etc.). On peut citer entre autres les plantations sur la route de l’ouest et du sud-ouest et celles autour de la ville d’Edéa, les mangroves favorables aux activités de pescatourisme (embarquement des touristes dans les bateaux par les professionnels de la pêche, histoire de mieux faire connaitre leur métier), le Centre touristique de Yadibo-Mouanko/ Yôyô, La réserve de Douala-Edéa, les parcs Manengouba et Korup etc.

Le tourisme d’affaires

La présence d’un aéroport international et d’un port autonome à Douala a rendu possible la mise en place des activités économiques, des entreprises et des industries (notamment avec la zone industrielle de Bassa’a). D’où l’appellation de capitale économique du Cameroun. Etant donc le poumon économique, on observe une prolifération des établissements d’hébergements et hôteliers avec salle de conférence et un confort adéquat selon le standard de l’hôtel (le nombre d’étoiles). On peut citer également les restaurants avec une

qualité de service liée au standard de chacun (le nombre de fourchettes). Nous avons aussi Les centres commerciaux, les plates formes telles que les foires, les salons d’affaires et d’entrepreneuriat, les aménagements urbains et le divertissement…

Le tourisme balnéaire

Du fait de la présence principale des fleuves dans la Région de Douala d’une part, notamment les fleuves Sanaga, Wouri, Moungo et Nkam ; et du soleil, la côte, les plages d’autre part, on peut comprendre la mise en place d’une offre touristique balnéaire. Ce type d’offre touristique est favorisé par les plages (la plage de Yôyô et la plage de Souelaba dans la Sanaga marime), les îles (Djébalè, Manoka, Bonjo, Mpongo) et enfin le climat assez chaud de la Région qui varie entre 24 et 35 degrés selon la zone où on se retrouve.

CONCLUSION DU CHAPITRE

Ces atouts cités ci-dessus sont indéniablement pertinents pour faire de la ville de Douala et sa Région un véritable pôle d’attraction touristique en Afrique subsaharienne. Cependant, les avoir simplement ne suffit pas. De grands efforts doivent être déployés, notamment dans l’entretien des différents sites touristiques existants, la création des voies d’accès vers ces sites touristiques et monuments, la sécurité, la construction des hôpitaux avec un plateau technique satisfaisant, l’implication des populations, la formation, etc.

Cela dit, Douala et sa Région font l’objet de visites régulières de touristes de diverses contrées. Le chapitre suivant s’intéressera à cette diversité de nationalités étrangères, attirée par la Région touristique de Douala.

Pour citer ce mémoire (mémoire de master, thèse, PFE,...) :
Université 🏫: Mémoire de Master II en sciences de l’information et de la communication, spécialité communication des organisations - 2015
Auteur·trice·s 🎓:
M. Priso Koum Felix OLIVIER

M. Priso Koum Felix OLIVIER
Année de soutenance 📅: Université de Douala
Rechercher
Télécharger ce mémoire en ligne PDF (gratuit)

Laisser un commentaire

Votre adresse courriel ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Scroll to Top