Pour citer ce mémoire :

Auteur·trice·s : Nem JEAN-BAPTISTE

Thème : "Intervention des nations unies en Haïti de 2004 à 2017, au regard de la constitution Haïtienne en vigueur et des normes juridiques internationales"

Université : Université d’état d’Haïti (UEH) – Faculté de droit des Sciences Économiques et de gestion du Cap-Haïtien (FDSEG/CH)
Année de soutenance : En vue de l’obtention du grade de licencié en droit – 2012-2016

Intervention des nations unies en Haïti de 2004 à 2017, au regard de la constitution

  1. Intervention des nations unies en Haïti de 2004 à 2017, au regard de la constitution
  2. Nem JEAN-BAPTISTE
  3. Constitution Haïtienne : intervention des nations unies 2004-2017
  4. Etude diachronique de l’intervention onusienne en Haïti 2004-2017
  5. L’intervention de l’ONU dans le monde et en Haïti de 2004-2017
  6. L’intervention onusienne en Haïti de 2004 à 2017
  7. Cadre conceptuel de la recherche, l’intervention onusienne en Haïti
  8. Cadre méthodologique de la recherche juridique
  9. L’Intervention de la MINUSTAH et la souveraineté de l’État Haïtien
  10. Une Justice Haïtienne et des droits fondamentaux en péril
  11. Haïti : un État fragile, failli et défaillant
  12. Encadrement juridique de la souveraineté de l’État par l’État de droit
  13. Réduction de l’intervention onusienne en HAÏTI : Conseil constitutionnel et Conseil électoral
  14. Cri d’alarme contre l’arbitraire, la corruption et l’impunité

Intervention des nations unies en Haïti de 2004 à 2017, au regard de la constitution
Université d’état d’Haïti (UEH)
Faculté de droit des Sciences Économiques et de gestion du Cap-Haïtien (FDSEG/CH)

Mémoire de sortie
Section Juridique

En vue de l’obtention du grade de licencié en droi
Intervention des nations unies en Haïti de 2004 à 2017
Intervention des nations unies en Haïti de 2004 à 2017, au regard de la constitution Haïtienne en vigueur et des normes juridiques internationales

Présenté par :
Nem JEAN-BAPTISTE

Promotion :
ALIX FUCIEN

Sous la direction du Professeur GOSNER PAUL, AVOCAT

Année Universitaire :
2012-2016

Décembre 2020

Remerciements

Soutenance

Mémoire soutenu le Mercredi 23 décembre 2020, 10 : 00, à la Salle Tertulien Guil Beaud de la Faculté de Droit des Sciences Économiques et de Gestion du Cap-Haïtien, Université d’État d’Haïti.

Composition du jury

Professeur Phel Y. Casimir, avocat, président du Jury
Professeur Harold Chéry, membre, Bâtonier de l’Ordre des avocats du Cap-Haitien
Professeur Kervens Valcin, membre, av. Doctorant en Droit

Mention : Très bien avec félications

Note : 80

Encadreur : Professeur Gosner Paul, avocat, Vice doyen à la recherche de la Faculté

Résumé

Ce mémoire de recherche porte sur l’intervention des Nations Unies en Haïti à travers la Mission des Nations Unies pour la stabilisation en Haïti (MINUSTAH) qui s’y est déployée de 2004 à 2017. Ce travail de recherche vise globalement à identifier et comprendre les origines et fondements juridiques de cette intervention.

Aussi cherche-t-il à montrer en quoi cette mission est compatible ou non avec la souveraineté de l’État Haïtien, caractéristique juridique suprême de l’État, garantie par la Constitution Haïtienne en vigueur et les normes juridiques internationales.

Il veut finalement formuler des propositions théoriques calquées sur l’État de droit et matérialisées à travers le renforcement des pouvoirs de l’État et l’existence de certains organes de contrôle, comme contribution juridique à la réduction des interventions onusiennes en Haïti.

En effet, l’égalité souveraine des États et le principe de non-intervention constituent deux principes fondateurs du droit des relations internationales.

Les normes juridiques internationales consacrent en lettre capitale ces principes à travers la Charte des Nations Unies : aucune disposition de la présente Charte n’autorise les Nations Unies à intervenir dans des affaires qui relèvent essentiellement de la compétence nationale d’un État.

Par ailleurs, la Constitution Haïtienne en vigueur reprend à son compte ce même principe en affirmant l’intégrité et l’inviolabilité du territoire Haïtien, quand elle avance que : aucune autre force militaire ne peut exister sur le territoire Haïtien si ce n’est que la PNH et les Forces armées d’Haïti.

Cependant, contre toute attente, en 2004, le Conseil de sécurité des Nations Unies autorise le déploiement d’une Mission civile et militaire (MINUSTH) en Haïti, afin d’intervenir dans des questions de justice, de défense, d’État de droit, de sécurité, lesquelles constituent les champs de compétences exclusives de l’État.

Ceci crée rapidement un problème juridique qui nous porte à nous demander comment expliquer les origines et fondements juridiques de l’intervention des Nations Unies en Haïti entre 2004 à 2017.

La réponse hypothétique que nous donnons à cette question est qu’elle est liée à la défaillance des trois pouvoirs de l’État, Co-dépositaires de la souveraineté nationale..

En plus d’être confirmée, au terme de la recherche plusieurs autres explications ont été obtenues. L’une d’entre elles est que l’intervention onusienne participe de la fragilité de l’ordre juridique international caractérisé par des normes et principes souvent contradictoires: non- intervention, devoir d’ingérence, souveraineté, action humanitaire.

Toutefois, en dépit de la pertinence de nos résultats, ils doivent être appréciés avec retenu car ce travail, comme toute autre recherche d’ailleurs, n’est parfaite.

Rezime

Memwa rechèch sa chita sou entèvansyon Nasyonzini nan Peyi Dayi atravè Misyon Nasyonzini pou estabilizasyon an Ayiti (Minista) ki te deplwaye soti nan lane 2004 pou rive nan lane 2017.

Travay rechèch sa fèt nan lide pou idantifye ak konprann orijin epi fondman jiridik zak enjerans sa. Li vle rive montre tou nan ki mezi misyon sa konpatib ou non ak souverènte leta ayisyen ki se karakteristik jiridik tout Leta, e konstitisyon ak nòm jiridik entènasyonal yo garanti prensip sa.

Li vle rive fòmile kèk pwopozisyon teyorik ki pran jarèt sou nosyon Etadedwa e kap rive posib gras ak ranfòsman pouvwa leta yo epi egzistan kèk ògan kontwòl ki ka kontribyen nan redui risk intèvansyon Nasyonzini nan peyi a.

Nou paka pa raple Egalite souverèn Leta ak prensi non entèvansyon se prensip fondatè dwa relasyon entènasyonal la. Nòm jiridik entènasyonal yo konsakre prensip sa an lèt kapital sa atravè chat Nasyonzini an : Okenn dispoziyon nan Chat sa pa otorize Nasyonzini poul entèvni nan zafè entèn okenn Eta.

Nan menm sans sa konstitisyon Peyi dayi ki an vigè a repran menm prensip sa : okenn fòs militè pa ka egziste sou teritwa ayisyen si se pa PNH ak fòs ame Peyi Dayiti. Malgre tout prensip sa yo, an 2004 Nasyonzini otorize tèt li poul entèvni an Ayiti nan kesyon lajistis, defans, Etadedwa, sekirite ki fòme sa yo rele chan konpetans tout leta.

Bagay sa kreye rapidman yon pwoblèm jiridik ki pouse nou mande : ki eksplikasyon jiridik nou ka bay entèvansyon Nasyonzini sa ki komanse an 2004 pou bout an 2017. Ipotèz nou fòmile pou keyson sa se : entèvansyon sa lye ak defayans 3 pouvwa leta yo ki se kodepozitè souverènte leta Ayisyen.

Ipotèz sa non sèlman konfime, men tou lè nou fini rechèch la nou rive jwenn plizyè lòt eksplikasyon. Youn ladan yo asosye entèvansyon an ak frajilite òd jiridik entènasyonal la ki souvan karakterize pa yon seri nòm ak prensip ki pa danse kole ak lòt.

Nou ka pran egzanp : souverènte, non entèvansyon, aksyon imanitè, devwa denjerans Toutfwa, fòk nou di tou an depi de pètinans rezilta rechèch la, rezilta yo dwe apresye ak pridans paske menm jan ak tout memwa, rechèch sa pa pafè.

Abstract

This research paper focuses on the United Nations response to Haiti through the United Nations Stabilization Mission in Haiti (MINUSTAH), which deployed there from 2004 to 2017. This research work aims globally to identify and understand the legal origins and foundations of this intervention.

It therefore seeks to show how this mission is compatible or not with the sovereignty of the Haitian state, the supreme legal characteristic of the state, guaranteed by the current Haitian Constitution and international legal standards.

Finally, it wants to formulate theoretical proposals modelled on the rule of law and materialized through the strengthening of state powers and the existence of certain supervisory bodies, as a legal contribution to the reduction of UN interventions in Haiti.

Indeed, the sovereign equality of states and the principle of non-intervention are two founding principles of the law of international relations.

International legal norms enshrine these principles in a capital letter through the Charter of the United Nations: there is no provision in this Charter that authorizes the United Nations to intervene in matters that fall essentially within the national jurisdiction of a state.

Moreover, the current Haitian Constitution takes up this same principle by affirming the integrity and inviolability of the Haitian territory, when it argues that: no other military force can exist on Haitian territory except the HNP and the Armed Forces of Haiti.

However, against all odds, in 2004, the United Nations Security Council authorized the deployment of a Civil and Military Mission (MINUSTH) to Haiti to intervene in matters of justice, defense, rule of law and security, which are the exclusive areas of state competence.

This quickly creates a legal problem that leads us to wonder how to explain the origins and legal foundations of the United Nations intervention in Haiti between 2004 and 2017. The hypothetical answer we give to this question is that it is related to the failure of the three powers of the state, Co-custodians of national sovereignty.

In addition to being confirmed, at the end of the search several other explanations were obtained. One of them is that the UN intervention is part of the fragility of the international legal order characterized by often contradictory norms and principles: non-intervention, the duty to interfere, sovereignty, humanitarian action.

However, despite the relevance of our results, they must be appreciated with restraint because this work, like any other research for that matter, is not perfect.

Introduction

En occident où il a fait ses débuts, l’État s’est construit dans le but de répondre aux besoins de sécurité des populations. Les fonctions de base de l’État vont devenir avec le temps la défense du territoire face aux invasions extérieures, le maintien de la loi et de l’ordre, la garantie de la stabilité de la monnaie.

Après la seconde guerre mondiale, l’État a intensifié son rôle dans l’économie notamment. Il s’efforcera de stabiliser l’économie, de maintenir le plein emploi, de favoriser la croissance, d’assurer la stabilité des prix et de favoriser l’équilibre extérieur (Lachapelle et Paquin, 2004, p. 3).

C’est ainsi que l’État souverain, tel que conçu par la doctrine classique, s’est vu confier toute une gamme de fonctions dites « fonctions régaliennes de l’État ».

Selon la littérature politique, diplomatique et juridique, ces fonctions sont notamment le maintien de l’ordre, la sécurité, la justice, la défense, le respect de ses engagements extérieurs, (Illy, 2015, p. 55).

Ainsi, le fait pour l’État de pouvoir accomplir tout cela dans les limites de son territoire signifie que, dans l’ordre interne et international, il est indépendant et souverain et donc exempt de toute intervention étrangère.

Cependant, de nombreux chercheurs restent tout étonnés devant la crise épistémologique, juridique, politique que traverse l’État actuellement. T. Christakis dira même avec dédain : « Qu’est-ce que l’État ? Quand personne ne le demande, je le sais ; dès qu’il s’agit de l’expliquer, je ne le sais plus » (Khadre-DIOP, 2017, p. 1).

Cette difficulté de conceptualisation amène plus d’un à peindre l’État comme une réalité difficilement saisissable.

En effet, dans le contexte actuel des choses, beaucoup d’études ont pu mettre en lumière les difficultés énormes auxquelles font face les États, sujets originaires du droit international public et donc de la Société internationale.

De plus en plus, les États, souverains au sens du droit international, ne parviennent plus à maitriser leurs difficultés intérieures.

La défaillance des États est devenue de plus en plus perceptible : ce qui influe sur leur souveraineté réelle. Paradoxalement, la faillite des plus faibles États ne fait qu’accroitre la convoitise des plus puissants qu’eux.

Cet état de fait s’était même soldé par la chute de la SDN qui s’est révélée impuissante quand, par exemple, l’Italie entreprit la conquête de l’Éthiopie, et l’Allemagne annexa l’Autriche. La règle sacrosainte des relations internationales reste donc : tous les États son égaux en droit mais inégaux dans les faits.

Or, au milieu de tous ces contrastes, le pilier des relations internationales demeure toujours l’État souverain. Cependant, comme le souligne le rapport de la commission internationale de l’intervention et de la souveraineté des États (2001, Sommaire) :

La souveraineté des États implique une responsabilité, et c’est à l’État lui- même qu’incombe, au premier chef, la responsabilité de son peuple.

Par ailleurs, Quand une population souffre gravement des conséquences d’une guerre civile, d’une insurrection, de la répression exercée par l’État ou de l’échec de ses politiques, et lorsque l’État en question n’est pas disposé ou apte à mettre un terme à ces souffrances ou à les éviter, la responsabilité internationale de protéger prend le pas sur le principe de non-intervention.

C’est ainsi que depuis que les Nations unies occupent le devant de la scène des relations internationales, le maintien de la paix et de la sécurité internationale est devenu un enjeu politique majeur.

Cependant, s’il constitue la véritable mission de l’organisation depuis sa création en 1945, l’ONU a été défaillante dans la plus importante des affaires du maintien de la paix depuis la Corée : la guerre au Viêt-Nam (Chaumont, 1968, p. 76).

Et, les interventions onusiennes sont souvent perçues comme une entrave à la souveraineté des États membres de l’organisation.

Toutefois, en dépit de la montée en puissance des interventions internationales et des inégalités qui existent entre les États, l’indépendance et la souveraineté demeurent le couronnement de l’existence internationale d’un peuple (Chaumont, p. 86).

Mais comme il est clairement exprimé dans le rapport de la commission internationale de l’intervention et de la souveraineté des États, (p. 9) :

Il est communément admis que la souveraineté implique une double responsabilité : externe – respecter la souveraineté des autres États – et interne – respecter la dignité et les droits fondamentaux de toute personne vivant sur le territoire de l’État. […] .

La souveraineté considérée comme responsabilité représente désormais la condition minimale à remplir pour les États désireux de montrer qu’ils sont capables de se comporter en bons citoyens de la communauté internationale.

À regarder le niveau de fierté qui a servi d’encrier pour écrire au sein de nos différentes Constitutions, y compris celle de 1987, qu’Haïti est un État souverain et indépendant, nous nous demandons si les constitutionnalistes ont songé à cerner toutes les subtilités du concept

« souveraineté ». Car si nous laissons résonner les verves de l’histoire politique d’Haïti au lendemain de l’Indépendance, le doute persistera.

En effet, depuis son accession à l’indépendance le 1er Janvier 1804, Haïti fait face à toute une série de problèmes dont les plus pertinents constituent aujourd’hui encore des points d’ombre que de nombreux chercheurs n’arrivent toujours pas à élucider.

Une de ces préoccupations est bien évidemment l’intervention de puissances étrangères dans des questions qui relèvent exclusivement de sa compétence nationale.

Des exemples comme ça, l’histoire en a retenus plusieurs : en 1915, les États-Unis d’Amérique se décident à intervenir en Haïti, une mésaventure qui s’étendait sur 19 ans et dont les conséquences sont aujourd’hui encore fortement ressenties.

Plus près de nous en 2004, le Conseil de Sécurité de l’Organisation des Nations Unies, aux termes de la résolution 1542, autorise cette dernière à intervenir en Haïti à travers une Mission à la fois civile et militaire (MINUSTAH) qui s’étendra sur 13 longues années (2004 à 2017).

Beaucoup de travaux de recherche et de débats intellectuels ont pu avoir lieu sur cette mission. Devons-nous alors conclure que la problématique de l’intervention onusienne en Haïti de 2004 à 2017 est suffisamment débattue et résolue, et donc qu’il n’y a pas lieu d’investiguer la question?

Malheureusement, soulignons-le, en dépit de la très abondante littérature qui serait disponible sur l’ensemble des actions onusiennes en Haïti à travers la MINUSTAH, son explication juridique nous échappe encore.

Or, il est clair que la non-maitrise d’une telle question constitue un vide juridique et scientifique d’une importance capitale. C’est ici que notre travail de recherche intervient.

Nos principales préoccupations sont exprimées à travers les questionnements suivants : quels peuvent être les différents facteurs qui ont déterminé cette intervention ? Est-elle le produit de l’irresponsabilité de l’État Haïtien ou s’inscrit-elle dans une politique impérialiste visant à maintenir l’État Haïtien dans la dépendance, affaiblissant ainsi sa souveraineté interne et externe ? L’intention qui est à la base de cette recherche consiste alors à tenter de trouver des éléments de réponse à l’ensemble de ces questionnements et beaucoup d’autres.

Cette étude veut alors proposer une nouvelle forme d’analyse qui s’appuie sur de nouvelles hypothèses. Nous nous tâchons de vérifier d’abord l’existence de l’intervention avant de préciser ses impacts sur la souveraineté même de l’État Haïtien garantie par la Constitution et les normes juridiques internationales.

Nous établissons par la même occasion le lien qui pourrait exister entre la faillite de l’État Haïtien et l’intervention des Nations unies en Haïti entre 2004 et 2017.

En effet, il importe de souligner que tant que ce trou existe dans notre connaissance du phénomène, Haïti pourra continuer de sombrer un peu plus chaque jour dans la fragilité, dans la défaillance, dans la faillite.

Fort de toutes ces considérations, et compte tenu de la récurrence des interventions onusiennes dans l’Histoire politique récente d’Haïti, nous pensons qu’il est tout à fait judicieux d’approcher autrement le problème, de proposer de nouvelles pistes de réflexion, d’appréciation et d’analyse en vue d’une meilleure compréhension de la question. Pour ce faire, nous adoptons une démarche scientifique.

Cette démarche nous amène à mener notre recherche suivant un plan scientifique mais aussi diagnostic contenant deux parties répartie en cinq chapitres. La première partie s’intéresse à la conception théorique de la recherche.

Elle contient deux chapitres qui précisent le problème, le champ d’études et la conception théorique de la recherche. La deuxième présente le cadre opératoire de la recherche.

Elle se développe en trois autres chapitres qui traitent de la méthodologie adoptée, de la présentation, l’analyse et l’interprétation des résultats avant de terminer sur la formulation de propositions en rapport avec les problèmes étudiés.

Table des matières
Table des matières I
Remerciements iv
Liste des tableaux v
Résumé vi
Rezime vii
Abstract viii
Liste Des Abréviations ix
Introduction 1
Première Partie : Précision sur le problème et la conception théorique de la recherche
Chapitre I : Position du problème et spécification de l’objet de la recherche 5
1.Construction de la problématique de recherche 5
1.1Énoncé des questions et hypothèses de recherche 8
1.2Formulation des objectifs de recherche 9
2.Vers une étude diachronique de l’intervention onusienne en Haïti de 2004 à 2017 10
2.1Justification de l’étude 13
2.2limitation et Structuration de la recherche 14
Chapitre II : Révision de la littérature scientifique et juridique, cadre théorique et conceptuel de la recherche 16
1.Revue de littérature scientifique et juridique de l’objet de la recherche 16
1.1Tour d’horizon général sur l’état de la littérature de l’intervention des Nations dans le monde et en Haïti de 2004 à 2017 16
1.2L’intervention onusienne en Haïti de 2004 à 2017 à travers les normes juridiques, les jurisprudences et la doctrine juridique 19
2.Perspectives théoriques et cadre conceptuel de la recherche 24
2.1Perspectives théoriques de la recherche 24
2.2Cadre conceptuel de la recherche 26
Deuxième Partie : Cadre opératoire, présentation et analyse des principaux résultats de la recherche et propositions pour une réduction des risques d’interventions onusiennes en haïti………………..
Chapitre III : Cadre méthodologique de la recherche 41
1.Parallelisme et connexion entre la recherche scientifique en général et la recherche juridique en particulier 41
1.1Précision et description de la méthodologie de la recherche scientifique 41
1.2Spécificité de la méthodologie juridique 42
2.Démarches méthodologiques adoptées pour la recherche 43
2.1Méthodes et instruments de collectes des données appliquées à l’étude 44
2.2Plan d’analyse des données et Stratégie de vérification des hypothèses 47
Chapitre IV : Présentation, analyse et interprétation des données empiriques de l’intervention des nations unies en haïti de 2004 à 2017 2
1.Présentation et Description des principaux résultats de la recherche 52
1.1L’intervention militaire, politique et juridique de la MINUSTAH de 2004 à 2017 53
1.2L’exercice de la souveraineté interne et externe de l’État haïtien 59
2.Analyse, Discussion et Interprétation des résultats de la recherche 62
2.1Une Justice haïtienne et des droits fondamentaux en péril 63
2.2Haïti un État fragile, failli et défaillant 67
Chapitre V : propositions pour une réduction de l’intervention onusienne en haïti 73
1.L’encadrement juridique de la souveraineté de l’État par l’État de droit… 73
1.1Vers une conception relativiste de la souveraineté de l’État 74
1.2Place de la Charte internationale des droits de l’homme 75
2.Le renforcement des capacités juridiques et institutionnelles des Pouvoirs de l’État 77
2.1Place du Conseil constitutionnel et du Conseil électoral permanent 79
2.2Cri d’alarme contre l’arbitraire, la corruption et l’impunité 81
Conclusion de l’étude 84
Liste des références 89
Annexes 98

Nem JEAN-BAPTISTE
Gratuit

Si le bouton de téléchargement ne s’affiche pas, vous pouvez télécharger ce mémoire en PDF à partir cette formule ici

Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité
Publier son mémoire!
WikiMemoires - Publier son mémoire de fin d’études !
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page