La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
Université kasdi merbah – OUARGLA - Faculté des Sciences de la Nature et de la Vie
Présentée en vue de l'obtention du diplôme de Doctorat ès sciences en Sciences Agronomiques - 2019/2020

Etude de la consommation chez les imagos des espèces Acridiennes

  1. Inventaire et bioécologie des orthoptères dans la vallée du M’Zab
  2. Vallée du M’Zab : situation géographique et températures
  3. M’Zab : précipitations, humidité relative de l’air et insolation
  4. Diagramme ombrothermique et climagramme pluviométrique d’Emberger
  5. Caractéristiques des stations d’étude, la vallée du M’Zab
  6. Détermination des othoptères, méthodes utilisés au laboratoire
  7. Méthodes d’exploitation des résultats des indices écologiques
  8. Inventaire concernant la faune orthoptérologique (M’Zab)
  9. Estimation de la richesse spécifique et densité des orthoptères
  10. Abondance relative des espèces d’Orthoptères
  11. Espèces d’orthoptères : constance ou fréquence d’occurrence
  12. Diversité d’espèces d’orthoptères: Indices de Shannon-Weaver et Pielou
  13. Analyse factorielle des correspondances : tendances écologiques des Orthoptères
  14. Cycle biologique des principales espèces Acridiennes (M’Zab)
  15. La consommation chez les imagos des espèces Acridiennes, étude qualitative
  16. Etude de la consommation chez les imagos des espèces Acridiennes
  17. Ochrilidia gracilis et acrida turrita

Etude de la consommation chez les imagos des espèces Acridiennes

III.10.2. Etude quantitative de la consommation chez les imagos des principales espèces Acridiennes dans le milieu cultivé (Touzouz)

Nous parton de l’hypothèse que le recouvrement global des espèces végétales présentes dans le transect est le même à la même époque pour les deux années d’étude, les quantités d’épidermes végétaux rejetés dans les excréments sont proportionnelles à celle ingérées, on admet aussi comme hypothèse de travail que les coefficients de digestibilité des différentes espèces végétales consommées sont égaux et une espèce végétale est plus ou moins consommée aussi bien par les mâles que par les femelles.

De plus chez les Orthoptères, la taille des femelles est supérieure à celle des mâles, la biomasse végétale consommée sera automatiquement proportionnelle à la taille des individus.

III.10.2.1.Acrotylus patruelis

Les résultats l’étude quantitative de la consommation chez les imagos d’Acrotylus patruelis sont consignés dans le Tableau 27.

Il est à constater que Cynodon dactylon est l’espèce végétale la plus consommée par apport aux autres plantes. Elle présente un taux de consommation de 36,2 %. Cela est dû probablement au taux de recouvrement élevé (4,9 %) de cette graminée.

Tableau 27. Recouvrement global, surface moyenne, taux de consommation et indice d’attraction des plantes consommées par 50 individus d’Acrotylus patruelis en milieu cultivé de Touzouz

Espèces RG (%) S (mm) T (%) IA
Cynodon dactylon 4,91 138,4 36,24 7,38
Setaria verticillata 3,43 98,2 25,71 7,49
Polypogon monspeliensis 1,08 48,6 12,73 11,78
Anisantha sterilis 0,29 35,5 9,30 32,07
Cyperus rotundus 0,39 22,4 5,86 15,02
Sonchus oleraceus 0,35 9,7 2,54 7,26
Amaranthus hybridus 0,34 11,3 2,96 8,7
Tribulus terrestris 0,31 3,5 0,92 2,97
Rumex vesicarius 0,49 6,8 1,78 3,63
Malva parviflora 0,21 7,5 1,96 9,33
Total = 10 11,8 381,9 100 105,63

RG : Recouvrement global ; S : surface moyenne ; T : taux de consommation ; IA : indice d’attraction

A part les Poaceae, toutes les autres familles notent un taux de consommation faible. L’espèce végétale la moins consommée est Tribulus terrestris (0,9 %). Sur les quatre Poaceae consommées par cet Acridien, Cynodon dactylon présente l’indice d’attraction le plus faible (7,4).

En revanche Anisantha sterilis présente l’indice d’attraction le plus élevé (32,1), malgré son taux de consommation réduit (9,3 %) et le faible taux de recouvrement (0,3) (Figure 23).

Comparaison entre les indices d’attraction des espèces végétales ingérées par

Figure 23. Comparaison entre les indices d’attraction des espèces végétales ingérées par Acrotylus patruelis et leurs taux de recouvrement au niveau du milieu cultivé Touzouz

III.10.2.2.Heteracris annulosa

Les résultats l’étude quantitative de la consommation chez les imagos d’Heteracris annulosa sont consignés dans le Tableau 28

Tableau 28. Recouvrement global, surface moyenne, taux de consommation et indice d’attraction des plantes consommées par 50 individus d’Heteracris annulosa en milieu cultivé de Touzouz.

Espèces RG (%) S (mm) T (%) IA
Lagenaria siceraria 2,39 116,6 17,9 7,49
Cucurbita maxima 2,26 105,3 16,16 7,15
Cucumis melo 2,21 89,9 13,8 6,24
Capsicum annuum 2,54 53,4 8,2 3,23
Solanum melongena 2,26 107,2 16,45 7,28
Solanum lycopersicum 2,26 96,5 14,81 6,55
Mentha pulegium 2,51 29,3 4,5 1,79
Cynodon dactylon 4,91 25,7 3,94 0,8
Setaria verticillata 3,43 27,6 4,24 1,24
9 24,77 651,5 100 41,77

RG : Recouvrement global ; S : surface moyenne ; T : taux de consommation ; IA : indice d’attraction

Le taux de consommation chez Heteracris annulosa marque une tendance pour Lagenaria siceraria (17,9 %), Solanum melongena (16,45 %) et Cucurbita maxima (16,2 %).
Comparaison entre les indices d’attraction des espèces végétales ingérées par

Figure 24. Comparaison entre les indices d’attraction des espèces végétales ingérées par Heteracris annulosa et leurs taux de recouvrement au niveau du milieu cultivé Touzouz.

Ces plantes ont respectivement presque le même taux de recouvrement 2,4, 2,3 et 2,3 et indice d’attraction 7,5, 7,1, et 7,3. Le taux de consommation le plus faible est noté chez Cynodon dactylon (3,9), de même pour l’indice d’attraction (0,8) (Figure 24).

III.10.2.3.Aiolopus strepens

Les résultats l’étude quantitative de la consommation chez les imagos d’Aiolopus strepens sont consignés dans le Tableau 29.

Tableau 29. Recouvrement global, surface moyenne, taux de consommation et indice d’attraction des plantes consommées par 50 individus de Aiolopus strepens en milieu cultivé de Touzouz.

Espèces RG(%) S (mm) T IA
Vitis vinifera 4,24 9,12 2,3 0,54
Mentha pulegium 2,51 12,75 3,22 1,28
Cynodon dactylon 4,91 120,42 30,42 6,19
Setaria verticillata 3,43 87,04 21,99 6,41
Polypogon monspeliensis 1,08 77,15 19,49 18,05
Phragmites australis 0,78 44,63 11,27 14,49
Cyperus rotundus 0,39 34,25 8,65 22,18
Sonchus oleraceus 0,35 10,53 2,66 7,6
Total8 17,69 395,89 100 76,74

RG : Recouvrement global ; S : surface moyenne ; T : taux de consommation ; IA : indice d’attraction Aiolopus strepens présent le meilleur taux de consommation pour trois Poaceae : Cynodon dactylon (30,4 %), Setaria verticillata (22 %) et Polypogon monspeliensis (19,5 %).

Le taux de consommation le plus faible est enregistré par Vitis vinifera (2,3 %). Malgré leur taux de consommation important, Cynodon dactylon et Setaria verticillata présentent respectivement un indice d’attraction faible (6,2) et (6,4) chez cet Acridien.

Le recouvrement végétal le plus important est enregistré chez Cynodon dactylon (4,9 %) et Vitis vinifera (4,2 %). Sonchus oleraceus note le recouvrement végétal le plus faible (0,35 %). L’indice d’attraction le plus fort est marqué chez Cyperus rotundus (22,2), malgré son taux de consommation faible (8,65) (Figure 25).

Comparaison entre les indices d’attraction des espèces végétales ingérées par

Figure 25. Comparaison entre les indices d’attraction des espèces végétales ingérées par Aiolopus strepens et leurs taux de recouvrement au niveau du milieu cultivé Touzouz.

III.10.2.4.Pyrgomorpha cognata

Les résultats l’étude quantitative de la consommation chez les imagos de Pyrgomorpha cognata sont consignés dans le Tableau 30.

Tableau 30. Recouvrement global (RG), surface moyenne (S), taux de consommation (T) et indice d’attraction (IA) des plantes consommées par 50 individus de Pyrgomorpha cognata en milieu cultivé de Touzouz

Espèces RG (%) S (mm) T (%) IA
Lagenaria siceraria 2,39 36,5 10,83 4,53
Cucurbita maxima 2,26 40,8 12,11 5,36
Capsicum annuum 2,54 11,5 3,41 1,34
Solanum melongena 2,26 43,6 12,94 5,73
Solanum lycopersicum 2,26 65,3 19,38 8,58
Mentha pulegium 2,51 90,5 26,86 10,70
Cynodon dactylon 4,91 48,7 14,46 2,95
7 19,13 336,9 100 39,18

RG : Recouvrement global ; S : surface moyenne ; T : taux de consommation ; IA : indice d’attraction

Chez Pyrgomorpha cognata, le taux de consommation et l’indice d’attraction sont respectivement important pour Mentha pulegium (26,9 %) et (10,7) et Solanum lycopersicum (19,4 %) et (8,6).

La plus faible valeur du taux de consommation est notée chez Capsicum annuum (3,4 %), de même pour l’indice d’attraction où on enregistre un chiffre de (1,3).

Cynodon dactylon marque un indice d’attraction consommée faible (2,95), malgré son taux de recouvrement (4,9 %) important par apport aux autres plantes (Figure26).

Comparaison entre les indices d’attraction des espèces végétales ingérées

Figure 26. Comparaison entre les indices d’attraction des espèces végétales ingérées par Pyrgomorpha cognata et leurs taux de recouvrement au niveau du milieu cultivé Touzouz.

III.10.2.5.Morphacris fasciata

Les résultats l’étude quantitative de la consommation chez les imagos de Morphacris fasciata sont consignés dans le Tableau 31.

Tableau 31. Recouvrement global, surface moyenne, taux de consommation et indice d’attraction des plantes consommées par 50 individus de Morphacris fasciata en milieu cultivé de Touzouz.

Espèces RG (%) S (mm) T (%) IA
Cynodon dactylon 4,91 112,4 32,7 6,66
Setaria verticillata 3,43 87,5 25,46 7,42
Polypogon monspeliensis 1,08 65,7 19,11 17,69
Anisantha sterilis 0,29 47,2 13,73 47,34
Sonchus oleraceus 0,35 17,5 5,09 14,54
Convolvulus arvensis 0,28 13,4 3,9 13,93
6 10,34 343,7 100 107,58

RG : Recouvrement global ; S : surface moyenne ; T : taux de consommation ; IA : indice d’attraction Morphacris fasciata n’est pas attirée par Cynodon dactylon (6,7) et Setaria verticillata (7,4), mais leur taux de consommation respective (32,7 %) et (25,5 %) est important.

Anisantha sterilis marque l’indice d’attraction le plus élevé (47,3), malgré son taux de recouvrement faible (0,30 %). Les plantes les moins consommées sont Sonchus oleraceus (5,1

%) et Convolvulus arvensis (3,9 %), alors que leurs indice d’attraction est respectivement (14,5) et (13,9) le double des espèces végétales les plus consommées (Figure 27).
Comparaison entre les indices d’attraction des espèces végétales ingérées

Figure 27. Comparaison entre les indices d’attraction des espèces végétales ingérées par Morphacris fasciata et leurs taux de recouvrement au niveau du milieu cultivé Touzouz

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.