La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
Université Musulmane Africaine
Mémoire Présenté pour l’obtention de la : Licence - 2019/2021

Les facteurs du développement durable et les enjeux

  1. L’industrialisation et le développement durable de la Côte d’Ivoire
  2. Les facteurs du développement durable et les enjeux
  3. L’industrialisation et le développement durable (revue de littérature)
  4. L’industrie ivoirienne : l’histoire et les problèmes
  5. L’industrialisation et le respect de l’environnement Côte d’Ivoire

Les facteurs du développement durable et les enjeux

Chapitre I : Les facteurs du développement durable et les enjeux

Le développement durable comprend 3 facteurs qui sont en réalité ses piliers les plus importants dans le respect de ses objectifs. Ces facteurs ont des enjeux important pour le bon développement de la Côte d’Ivoire, c’est dans cette optique que nous parlerons en section I des piliers du développement durable et en section II des enjeux du développement durable pour la Côte d’Ivoire.

Section I : Les piliers du développement durable

Le développement durable s’efforce de prendre en compte à la fois l’équité sociale, l’efficacité économique et la qualité de l’environnement, ce sont les trois piliers du développement durable. Nous parlerons tout d’abord du facteur économique, puis du facteur social pour enfin parler du facteur environnemental.

1.1Le facteur économique

Il s’agit d’assurer une gestion saine et durable sans nuire aux enjeux environnementaux et sociaux. L’économie est un pilier qui occupe une place importante dans notre société en matière de consommation.

Le développement durable implique de prendre des mesures pour changer le mode de production et de consommation afin que la croissance économique ne se fasse pas au détriment des dommages environnementaux et sociaux.

Il s’agit aussi d’assurer une gestion saine et durable dans tous les secteurs producteurs de richesses. De ce fait, la vie économique, ne doit pas correspondre à une utilisation abusive des ressources pour accroître le PIB, ni à une décroissance économique au profit de la préservation des ressources, mais plutôt, à une recherche de minimisation de l’utilisation des ressources pour un accroissement de biens et services pour tous.

Cette efficacité doit s’observer dans tous les secteurs, agriculture, pêche, élevage, industrie, transport, entreprises etc., en utilisant un progrès technique respectueux de l’environnement.

Le commerce et les échanges internationaux doivent être équitables et promouvoir le développement dans les pays du sud.

1.2Le facteur social

Il s’agit de répondre aux besoins fondamentaux des hommes en matière de logement, d’alimentation, de santé et d’éducation en réduisant les inégalités entre les personnes tout en respectant la culture des personnes.

Le capital social ou équité sociale inclut non seulement le niveau d’éducation d’une population ou de formation d’une force de travail mais également l’ensemble des institutions sociales (quel que soit leur domaine : culture, santé, sécurité, etc.) qui contribuent à une meilleure productivité et un épanouissement idéal de l’être humain en vue d’accroître la qualité de vie. Entendu au sens large, le capital social comprend donc :

  • Le capital humain (population, savoirs, savoir-faire, formation professionnelle, etc.) et relationnel (relations humaines et liens, confiance, etc.) ;
  • Le capital culturel (valeurs communes, connaissances de l’histoire, des sciences, etc.) ;
  • Le capital institutionnel et politique (institutions démocratiques, droits de l’homme, réglementation, formes de régulation, etc.).

Les nations unies ont à travers le volet social défini des valeurs à respecter :

  • Éviter le travail forcé des enfants et privilégier l’éducation
  • Éviter l’aliénation des pays du sud.
  • Eradiquer la faim et promouvoir une santé pour tous.

1.3Le facteur environnemental

Il s’agit de la protection des ressources naturelles en maintenant le principal équilibre écologique et en limitant l’impact environnemental. Les quatre principes de base sont:

  • Unité entre les pays
  • Unité entre les personnes
  • Unité entre les générations
  • Unité entre les membres d’une société

Là où nous savons qu’il y a des risques pour la santé ou l’environnement. La participation de chacun, quel que soit son statut professionnel ou social, pour assurer la réussite de projets durables.

Le capital naturel fait référence aux ressources naturelles (renouvelables et non renouvelables) telles que minéraux, espèces végétales et animales, ressources fossiles (pétrole, charbon, gaz, uranium, etc.) de la biosphère1.Ces ressources permettent d’assurer la perpétuation2 de la biosphère elle-même.

Les facteurs du développement durable et les enjeux

Elles fournissent aussi des biens et des services écologiques indispensables à la survie de l’humanité sur terre, directement ou indirectement utilisés dans un but de production économique ou à des fins d’épanouissement social et de qualité de la vie.

Section II- Les enjeux du développement durable pour la cote d’ivoire

L’objectif du développement durable est de définir des schémas viables qui concilient3 les trois aspects : économique, social, et écologique.

Les facteurs du développement durable et les enjeux

Source : https://www.3-0.fr/doc-dd/qu-est-ce-que-le-dd/les-3-piliers-du-developpement- durable

La finalité du développement durable est donc de trouver un équilibre cohérent et viable entre ces trois enjeux.

2.1Sur le plan économique

Le principal avantage économique du développement durable, est de prendre en compte le long terme, autrement dit, seul le développement durable permettra d’adapter l’économie ivoirienne aux évolutions inévitables telles que la hausse des prix des carburants (pétrole, gaz…).

Et quand on sait que l’économie ivoirienne est essentiellement basée sur l’agriculture, une activité fortement influencée par les aléas climatiques, les politiques environnementales dans le cadre du développement durable assureront indéniablement la pérennité4 et la durabilité de l’activité agricole d’où la prospérité de l’économie ivoirienne.

Aussi, le développement durable est d’un enjeu capital pour les entreprises ivoiriennes surtout dans le cadre de leur ouverture sur le reste du monde.

1 Biosphère c’est l’ensemble des milieux où l’on trouve la vie comme l’eau

2 Perpétuation action de perpétuer (faire durer sans cesse)

3 Concilier c’est le fait de relier

-En effet le premier avantage qu’elles peuvent retirer de leur engagement dans une démarche de développement durable touche à leur image. Dans un contexte de mondialisation économique, les acteurs s’estimant concernés et touchés par les activités de l’entreprise sont de plus en plus nombreux.

Dans ces conditions, la mise en place d’un processus de développement durable permettrait à l’entreprise de répondre à nombre de certaines exigences, alimentant sa crédibilité, sa légitimité, son capital confiance facilitant ainsi ses exportations ainsi que ses relations avec l’extérieur.

-Le deuxième avantage concerne la réduction des coûts : économies d’énergies et de matières premières , meilleures relations avec les fournisseurs (proximité, long terme) permettant une diminution du coût d’achat ,connaissance et maîtrise accrues des impacts qui évitent des conflits, voire des litiges judiciaires, consommateurs de temps et d’argent, etc.

2.2 Sur le plan social

Le développement « socialement » durable contribuera à l’amélioration du bien-être de l’ivoirien, qui passe par l’alimentation, la santé, les libertés individuelles, la répartition des richesses, l’éducation, les activités culturelles, la cohésion sociale.

Par exemple l’accès à l’électricité, l’eau et à l’assainissement favorise l’éducation des enfants (le temps qui était consacré à la collecte de l’eau est souvent remplacé par une meilleure participation à l’école), garantit davantage de revenus pour le foyer (le temps passé à chercher de l’eau ou perdu par manque d’électricité peut être transféré à des activités génératrices de revenus) et permet d’améliorer les conditions de vie des habitants : ils dépensent moins pour l’eau, donc plus pour l’alimentation, pour l’éducation, pour l’équipement de leur maison, etc.

Ainsi, le développement durable offrira à toutes les parties prenantes des avantages socio-économiques équitablement répartis, qui contribueront efficacement à la réduction de la pauvreté.

Il y a aussi que les investissements dans l’éducation et la santé apportent une contribution en capital à la croissance économique et à la poursuite du développement, notamment à la productivité du travail et au bien-être des populations. Un travailleur en bonne santé est un travailleur plus productif, tout comme un travailleur mieux éduqué.

4 Pérennité ce qui dure toujours ou très longtemps

2.3Sur le plan environnemental

Le changement climatique, la perte de biodiversité et l’épuisement de multiples ressources naturelles (comme l’eau ou la forêt) sont les trois grands défis environnementaux que l’on rencontre aujourd’hui non seulement au niveau mondial mais aussi dans notre pays la Côte d’ivoire.

Les mesures prises dans le cadre du développement comme la protection et la mise en valeur des écosystèmes aquatiques, lagunaires et littoraux et des zones humides; une meilleur gestion des déchets surtout industriels ou encore la promotion d’une gestion durable des ressources rares contribueront à éradiquer ces fléaux, sinon, à les ralentir le plus possible garantissant ainsi un environnement sain pour les générations futures.

Ainsi, les industries doivent se conformer aux exigences environnementales prévues dans le Code de l’Environnement. De plus, elles font l’objet d’un contrôle périodique de la part du CIAPOL5 (Centre Ivoirien Anti-Pollution).

Le concept du développement durable emballe littéralement aujourd’hui les ivoiriens : du monde politique au grand public en passant par les entreprises, collectivités, associations, tous ont leur mot à dire sur cette idée.

Aussi, très souvent dans le cadre de développement durable la principale question qui se pose reste centrée sur l’environnement ; et quand on sait que le modèle social-économique ivoirien actuel n’arrive même pas à redistribuer les richesses de façon égale et n’a pas tenu compte de l’épuisement des ressources naturelles comme notre forêt par exemple, il est donc très difficile, aujourd’hui, d’inclure des intérêts écologiques dans l’équilibre entre le social et l’économique qui est lui-même déjà très instable.

5 Centre Ivoirien Anti-Pollution

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.