La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
Université de Lubumbashi - École de criminologie
Mémoire présenté et défendu en vue de l’obtention du grade de Master en Criminologie - Octobre 2021

Analyse des données, les victimes d’offres d’emploi sur internet

  1. Expériences de victimisation relatives aux offres d’emploi en ligne
  2. Nedi Palanga Nestor
  3. Revue de littérature et problématique, les fausses offres d’emploi
  4. Méthodologie : victimes de fausses offres d’emploi sur internet
  5. Récolte des données, victimes d’arnaques aux offres d’emploi
  6. Analyse des données, les victimes d’offres d’emploi sur internet
  7. Recruteurs en ligne : identification, types d’emplois et canaux
  8. Stratégies et/ou techniques des arnaqueurs : offres d’emploi
  9. Les conséquences de la victimisation, les fausses offres d’emploi
  10. Les enjeux qui sous-tendent les expériences de victimisation

Analyse des données, les victimes d’offres d’emploi sur internet

Section 5 : Analyse des données

Du point de vue stratégique, cependant, l’étape de l’analyse et de l’interprétation, constituent la dernière phase d’un long cheminement, et possède une valeur toute spéciale (Tremblay 1968 : 206).

Analyser c’est faire examen approfondi des données en vue de comprendre leur portée significative.Le travail d’analyse des données exige lecture et relecture, une descente au plus profond du texte en présence (Ngoie Mwenze, 2020 : 125).

En effet, le chercheur qualitatif ne stocke pas les données pour les analyser plus tard, au fur et à mesure que les données ont été recueillies, elles passent aussi à l’analyse et à l’interprétation.

Cette étape exige de la part du chercheur de prendre un modèle d’analyse des données recueillies.

Donc, il n’y a pas un moment de recueil, un autre destiné à leur analyse et un autre encore à l’interprétation des données. Dans ce travail, nous avons fait recours à l’analyse thématique.

L’analyse thématique est une démarche qui consiste à repérer les thèmes et les sous-thèmes que véhiculent des matériaux textuels retranscrits.

Cette thématisassions ou cette opération progressive de dénomination consiste à rechercher des thèmes et des sous- thèmes significatifs que l’on retrouve d’un entretien à un autre, au fur et à mesure de leur lecture (Ngoie Mwenze, 2021 : 84).

Ces thèmes et sous-thèmes ne sont pas ceux qui figurent dans le guide d’entretien, mais ceux qui engagent des propos mêmes que vous recueillez.

Ils viennent à lors compléter les thèmes qui ont servi à la construction du guide d’entretien (Desanti & Cardon, 2015 : 75).

Donc, le but de l’analyse thématique est de fragmenter un corpus empirique en unité de sens en relevant les thèmes et sous-thèmes à partir des plusieurs discours des acteurs de terrain.

Dans cet ordre d’idées, l’analyse thématique peut être représentée schématiquement de la manière suivante :

Analyse des données

Ainsi, deux moments ont caractérisés l’analyse des données : l’analyse proprement dite et l’interprétation des données

5.1.1. Analyse proprement dite et codage des matériaux empiriques

Cette phase s’effectue en dehors du terrain. Elle consiste à questionner le corpus empirique dans tout son ensemble.

Selon Guibert & Jumel (1997 : 141), « cette analyse s’appuie sur le sens traduit par chaque expression en rapport avec l’état ou le statut (je suis…), l’expérience ou le vécu (j’ai fait…, j’ai été…), la représentation (à mon avis…, je pense que…) et le stéréotype (on dit que…)

Pour analyser les données, nous avons procédé de la manière suivante :

  • La transcription des données empiriques sur l’ordinateur ;
  • La lecture et relecture approfondie des extraits d’entretiens permettant de faire le codage ou le recodage à partir du sens caché des paragraphes ou des alinéas du discours des acteurs ;
  • Le regrouper et scinder ou découper des discours des enquêtés en morceau ou en unité pour relever le sens ;
  • Dégager les thèmes et sous-thèmes dans les extraits d’entretiens.

Analyse proprement dite et codage des matériaux empiriques

5.1.2. L’interprétation des données

Une fois en possession des résultats, Loubet des Bayle (2000 : 134) souligne que le chercheur doit les analyser et les interpréter en mettant en œuvre des procédés d’une complexité variable.

Cette étape demeure cruciale dans un processus de restitution des résultats de la recherche en tant qu’elle consiste à porter une réflexion sur ces résultats en lien avec la question de recherche, sa problématique ou sa grille de lecture ou son cadre théorique (Ngoie Mwenze, 2021 : 90).

Dans cette logique, le chercher doit faire preuve de la maturité d’expliquer et de donner une compréhension novelle des résultats de sa recherche.

Pour ce faire, nous avons interprété les résultats de terrain de trois manières :

  1. En prenant un survol sur les approches théoriques mobilisées (l’acteur social et l’interactionnisme symbolique); c’est ici le lieu de combler les liens entre les grilles théoriques mobilisées et les résultats de la recherche afin de donner une explication qui permet de comprendre l’ensemble du corpus empirique.
  2. En faisant des liens entre les lectures faites (ouvrages, articles, thèses, mémoires…) et les résultats de terrain.
  3. En fin, par l’explication propre du chercheur ; ici nous avons interprété les résultats empiriques en prenant un survol sur les pensées, citations ou les conclusions des recherches antérieures contextualisées pour donner une nouvelle compréhension du phénomène étudié.

L’enjeu de cette démarche repose sur quatre piliers : la détection des aspects nouveaux de la recherche, la capacité de signaler les résultats des autres recherches similaires en rapport avec notre thématique, les significations nouvelles du corpus empiriques et l’ouverture de la recherche sur des nouveaux questionnements suscitant des pistes intéressantes pour les recherches ultérieures.

Section 6 : Facilites, Aléas et stratégies de contournement

6.1. Facilités

L’obtention de l’attestation de recherche signée par l’école de criminologie nous a facilité la tâche d’entrer au terrain pour récolter les informations relatives à notre objet de recherche. Et puis, les thèmes et sous-thèmes que nous avons dégagé provisoirement nous ont permis de discourir avec les acteurs de terrain sans difficultés.

Nous avons effectué le processus d’analyse des données sans difficultés car, nous étions munis de notre ordinateur qui nous a permis de transcrire les données recueillies auprès des acteurs de terrain.

En outre, la détention d’un Modem et d’un smartphone (téléphone Android) a été cruciale dans notre recherche parce que ces derniers avaient une importance très capitale pour faire des recherches sur internet.

6.2. Difficultés

Faire état des principaux obstacles rencontrés et des solutions trouvées, que ce soit au niveau de la construction du sujet, avec les inévitables glissements qui s’opèrent au contact d’un terrain, ou sur le plan des procédures de travail, avec les dérives que les réactions des interlocuteurs infligent aux meilleures intentions méthodologiques, fait désormais partie d’une réflexivité salutaire » (Olivier de Sardan, 2008 :203).

Ainsi, dans le processus de la recherche scientifique, le chercheur doit montrer les lacunes rencontrées dans sa recherche.

Sur terrain, nous avions suspendu à un certain moment la cherche faute d’un budget conséquent pour répondre aux besoins de la recherche.

Entre autre le moyen de transport pour atteindre les sites de recherche, le frais de motivation pour certains acteurs exigeants, l’achat d’un dictaphone, disque amovible (carte mémoire) ou d’un téléphone Android pour servir l’enregistrement et le stockage des données car, il arrivait un moment où le stockage était insuffisant pour sauvegarder les données enregistrées, le payement des crédits ou des mégabytes ainsi que la boisson pour certains acteurs de terrain.

Analyse des données, les victimes d'offres d'emploi sur internet

Pendant les ciblages, négociations et entretiens, la présentation de notre thème de recherche auprès des acteurs de terrain était considérait comme un « un rappel à un évènement malheureux » dont ils étaient victimes.

Certains enquêtés nous exigeaient de leur présenter un canevas de questionnaire (sous format de l’enquête par questionnaire) afin qu’ils puissent répondre en se référant à partir d’un formulaire.

Ce qui était difficile pour nous d’accepter cette exigence étant donné que nous avions utilisé la technique d’entretien semi-directif où le chercheur pose des questions en se référant soit aux derniers mots du discours de l’interviewé, soit aux thèmes et sous-thèmes dégagé dans son guide d’entretien.

Et pendant le déroulement des entretiens ; certains interlocuteurs manifestaient une certaine méfiance, une défiance et une distanciation une fois que nous leurs demandions d’utiliser le carnet de notes ou le dictaphone car ils nous considéraient comme agent de police d’investigation.

6.3. Stratégies de contournement

En effet, comme dit-on « chaque problème a toujours Une solution ».

Ainsi, peu importe les difficultés rencontrées, nous avons fait preuve des stratégies et techniques pour les contourner en vue de récolter les informations relatives à la victimation autour des offres d’emploi en ligne.

Pour briser certaines difficultés (moyen de transport, restauration, achat de crédit et la boisson pour les interviewés, le monnayage…), nous avions préparé un budget conséquent de 150.000 francs congolais pour répondre aux besoins de la recherche.

C’est grâce à ce budget que nous avons eu la possibilité de convaincre certains acteurs de terrains exigeant l’achat de la boisson, des crédits, des mégabytes ou leur frais de motivation ainsi que d’autres besoins sur terrain.

Voire l’achat d’un dictaphone pouvant nous permettre d’enregistrer les données empiriques.

Pour convaincre les personnes-ressources qui se méfiaient de nous parce que notre thématique était comme un sujet de « rappel des mauvais souvenirs »; c’est-à-dire de l’escroquerie dont ils étaient victimes autour des offres d’emploi sur internet, nous avons usé de notre intelligence en amplifiant des explications de la thématique ainsi que son bien-fondé (par exemple celui de produire un savoir pouvant permettre à d’autres personnes d’avoir une vue d’ensemble sur les comportement criminels qui se développent sur internet à travers les offres d’emplois et de leurs permettre de ne plus tomber aux pièges des arnaqueurs en ligne).

Et pour ce qui concerne les acteurs qui nous considéraient comme agent de police d’investigation, nous leurs présentions l’attestation de recherche.

Il sera donc question dans la section suivante de montrer l’exigence éthique de la recherche.

Section 7 : Exigences éthiques de la recherche

Selon Albarello, L. (2003 : 39), « choisir son phénomène consiste à privilégier un point de vue sur une réalité et par conséquent implique de la part du chercheur de privilégier une option éthique.

Cette opération doit pouvoir s’opérer en toute liberté intellectuelle mais il est clair qu’elle intègre les valeurs qui sont propres au chercheur ainsi que sa sensibilité personnelle dans le domaine social voire politique ou idéologique».

Akoun et Ansart cités par (Serugendo, 2019 : 14) soutiennent que « l’exigence éthique doit être observée en faisant attention au fait que le chercheur doit s’assurer avoir obtenu le consentement éclairé des enquêtés, de leur évaluation des avantages, des risques, de leur choix éclairé et de la confidentialité des données recueillies ».

Pour ce qui est de notre recherche, avant de commencer un entretien, nous procédions par demander le consentement de l’interlocuteur et en leur demandant de nous proposer un nom fictif de leur choix.

L’enjeu est de respecter le principe de la liberté des acteurs du terrain car la recherche scientifique est indissociable avec les principes de la liberté.

En termes d’anonymisation et de confidentialité, nous avons utilisé les sobriquets ou les initiales en vue de préserver les identités réelles des sources informationnelles (interlocuteurs) et de respecter leur vie privée.

La recherche scientifique exige généralement le respect de la dignité humaine ; ce principe repose sur le respect des personnes, la préoccupation du bienêtre et la justice.

  • Le respect des personnes suppose le « respecter de l’autonomie », c’est-à-dire la capacité du chercheur de solliciter le consentement libre auprès de l’interlocuteur.
    Dans ce cas, la recherche doit débuter seulement après que les participants ont donné leur consentement. L’absence de liberté est un facteur qui diminue la capacité d’un enquêté de jouir son autonomie.
  • La préoccupation pour le bien-être c’est le respect de la vie privée et de renseignements personnels.
    Ici le chercheur doit éviter de dévoiler des renseignements identificatoires sans le consentement des participants.
  • La justice : le chercheur ne doit pas refuser à des personnes la possibilité de participer à une recherche en raison de caractéristiques telles que la culture, la langue, la religion, la race, le handicap, l’orientation sexuelle, l’origine ethnique, la maîtrise d’une langue, le genre ou l’âge, à moins qu’il n’y ait une raison valable de les exclure.

Pendant la collecte des données sur le terrain, nous avons rencontré diverses personnes, nous n’avons pas tenu compte de leur différence mais, au nom de la dignité de la personne humaine nous respections tout le monde sans distinction de la couleur de peau, de la tribu, de l’ethnie ou encore du niveau social auquel appartient l’enquêté.

Nos enquêtés ont accepté de nous fournir des informations pertinentes en rapport avec notre objet, et à notre tour nous leur avons donné la promesse de respecter l’anonymat et toute consigne liée à la dignité de leur personnalité sans pour autant modifier les données.

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.