Contrat Local d’Accompagnement à la Scolarité (CLAS)

Contrat Local d’Accompagnement à la Scolarité (CLAS)
CHAZELLES

10 JANVIER 2019

Question posée aux enfants individuellement : c’est quoi la différence pour toi entre un jeu de fille et un jeu de garçon ?

Lou énea, 9 ans : les jeux pour les garçons c’est nul et pour les filles c’est bien.

Orianne, 10 ans : les garçons aiment pas les jeux de fille, les filles aiment pas les jeux de gar çons. ‘fin ça dépend des garçons.

Maeline, 10 ans : y en a pas.

Leïla, 8 ans : la différence … moi je dis que les filles peuvent jouer avec les jeux de garçon et

inversement.

Lucie : mais du coup c’est quoi un jeu de fille et un jeu de garçon ?

Leïla : plutôt la poupée pour les filles et les garçons c’est les jeux vidéos et les voitures.

Morgane, 6 ans : les jeux de filles c’est les poupées, la maman et le papa et les garçons c’est les jeux de voiture de course, les jeux vidéos

Roméo, 10 ans : y en a pas.

Hugo, 6 ans : les filles elles font des jeux de filles, les garçons ils font des jeux de garçons. MOI : mais du coup c’est quoi un jeu de fille et un jeu de garçon ? HUGO : les filles je sais pas, les garçons on joue au foot, au rugby

Noeline, 7 ans : les filles font de la danse mais les garçons ne veulent pas faire de la danse. Mathias, 7 ans : nan ils jouent pas aux mêmes choses. (Pas d’exemples)

Mathis, 10 ans : rien, si. La différence c’est que c’est un jeu de garçon et un jeu de fille mais les garçons peuvent jouer avec un jeu de fille et le contraire.

Emilio, 9 ans : un jeu de fille c’est un truc où il faut dessiner des habits, des sacs, …. Mais les garçons peuvent jouer aussi mais pas forcément avec les mêmes motifs. Pour les garçons c’est le foot, le handball mais les filles peuvent jouer aussi.

Antoine, 10 ans : un garçon peut jouer à un jeu de fille et une fille a un jeu de garçon. Y a pas vraiment de différence puisque tout le monde peut jouer à tout.

Thibaud, 9 ans : oui il y a une différence mais je sais pas laquelle. Que pour les filles il y a les poupées, et que pour les garçons les voitures.



OBSERVATIONS

Situation 1:

Mardi 6 novembre 2018, ludothèque de guérande, après-midi, seulement 2 adultes et 2 enfants sur le temps décrit.

Une mère et sa fille de deux ans (Lily) et une mère et son fils de deux ans (Nathanaël). Les mères semblent se connaître.

Le petit garçon est agité, il court et veut souvent sortir de l’espace ludothèque.

Il prend un chariot de bricolage, le laisse au milieu de la pièce et court en dehors de la ludothèque. La mère de Lily lui dit “va chercher le chariot de Nathanaël”, Lily y va.

A un autre jeu, la mère de Lily, jamais loin de sa fille, lui dit “il faut appuyer là”, lui donne beaucoup d’ordres (“lâche”, “recommence”, … ) sans lui laisser découvrir le jeu par elle même (jeu d’encastrement).

Sur un jeu d’assemblage (en forme de corps), la mère de Lily lui dit “le pied se met là”, “la tête on va la mettre là”, “la queue elle va là”, “non ça c’est le pied, il faut le mettre là et voilà : bra vo Lily !”

Situation 2:

Matinee jeux de l’Ah Toupie, mercredi 9 janvier :

Je discute avec une éducatrice du SESSAD venue pour la première fois avec un garçon de 6 ans qu’elle accompagne. A disposition il y a des déguisements de chevaliers et de princesses (robes, couronnes, tablier, …). Elle me raconte : “j’ai montré à Arthur les robes, je lui ai proposé il ne les a pas repoussées mais il a préféré prendre le déguisement de chevalier. Je ne sais pas si c’est lui qui préfère où si le groupe a influencé sa décision.”

Situation 3:

Stage ludambule TAP à Poligny le mardi 29 janvier 9 enfants (4 garçons, 5 filles) de 9-10 ans 1 animateur de ludambule, 1 service civique (mission jeu/genre ALF) et moi

1er jeu tous ensemble, des chaises sont disposées en cercle au fond de la salle, on leur propose d’aller s’installer là-bas en leur laissant le choix de la place. Les garçons et les filles s retrou vent chacun de leur côté. ils ne semblent pas s’en rendre compte. Patrick parti s’installer dans le cercle aussi se retrouve au milieu des garçons. Je me mets donc au milieu des filles et dit “regarde, ça fait filles contre garçons !” Patrick s’en rend compte et change alors de place pour se mettre en deux filles et je me met entre deux garçons. Je n’ai pas noté de réactions particuliè res des enfants.

Situation 4:

Stage Ludambule TAP Poligny le mardi 29 janvier 2 enfants : Pierre et Anna, 9 ans et Ma thilde, service civique.

Avec Mathilde, nous commençons à jouer à Roi et compagnie, Anna et Pierre arrivent chacun à leur tour et demande à jouer avec nous. Nous commençons une partie tous les 4. Pendant le jeu, Pierre veut gagner une carte et la désigne : “je veux la fille là-bas !”, Mathilde ne voyant pas de quelle carte il veut parler dit “Quelle fille ?”, la carte désignée par Pierre est un Orc avec un chat rose dans les bras et une attitude attendrie, décrit dans la règle du jeu comme “Orc affectueux”. Pierre confirme “ben celle-là !”

Plus tard dans le jeu, Anna veut gagner que des fées et des elfes, le nombre de point de la carte semble ne pas être important, elle souhaite les cartes fées et elfes car “elles sont trop belles!”.

Situation 5 :

Garderie du soir La Freissinouse jeudi 31 janvier 17h-18h15 environ 20 enfants au début –

3-9 ans avec Christian (salarié) et Maxence (en test service civique)

Je m’installe à une petite table avec le jeu La fée aux fleurs. deux filles de 3-4 ans arrivent “oh c’est trop beau !”, “elle est trop belle la fée”. nous faisons deux parties. Deux garçons (3-4 ans) se joignent à nous, nous faisons une nouvelle partie. au moment de ranger, les garçons font tomber assez violemment les fleurs.

A la dinette, 2 filles et 3 garçons jouent ensemble.

Deux filles s’installent pour jouer à Léo le dragon. au moment de choisir le personnage il y a 3 chevaliers et une princesse : la première prend rapidement la princesse et la deuxième dit “eh, moi aussi je veux une princesse”. la première finit par lui donner la princesse et prend un cheva lier. elle semble déçue.

Dans l’après-midi, à la dinette 2 filles et 3 garçons jouent ensemble. Plus tard, au moment de ranger les jeux, l’animateur de Ludambule demande quels jeux il laisse pour la garderie aux animatrices de l’école, l’une d’elles dit “ah oui la dinette c’est bien. Les petites elles aiment bien”. L’animateur ne répond pas.

Situation 6

Mise en place d’une observation

Réunion avec Mathilde (service civique à Ludambule, mission : permettre plus d’égalité hom mes-femmes par le jeu) le vendredi 1er février pour préparer une séance de TAP à Poligny pré vue le mardi 5 février avec une dizaine d’enfants de 9-10 ans. Adultes qui seront présents : Pa-trick (animateur Ludambule), Coralie (service civique, même mission que Mathilde à Salon de Provence), Mathilde et moi.

Objectif de la séance : observer si l’aménagement et la posture professionnelle peuvent influencer un choix et/ou un jeu.

Mise en place :

pour le premier jeu qui est un grand jeu avec tous les enfants, nous souhaitons mettre en place une corde des chevaliers (jeu de force et équilibre). Nous proposerons aux enfants de faire 2 équipes, sans leur dire de quel jeu il s’agit puis nous observerons leurs réactions, encourage ments, …

Pour les autre jeux, nous disposerons sur deux tables séparées et distinctes par leur couleur les jeux sélectionnés : une table fille et une table garçon. La sélection à été faite sur des critères de stéréotypes :

Jeux pour les filles : gagne ta maman, jeu de 52 cartes dans lequel le roi bat la reine, the game (nouvelle boîte), Sortilèges

Jeux pour garçons : Medieval academy, gagne ton papa, jeu de carte où la reine bat le roi, the game (ancienne boite), 6 qui prend, Sortilèges, bahuts malins.

Jeux de construction : sur une table mais deux boîtes différentes de planchettes : 1 rose et 1 bleue.

Situation 7

-> Observation : TAP Poligny 9 enfants 5 garçons 4 filles CM1-CM2 15h-16h30 mise en place : 2 tables : 1 rose et 1 bleue (nappes), jeux séparés;

Les enfants arrivent dans la salle, on leur demande de faire 2 équipes. les 4 filles se précipitent ensemble, 4 des 5 garçons se pressent aussi ensemble, il reste Roch, au milieu qui voulait être avec sa soeur qui le pousse vers les garçons. Je leur présente le jeu : la corde des chevaliers. 2 plots en plastique sont sur des tapis à environ 1m d’écart et une corde entre eux. Chacun leur tour, les enfants se font face. Très vite les filles ont une stratégie et s’encouragent. il y a un vrai sentiment d’équipe. Du côté des garçons, le jeu reste très individuel, le but est d’abord de faire perdre les filles plutôt que d’encourager son équipe. on change les deux joueurs à chaque fois qu’un des deux tombe. Les filles remportent le jeu (10 à 4).

Après le jeu en groupe, les enfants se dirigent vers les tables où sont disposés les boîtes jeux. Tom et Maxence choisissent Medieval Academy, Mathilde, qui connait le jeu leur propose de leur expliquer. Au moment de choisir une couleur de pion Maxence dit “moi mes 3 couleurs préférées c’est le rouge, le bleu et le noir”, Mathilde lui demande pourquoi et Maxence répond “je sais pas, c’est comme ça !” Sur les plateaux de jeu, différents personnages sont représentés dont deux chevaliers à fière allure et un dragon auxquels s’identifient les garçons (“ah ouais ça c’est moi !”), en opposition aux vieux hommes barbus (roi, libraire et mendiant) et à la princes se “elle est trop moche”. Le but du jeu est d’obtenir des points de chevalerie en progressant dans tous les domaines mais les garçons ne voulait pas séduire la princesse “c’est dégoûtant !”. plus tard dans la partie, Mathilde n’a pas beaucoup avancé sur le domaine “séduire la princesse” alors les garçons lui disent “en même temps ça aurait été un prince ça aurait plus marché pour toi” Mathilde répond “oui mais si je préfère les princesses ?” les garçons réagissent “ah non mais moi si ça avait été un prince, c’était pas possible !”

A un autre jeu (Mito), Erel (fille, 9 ans) dit en voyant la carte Moustique “oh elle est tro bel le !”, la carte est rose.

A carabande 2 garçons jouent. ils construisent ensemble un parcours, suivent le modèle sur la boîte puis jouent sur leur parcours, calmement et en respectant les règles écrites, pas de hausse ment de voix ni de remise en question des règles. à la fin de la partie, ils cherchent un autre jeu, ils regardent sur les deux tables (rose et bleue) sans faire de remarques ni de distinction.

Quelques enfants retournent au tir à la corde : Maya et trois garçons. Maya est en position de leader, propose des nouvelles règles “le gagnant maintenant il reste !” et les trois garçons accep tent. Elle gagne à chaque fois. Les garçons quittent chacun à leur tour le tir et se dirigent vers la partie de medieval academy encore en cours, observent quelque temps et partent chercher un autre jeu. Ils trouvent carabande et jouent.

Patrick se déplace vers les “jeux de garçons” et est sollicité par les filles (Maya, Alika et Erel), ils leur propose dream home (boite aux couleurs pastels avec une petite fille en premier plan). les filles disent “ah ouais, ah ça a l’air trop bien !”. Roch se joint à elles. Lors de l’explication de la règle, Erel voit dans un tas de carte des toits violets et dit “oh moi je vais attendre les toits violets”.

A carabande, il y a maintenant Pierre, un autre garçon et Anna. ils jouent calmement, avec les règles écrites. Lorsqu’Anna quitte le jeu, les garçons jouent aux voitures avec les pions de cara bande, le jeu est plus agité.

On entend des cris de joie et des applaudissements qui viennent de la partie de Medieval Acade my.

Avec Coralie, nous sortons le jeu camelot Jr, Anna nous rejoint. Je lui explique la règle du jeu en lui disant que le but est que les personnages puissent se rejoindre. Lors des différents défis, elle avance les deux personnages et les fait se rejoindre au centre. Une fois, elle avance le prin ce uniquement mais reprend très vite la princesse et les fait se rejoindre au centre.

On entend une réflexion de Maya : “j’ai pas joué à l’académie des chevaliers, si je devais jouer à un jeu ce serait l’académie des princesses”.

Un quart d’heure avant la fin prévue de la séance, nous rangeons et nous réunissons avec les enfants. Nous leur demandons dans un premier temps si ils ont remarqué quelque chose de dif férent des autres fois. A part la présence de Coralie, rien ne semble les avoir marqué. Nous leur expliquons donc notre démarche (pourquoi nous sommes là, pourquoi nous avons aménagé comme ça, comment on a choisi les jeux et la mission de Coralie et Mathilde). la première réac tion est venue de Pierre qui dit “bah non, on n’avait rien remarqué”. Nous leur expliquons alors que nous pensons que certains adultes et donc certains enfants aussi pensent qu’il y a des jeux que pour les filles et d’autres que pour les garçons et que nous pensons qu’il est important pour tous de pouvoir jouer à tout. On a voulu voir si, en aménageant des espaces séparés ça vous in fluence. Pierre dit “Bah non, tout le monde a joué tout et Anna a joué aux voitures”.

Nous avons remarqué que la parole avait été monopolisée par les garçons lors de cet échange.

Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez
à des milliers des mémoires de fin d’études !
D'autres étudiants ont aussi consulté
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.