La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
Université 7 Novembre A Carthage - Institut des Hautes Etudes Commerciales
Mémoire de fin d'études - 2003- 2004

Les brevets d’invention et les droits et obligations du breveté 

  1. Fonds de commerce: déf., éléments incorporels et 2 corporels
  2. La forme, la durée et la résolution du contrat de bail commercial 
  3. L’objet du contrat de bail commercial et la cession du bail
  4. Procédures de renouvellement du bail et la propriété commerciale
  5. Refus de renouvellement avec paiement de l’indemnité d’éviction 
  6. Le refus légitime de renouvellement du bail commercial
  7. La détermination et la révision du loyer des baux commerciaux
  8. Protection du fonds de commerce contre la concurrence déloyale 
  9. Confusion, désorganisation et protection du fonds de commerce 
  10. La protection de commerçant contre le détournement de sa clientèle
  11. L’action en concurrence déloyale : l’exercice et les sanctions
  12. Les brevets d’invention et les droits et obligations du breveté 
  13. La protection des brevets d’invention  contre la contrefaçon
  14. Les droits et obligation du titulaire de la marque de fabrique 
  15. Les marques et la contrefaçon : les éléments constitutifs du délit
  16. Les droits et obligations du titulaire de dessin et modèle 
  17. La protection des dessins et modèles contre la contrefaçon 
  18. La valeur du fonds de commerce et son utilité économique
  19. Les méthodes mathématiques d’évaluation du fonds de commerce
  20. L’évaluation du fonds de commerce par les méthodes empiriques 
  21. Evaluation de la valeur du fonds de commerce : chiffre d’affaire 
  22. Les limites des méthodes de l’évaluation du fonds de commerce
  23. Evaluation du fonds de commerce en fonction de l’actif net

La protection contre la contrefaçon – Section 2:
A côté de la concurrence déloyale ; la contrefaçon constitue- t- elle aussi une atteinte à la liberté de commerce.
Traditionnellement ; on l’oppose à la concurrence déloyale.
La contrefaçon, dit- on, est la violation d’un droit privatif, la concurrence déloyale est la violation d’un devoir.
Toutefois ; cette opposition tranchée entre les deux notions est récusée par une partie de la doctrine.
Ce qui nous intéresse, c’est que la contrefaçon désigne toute atteinte portée au monopole d’exploitation ou au monopole d’utilisation qui découle de l’un des droits de propriété industrielle (brevets d’invention, dessins et modèles, marques de fabrique…) .
C’est pourquoi, l’exposé sera divisé en trois parties où on évoquera à part le type de protection associé aux brevets d’invention, marques de fabrique et dessins et modèles.

I- La protection des brevets d’invention :

Les inventions ou créations industrielles dont l’objet est technique et utilitaire, sont susceptibles d’une protection par brevets, eux- mêmes protégés par le droit de la concurrence sous forme d’action en contrefaçon.

1- Les brevets d’invention :

La législation relative aux brevets d’invention est relativement ancienne puisqu’elle remonte au décret du 26/12/1888.
En Tunisie, les découvertes et inventions nouvelles sont protégées par des titres appelés brevets délivrés pour 5,10,15 ou 20 ans selon la demande du déposant.

a- La notion d’invention :

Pour être protégée, l’invention doit avoir un objet précis qui a des caractéristiques bien précises.
Aux termes de l’article 2 de la loi, est considérée comme invention ou découverte nouvelle « l’invention de nouveaux produits industriels, l’invention de nouveaux moyens ou l’application nouvelle de moyens connus pour l’obtention d’un résultat ou d’un produit industriel ».
A ce niveau, certaines notions doivent être clarifiées.
Ainsi, le produit nouveau ne doit pas s’agir de la découverte d’un produit naturel jusque- là inconnu et doit se distinguer des produits similaires par des caractéristiques et avantages.
De même, pour les moyens nouveaux qui peuvent procurer un résultat déjà connu ou inconnu.
Seulement l’application nouvelle de moyens connus peut présenter des difficultés dans la pratique dans la mesure où il s’agit de transporter à un domaine dans lequel elle n’avait jamais pu être appliqué une technique déjà connue dans d’autres domaines.
En plus, l’objet de l’invention doit avoir un caractère industriel, nouveau qui est synonyme d’une activité inventive.
C’est pourquoi, le législateur tunisien exclut du champ d’inventions brevetées, « les plans et combinaisons de crédit ou de finance, ainsi que les inventions dont la vulgarisation serait contraire aux lois et bonnes mœurs. Si l’invention se rapporte à des données alimentaires ou à des médicaments, le brevet ne pourra être délivré pour le produit même, mais exclusivement pour les procédés spéciaux relatifs à sa fabrication ».
Et déclare que « sont nuls et de nul effet, les brevets délivrés si la découverte, invention ou application n’est pas aux termes de l’article 3, susceptible d’être brevetée ».

b- Les droits et obligations du breveté :

Pour protéger l’invention, l’inventeur doit remplir certaines obligations en vue de jouir des droits relatifs à la propriété industrielle.

Parmi les obligations de l’inventeur :

* Le dépôt d’une demande de brevet en personne ou par mandataire ou adresser par la poste, sous plis fermé et cacheté de l’Institut National de la Normalisation et de la Propriété Industrielle.
Cette demande doit indiquer une élection de domicile en Tunisie, être limitée à un objet principal, mentionner la durée de protection, indiquer sommairement et précisément l’objet de l’invention et être signée par le déposant ou son mandataire.
* Une description en double exemplaire de la découverte, invention ou application faisant l’objet du brevet demandé.
* Les échantillons ou dessins, en double exemplaire, qui seraient nécessaires à l’intelligence de la description.
* Un bordereau des pièces déposées.
* Le cas échéant le pouvoir de mandataire.
* Le paiement des redevances relatives au dépôt et à la première annuité, à la publication de l’avis de dépôt et à la publication de la délivrance du brevet.
Les titulaires de brevet doivent, sous peine de déchéance, acquitter régulièrement les annuités de maintien en vigueur de leur brevet, aux dates anniversaires de la délivrance.
* L’obligation d’exploitation du brevet c a d il est légitime que l’inventeur tire profit de son brevet. C’est ainsi que « le breveté qui n’aura pas mis en exploitation sa découverte ou invention dans la Régence dans le délai de deux ans, à partir du jour de la signature du brevet, ou qui aura cessé de l’exploiter pendant deux années consécutives, à moins que, dans l’un ou l’autre cas, il ne justifie des causes de son inaction ».

Une fois, ces obligations remplies ; l’inventeur jouira :

D’un droit moral : puisqu’il sera désigné comme tel même s’il n’est pas le déposant.
D’un monopole d’exploitation : puisqu’il va bénéficier d’un droit exclusif d’exploitation et pourra par la suite en tirer profit.
D’un droit de propriété puisque les brevets sont objets de propriété industrielle et par la suite peuvent être soumis à toutes les opérations juridiques tel que la cession…
En définitif, la législation sur les brevets a pour objectif de concilier d’une part l’intérêt général que les inventions profitent à la collectivité et d’autre part l’intérêt des inventeurs qui ont besoin d’encouragement.
La loi organise donc en leur faveur un monopole temporaire d’exploitation, après quoi l’invention tombe dans le domaine public.
Toutefois, l’inventeur ne peut pas être contraint à publier sa découverte. Il existe donc des inventions non brevetées, l’inventeur renonçant à ses risques et périls au bénéfice de la protection légale.
Le fonds de commerce: protection et évaluation
Mémoire de fin d’études – Institut des Hautes Etudes Commerciales
Université 7 Novembre A Carthage

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page