La schématisation des réseaux de la logistique des drogues

Une modélisation de l’organisation globale des réseaux et des similarités avec la logistique classique

La schématisation des réseaux

Pour avoir une meilleure compréhension des réseaux et de leurs organisations, plusieurs matrices de flux ont été réalisés, par actions (étapes du flux physique, de la production à la consommation) ou par acteurs de la supply chain (de l’usine de production au consommateur final) de produits classiques et ensuite sur la supply chain des stupéfiants avec un zoom sur la distribution.

L’objectif étant d’apporter des schémas reprenant des données consolidées, pour démontrer l’organisation des réseaux ou de certaines logiques de manière simple et visuelle.

Système de flux 5 : La logistique classique de produits de consommation (simplifiée), conception Julien Magana 2022, sources académiques de DUT GLT à l’IUT d’Alençon (Cours de Logistique Globale de Monsieur Danos Gilles).

Système de flux 5 : La logistique classique de produits de consommation (simplifiée), conception Julien Magana 2022, sources académiques de DUT GLT à l'IUT d'Alençon (Cours de Logistique Globale de Monsieur Danos Gilles).

Ce schéma présente une modélisation de la logistique des produits classiques, avec toutes les étapes suivies de la conception à la consommation des produits.

Cette production va permettre par la suite de réaliser un parallèle avec la logistique des stupéfiants, que ce soit au niveau des étapes ou des acteurs avec les flux physiques, les flux d’informations et les flux monétaires.

C’est un schéma très simplifié mais valable pour une majorité de produits conventionnels (de grande consommation et d’autres) comme le beurre, les pâtes, les meubles, la literie, les vêtements, l’électro-ménager…

Ces produits sont cependant légaux à l’inverse des drogues, ils sont donc soumis à des normes, des passages en douanes et taxes.

Système de flux 6 : Les acteurs à chaque étapes et les transmissions physiques, d’information et monétaires pour la logistique classique de produits de consommation, conception Julien Magana 2022 , sources académiques de DUT GLT à l’IUT d’Alençon (Cours de Logistique Globale de Monsieur Danos Gilles).

Système de flux 6 : Les acteurs à chaque étapes et les transmissions physiques, d'information et monétaires pour la logistique classique de produits de consommation, conception Julien Magana 2022 , sources académiques de DUT GLT à l'IUT d'Alençon (Cours de Logistique Globale de Monsieur Danos Gilles).

Chaque étape précédemment indiquée à des acteurs, qui réalisent des transactions monétaires indiquées en jaune, des transmissions d’informations en violet et des échanges physiques en noir (ligne pointillée indiquant un échange éventuellement possible).

Dans cette schématisation, une entreprise de matière première reçoit une commande d’une entreprise de production, avec un flux monétaire pour payer la marchandise première, cette dernière ensuite transportée vers l’entreprise de production.

L’entreprise de production passe ensuite par une entreprise de transport pour acheminer ses produits finis vers les organismes de ventes (internes ou externes) pour ensuite répondre à une demande du consommateur final ou lui proposer une offre.

Un parrallèle intéressant qui peut être réalisé par rapport à la publicité et la transmission de marchandises dans la distribution classique et l’offre de stupéfiants par le biais de fours.

Système de flux 7 : Parallèle entre la distribution classique et la logistique des drogues dans les fours, conception Julien Magana 2022, sources académiques de DUT GLT à l’IUT d’Alençon (Cours de Logistique Globale de Monsieur Danos Gilles)

Système de flux 7 : Parallèle entre la distribution classique et la logistique des drogues dans les fours, conception Julien Magana 2022, sources académiques de DUT GLT à l'IUT d'Alençon (Cours de Logistique Globale de Monsieur Danos Gilles) Système de flux 7 : Parallèle entre la distribution classique et la logistique des drogues dans les fours, conception Julien Magana 2022, sources académiques de DUT GLT à l'IUT d'Alençon (Cours de Logistique Globale de Monsieur Danos Gilles)

Le point commun principal de ces 2 organisations est l’aspect de publicité pour attirer le client, par le magasin dans la logistique classique de distribution et par le biais de racoleurs sur les terrains de vente.

La logique ensuite est la même, le dealer ou charbonneur est approvisionné par le gros, comme le grossiste pour un magasin classique et il effectue ensuite la distribution du produit via des clients qui se rendent dans le four comme ils se rendraient dans un magasin.

Des fonctions supports sont ajoutées, celles de sécurité et de chouf1 , ce qui reprend la sécurité des magasins ou encore les caméras de sécurités, servant à prévenir d’un problème, d’un vol ou autre… : « après pour livrer les terrains, c’est chaud, mais pareil, on fait ça rapidement, avec des gens de confiance, de la sécurité et des choufs » (Entretien Ycharon, décembre 2021)

Ces deux systèmes de flux reprennent également les flux physiques, d’informations et monétaires entre acteurs. Ainsi, le chouf, le racoleur et la sécurité ne touche pas le produit, ils sont uniquement en support de la zone grise qui est le four.

1 Voir lexique

Pour les dealers indépendant , la prise de risque est limitée, ils s’approvisionnent sur les terrains de ventes comme indiqué dans la carte de chaleur auprès de grossistes ou de semi-grossistes.

Tout cela avec itinéraire et ensuite livrent leurs clients habituels, c’est le même schéma qui est décris dans l’entretien avec Cio : « Alors en gros, moi j’ai mes clients habituels quoi, et ça tourne comme ça, je vais faire les courses en ville, soit je choppe tout d’un coup, soit j’y vais en plusieurs fois » (Entretien Cio, février 2022).

Système de flux 8 : Dealer indépendant et dealer de rue / téléphone / soirée, conception Julien Magana 2022

Système de flux 8 : Dealer indépendant et dealer de rue / téléphone / soirée, conception Julien Magana 2022 Système de flux 8 : Dealer indépendant et dealer de rue / téléphone / soirée, conception Julien Magana 2022

Pour les dealers indépendant , la prise de risque est limitée, ils s’approvisionnent sur les terrains de ventes comme indiqué dans la carte de chaleur auprès de grossistes ou de semi-grossistes.

Tout cela avec itinéraire et ensuite livrent leurs clients habituels, c’est le même schéma qui est décris dans l’entretien avec Cio :

« Alors en gros, moi j’ai mes clients habituels quoi, et ça tourne comme ça, je vais faire les courses en ville, soit je choppe tout d’un coup, soit j’y vais en plusieurs fois » (Entretien Cio, février 2022).

Une commande est passée régulièrement par des clients habituels au dealer, qui joue le rôle d’intermédiaire entre le terrain et le client final, lors d’un nombre de commandes suffisant, le dealer va soit livrer « sur stock » avec la quantité de produit soit en « juste à temps », il va donc s’approvisionner sur le terrain pour livrer en direct les clients :

« Le process il est différent de la ville quoi, moi je suis comme un genre d’auto-entrepreneur, j’tait dit ! C’est comme Uber en fait, juste je vais chercher, plusieurs fois par Semaines » (Entretien Cio, février 2022).

La même logique est suivie pour les dealer de rue fixe ou mobile, et les dealers dit « téléphone », qui livrent mais en milieu urbain et lors d’évenements particuliers (bars, boîtes de nuits, soirée ou autre…) ou pour une consommation classique (clients habituels dans ce cas).

La différence étant que les dealer indépendant n’ayant pas un nombre de clients important et une demande assez régulière, ils n’achètent pas en quantité suffisante pour passer directement par un grossiste, ils passent alors par des semi-grossistes ou par des terrains de ventes classiques (comme les consommateurs finaux qui vont acheter à un four).

Les dealers mobiles peuvent eux, acheter en grande quantité car ils ont la possibilité de stocker le produit dans différentes caches et de s’approvisionner eux même au fil d’une même nuit ou journée de vente, le nombres de clients potentiels étant plus important.

Un point soulevé par monsieur Lalam et Kokoreff dans leurs travaux de recherche sur les stupéfiants est l’organisation des réseaux ainsi que leurs différentes strates.

Ces dernières présentant des fonctions polyvalentes et interchangeables à certains niveaux, contrairement à une idée de structure pyramidale qui est erronée, le trafic de stupéfiants présentant plus une structure en grappes (Kokoreff, 2004).

Système de flux 9 : Idée reçue et réalité, entre structure pyramidale et grappes, conception Julien Magana 2022, source : (Kokoreff, 2004)

Système de flux 9 : Idée reçue et réalité, entre structure pyramidale et grappes, conception Julien Magana 2022, source : (Kokoreff, 2004)

Ainsi, un dealer peut devenir guetteur (Chouf), et un livreur peut devenir dealer, peu importe les positions, mis à part les positions vraiment importantes de gestion de terrain (qui cependant peut être prise ponctuellement par de bons dealers) sont interchangeables en fonction des risques, des situations, des arrestations et présences de chaque individu.

Un type d’évolution interne comme dans une entreprise classique, ou un chouf peut être promu à d’autres postes lui rapportant un « salaire » plus important (Kokoreff, 2004).

Cette schématisation des acteurs et de l’interchangeabilité de leurs positions est importante car elle vient briser une idée reçue de structure pyramidale, ainsi, elle permet de mieux comprendre les réseaux et leur organisation.

Ces modélisation s’intéresse en particulier aux stupéfiants du point de vue de l’offre, cependant, un questionnaire a été réalisé pour avoir des données sur les pratiques de distribution de stupéfiants vu par les consommateurs.

Questionnaire et retour

Pour analyser les pratiques d’achats et les canaux empruntés par les consommateurs un questionnaire a été réalisé. Ce dernier présente les résultats suivants (divisés par 6 pour les réalisations de graphiques) :

Réponses à la question : Avez-vous déjà consommé des drogues ?

Graphique à barres 1 : Réponse questionnaire Q1, conception Julien Magana 2022

Réponse questionnaire Q1, conception Julien Magana 2022

Le questionnaire ayant été distribué à un échantillon dont la consommation de drogues était souhaitée, la majorité des répondants ont donc déjà consommé des drogues, avec environ 80% des répondants (144 sur 186) qui ont déjà consommés des drogues.

Les répondants étant en grande partie de milieu urbain (83%), sont des hommes (80%) en majorité et ont entre 21 et 25 ans (87%) cet échantillon correspond aux chiffres de l’OFDT en suivant les mêmes logiques.

Graphiques à barres 2-3-4 : Réponse questionnaire Q8-Q5-Q6, conception Julien Magana 2022

Graphiques à barres 2-3-4 : Réponse questionnaire Q8-Q5-Q6, conception Julien Magana 2022 Graphiques à barres 2-3-4 : Réponse questionnaire Q8-Q5-Q6, conception Julien Magana 2022 Graphiques à barres 2-3-4 : Réponse questionnaire Q8-Q5-Q6, conception Julien Magana 2022

La majeure partie d’entre eux étant des étudiants (67%).

Graphique à barres 5 : Réponse questionnaire Q7, conception Julien Magana 2022

Graphique à barres 5 : Réponse questionnaire Q7, conception Julien Magana 2022

Les drogues majoritairement consommées sont pour cette étude le cannabis (65%), suivi de la cocaïne (12%), de l’ecstasy/MDMA (9%) et d’autres drogues (champignons, LSD…) à hauteur de 12%.

Aucun répondant n’a fait l’objet de consommation d’héroïne.

Graphique à barres 6 : Réponse questionnaire Q2, conception Julien Magana 2022

Réponse questionnaire Q2, conception Julien Magana 2022

Les canaux privilégiés pour l’achat des drogues a donc été principalement le recours à un ami ou à une connaissance pour 56% des achats, suivi d’un achat dans la rue auprès de dealer avec 24%, ensuite, l’achat par les réseaux sociaux et une livraison (dealer mobile) représente 19% des achats, suivi en dernier par l’achat sur des points de ventes (fours) pour 19% et d’autres méthodes pour 3% (auto-plantation par exemple).

Les drogues sont alors plus facilement disponible par le biais d’amis et de connaissances, il y a un confort sur ce canal qui rend le geste moins « grave ».

Observation participante :

——————-

C’est le retour qui m’avait été fait lors des périodes d’observation participante, où plusieurs « clientes » étaient des connaissances et amies plus que des clientes au sens premier du terme, cependant, plusieurs fois nos relations n’étaient que liées à une livraison de stupéfiants, ce canal de distribution offre donc un confort, une sécurité supplémentaire.

——————-

Graphique à barres 7 : Réponse questionnaire Q3, conception Julien Magana 2022

Réponse questionnaire Q3, conception Julien Magana 2022

Les réponses à la question 6 sur les quantités achetées et leur prix sont proches des moyennes de prix étudié par l’OFDT pour chaque drogue, c’est-à-dire entre 5€ et 10 € du gramme pour le cannabis en fonction de la quantité d’achat, 10 € le cachet d’ecstasy, entre 60 et 90€ le gramme de cocaïne en fonction de la qualité et la quantité achetée (OFDT, 2021).

Les résultats du questionnaire ont été ensuite présenté à des acteurs du monde de la drogue (dealers, transporteurs, semi-grossistes) et également à des consommateurs réguliers ou occasionnels et il est représentatif d’aspects du monde des drogues.

Lors d’utilisation récréative ou de consommation très ponctuelle, c’est majoritairement par le biais d’un ami, d’une connaissance ou autre que les drogues sont obtenues.

La quantité la plus importante de drogues consommées étant le cannabis (EMCDDA, OFDT, 2020), cela se reflète également pour cet échantillon réduit de consommateurs avec une prévalence de la consommation de cannabis.

Ayant pour majorité de répondants des hommes et des profils très similaire, il n’a donc pas été possible d’établir une analyse des changements de modes d’obtentions de stupéfiants qui serait représentative de critères personnels (âge, profession, sexe…) et qui favoriserait certains modes à d’autres.

Cependant, selon les retours d’acteurs, il est assez rare de rencontrer des femmes sur des terrains de ventes, ces dernières favorisant les livraisons à domicile par le biais de réseaux sociaux ou de dealer mobiles.

Ce questionnaire et sa confrontation avec la réalité du terrain d’acteurs, a permis d’avoir une confirmation à échelle très réduite de tendances du monde des drogues.

Toutes ces productions et l’interprétation de leurs résultats permettent donc dans un premier temps d’avoir une meilleure compréhension sur l’organisation des réseaux, leurs emplacements et méthodes favorisés et la dimension consommateur et donc de demande qui s’y ajoute.

Les productions et leurs résultats permettent donc la description de méthodes générales employées dans la logistique des stupéfiants et d’apporter des éléments de réponses aux questions de recherche de ce mémoire.

L’étude de cas territorialisée sur l’agglomération de Rouen permet d’avoir un exemple concret de l’organisation des réseaux et de plusieurs aspects du trafic que ce soit interne au terrain (Rouen) par les points de ventes et leurs concentrations et itinéraires ou pour l’apport en matière vers le terrain (connexions entre Lille – Paris et Rouen) avec une modélisation des risques.

La modélisation de l’organisation globale des réseaux, des similarités avec la logistique classique et des habitudes d’achats des consommateurs permet de schématiser les idées évoquées dans la partie sur l’indentification des acteurs, des étapes et des techniques de la chaîne d’approvisionnement des drogues.

Maintenant le cadre théorique des méthodes exposé, un exemple concret analysé et une schématisation pour une meilleure compréhension du cadre théorique réalisée, le monde des drogues et ses techniques actuelles peuvent être comprises.

Cependant, il est crucial de rappeler que le trafic de stupéfiants est illégal et qu’il ne représente pas une activité stable et pérenne, permettant un développement personnel ou familial sans risques (à quels risques et prix ?).

Le caractère illégal de ce marché pousse à réfléchir sur les motivations des acteurs du monde des drogues, du chouf1 au gros et donc aux solutions qui pourraient être proposées pour stopper leurs activités.

1 Voir Lexique

L’objet de cette dernière partie sera donc de réfléchir à des solutions par rapport aux évolutions législatives, qui pourraient donc réduire le risque et permettre aux acteurs du trafic de drogues d’éviter la répression, en évitant l’activité elle-même ou en lui apportant un cadre légal.

Pour citer ce mémoire (mémoire de master, thèse, PFE,...) :
La première page du mémoire (avec le fichier pdf) - Thème :
La logistique des stupéfiants : Zoom sur la distribution finale et le dernier kilomètre
Auteur·trice·s :
Julien Magana
Julien Magana
Université :
Sorbonne Université - Master TLTE
Année de soutenance :
Travail de mémoire de Master (Transports, Logistiques, Territoires & Environnements) - Jun 2036
Julien Magana : Student in second year of Master GAED specialized in Transport Logistics Territories and Environment / searching for an intersting PhD program that would meet my mindset and curiosity
Télécharger ce mémoire en ligne PDF (gratuit)
Rechercher
Publier!
Publier son mémoire de fin d’études ! - WikiMemoires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut