La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
Université de Yaoundé I - Faculté des arts, lettres et sciences humaines
Mémoire présenté en vue de l’obtention du diplôme de Master en Linguistique Générale - Juillet 2017

L’interrogation averbale en Shupamem

  1. La structure de la phrase interrogative en Shupamem
  2. Comment l’interrogation est formée en Shupamem
  3. La structure de la phrase interrogative en Shupamem
  4. Origine du peuple bamoun et localisation du langue Shupamem
  5. Les consonnes et les voyelles en Shupamem
  6. Les classes nominales et les verbes en Shupamem
  7. Les temps verbaux en Shupamem : présent, futur et passé
  8. Construction périodique et directionnelle du verbe en Shupamem
  9. La négation en Shupamem : présent, futur et passé
  10. Le programme minimaliste : la fusion interne et le déplacement
  11. Les contraintes d’économie universelle et On Wh-movement
  12. Shupamem : marqueurs de l’interrogation et adjectifs interrogatifs
  13. Les adverbes interrogatifs en Shupamem
  14. Shupamem : marqueurs de l’interrogation ə̀, mə̀, nə̀, ì et nì
  15. phrase de base : Type d’interrogations en Shupamem
  16. L’interrogation Qu, la langue Shupamem
  17. Constituants de l’interrogation partielle directe en Shupamem
  18. Shupamem : interrogation alternative et interrogation oratoire
  19. L’interrogation averbale en Shupamem
  20. Analyse des interrogations à Qu multiple
  21. La focalisation du sujet et l’éclatement de SC en Shupamem
  22. Shupamem : la focalisation du complément d’objet direct
  23. Focalisation des adjoints non et la topicalisation en Shupamem 
  24. La relativation du complément circonstanciel et d’objet indirect
  25. La cartographie de la périphérie gauche en Shupamem

L’interrogation averbale en Shupamem

4.2.6 Interrogation averbale en Shupamem

L’interrogation averbale est une particularité du Shupamem. L’interrogation averbale est une phrase interrogative qui ne contient pas de verbe.

L’interrogation averbale est une phrase interrogative qui est constituée des éléments qui dépendent directement du verbe à savoir le sujet et le complément bien que ne possédant pas de verbe. Le sujet du verbe est appelé l’argument externe alors que le complément du verbe est le l’argument interne.

Observons les phrases suivantes :

(35) a. ú já nə̀ ? 2sg où M Int
« Où es-tu ? »
b.pɔ́n písχə̀ nə̀ ? enfants combien M Int
« Combien d’enfants y a-t-il ? »
c.ndáp bʉ́sχə̀ nə̀ ? maison combien M Int
« Combien coûte le loyer ? »
d.ʒáp bʉ́sχə̀ nə̀ ? viande combien M Int
« Combien coûte la viande ? »
*e. mɔ́n fɨʔnɛ nə̀ ? enfant quand M Int
« Quand enfant ? »

Nous constatons que les phrases (35a, b, c, d et e) ne contiennent pas des verbes, mais ils contiennent toutes des sujets. Ce qui nous permet de dire qu’il y a eu effacement du verbe, c’est ce que nous appelons ici effacement verbal. Ces phrases sont dites alors averbales.

Ceci nous permet de déduire que dans certaines phrases interrogatives en Shupamem, l’utilisation des verbes n’est pas obligatoire, elle est optionnelle, c’est-à-dire que nous avons le choix d’utiliser ou de ne pas utiliser le verbe.

Nous devons aussi noter que la forme averbale de l’interrogation n’est pas possible avec tous les mots interrogatifs en Shupamem (pronoms interrogatifs, adjectifs interrogatifs et adverbes interrogatifs) .

La forme averbale de l’interrogation n’est possible qu’avec l’adverbe interrogatif de lieu já (où) , l’adverbe interrogatif de quantité písχə̀ (combien) et l’adverbe interrogatif de prix bʉ́sχə̀ (combien) comme nous montrent les phrases (35a, b, et c) .

La phrase (35e) est agrammaticale parce que nous avons posé la question avec l’adverbe interrogatif de temps.

Il convient aussi de remarquer tout de même que l’utilisation de la forme averbale d’interrogation est motivée par la recherche d’économie de la part de la personne qui parle.

En effet, cette personne veut utiliser moins de mots possibles pour se faire entendre. Et pour cette raison, elle préfère utiliser des phrases qui ne sont pas correctes sur le plan syntaxique, mais qui sont correctes sur le plan purement sémantique.

4.2.6.1Les constituants de l’interrogation averbale en Shupamem

Nous allons maintenant identifier les constituants de l’interrogation averbale. Soient les phrases suivantes :

(36) a. pə́ já nə̀ ? 3pl où MInt
« Où sont-ils?»
b. ndiá kχə́ nə̀ ? aujourd’hui quoi M Int
« Quelle est la date d’aujourd’hui ? »
c.  wó qui já nə̀ ?
où M Int « Qui est où ? »d. kχə́ quoi
já nə̀ ? où M Int
« Qu’est-ce qui est où ? »

Comme nous le montrent les phrases (36a, b, c et d) , les constituants de l’interrogation averbale en Shupamem sont : l’argument sujet sur lequel porte la question, le mot interrogatif et le marqueur de l’interrogation.

4.2.6.2Distribution des constituants de l’interrogation averbale

Nous allons identifier l’ordre dans lequel se présentent les constituants de l’interrogation averbale en Shupamem.

Reprenons les phrases (36a, b, c et d) plus haut :

(37) a. pə́ já nə̀ ?
3pl où MInt
Sujet syntagme Qu M Int
« Où sont-ils?»
b. ndia kχə̀ nə̀ ? aujourd’hui quoi M Int
Sujet syntagme Qu M Int
« Quelle est la date d’aujourd’hui ? »
c.wó já nə̀ ?
qui où M Int
Syntagme Qu syntagme Qu M Int
« Qui est où ? »
D. kχə́ já nə̀ ?
quoi où M Int
Syntagme Qu syntagme Qu M Int
« Qu’est-ce qui est où ? »

Les structures de la phrase averbale sont les suivantes :

  1. Sujet + mot inter +M Int
  2. Syntagme Qu + syntagme Qu+ M Int

Nous avons en Shupamem deux (02) structures de l’interrogation averbale. Nous pouvons avoir un constituant en position sujet ou deux syntagmes Qu.

NB : Nous devons noter que l’interrogation averbale est seulement possible avec un seul temps verbal en Shupamem : le présent (P) .

Dans le tableau qui suit, nous allons récapituler les types d’interrogations ainsi que leurs caractéristiques.

Tableau1 : Récapitulatif des caractéristiques des types d’interrogations en Shupamem

Marqueurs interrogatifs

Types d’interrogatio ns

Marqueur de interrogatio n « ə̀/nə̀/ mə̀ » Marqueur de interrogat ion « ì /nì» Autre mot interrogatif plus

« ə̀/nə̀/ mə̀/ ì / nì »

Présence de mot interrogatif autre que

« ə̀/nə̀/mə̀ /

ì/nì »

Réponse obligatoir e autre que

« oui/non»

Réponse par

« oui/non »

Interrogation

totale directe

oui non non non non oui
Interrogation totale indirecte oui non oui oui non oui
Interrogation partielle directe oui non oui oui oui non
Interrogation partielle

indirecte

oui non oui oui oui non
Interrogation alternative oui non oui oui oui non
Interrogation oratoire oui oui non oui oui non
Interrogation averbale oui non oui oui oui non

Le tableau ci-dessus récapitule les types de phrases interrogatives en Shupamem et ce qui les caractérise. C’est pourquoi, nous pouvons voir sur notre tableau oui et non.

Oui veut dire que l’interrogation a les caractéristiques indiquées alors que non signifie que l’interrogation n’a pas les caractéristiques indiquées. Oui/non veut dire que les caractéristiques peuvent être là ou pas.

Le tableau suivant récapitule les structures de phrases interrogatives que nous avons recensées en Shupamem.

Tableau 2 : Récapitulatif des structures des interrogations en Shupamem

Types

d’interrogations

Structures interrogatives
01 Interrogation totale directe SUJET+ VERBE + (COMPLEMENT) + M INT

SUJET + NEG + VERBE + PPR+ (CIRCONSTANT) + M Int

FOC+ VERBE +SUJET + (CIRCONSTANT) + M Int

FOC + (CIRCONSTANT) + COMP + SUJET + VERBE + M INT

02 Interrogation totale indirecte 5- SUJET + (V) + VI + COMP + SI
03 Interrogation partielle

directe

SUJET+ VERBE +MOT INTER + M Int

FOC + MOT INTER + SUJET + VERBE + M Int

04 Interrogation partielle

indirecte

8- SUJET + (V) + VI + COMP + SI
05 Interrogation

alternative

9- SUJET + VERBE +(COMPL) +CONJCOR + COMPL + MInt
06 Interrogation oratoire 10- SUJET+ VERBE + (COMPLEMENT) + MOT INTER+INT OR
07 Interrogation

averbale

SUJET + MOT INTER+ M Int

SYNTAGME QU + SYNTAGME QU+ M Int

Comme nous pouvons le constater, nous avons en Shupamem douze (12) structures interrogatives réparties de la manière suivante :

  • Quatre (04) structures des interrogations totales directes
  • Une (01) structure de l’interrogation totale indirecte
  • Deux (02) structures des interrogations partielles directes
  • Une (01) structure de l’interrogation partielle indirecte
  • Une (01) structure de l’interrogation oratoire
  • Une (01) structure de l’interrogation alternative
  • Deux (02) structures de l’interrogation averbale

Ce qui nous permet de noter qu’en Shupamem, le type d’interrogation le plus prolifique qui présente plusieurs structures est l’interrogation totale directe avec six (04)

structures. Suivent ensuite l’interrogation partielle directe et l’interrogation averbale avec toutes deux (02) structures.

Et enfin, nous avons l’interrogation totale indirecte, l’interrogation alternative l’interrogation partielle indirecte et l’interrogation oratoire qui compte chacune une (01) structure. Le graphe suivant nous permet de représenter la fréquence des structures des interrogations en Shupamem.

Graphe 1 : Fréquence et pourcentage des structures des interrogations en Shupamem

Fréquence et pourcentage des structures des interrogations en Shupamem

Ce graphe nous montre la fréquence des structures des interrogations en Shupamem. Il nous permet en outre de savoir quelle structure interrogative est la plus répandue en Shupamem.

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.