Le diagnostic de l’autisme et la prise en charge

  1. Comment favoriser l’inclusion des élèves autistes ?
  2. Marine ERBA
  3. L’autisme : définition et l’origine de l’autisme
  4. Le diagnostic de l’autisme et la prise en charge
  5. La scolarisation des élèves autistes en France
  6. La prise en charge des élèves autistes en France
  7. L’adaptation des enseignements aux élèves autistes
  8. Des stratégies en faveur des apprentissages ?
  9. L’autisme, régulation des comportements-défis en classe
  10. Les outils de recherche : l’inclusion des élèves autistes
  11. Les entretiens semi-directifs: les élèves autistes 
  12. Analyse des données: les difficultés de l’élève autiste
  13. Analyse des hypothèses: les élèves autistes 

Le diagnostic de l’autisme et la prise en charge

1.3 Le diagnostic et la prise en charge

En 2009, lors de la journée de sensibilisation à l’autisme, l’ONU (Organisation des Nations Unies) avait précisé que l’autisme affectait au moins 67 millions de personnes dans le monde.

De tous les troubles du développement, il est celui qui connaît la plus rapide expansion : « On le sait peu mais cette année, plus d’enfants recevront un diagnostic d’autisme que de diabète, de cancer et de SIDA additionnés. »

Aujourd’hui, la prévalence de l’autisme au niveau international est d’une naissance sur cent selon le National Institute of Mental Health. En France, 700 000 personnes seraient atteintes, dont 100 000 enfants d’après les chiffres de l’Institut Pasteur, ce qui est équivalent à une naissance sur cent-cinquante (estimation de la Haute Autorité de Santé).

L’autisme est un état physiologique à long terme.

Si les symptômes restent à vie, ils peuvent être amoindris avec de l’aide. Cependant, le diagnostic de l’autisme est complexe, car ses symptômes sont très variés et son évolution peut être très différente d’un individu à l’autre. Chaque cas est unique, et si le handicap est parfois invisible, celui-ci est bien réel.

Ce trouble touche tous les aspects de la vie quotidienne de l’enfant.

Il est donc primordial de le diagnostiquer le plus tôt possible afin que la prise en charge soit la plus rapide possible. Le repérage précoce peut se réaliser dès 18 mois, mais il survient rarement avant 24 mois, l’âge moyen du diagnostic étant de 5 ans (Terrel & Passenger, 2012).Le diagnostic de l’autisme et la prise en charge

Dans le DSM-5 (APA, 2013, p.52), le diagnostic précise trois niveaux de sévérité de l’autisme (modéré, moyen ou sévère) :

  1. Les personnes atteintes d’autisme de niveau 1 (modéré) maintiennent souvent une qualité de vie élevée avec peu de soutien. Ils ont des problèmes perceptibles de communication et de socialisation avec les autres.
  2. Les personnes atteintes d’autisme de niveau 2 (moyen) ont généralement besoin de plus de soutien que celles atteintes d’autisme de niveau 1. Et même avec du soutien, elles peuvent avoir de la difficulté à s’adapter aux changements de leur environnement.
  3. Les personnes atteintes d’autisme de niveau 3 ont souvent besoin d’un soutien très important. En plus d’un manque de communication plus grave, ils présentent également des comportements répétitifs ou restreints. C’est le niveau le plus grave de l’autisme.

L’autisme est un champ de recherches et d’études en constante évolution.

Les connaissances sur le sujet se sont développées grâce à l’essor des travaux multidisciplinaires qui ont permis la confrontation et la mise en commun de données essentielles : la biologie, la génétique, les neurosciences, la psychologie, ou encore les sciences de l’éducation… Nous avons finalement plus appris sur l’autisme ces dix dernières années que les cinquante années précédentes.

L’autisme étant mieux reconnu, il est aussi mieux diagnostiqué, ce qui amène une augmentation du nombre de cas ces dernières années (Unapei, 2013).

Une fois le diagnostic établi, la prise en charge peut prendre différentes formes : elle peut être médicale ou non médicale. Aujourd’hui, personne ne peut prétendre savoir guérir l’autisme. En fait, on ne guérit pas vraiment d’un handicap, on peut simplement le compenser.

En effet, il n’existe aucun traitement existant, cependant, l’utilisation de médicaments est possible afin de contrôler les symptômes de l’autisme.

Nous nous intéresserons dans ce mémoire à la prise en charge non médicale qui intervient plus souvent dans le domaine scolaire et qui concerne les équipes éducatives et les enseignants. Le traitement éducatif peut être bénéfique pour les élèves autistes et les aide à surmonter les difficultés quotidiennes.

S’il est appliqué au plus tôt par les parents et les aidants accompagnant l’enfant, meilleurs seront les résultats.

Print Friendly, PDF & Email

Cliquez sur suivant article pour lire la suivante partie de ce mémoire:

Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
Publier son mémoire!
WikiMemoires - Publier son mémoire de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *