Les codes du mariage les codes de la scénographie

  1. Vêtement de mariage, dégagement des codes graphiques
  2. Lola Nederlants
  3. L’Upcycling et le mouvement hybride de la mode
  4. Le mouvement No Gender et le Streetwear
  5. Le mariage traditionnel européen: définition et historique
  6. Les codes du mariage les codes de la scénographie
  7. Upcycling et Martin Margiela: analyse de créations
  8. La marque Andrea Crews: historique et analyse
  9. Le styliste Marine Serre: historique et analyse de créations
  10. Les récupérables : un marque des vêtements d’upcycling
  11. Les collections de Stella McCartney: sportswear et tailoring
  12. La marque BassCoutur : redesign, rethink et recycle
  13. Super Marché : une marque de vêtements upcyclés
  14. Frankie Collective et Tryna B Studios: le style streetwear
  15. La marque Off-White des vêtements streetwear
  16. Heron Preston et sa marque de vêtements streetwear
  17. Rad Hourani et Hood by Air: collections no gender
  18. Jean P. Gaultier, H&M, Vandevorst: vêtements de mariage
  19. Les vêtements de mariage et la mode contemporaine

Codes du mariage et de la scénographie: matières et vêtement

1.2.3 Les codes du mariage

Dans le mariage, il demeure de nombreux codes et traditions intéressants à explorer que ce soit au niveau historique, symbolique ou simplement esthétique.

Nous allons tout d’abord nous intéresser aux différents codes vestimentaires du mariage et de certaines matières/tissus, suivi des multiples traditions.

Ensuite, nous nous attarderons quelque peu sur les codes de la scénographie de la cérémonie du mariage.

La majorité de ces éléments seront essentiels à la réalisation de ma collection étant donné qu’ils seront récupérés afin d’être détournés de leur fonction à usage unique en pièces, à connotation streetwear, que l’on peut porter tous les jours.

1.2.3.1 Les codes vestimentaires

1.2.3.1.1 La robe blanche

La tradition de la robe blanche que porte la mariée n’a pas toujours été comme on la connaît aujourd’hui chez nous.

Au Moyen-Âge, lors du mariage, la seule coutume était simplement que la mariée porte sa plus belle robe, qu’elle soit noire, blanche ou haute en couleur. Ainsi il était plus facile de la reporter lors d’une autre occasion.

La mode de la robe blanche est apparue lors du mariage de Marie Stuart avec François II, où celle-ci était vêtue de blanc.

Mais c’est au XIX e siècle que celle-ci fut réellement réinstaurée par la religion catholique comme étant la couleur symbolisant la pureté et la virginité.

De nos jours, la coutume de porter une robe blanche lors de son mariage perdure mais il n’est plus nécessairement question d’avoir préservé sa virginité pour la porter.

« Dans l’histoire du vêtement, le symbole de la robe de mariée a donc été progressivement détourné.

On a commencé par abandonner la traîne, puis le voile, on a dénudé les épaules, dans les années 60 – 70, on a souligné les courbes, ajouté des couleurs car la virginité ne collait plus à l’acte du mariage, et les femmes se sont réapproprié leur séduction.

En choisissant des robes de mariées seyantes, qui mettent le corps en valeur au lieu de le cacher sous des couches de tissus flous, les femmes redeviennent actrices de leur histoire. »34, analyse Perrine Déprez, psychologue- psychanalyste spécialisée dans la question du corps et de l’image de soi.

34 CLAUSS, E., La mariée était en noir (ou en ce qu’elle voulait) sur Elle, https://www.elle.be/fr/284562-la-mariee-etait-en-noir-ou-en-ce-quelle-voulait.html

Par ailleurs, dans les années 1950, Christian Dior a instauré le culte de la robe de mariée comme étant le symbole de cloture des défilés de haute couture.

1.2.3.1.2 Le voile

Le voile existe depuis de longues années et plusieurs hypothèses subsistent sur l’origine de celui- ci.

Une, étant quelque peu barbare, disait que les hommes kidnappaient leur future femme en leur jetant un drap sur le visage afin qu’elles ne puissent pas retrouver leur chemin et être ainsi leurs prisonnières jusqu’aux noces.

Lors de mariages arrangés par les familles afin d’allier le plus souvent les richesses, le voile permettait l’anonymat physique de la mariée à son futur marié jusqu’à la fin de la cérémonie. Une autre hypothèse est qu’à l’époque du Moyen-Âge, le voile de la mariée servait de protection contre les mauvais esprits.

Dans la culture chrétienne, c’est une marque de respect de la femme envers Dieu.

Quoi qu’il en soit, cet accessoire a une haute valeur symbolique pour certaines cultures. Alors qu’aujourd’hui, il est généralement conçu de matières légères, aériennes et plus ou moins transparentes comme le tulle.

Autrefois, il était réalisé d’un tissus opaque. Il est enlevé du visage de la mariée par son mari au moment où les voeux sont prononcés et quand il peut enfin l’embrasser. Le voile symbolise la pureté et la virginité de par sa couleur blanche et sa délicatesse.

Mais de nos jours, il se porte plus comme un accessoire esthétique du mariage que pour son histoire ou sa symbolique.

1.2.3.1.3 Les gants

Les gants de la mariée sont un accessoire porté pour une touche d’élégance. Ils peuvent être de longueurs différentes, longs ou courts et de matières différentes comme la dentelle, le tulle ou encore le satin.

Ils sont inclus dans le mariage depuis le XVIe siècle et ont été remis au goût du jour en 1950. Les gants de la mariée sont un symbole de pureté.

On retrouve également les mitaines qui sont moins connues et moins portées car elles ont un côté moins élégant que les gants mais restent un accessoire du mariage.

La différence avec les gants, c’est que les mitaines ne recouvrent pas les doigts.

1.2.3.1.4 Le costume

Le costume demeure un incontournable chez le marié étant donné que le costume reste le symbole de l’élégance suprême. C’est un choix important pour l’homme qui se marie.

Il est généralement accessoirisé par un gilet, une cravate ou un noeud papillon, des boutons de manchette, une boutonnière et une pochette.

1.2.3.2 Les traditions

Dans le mariage, il existe de nombreuses traditions symboliques outre les vêtements et accessoires portés par les mariés.

Nous allons en développer quelques-unes afin d’en apprendre plus sur leurs réelles valeurs symboliques et leurs origines.

1.2.3.2.1 L’alliance

Faire alliance est tout simplement le terme employé pour décrire l’union entre deux personnes.

C’est pour cela que l’on effectue l’échange des alliances lorsque l’on se marie mais également car le cercle représente l’éternité et dans ce cas-ci, il évoque donc l’amour éternel.

Dans la Rome antique, l’échange des alliances s’accomplissait par un anneau de fer qui est donc l’ancêtre de l’alliance actuelle.

L’alliance se porte traditionnellement à l’annulaire de la main gauche comme par ailleurs la bague de fiançailles avant le mariage. Cela daterait d’une légende de l’Ancienne Égypte qui raconte que la Veine de l’Amour, menant directement au coeur, se trouve à ce doigt.

Une autre raison, à caractère religieux, viendrait du fait qu’au XVIIe siècle, lors d’un mariage chrétien, le prêtre aurait touché en premier lieu les trois doigts de la main gauche en débutant par le pouce tout en citant sa prière qui faisait référence à la Trinité.

Il aurait donc placé l’alliance lorsqu’il arriva à l’annulaire. Cet anneau, promesse de fidélité, reste généralement assez sobre et est le plus souvent en or ou en argent.

1.2.3.2.2 Le lancer de bouquet

Personne ne sait vraiment comment cette tradition s’est popularisée, si nous nous sommes inspirés des films hollywoodiens ou si elle viendrait plutôt des Croisés qui, à l’époque du Moyen-Âge, auraient instauré en France les bouquets de fleurs d’oranger que confectionnaient les femmes orientales pour leur mariage. Plusieurs hypothèses ont été émises sur l’origine de cette tradition.

Les codes du mariage les codes de la scénographie

L’une dit que le lancer de bouquet proviendrait d’une ancienne pratique qui voulait que la mariée lance ses effets personnels afin de transmettre sa chance à la personne qui rattraperait l’un d’eux.

L’autre dit qu’autrefois, c’était aux hommes de s’accaparer le bouquet de la mariée, non pas en le rattrapant au vol, mais en lui courant après.

Ce qui est sûr, c’est qu’à notre époque, le lancer de bouquet évoque dans le mariage que celle qui rattrape le bouquet de la mariée au vol sera la prochaine à se marier.

1.2.3.2.3 Le lancer de riz

Le lancer de riz provient d’un rite païen très ancien qui consistait à lancer des graines sur les jeunes mariés symbolisant la fertilité ainsi cela représentait la semence qui va grandir et fructifier.

De nos jours, ce geste se réalise à la sortie de l’église ou de la mairie et symbolise donc la prospérité et la fertilité.

1.2.3.2.4 Les quatre éléments

La tradition des quatre éléments tient son origine en Angleterre et est apparue à la fin du XIXe siècle.

Comme son nom l’indique, cette tradition indique à la mariée que pour qu’un mariage soit réussi, il faudrait qu’elle porte, le jour de l’union, ces fameux quatre éléments.

Libre choix à la mariée de traduire cela en un accessoire, un vêtement, un tissu, …

Un de ceux-ci devrait être ancien, ce qui, symboliquement représente le lien familial. Ainsi, la plupart du temps, la mariée choisi un bijou de famille. Un autre devrait être neuf et symboliserait le succès, la réussite pour l’avenir.

Un autre des éléments devrait être emprunté, le plus souvent, à une personne comblée déjà mariée et évoquerait la chance et le bonheur pour le couple qui se marie à son tour.

Le dernier élément devrait être de la couleur bleue et représenterait la fidélité et la pureté au sein du couple.

1.2.3.2.5 Les dragées

Leurs origines sont diverses mais une légende raconte que ces petites friandises, constituées d’un noyau dur enrobé de sucre, aurait été inventées par Julius Dragatus, un confiseur datant de l’époque romaine, en laissant tomber involontairement une amande dans du miel.

Il existe une autre provenance datant de l’époque de la Grèce antique où les grecs plongeaient des amandes dans du miel.

Elles font leur apparition en Europe en 1220 puisque les premières dragées, comme on les déguste aujourd’hui, étaient fabriquées à Verdun.

La valeur symbolique des dragées n’a aucun lien avec la religion. Elles symbolisent l’amour éternel et la fertilité et sont le plus souvent offertes aux invités afin de les remercier de leur présence généralement lors d’un mariage, d’un baptême ou d’une communion.

1.2.3.2.6 La jarretière

La jarretière portée par la mariée était la plupart du temps de couleur bleue ou blanche symbolisant la pureté et la fidélité chez les Hébreux. Mais la jarretière en tant que telle est un symbole de virginité.

Cette coutume, datant du XIVe siècle, est plus considérée comme un jeu pour amuser les invités.

Elle a pour but de réaliser des enchères entre les invités, plus les personnes surenchérissent, plus la mariée soulève sa robe et ainsi permettant à celui l’ayant remportée de lui ôter avec les dents.

L’argent récolté permet alors d’aider financièrement les jeunes mariés à débuter leur vie à deux. Cette tradition se perd peu à peu car jugée sexiste mais pour certains, un mariage ne peut se faire sans.

1.2.3.3. Les matières

Nous allons ensuite nous intéresser à certaines matières qui représentent inévitablement le mariage. Elles se retrouvent le plus souvent dans la robe de mariée ou dans la décoration.

Celles-ci deviendront donc des éléments faisant référence au thème du mariage dans ma collection.

1.2.3.3.1 Le tulle

Le tulle est, par la définition du dictionnaire Larousse, un « tissu mince, léger et transparent, de fils fins de coton, de soie, etc., formant un réseau à mailles rondes ou polygonales »35.

35 LAROUSSE, Tulle sur www.larousse.fr, https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/tulle/80190

Cette matière, comme on la connaît aujourd’hui, est apparue au XVIIIe siècle en Angleterre avec l’invention du métier à tulle par Frost et Holmes. Mais c’est, quelques années plus tard, avec l’invention de la production mécanique du tulle bobin par John Heathcoat que l’industrie du tulle s’est développée.

Le tulle est en effet connu pour être un tissu léger, aérien qui symbolise la féminité. Il en existe plusieurs sortes. Quand nous pensons au tulle, nous le visualisons principalement sur des tenues féminines lors de fêtes, cérémonies, telles que le mariage, etc. Mais pas seulement.

En 2018, on retrouve notamment cette matière pour les collections automne-hiver de chez Alexander McQueen et Saint Laurent mais également en 2019, on peut voir du tulle dans les pièces de créateurs comme Jeremy Scott et Marc Jacobs.

D’autres designers contemporains l’emploient de façon beaucoup moins efféminée dans leurs collections, lui donnant une connotation plus féroce.

Comme le cite Mélody Thomas, journaliste pour le site Marie Claire, « le tulle est en 2019 le symbole d’une vision de la féminité qui sort de son carcan imposé : délicate mais forte, virginale mais sensuelle »36.

36 THOMAS, M., Pourquoi le tulle n’est plus l’apanage des gentilles filles sages ? sur Marie Claire, https://www.marieclaire.fr/pourquoi-on-devrait-toutes-porter-du- tulle-en-2019,1290202.asp

Une autre styliste est une référence dans le domaine du tulle. Molly Goddard, créatrice londonienne qui, en 2015, a fait d’une robe en tulle oversize la pièce maîtresse de sa collection. Le tulle se retrouve dans toutes ses collections mais de façon plus punk que romantique.

1.2.3.3.2 La soie

Le dictionnaire Larousse définit la soie comme étant un « Fil souple et résistant produit par la larve de divers papillons, en particulier du bombyx du mûrier, et qui lui sert à tisser sa coque nymphale, ou cocon; étoffe faite avec ce fil. »37

37 LAROUSSE, Soie sur www.larousse.fr, https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/soie/73223

La soie est donc une fibre textile naturelle qui est d’origine animale puisqu’elle provient de la chenille du bombyx, plus connu sous le nom du « ver à soie ». L’élevage de cet animal s’appelle la sériciculture et un élément indispensable à la bonne production de soie est le mûrier.

Cette matière textile aurait été découverte en Chine entre 3000 et 2000 ans avant J-C. Pendant de longues années, les chinois ont voulu tenir en secret leur mode de fabrication de cette découverte mais ce mystère a finalement été dévoilé vers les années 560.

La soie donna son nom à un réseau de voies commerciales qui s’étendait de l’Asie à l’Europe puisque celle-ci était une des marchandises les plus prestigieuses qui y transitait.

La production de soie débuta en Europe au XVe siècle et c’est seulement au XIXe siècle que cette production atteignit le stade d’industrialisation.

La soie est une matière textile prestigieuse qui incarne l’élégance, la finesse et la douceur. Le fil de soie est un fil connu pour sa résistance, ce qui lui donne une certaine valeur.

Il en existe différentes sortes, certains plus brillants que d’autres. La soie fait partie des tissus qu’on retrouve communément dans le mariage et également dans la haute couture.

De plus, en lien avec le mariage, l’anniversaire des 12 ans de mariage est symbolisé par les noces de soie dans notre culture.

1.2.3.3.3 Le satin

Selon le dictionnaire Larousse, le satin est une « étoffe lisse et brillante, principalement de soie, mais qui peut être exécutée aussi en coton ou en laine. Symbole de la douceur au toucher, en particulier en parlant de la peau. »38

38 LAROUSSE, Satin sur www.larousse.fr, https://www.larousse.fr/dictionnaires/francais/satin/71073

Le satin n’est donc pas une matière première comme la soie, le nylon, … mais c’est un type de tissage. Il existe différents types de satin. Il y a par exemple le satin de soie, fabriqué à partir de la soie, qui est notamment l’un des plus chers.

Le brillant obtenu varie selon la matière première employée. Comme le mentionne Laura, rédactrice du site d’impressions textiles Contrado, « le satin est créé en entrelaçant les fils de trames longitudinalement et les fils de transversalement.

La réduction d’espace entre les fils mène à la surface lisse et lustrée que nous connaissons et aimons tous »39.

39 L., Qu’est-ce que le satin ? Un guide pour les amoureux du textile sur Contrado, https://www.contrado.fr/blog/quest-ce-que-le-satin/

Ce tissu évoque l’élégance, la douceur, la légèreté, la beauté et le romantisme. On le retrouve généralement dans les robes de cérémonie, la lingerie, la literie et également dans les corsets de robes de mariée.

L’origine du satin remonte à plus de 2000 ans et provient de la Chine. Auparavant, ce tissage, tout comme la soie, était réservé à la bourgeoisie. C’est seulement au XIVe siècle que ce tissage s’étend à travers toute l’Europe.

Comme la soie, le satin symbolise un des anniversaires de mariage dans notre culture, les 24 ans dans ce cas-ci.

1.2.3.4 Les codes de la scénographie

Nous allons nous intéresser brièvement à certains codes de la scénographie de la cérémonie de mariage puisque je m’en inspire d’une certaine façon pour ma scénographie de jury. J’inclus également dans ce chapitre un point sur la musique employée.

1.2.3.4.1 La cérémonie

Comme le définit L’Internaute, « La scénographie est l’aménagement de la scène. Ce terme issu des arts et spectacles désigne l’art, l’étude et la façon d’organiser, de mettre en place un décor de scène »40.

40 L’INTERNAUTE, Scénographie sur www.l’internaute.com, https://www.linternaute.fr/dictionnaire/fr/definition/scenographie/

Dans le cas du mariage, la scénographie se retrouve dans la cérémonie et lors de la fête, après la cérémonie. Elle concerne généralement plutôt la fête où se trouvent tous les invités, le repas, la soirée,…

Cependant, nous allons nous intéresser davantage à la scénographie de la cérémonie à l’église (ou à la mairie) qui m’inspire plus pour celle de mon jury.

Il existe tout un protocole à suivre lorsque l’on se marie à l’église/mairie comme l’arrivée des mariés, la disposition des personnes, la lecture des articles du code civil, le consentement, l’échange des alliances, etc.

Au niveau de la décoration du lieu de la cérémonie, à l’église par exemple, les chaises ou les bancs, où se trouvent les invités, sont placés de part et d’autre de l’allée qui mène jusqu’à l’autel.

On peut retrouver des fleurs généralement blanches avec une touche de vert et du tulle blanc comme élément décoratif. Le blanc reste la couleur dominante de la décoration.

Si la cérémonie de mariage ne se fait qu’à la mairie, celle-ci est généralement quelque peu décorée. Les éléments décoratifs restent assez semblables.

1.2.3.4.2 La musique

Pour ce qui est de la musique émise lors de la cérémonie de mariage, la plus réputée est bien évidemment la traditionnelle « Marche Nuptiale » de Felix Mendelssohn écrite en 1842.

Même s’il existe plusieurs interprétations de cette musique, celles de Mendelssohn et de Richard Wagner restent les plus jouées.

Cette mélodie est employée pour accompagner l’entrée et/ou la sortie des mariés à l’église mais également à la mairie dans certains cas.

Pour la petite histoire, la première marche nuptiale, en lien à une noce, aurait été jouée lors du mariage de la fille de la reine Victoria d’Angleterre.

Elle est arrivée chez nous notamment grâce aux comédies romantiques anglaises et américaines qui l’employaient beaucoup pour les cérémonies de mariages

Lola Nederlants

L'École Supérieure des Arts Saint-Luc de Liège
Graphiste designer
Saint-Luc Liège – École supérieure des arts
Cliquez sur suivant article pour lire la suivante partie de ce mémoire:

Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
Publier son mémoire!
WikiMemoires - Publier son mémoire de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *