La relation du contrôleur à son organisation

16 April 2013 | Economie et Gestion

4. La relation du contrôleur à son organisation

a) La performance de l’entreprise comme facteur de satisfaction

On remarquera qu’une personne fait particulièrement preuve d’esprit d’équipe et d’entreprise, au-delà de la satisfaction liée directement au métier en lui-même :

« Je dirai c’est comme dans toute fonction, c’est… si on est dans une technique qui consiste à fabriquer un produit, à manager des équipes, ce sera un peu pareil, c’est le plaisir de travailler en équipe, de réussir ensemble. Je veux dire c’est pas spécifique au contrôleur de gestion. » [CGS, Superauto]

On peut rapprocher ce cas de celui du contrôleur de Coolagro qui met également en avant la satisfaction à améliorer la performance globale de l’entreprise, mais en mettant en avant la particularité de la position du contrôleur qui a un pouvoir d’influence mais pas formellement de décision :

« Les inconvénients c’est qu’on n’a pas d’influence directe sur l’usine, enfin sur le processus en lui-même. Après la satisfaction c’est justement quand on a réussi à changer quelque chose, à améliorer un process. C’est quand nos actions ont un impact en fait. Là oui c’est de la satisfaction. Ou quand on arrive à convaincre un directeur commercial que telle gamme de produits faut pas la lancer parce qu’on ne va pas avoir assez de marge dessus, ou parce que ça nous coûte plus que ça devrait. Là il y a de la satisfaction. Parce qu’on a aidé l’entreprise à être plus profitable qu’elle ne l’était avant. Et l’inconvénient c’est quand ça marche pas. Quand on nous dit : on lance une gamme de produits, on a fait tous nos calculs, on sait qu’on va pas être profitable ou peu, donc on pourrait utiliser ces ressources ailleurs, mais qu’on nous dit : et bien non c’est une décision commerciale, on a besoin d’être présent sur ce marché là donc on y va quand même. Là c’est frustrant, parce qu’on a fait tout un tas d’analyses pour rien en fait. » [CGU, Coolagro]

b) La contribution du contrôleur à l’atteinte des buts de l’organisation



Autant, nous venons de voir que certains contrôleurs sont attachés à la performance de leur organisation, autant nous n’avons pas vu la manière dont ils y contribuaient. D’après Mintzberg (2003, p.40) les buts sont « les intentions précédant les décisions ou les actions, les états d’esprit qui poussent les individus ou les groupes d’individus appelés organisation à faire ce qu’ils font. » Il distingue la survie, la croissance, l’efficience et le contrôle de l’environnement.

Toujours d’après cet auteur, le but que vont chercher à poursuivre les analystes de la technostructure (et notamment les contrôleurs de gestion) sera l’efficience. Il écrit à ce propos : « L’efficience est leur raison d’être : ils existent afin de développer des systèmes qui améliorent l’efficience de l’organisation. S’ils ne se fixaient pas ce but, leur travail ne se justifierait pas » (Mintzberg, 2003, p.370).

La théorie est confirmée par cinq des contrôleurs de gestion de manière assez spontanée :

« Mon rôle, ici c’est pas de croître, c’est plutôt l’efficience. […] Son boulot à l’usine c’est de produire les sièges et d’être efficient. »[CGU, Superauto]
« Non l’efficience c’est sûr. Le but du contrôleur de gestion c’est de faire en sorte que l’usine soit plus performante. On n’est pas là pour faire grandir l’usine. On va pas avoir d’influence dessus. Nous on est là pour optimiser le processus de production, voir là où ça va pas, et comment on peut le corriger.» [CGU, Coolagro]
« Alors c’est un avis personnel qui n’engage que moi. Mais jpense que c’est plus l’efficience. Car au final c’est mettre en exergue les dépenses qui ne vont pas, montrer les bonnes ou les mauvaises performances, et essayer de produire des analyses qui permettent de mettre en exergue certains points.» [CGO, Topfringues]
« Oui jpense que c’est de l’efficience aussi quand même. » [CGO, Topfringues]

On notera la remarque de la contrôleuse corporate Superauto pour qui la croissance pourrait aussi rentrer dans le champ du contrôleur de gestion :

« On contribue à l’efficience. La survie ou la croissance c’est pas, ça ne concerne pas les contrôleurs de gestion. C’est les opérationnels. Un bon contrôleur pourra aider la croissance parce qu’il aura donné un bon éclairage. Mais pour moi le vrai but d’un contrôleur de gestion c’est l’efficience. » [CGC, Superauto]

Cette domination de l’efficience dans la contribution aux buts de l’organisation va induire une mentalité particulière et indique que le champ de pouvoir concernera donc essentiellement des facettes bien précises, liées de près ou de loin à l’efficience.

Lire le mémoire complet ==> (Du rapport des contrôleurs de gestion au pouvoir)
Mémoire de fin d’études – Version non‐confidentielle
Université Paris – Dauphine – Master 2 Contrôle de gestion

I.4 Organigramme de l’entreprise La direction de la Sonatel est composée d’une direction géné
C. Le mécénat actuel a. Visions Les subventions publiques étant en régression, le mécénat se f
La satisfaction et la fidélisation de la clientèle – 2ème Chapitre : L’amélioration