La précarité des jeunes, résultats de l’enquêtes

La précarité des jeunes, résultats de l’enquêtes

VI] Résultats

1) Une étude documentaire des données

Ma population compte 140 jeunes inscrits aux « Restos du Cœur » soit 25,45 % de l’ensemble des bénéficiaires (550) . La population est répartie de manière disproportionnelle entre les différentes catégories de jeunes présents aux « Restos du Coeur ».

Parmi eux, j’ai pu constater que 95 jeunes étaient sans diplômes, 15 étaient étudiants et 30 constituaient des familles monoparentales soit respectivement 67,86 %, 10,71 % et 21,43 % de l’ensemble de la population.

Les jeunes femmes sont plus nombreuses, elles représentent 116 jeunes soit 82,86 %.

Elles se répartissent de manière distincte en fonction des trois catégories énoncées puisqu’elles sont 11,20 % à être étudiantes, 65,52 % à être des jeunes femmes sans diplômes et 24,14 % à constituer une famille monoparentale.

Il y a donc plus de jeunes familles étudiantes, à la différence de la population masculine. En effet, la majorité des jeunes hommes se retrouvent sans diplômes (79,17 %) . 28 femmes sont célibataires soit 24,14 % et déclarent avoir au moins un enfant.

Les hommes eux représentent 8,33 % à constituer une famille monoparentale. Les femmes seules avec un enfant sont plus présentes aux « Restos du Coeur » que les hommes. 32 jeunes ont un emploi soit 22,86 % et 108 sont au chômage soit 77,14 %.

La part de la population en situation d’emploi est plus importante du côté féminin que du côté masculin. 12 jeunes n’obtiennent pas d’allocations ou autres contre 128 qui en perçoivent. Les jeunes hommes sont en majorité dans ce cas puisqu’ils représentent 37,50 % contre 2,59 % pour les femmes.

Enfin 15 jeunes sont considérés comme étudiants, ayant un niveau supérieur au baccalauréat. Les jeunes femmes sont encore plus nombreuses à être étudiantes, elles représentent 11,20 % contre 8,33 % chez les hommes.

Ces jeunes sont pour la majorité, issus d’une même catégorie socio professionnelle qui est celle d’ouvrier. Tous ces jeunes sont pour la majorité dans la même situation : ils ont quitté le foyer familial trop tôt, sont sans diplômes et ont des enfants.

Tableau n°7 : Situations des jeunes de 18-25 ans en 2010

Femmes Hommes Ensemble
Situation familiale N % N % N %
En couple 66 56,90 17 70,83 83 59,28
Seul(e) avec enfant 28 24,14 2 8,33 30 21,43
En colocation 4 3,44 0 0,00 4 2,86
Chez les parents 18 15,52 5 20,84 23 16,43
Total 116 100,00 24 100,00 140 100,00
Situation professionnelle
Au chômage 98 84,48 10 41,67 108 77,14
Travail 18 15,52 14 58,33 32 22,86
Total 116 100,00 24 100,00 140 100,00
Niveau d’études
Brevet 22 18,97 3 12,5 25 17,86
Bac 5 4,31 0 0,00 5 3,57
Bac + 13 11,20 2 8,33 15 10,71
Aucun 76 65,52 19 79,17 95 67,86
Total 116 100,00 24 100,00 140 100,00
Allocations ou autres
Oui 113 97,41 15 62,50 128 91,43
Non 3 2,59 9 37,50 12 8,57
Total 116 100,00 24 100,00 140 100,00

Ressource : dossiers d’inscription des « Restos du Cœur »

Données : janvier 2010

2) Une analyse qualitative des données

Mon étude a porté sur un panel de 18 personnes soit la responsable de la structure, la secrétaire, une bénévole ainsi que 15 jeunes inscrits aux Restaurants du Cœur.

Les jeunes se retrouvant le plus souvent face à la précarité seraient en majorité des jeunes sans diplômes. Les femmes sont plus nombreuses à ne pas posséder de diplômes (37,5 %) contre 25 % chez les hommes.

Les résultats développés ci-dessous ont permis de montrer des différences entre les populations, que l’on soit des jeunes sans diplômes, étudiants ou constituant une famille monoparentale.

On constate ainsi des différences en fonction du sexe, de la situation familiale, de la situation professionnelle, du niveau d’études et de l’obtention d’une aide financière ou non.

D’après les résultats obtenus par le biais des entretiens semi directifs, on constate que les hommes et les femmes sont en majorité des jeunes sans diplômes.

On n’observe pas, cependant, de différence dans la répartition des hommes et des femmes étant étudiant.

Les femmes sont majoritaires à constituer une famille monoparentale avec 12,50 % contrairement aux hommes. Les résultats montrent bien que les jeunes les plus touchés par la précarité sont les jeunes sans diplômes avec 62,50 % contre 25 % des étudiants et 12,50 % des familles monoparentales.

Cette différence est essentiellement due au manque de motivation et de formations de la part des jeunes.

Les femmes sont plus touchées que les hommes par ce manque de diplômes puisqu’elles représentent 37,50 % contre 25,00 %. Cette différence est due à la maternité des jeunes femmes et donc à l’abandon de leurs études.

Ma recherche sur les causes de la précarité chez les jeunes montre que le fait de ne pas posséder de diplômes pénalise les jeunes sur le fait de trouver un emploi et donc de pouvoir sans sortir financièrement, professionnellement et socialement.

Tableau n°8 : Analyse des résultats sur les causes de la précarité chez les jeunes

Femmes Hommes Ensemble
N % N % N %
Famille monoparentale 1 12,50 0 0,00 1 12,50
Etudiant 1 12,50 1 12,50 2 25,00
Jeunes sans diplôme 3 37,50 2 25,00 5 62,50
Total 62,50 37,50 100,00

Enquête réalisée auprès de 8 jeunes de 18 à 25 ans le premier trimestre de 2010

3) Synthèse des résultats portant sur les causes de la précarité chez les jeunes

Si l’on doit donner une conclusion sur les causes de la précarité chez les jeunes, objet de cette recherche, je peux conclure que, pour ce public la catégorie la plus représentée et la plus pertinente est celle des jeunes sans diplômes.

En effet, l’analyse qualitative portant sur les causes de la précarité chez les jeunes a permit de montrer que c’est dans la catégorie des jeunes sans diplômes que le taux de précarité est le plus élevé et que dans la catégorie des jeunes constituant une famille monoparentale, le taux est le moins élevé.

Tableau n°9 : Analyse des résultats sur les besoins des jeunes

Femmes Hommes Ensemble
N % N % N %
Formation en continue 2 13,33 0 0,00 2 13,33
Formation en alternance 0 00,00 3 20,00 3 20,00
Formation courte rémunérée 5 33,33 4 26,67 9 60,00
Aucun 1 06,67 0 00,00 1 06,67
Total 8 53,33 7 46,67 15 100,00

Enquête réalisée auprès de 15 jeunes de 18 à 25 ans le premier trimestre de 201

La précarité des jeunes, résultats de l’enquêtes

4) Conclusion

En France, la déclinaison des causes de cette précarité chez les jeunes trouve une expression à travers les diagnostics suivants : l’entrée dans la vie adulte des jeunes se fait de plus en plus tardivement, les figures de l’adulte sont plus floues.

Les jeunes sont davantage perçus comme des victimes, du chômage, de l’augmentation des inégalités de ressources entre les générations, des changements majeurs affectant le système de protection sociale et salariale à la française.

« Les jeunes se trouvent en effet tous en situation de dépendance soit de leurs parents, soit de leur conjoint, soit d’allocations ».

Les jeunes sont devenus inactifs par choix ou par devoir afin de pouvoir s’occuper de leur (s) enfant (s) . L’inactivité des jeunes est largement plus choisie qu’imposée, mais il semble qu’elle ne soit pas vécue comme définitive.

La catégorie sociale des parents, le niveau de formation des jeunes, l’arrêt des études ou encore le manque de motivation joue un rôle important sur cette précarité.

« Les jeunes sont plus souvent touchés par les emplois à temps partiel contraint ou sur statut précaire. Ils sont également moins bien rémunérés, ce qui, pour un certain nombre d’entre eux, freine l’accès à l’indépendance financière ».

79 Loncle, P. (2007) « Les jeunes, question de société, question de politique », La documentation Française.
80Phrase tirée du site www.sun1.cereq.fr/cereq/colloques/longitudinal/greletthomas.pdf, visité le 20 novembre 2010.
81 Phrase tirée du site www.sun1.cereq.fr/cereq/colloques/longitudinal/greletthomas.pdf, visité le 20 novembre 2010.

Pour les à priori sur les jeunes, il convient de balayer quelques idées reçues. Les jeunes ne sont pas dépolitisés (Muxel, 2001) . Ils ont une grande défiance vis-à-vis des représentations traditionnelles mais se montrent très préoccupés par la chose publique (Muxel, 2001) .

Les permanences d’accueil du Secours Populaire ou des « Restos du Cœur » le constatent : « Nous recevons de plus en plus de jeunes en précarité. Certains sont en rupture familiale et se retrouvent à la rue, d’autres squattent. Il y a aussi des mères seules, des couples avec enfants qui ne s’en sortent plus et des étudiants »83.

Actuellement, diplômés ou non, les jeunes sont en grande partie touchés par la précarité (INSEE, 2011)84 . « L’insertion dans la vie active est un cap difficile » pour ces jeunes non diplômés (Frémeaux & Nahapétian, 2009)85 .

Les entreprises préfèrent recruter une personne ayant déjà travaillé plusieurs années auparavant, c’est-à-dire quelqu’un d’opérationnel (Rodier, 2011)86 . La précarité chez les jeunes est un phénomène qui ne cesse de s’accroître (Galland, 2007) 87.

En effet, comme je l’ai montré tout au long de ma partie théorique, les jeunes ne cessent d’être confrontés aux difficultés à trouver un emploi, notamment les jeunes non diplômés.

C’est pourquoi, je souhaite proposer à ces jeunes ainsi qu’aux Restaurants du Cœur, un contrat d’insertion dans la vie professionnelle permettant aux jeunes de rentrer dans la vie professionnelle sans diplômes.

Avant de présenter le projet que j’ai construit, je présenterais la dynamique de l’ingénierie de formation que j’ai expérimenté dans l’élaboration de ce projet.

82 Muxel, A. (2001) . Extrait de l’article « L’expérience politique des jeunes », presses de Sciences Po.
83 Rapport 2011 sur les jeunes, www.secourspopulaire.fr/dossiers-article.o.html?&chash=94dcf59fea&id_article=212&id_dossier=32, visité le 15 janvier 2011.
84 www.insee.fr
85 Frémeaux, P. & Nahapétian, N. (2009) . Article sur « les jeunes non diplômés », alternatives économiques n°277.
86 Rodier, A. (2011) . Article sur « les jeunes diplômés : quand la précarité devient la norme », Journal Le Monde.
87 Olivier Galland, « Sociologie de la jeunesse », Armand Colin, 2007.

Pour citer ce mémoire (mémoire de master, thèse, PFE,...) :

La première page du mémoire (avec le fichier pdf) - Thème :
Les Jeunes : une génération face à la précarité
Auteur·trice·s :
Laetitia KALLFASS
Laetitia KALLFASS
Année de soutenance :
2012
Télécharger ce mémoire en ligne PDF (gratuit)
Rechercher
Les filières
Publier!
Publier son mémoire de fin d’études ! - WikiMemoires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page