Déterminants de l’accès au crédit bancaire : micro-entreprises


Les déterminants de l’accès au crédit bancaire : Cas des micro entreprises – Section II :

Dans cette section, notre base de données est constituée à partir de l’enquête menée par la Direction de la Statistique (1999-2000), sur le secteur informel non agricole.

II.1. Présentation de l’enquête et enseignements de la statistique descriptive :

II.1.1. Présentation de l’enquête

L’Enquête Nationale sur le Secteur Informel (1999/2000) a porté sur l’ensemble des activités économiques à l’exception de l’agriculture. L’enquête n’a pas couvert non plus, les activités de production non marchandes des ménages pour leur propre compte ni les ménages employant du personnel domestique moyennant une rémunération.

La taille de l’échantillon est 8891 unités de production informelle (UPI) représentant toutes les catégories de producteurs informels (indépendants, employeurs, associés, salariés gérants).

Pour accéder à cet échantillon, la Direction de la Statistique a eu recours à l’enquête nationale sur l’emploi (1999). Cette opération repose sur un schéma d’échantillonnage stratifié à deux degrés comme support d’identification des unités informelles et qui touche annuellement un échantillon de 48 000 ménages représentant les différents groupes socio- économiques et régions du Maroc.

Enfin le schéma de collecte de données a varié selon la nature des unités informelles. Pour le secteur informel localisé, l’enquête s’est déroulée dans les lieux de travail et pour le non localisé, l’enquête a eu lieu au domicile des patrons des unités informelles.

Pour analyser d’avantage les facteurs qui expliquent le problème d’accès au crédit, on se propose de faire quelques croisements entre la variable « organisme qui a prêté de l’argent » et les différentes variables qui relèvent soit des caractéristiques de l’entreprise ou de son gestionnaire.

Par la suite et pour des raisons de simplicité, on va désigner par ‘‘banque’’ : les banques et les autres organismes financiers qui accordent les prêts et par ‘‘autres sortes de financements’’: les institutions de micro crédit, la famille, les amis et les fournisseurs.

Il est à signaler que l’enquête de la Direction de la statistique n’a pas mentionné une variable très importante et qui constitue un facteur déterminant dans la décision de la banque de prêter ou pas, c’est la variable « garanties offertes par l’entreprise »; bien que les micro entreprises souhaitent le plus souvent que l’on prenne d’autres variables immatérielles comme garantie : L’âge qui reflète l’expérience, le niveau d’éducation…

II.1.2. Les enseignements de l’analyse bivariée :

Le but de ce paragraphe est de comprendre les critères de sélection des banques à l’aide d’une analyse bivariée.

Tableau 13 : Organisme prêteur et secteur d’activité

Secteur d’activitéOrganisme prêteur
BanqueAutres prêteurs
Industrie et artisanat52,94%47,06%
Construction44,44%55,56%
Commerce34,63%65,37%
Autres services38,04%61,96%
Total39,86%60,14%

Pour les entreprises qui ont eu accès à des prêts, on remarque que les proportions des micro entreprises bénéficiant du crédit bancaire ou des autres formes de crédits ne diffère pas trop.

Le secteur du commerce par contre bénéficie plus des autres formes de crédit. Les micro entreprises qui opèrent dans ce secteur estiment ne pas avoir à demander du crédit bancaire car leurs activités ne nécessitent pas de capital en dehors des investissements d’installation (local principalement). En plus, ce genre d’entreprises n’a besoin que de fonds qu’elles financent généralement par des crédits fournisseurs.

Tableau 14 : Organisme prêteur et type de local

Type de localOrganisme prêteur
BanqueAutres prêteurs
Avec local43,54%56,46%
Pas de local1629,63%70,37%
A domicile53,57%46,43%
Total39,86%60,14%

La possession d’un local ou l’exercice de l’activité à domicile augmente, toutes choses égales par ailleurs, les chances pour la micro entreprises d’avoir accès au crédit bancaire. Par contre, le fait de ne pas posséder un local fixe réduit ces chances. La possession d’un local peut être perçue par la banque comme une sorte de garantie. Il renseigne aussi sur le caractère continu de l’exercice de l’activité (activité non saisonnière).

Tableau 15 : Organisme prêteur et disposition d’eau potable

Disposition d’eau potableOrganisme prêteur
BanqueAutres prêteurs
Sans objet29,63%70,37%
Oui52,00%48,00%
Non40,70%59,30%
Total39,86%60,14%

La disposition de l’eau est prise ici comme proxy du niveau de richesse de la micro entreprises. On remarque qu’en matière d’accès au crédit, il n’y a pas de grandes différences entre les entreprises possédant l’eau et celles qui n’en possèdent pas.

Tableau 16 : Organisme prêteur et disposition d’électricité

Disposition d’électricitéOrganisme prêteur
BanqueAutres prêteursTotal
Sans objet29,63%70,37%100,00%
Oui46,83%53,17%100,00%
Non31,91%68,09%100,00%
Total39,86%60,14%100,00%

La disposition de l’électricité qui reflète aussi le niveau de richesse de la micro entreprises joue en sa faveur. Cela peut être expliqué par le fait que la disposition de l’électricité peut renseigner sur la mécanisation de l’outillage de l’entreprise et par conséquent augmente les chances d’accéder au crédit bancaire.

Tableau 17 : Organisme prêteur et degré de formalisation de l’entreprise

Degré de formalisationOrganisme prêteur
Registre de commerceBanqueAutres prêteurs
Oui60,50%39,50%
Non32,06%67,94%
Total39,86%60,14%
Patente
Oui44,37%55,63%
Non37,46%62,54%
Total39,86%60,14%
CNSS
Oui82,35%17,65%
Non38,13%61,87%
Total39,86%60,14%

On entend par « degré de formalisation » la mesure dans laquelle la micro entreprises paye ses taxes et entame les procédures d’enregistrement. La tenue d’une comptabilité constitue aussi un bon indicateur de formalisation, malheureusement c’est un point non traité par cette enquête.

On remarque d’après le tableau 17 que le fait d’entamer des procédures d’enregistrement augmente les chances d’avoir accès au crédit bancaire, puisqu’il constitue le témoin d’une micro entreprises bien localisée et d’une relativement saine gestion. Encore plus, les micro entreprises qui sont enregistrées au registre de commerce et qui sont affiliées à la CNSS ont accès plus au crédit bancaire qu’à d’autres sources de financement.

Tableau 18 : Organisme prêteur et date de création de l’entreprise

Date de création de l’entrepriseOrganisme prêteur
BanqueAutres prêteurs
Avant 198145,35%54,65%
Entre 1981 et 199045,54%54,46%
Entre 1991 et 199532,26%67,74%
Entre 1996 et 200037,66%62,34%
Total39,86%60,14%

Les entreprises les plus âgées sont celles qui ont le plus de chances d’avoir un accès au crédit bancaire. En effet, cette variable reflète la continuité de l’activité de la micro entreprises et donc sa performance, puisque ce genre d’entreprise est plus sensible à la disparition.

Tableau 19: Organisme prêteur et âge du chef de l’entreprise

Age du chef de l’entrepriseOrganisme prêteur
BanqueAutres prêteurs
Moins de 35 ans31,08%68,92%
Entre 35 à moins de 60 ans47,49%52,51%
60 ans et plus14,81%85,19%
Total39,86%60,14%

Les gestionnaires ayant un âge compris entre 35 et 60 ans bénéficient le plus du crédit (47,49%). On peut attribuer ce comportement à leur expérience, celle ci pouvant servir de garantie. A partir de 60 ans, l’effet seuil intervient et la proportion des gestionnaires bénéficiant du crédit bancaire diminue à 14,81%.

Tableau 20 : Organisme prêteur et niveau scolaire

Niveau scolaireOrganisme prêteur
BanqueAutres prêteurs
Néant35,46%64,54%
Préscolaire/Kouttab29,51%70,49%
1er cycle50,61%49,39%
2ème cycle41,67%58,33%
Secondaire41,58%58,42%
Supérieur32,5%67,5%
Total39,86%60,14%

Généralement une micro entreprises dont le chef a un niveau d’études élevé aura plus de chances d’accéder au crédit. Cela devrait constituer du point de vue de la banque un indicateur de performance dans la gestion de la micro entreprises. Or cette règle n’est pas respecté au niveau du tableau 20. On remarque qu’à partir du premier cycle, plus le niveau d’études augmente, plus le pourcentage des micro entreprises qui bénéficient du crédit diminue. Cela peut être expliquée par le fait que les gestionnaires les plus éduqués sont les mieux informés sur les services que peut offrir la banque et sur la complexité des procédures et l’exigence de garanties, ce qui les poussent à choisir de ne pas demander un prêt auprès de la banque et de choisir d’autres alternatives (crédit informel par exemple) même si elles sont plus coûteuses.

Tableau 21 : Organisme prêteur et lieu d’exercice de l’activité

Lieu de l’activitéOrganisme prêteur
BanqueAutres prêteurs
Urbain63,17%36,83%
Rural20,52%79,48%

La strate urbaine a un impact positif sur le fait d’obtenir du crédit bancaire (63,17%). C’est un résultat normal, puisque c’est dans cette zone que les services bancaires sont disponibles. Par contre, dans les zones rurales où les services bancaires ne sont pas disponibles, ce sont les autres sources de financement qui prédominent (79,48%)

Tableau 22 : Organisme prêteur et taille de l’entreprise

Taille de l’entrepriseOrganisme prêteur
BanqueAutres prêteurs
1 emploi34,74%65,26%
2 emplois45,00%55,00%
3 emplois et plus44,55%55,45%

Nous pouvons raisonnablement supposer qu’une entreprise de plus grande taille aura, toutes choses égales par ailleurs, plus de chance de bénéficier du crédit bancaire. Cela se vérifie relativement au niveau du tableau 22.

Tableau 23 : Organisme prêteur et l’existence des problèmes avec les agents de l’Etat

Problèmes avec les agents De l’EtatOrganismes prêteurs
BanqueAutres prêteurs
Oui25,93%74,07%
Non41,84%58,16%

L’existence ou non de problèmes avec les agents de l’Etat peut constituer un indicateur permettant à la banque de juger de la honnêteté de la micro entreprises. Il apparaît que c’est un facteur non déterminant pour la banque. Cela peut être expliqué par le fait que c’est difficile pour les banques d’avoir ce genre d’informations et même si la micro entreprises a des problèmes avec les agents de l’Etat, il est moins probable qu’elle le déclare.

La précédente discussion menée à l’aide de la statistique descriptive nous a permis d’identifier les déterminants de la sélection des banques (et des prêteurs traditionnels) dans l’offre de crédit. Nous avons pu conclure, toute chose égale par ailleurs, que les caractéristiques suivantes augmentent la probabilité pour qu’une micro entreprises ait droit au crédit :
– Une micro entreprises possédant un local fixe ou exerçant à domicile ;
– Une micro entreprises possédant l’électricité;
– Un gérant âgé de moins de 60 ans ;
– Une micro entreprises qui se trouve dans le milieu urbain ;
– Une micro entreprises qui paie la patente, qui est affiliée à la CNSS et enregistrée au registre du commerce ;
– Une entreprise de grande taille.

Nous proposons en guise de synthèse de corroborer nos résultats à l’aide d’une analyse économétrique de la sélection ou de rationnement du crédit par les banques.

Lire le mémoire complet ==> (Risque, incertitude et financement des micro entreprises au Maroc
Etude comparatiste avec les entreprises formelles du secteur manufacturier marocain
)

Mémoire pour l’obtention du DESA – UFR « Econométrie Appliquée à la Modélisation Macro et Microéconomique »
Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et sociales – Université Hassan II
__________________________________
16 Les micro entreprises dans ce cas, ne disposent pas d’un local bien situé et bien défini géographiquement. Pour y pallier, elles circulent dans les rues ou entre les souks ou disposent d’emplacements fixes sur la voie publique.

 

D'autres étudiants ont aussi consulté...
Étiquettes : , , , , , , , , ,
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.