Xerox Corporation : la compétitivité et l’innovation

Compétitivité de Xerox, Secteur de la gestion du document

Section 8 :

L’importance de l’innovation pour Xerox

“Xerox est reconnu comme un « pionnier » de l’innovation dans le domaine de la gestion documentaire » rappelle Hervé Chauveau, Directeur marketing de Xerox Europe Office Operations.

“En matière de gestion de documents, les entreprises font face à une évolution permanente des informations à prendre en compte, en particulier dans la restitution de documents totalement ou partiellement perdus.

Les acteurs majeurs de ce marché, tels que Xerox, se doivent trouver de nouvelles méthodes pour traiter et accéder à ces données. Nous continuerons sur la voie de l’innovation pour nos clients grâce à nos investissements actuels et futurs dans la recherche de technologies novatrices. » (*)

Le groupe Xerox organise l’innovation sur plusieurs niveaux : matériaux, produits, procédés, etc. Par la suite, on va exposer certains domaines d’expertise et d’innovation concourus par Xerox Corporation.

Développement des matériaux

La formation d’images est un art et une science qui dépendent énormément des matériaux utilisés dans les systèmes mis en œuvre.

Au fil des années, Xerox s’est hissé au rang des leaders mondiaux dans le développement de matériaux de pointe, affinant et consolidant son expertise et son savoir-faire dans les domaines de l’élaboration de matériaux, de la synthèse chimique, de la caractérisation des particules, de la modélisation, de l’évaluation et de la fabrication.

Cette spécialisation lui permet aujourd’hui de mettre au point pour ses produits des matériaux innovants et hautement technologiques.

Chef de file reconnu en matière d’innovation et de technologie, Xerox détient aujourd’hui plus d’un millier de brevets fondamentaux dans les domaines des technologies et procédés de fabrication de matériaux de pointe.

Ces technologies sont tout à fait applicables à un large éventail d’industries qui requièrent l’application de matériaux innovants.

Si Xerox a développé une expertise de renommée mondiale dans le domaine des matériaux de pointe, c’est qu’ils occupent une place prépondérante dans les systèmes de formation d’images que sont imprimantes et presses laser, copieurs numériques et imprimante à encre solide.

La recherche fondamentale et appliquée menée par Xerox a conduit à des innovations de premier plan dans les domaines de la chimie et de la physique des encres sè ches, de la polymérisation contrôlée à basse température, des polymères hautes performances et des logiciels de simulation des particules.

La technologie associée à la fabrication de particules de petite taille – quelques microns ou nanomètres – et présentant des propriétés triboélectriques, magnétiques, mécaniques et chimiques est au cœur des compétences de Xerox.

Ce type de particules occupe une place de plus en plus importante dans les industries biotechnologiques, chimiques et de l’environnement Innovation ‘produit’:

« Xerox applique en permanence ses innovations à ses machines. » déclare Hervé J. Gallaire, président du groupe d’innovation Xerox et directeur du secteur Technologie de Xerox. « D’où l’introduction sur le marché de produits bon marché, plus rapides et plus respectueux de l’environnement.

L’effet conjugué de ces technologies et du savoir-faire qui les accompagne est à l’origine de la révolution à laquelle on assiste dans la production de documents et nombre d’autres industries pourraient en bénéficier. »

C’est pourquoi, de plus en plus, Xerox accorde des licences sur ses brevets, mettant ainsi son savoir-faire à la disposition d’entreprises tierces à la recherche de procédés nouveaux et performants pour l’élaboration de leurs produits

Les nouveaux copieurs et multifonctions numériques Xerox sont répartis en trois gammes : CopyCentre, WorkCentre et WorkCentre Pro.

Elles regroupent de nouveaux produits ainsi que d’autres déjà existants. Ces derniers sont renommés, commercialisés à de nouveaux tarifs, dotés de nouvelles améliorations, et repositionnés sur le marché.

XPSE : exemple d’innovation ‘procédés’

XPSE (Environnement de simulation des particules Xerox), originalement appelé « Xerox Particle Simulation Environment » révolutionne la conception et la mise au point de systèmes physiques qui mettent en oeuvre et manipule nt des matériaux particulaires.

Cet outil de modélisation, qui réduit, voire élimine, la nécessité de créer des modèles de matériaux et des prototypes de machine, permet à Xerox d’abaisser considérablement les délais de mise sur le marché et les coûts d’ingénierie inhérents à la définition des propriétés optimales des matériaux et à la conception des systèmes qui les utilisent.

Grâce aux outils d’animation et de visualisation très puissants de XPSE qui permettent l’enregistrement et la lecture des simulations, chercheurs et ingénieurs acquièrent une connaissance en profondeur des phénomènes dynamiques autrement impossibles à observer.

Analyse de signature : l’innovation dans une optique Juste A Temps

Les prochaines imprimantes anticiperont certaines pannes qui seront ainsi réparées en temps voulu.

Les méthodes de diagnostic actuellement intégrées aux imprimantes ne connaissent que le tout ou rien : cela fonctionne, cela ne fonctionne pas, c’est en panne, c’est réparé, cycle terminé ou non terminé dans les délais.

Pourquoi ne pas aller plus loin et évaluer les situations intermédiaires, comme le degré d’usure d’un composant ? Cette information permettrait de savoir à quel moment la pièce arrive en fin de vie, et le service de maintenance pourrait alors intervenir juste avant que la machine ne cesse de fonctionner.

Ainsi, les chercheurs de Xerox Corporation se sont intéressés à une technique appelée ‘Signature Analysis ’ (SA ou analyse de signature). L’état d’un moteur ou d’autre système électromécanique en fonctionnement se caractérise par des signaux analogiques, identifiables et uniques tels que des vibrations ou des bruits particuliers.

Par ailleurs, chaque composant émet un signal identifiable par son aspect. En comparant l’état d’un signal d’une pièce neuve à celui d’une pièce en fin de vie, il est possible d’évaluer sa durée restante de bon fonctionnement.

La méthode SA a d’abord été utilisée dans l’industrie lourde comme outil de diagnostic, par exemple pour les turbines des générateurs d’électricité ou l’équipement industriel. Au milieu des années 1990, Xerox a étendu son usage aux composants plus petits et moins coûteux des imprimantes et des copieurs.

Les chercheurs Xerox ont découvert que l’analyse de signature pouvait servir lors du reconditionnement afin de distinguer les composants réutilisables de ceux qui devaient être retravaillés ou éliminés, améliorant ainsi la fiabilité et réduisant les mises au rebut.

Bob Siegel travaille dorénavant avec les ingénieurs Xerox de Webster afin d’intégrer cette méthode aux prochains systèmes Xerox, pour qu’ils puissent parfaitement diagnostiquer leur état.

Xerox envisage depuis longtemps de créer des produits capables de transmettre à distance des informations à une base de données centralisée : la détection d’un problème déclencherait l’envoi d’un technicien de maintenance, juste avant que le matériel ne tombe en panne.

Jusqu’ici, ces informations se sont limitées à des données numériques sur des événements ponctuels, résultant essentiellement de processus analogiques sous – jacents. En enrichissant les données numériques de signatures analogiques, Xerox pourra détecter les pannes naissantes et mieux prédire la durée de vie d’un composant.

Cette méthode devrait réduire les périodes d’immobilisation du produit et les coûts de maintenance, car les composants ne seront remplacés qu’au moment nécessaire, et non fonction du nombre de pages imprimées.

L’analyse de signature sera également intégrée aux équipements de tests utilisés pour fabriquer la prochaine génération d’imprimantes de production Xerox.

Section 9 :

Compétitivité de Xerox Corporation

Xerox Corporation est aujourd’hui le leader mondial de la gestion globale du document, en offrant au marché des produits, solutions et services qui font fusionner l’univers du document imprimé avec celui du document numérique, et améliorent la productivité de ses clients par le partage des connaissances.

Le groupe a réalisé un chiffre d’affaires global (gestion et traitement du document) de 17,008 milliards de dollars (soit 19,2 milliards d’euros* environ).

Selon une étude InfoSource réalisée en 2000, Xerox devient N°1 sur le marché des copieurs multifonctions couleur et confirme son leadership sur le marché de l’impression couleur professionnelle.

Le marché de l’impression couleur (imprimantes et multifonction laser) est en plein essor, notamment au sein des entreprises et progresse de 18 % par an.

D’après une récente étude réalisée par InfoSource, Xerox Europe se positionne, pour la première fois, en tant que leader dans le domaine du « copieurs multifonctions couleur » avec 28,9 % de parts de marché.

Xerox Europe progresse également de 24 % (par rapport à 1999) sur le secteur de l’impression couleur laser et détient 16 % de parts du marché des imprimantes couleur de 1 à 30 pages par minute. Par ailleurs, Xerox possède 26 % de parts de marché dans le domaine des copieurs multifonctions couleur, ce qui lui confère la place de leader sur ce segment. (*)

Enfin, pour la troisième année consécutive, Xerox Europe reste le leader en nombre de placements de copieurs multifonctions monochromes avec 17,6 % de parts de marché sur un marché en progression de 20 % par an. (*)

Copieurs multifonctions monochromes (Cmm)
Parts de marché par marque en Europe, année 2000

Marque Unités placées Parts de marché
Xerox 94,507 17.6%
Canon 92,501 17.2%
Ricoh 65,635 12.2%
1111NRG 61,411 11.4%
Sharp 51,538 9.6%
Minolta 38,166 7.1%
Konica 29,609 5.5%

Parts des marchés par marque dans le secteur Cmm
Compétitivité de Xerox, le domaine de la gestion documentaire
Copieurs multifonctions couleurs
Parts de marché par marque en Europe, année 2000

Marque Unités placées Parts de marché
Xerox 13,244 28.9%
Canon 12,381 27.0%
Ricoh 5,435 11.9%
NRG 3,427 7.5%
Sharp 3,251 7.1%

Parts de marché par marque dans le secteur Cmc
Parts de marché par marque dans le secteur Cmc

Conclusion

L’adoption d’une stratégie bien fondée de gestion de savoir a donné ses fruits pour ces quelques entreprises qu’on a étudié et sûrement pour d’autres.

L’apport de ces notions est incontournable dans la conjoncture mondiale actuelle caractérisée par l’instabilité et où l’innovation est continuellement sollicitée par les individus vu la multitude de produits et la massivité de la distribution.

Cette étude empirique nous a permis de valider notre hypothèse de recherche qui stipule que la gestion de connaissance favorise l’innovation et contribue par conséquence à l’amélioration de la compétitivité de l’organisation.

Conclusion générale du Mémoire

Les influences conjointes de la mondialisation des marchés et de la libéralisation des capitaux ont mis les entreprises de nos jours devant des défis nouvelles de concurrence et des tendances changeantes dans tous les domaines.

Les nouvelles technologies de l’information et de communication ont bouleversé les marchés et les règles qui règnent le monde des affaires. En fait, l’information est devenue accessible à tout le monde et à tout moment.

D’autre part, les clients sont rois, ils exigent des solutions intégrées, que les entreprises ne parviennent pas à satisfaire à travers les silos fonctionnels traditionnels. Ils veulent un service personnalisé, ils souhaitent qu’on les reconnaisse.

Dans un tel contexte les idées deviennent le moteur de la compétitivité.

Pour satisfaire ces attentes et croître, les entreprises n’ont donc d’autre choix que de répertorier ces idées, dépasser leurs limites, constamment augmenter leurs compétences, procéder aux opérations de re- conception nécessaires et redéfinir les frontières de leur domaine d’expertise.

Il leur faut créer des environnements de travail où l’apprentissage est la norme, où l’information est aisément accessible.

A défaut d’opérer cette transformation, les organisations risquent de sombrer dans ce que les spécialistes appellent le « chaos paralysant », un mal fort répondu si l’on se fie aux déclarations de bon nombre de gestionnaires.

Le chaos paralysant survient lorsque le taux d’apprentissage d’une entreprise est à ce point réduit qu’il ne lui permet plus de répondre aux changements croissants du marché.

Incapable de s’adapter et se reconnaissant en déclin, la direction adopte une stratégie de gestion par la peur et les menaces, son personnel perd confiance et, dans les pires cas, on assiste à la disparition d’entreprises autrefois prospères.

Le succès est consacré aujourd’hui à des organisations qu’on a appelé organisations apprenantes : Ce sont les organisations qui emmagasinent, génèrent et diffusent des connaissances qui vont au-delà des attentes du marché et leur permettent d’anticiper ses exigences.

Ces organisations donne de l’importance à leur capital intellectuel qui est le moteur de l’innovation. L’innovation est la stratégie de ces firmes : c’est le levier de leur avantage compétitif.

En exploitant le plein potentiel de leurs infrastructures technologiques, lesquelles sont habituellement utilisées dans une très petite proportion, ces organisations rehaussent considérablement leurs capacités, et ce en stimulant la créativité et l’initiative de leurs personnels.

Aujourd’hui, les grandes firmes à travers le monde et les gouvernements des pays développés adopte la stratégie du savoir et consacre des budgets important s dans la gestion du capital immatériel et dans les projets de reconfiguration.

Certes, les entreprises Tunisiennes sont dans la nécessité de saisir l’importance de la gestion du capital immatériel, et ce pour face aux défis induits par l’adhésion du pays dans l’économie mondiale et l’entré en vigueur des accords du GATT.

Cette nécessité est déjà à l’ordre du jour du gouvernement et a fait l’objet de réunions du conseil ministériel et de préoccupation présidentielle.

Bibliographie

 

Pour citer ce mémoire (mémoire de master, thèse, PFE,...) :
La première page du mémoire (avec le fichier pdf) - Thème :
Gestion des connaissances et Innovation
Université :
Institut des Hautes Etudes Commerciales – Carthage
Année de soutenance :
Projet de fin d’études - 2003/04
Télécharger ce mémoire en ligne PDF (gratuit)
Rechercher
Publier!
Publier son mémoire de fin d’études ! - WikiMemoires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour en haut