Meknés-Tafilalt : ressources, population, secteurs économiques

Potentialités de développement du secteur PME à Meknés-Tafilalt

Section III :

Les potentialités de développement du secteur PME à Meknés-Tafilalt

A l’instar de notre territoire national, la région de Meknés-Tafilalt regorge de potentiels qui permettent à sa population de prétendre à un avenir meilleur et serein.

Dans ce contexte, le développement régional est à notre portée et c’est d’autant plus que les énergies sont de plus en plus libérées et efforts créatifs de plus en plus encouragés. Ainsi pour bien maîtriser ces potentialités : il faut active, des millions de cerveaux à faire fonctionner, des millions de bras é employer.

Mobiliser aussi notre richesse naturelle, la terre fertile, l’eau, les richesses halieutiques, l’agriculture, les minervois sous-terrais, etc.… qui sont véritable potentialité de la région.

A- Meknés-Tafilalt en chiffre

Vu de son importance historique et le patrimoine naturel et culturel qu’elle recèle, la région Meknés-Tafilalt a un position stratégique au cœur du territoire national, d’où la nécessité de citer ses principales ressources qui se manifestent aux ressources naturelles et minières importants, population et infrastructures social et les secteurs porteurs de l’économie régional.

1- Les ressources naturelles et minières important

a- Le milieu naturel

La région Meknés-Tafilalt se caractérise par une diversité de propriétés au niveau naturel, dans ce conteste on s’intéresse sur quatre points essentiels:

  • Superficie et délimitation

Issue du découpage régional de 1996, la région de Meknés-Tafilalt,’n’a pas subi de changement par rapport à 1971, elle portait le nom de région économique du Centre –Sud. Elle se compose de préfecture de Meknès des provinces d’El-hajeb, Ifrane, Khénifra et Errachidia.

La région de Meknés-Tafilalt et limitée :

  • Au Nord par la région de Gharb, chrar(da béni hssen.
  • Au Nord-Ouest par la région Rabat -Salé zemmour,Zaer
  • A l’Ouest, par les deux région de Chaouia- Ouardugha et Tadla-Azilal
  • Au Sud-Ouest, par la région de Merrakech-Tinsift- ElHaouz.
  • Au Nord-est, par la région de Fés-Boulmane
  • Au Sud-Est par la région de l’Oriental.

Cette région s’etente sur une superficie de 79.277 km2 soit 11,14%(9) de la superficie nationale.

(9) :annuaire statistique 2002.

  • Le relief

moyen AtlasLa région de Meknés-Tafilalt est l’une des régions les plus étendues du Royaume, avec un relief composé d’ensembles géographiques très diversifiés qui est constitué principalement par:

    • Des zones favorable à l’agriculture, telles que les plaines, du saïss à meknés, de Tigrigra à Ifrane, ainsi que quelques périmètres de la hante Moulaya et les Aoasis de la plaine de Tafilalt.
    • Le massif du Zerhoun
    • Les causses d’El-Hajeb et le plateau central.
    • La chaine Moyen Atlassique.
    • Le haut altas sont la partie culminante est jebel Ayachi qui atteint 3737m.
    • La zone présaharienne du Tafilalt qui est une immense étendue désertique avec quelques foyers de verdure dans les Oasis.

  • Potentiel hydrique

La région étudiée, donne naissance à la plupart des oueds du pays grâce à ses multiples sources, ce qui lui confère une grande importance sur le plan des ressources

hydraulique et dans le domaine de l’agriculture et de l’élevage, ce sont des potentialités hydrauliques qui ont permis de qualifier une partie de la région (Moyen –Atlas central) de château d’eau du Maroc).

  • Les conditions climatiques

La situation géographique et le relief déterminent les types de climat de la région Meknés-Tafilalt :

Centimètre au centre et au Nord Saharien à l’Est et Sud. De ce point de vue climatique, on peut diviser la région en deux zones climato morphologiques :

    • Une zone à climat semi-aride (le plateau de Meknès, le moyen Atlas, la Maesta centrale, le Hant-Atlas central ; + 200m)
    • Une zone climat aride (la haute Moulaya, la vallée du Ziz et Rteriss).

Le moyen Atlas, du fait de ses conditions climatique et de sa position géographique, est plus arrosé. Il reçoit également des chutes de neige à Ifrane, Michlifen, jebel Habri.

b- Gisements Miniers importants

La région de Meknés-Tafilalt extrait une gamme variées de produits miniers : plomb, zinc, antimoine, barytine, fluorine, manganèse, marbre etc.… ses principaux gisements sont situés dans les province de Khénifra et d’Errachidia.

On relève qu’en 2001, la production réalisée est de 30.912 tonnes de plomb 16206 tonnes de zinc et 198.640 tonnes de barytine et 22.571 tonnes de pyrophorique (10).

(10) : annuaire statistique ,2002 (voir annexe :2)

Population et infrastructure à Meknés-Tafilalet
A- Meknés-Tafilalt en chiffre

2- Population et infrastructure

a- Population

La région concerne compte 2100.000(11) habitants (2004), environ 6,5% de la population totale du Royaume, avec une densité de 26,4hab/km2n ainsi le taux d’activité local est de 49,2% et le taux de chômage total de 10,9%.

  • Développement urbain

Le taux d’urbanisation dans la région Meknés-Tafilalet atteint 50,7% proche de la moyenne national (51,4%).
Les villes se répartissent inégalement selon la taille.

En effet, Meknès (477.00habitants, selon les estimations de 203) assure des services important et atteint un degré de « centralité » qui la classe parmi les « métropoles » nationales.

L’influence de la ville de Meknès est relayée par quatre ville moyennes : Errachidia (85.000 hab.), Khénifra (77.000hab) , Azrou (47000 hab.) et Midelt (50000hab)12.

Les autres villes, de petite taille (moins de 20000hab) ; ont un rôle purement local.

La région compte une trentaine de villes parmi lesquelles on peut citer Moulay driss Zerhoun, Moulay Ali chérif (Riss Ani), Ifrane, El-Hajeb, Sebâa Yonne, Ain Taoujdat ; M’rirt et Erfoud. Elles sont presque toutes situées le long des trois axés routiers principaux.

(11)– monographie régionale 2004.

b- Infrastructure

On s’intéresse ici sur trois éléments essentiels qui sont; l’enseignement, la formation professionnelle et le transport.

  • L’enseignement

en plus des enseignement primaires et secondaire, la région Meknés-Tafilalet a donnait une importance à l’enseignement supérieur qu’est considéré comme un miroir des pays, ce dernier contient un réseau universitaire dense, en effet ; on trouve :

    • L’université Moulay Ismail qui regroupe quatre facultés (faculté des sciences, faculté des lettres et science modernes, faculté des sciences
    • Juridiques économiques sociales et la faculté des sciences et techniques), l’Ecole Supérieur de Technologie (EST) et l’Ecole.
    • Nationale d’Arts et métiers (ENSAM).
    • L’université Al Akhwayn (université anglophone) et l’Ecole Nationale d’Agriculture de Meknès (ENA) deux institutions de renommée international.

 

  • Formation professionnelle

Meknés-TafilaletUne formation diversifiée un réseau d’établissements de formation professionnelle performant géré par la direction régionale de l’Office de formation professionnelle et de la promotion du travail (OFPPT).

L’office de formation professionnelle, outre la formation diplômant multidisciplinaire qu’il dispense au profit des étudiants de la région, assure également une formation continue de qualité adapté aux besoins des entreprises.

Plusieurs établissements privés de formation importés à travers toute la région, viennent enrichir et diversifier l’offre publique.

  • Transport

De par sa position géographique, la région économique de Meknés-Tafilalet, constitue un trait d’union entre le nord et le Sud du pays, ainsi qu’entre l’est et l’Ouest, ce qui contribue à accroître l’importance de son réseau routier.

En effet, ce réseau joue un rôle primordial dans la circulation des hommes et l’animation des mouvements d’échanges, aussi bien entre les divers parties de la région qu’entre cette dernière et les autres parties du Royaume.

La longueur total du réseau routier de la région de Meknés-Tafilalet est de 6000km de route soit environ 10% du réseau national ainsi 353358 km(13) sont revêtus.

(12)– source CRI « investir dans la région Meknés-Tafilalet » p.14
(13)– source : direction régionale du ministre de l’équipement Meknés 2001 ; haut commissariat au plan.

Sa répartition par unité géographique de la région se présente dans le tableau.

En plus des routes, on trouve les chemins de fer qui ont des liaisons directes avec les villes de Casablanca, Tanger et Oujda.

3- Secteurs porteurs de l’économie régionale

A- Agriculture

la région Meknés-Tafilalt contient une surface très importante valable à l’agriculture, ainsi la surface agricole utile est de 617.465ha, dans ce conteste cette région se caractérise par :

– Un haut potentiel régional dans le domaine de l’oléiculture, la viticulture, le maraîchage et les cultures fruitières, l’apiculture et l’exploitation des plans aromatiques et médicinales :

  • 1er pôle de production de fruit et légume du Royaume.
  • 1er pôle pommier du Maroc (37240 tonnes en 2001-2002).
  • Cœur du vignoble marocain
  • Grand pôle palmier dattier.

Sans oublier le patrimoine forestier (996.170h dont 1146617ha de cèdres, soit 77% de la cédraie du Maroc) : la cédrie du Moyen Atlas classée patrimoine universel de l’humanité.(14)

(14) monographie régionale 2004/ ho ut commissariat du plan

a- Industrie

Les principales activités industrielles qui caractérisent cette région sont :

  • L’agro-alimentaire
  • Les textiles et du cuir
  • La chimie et parachimie
  • La transformation du bois.

La présence de zone industrielle facilitée l’implantation de nouvelles unités, mais cette région se caractériser par un tissu industriel pue développé ayant une faible part au niveau national dans toutes les grandeurs économiques (Annexe4).

b- L’artisanat

Le secteur de l’artisanat joue un rôle crucial dans l’économie de le région. Il est l’un des secteurs les mieux adaptés aux structures économiques et sociales de la plupart des localités de la région. Il emploi une main d’œuvre  abondante en faisons appel à moins de capitaux.

Cette région occupe de 6ème rang sur le plan national au niveau des exportations de produits artisanaux.

Ainsi, le nombre d’artisans dans la région s’est élevé à 50543 personnes en 2004. Leur répartition géographique et selon les branches d’activité est présentée du tableau (Annexes).

c- Tourisme

artisanat+meknesDes atouts naturels, historiques et culturels indéniable d’où un position touristique importante à l’échelle nationale. Cette région recèle d’énormes potentialités assez variées et pouvant faire de celle-ci un pôle d’attraction touristique.

Aussi une infrastructure hôtelière en développement s’inscrivant dans le cadre de la stratégie nationale 2010 : 105 unités (45 hôtels classés et 60 non classés).

Ainsi les types d’hébergement de cette région se manifestent dans le tableau (Annexe 6).

Pour plus de potentialité, une grande importance a donnée à cette région qui s’incarne à la promotion du développement régional.

Promotion des PME au niveau régional, la ville et la compagne

B- Action de promotion et grand projet de la région

Dans le tout de permettre à la petite et Moyenne industrie de jouer pleinement son rôle de développement économique et social en général, et régional en particulier, le Maroc a retenu certains nombre de préalables, ces derniers se manifestent dans la promotion  des régions pour les efficace.

Donc existentielle une promotion au niveau régional ? Et peut on parler d’une promotion hors ville ?

1- Promotion des PME au niveau régional

Dans le cadre de la promotion de l’entreprise en général et de la PME/PMI en particulier et conscient du rôle qu’elle peut assurer dans le développement local, la synergies qu’elle  peut générer sur le plan régional et les effets d’entraînement qu’elle provoquer en contribuant au développement et à la vulgarisation de l’esprit d’entreprise au Maroc,
Plusieurs mesures peuvent prises pour la promotion de la PME : (15)

  • Appuyer la création et le développement des PME en soutenant les acteurs locaux.
  • Simplifier les démarches administratives des régimes fiscaux et sociaux.
  • Favoriser la modernisation des PME, en s’appuyant sur les réseaux locaux d’aide à la création, en facilitant les créations innovantes qui permettent la production et la commercialisation de nouveaux produits en faisant appel aux nouvelles technologies.
  • Un soutien à la recherche et à l’innovation.
  • Mise en place d’une politique de bénéficiaire d’intérêt et de prêts à taux préférentiels.

(15) ;AZZOZI BOUZID. « PME et stratégies de développement au Maroc » ;p 47

On ce qui concerne la région Meknes_tafilalt, il existe certains établissement qui jouent un rôle primordiale au niveau de la promotion de la PME, on peut citer l’AN PME et le  CRI.

a- Création de l’Agence Nationale pour la promotion de la PME

Est un établissement public doté de la personnalité morale et de l’autonomie financière, l’AN PME à pour mission de:  (16)

  • Participer à la mise en œuvre  de la politique de l’Etat en matière de promotion et de soutien de la PME.
  • En courage par  son assistance technique tous les organismes publics ou privés d’appui à la création  d’entreprises.
  • Promouvoir au profit des PME des prestations de service dé versifiées  (conseil, formation, assistance)
  • Assister les PME à l’accès aux marchés extérieurs, l’acquisition  des nouvelles technologies et le développement de l’innovation et de la qualité.

(16) : revue de CRI « investir dns la région Meknès Tafilalt »p :64

b- Le centre régional d’investissement: acteur du dispositif de développement régional

Le CRI a pour principales missions la simplification des procédures, la proximité et l’unicité de l’interlocuteur, ainsi que le développement et la promotion de l’investissement dans la région de Meknés-Tafilalt.

Le centre est chargé d’étudier les projets de conventions avec l’état, il fournit une assistance permanente aux investisseurs afin de les aider à développer leurs entreprises.

En effet, ces principales missions se révèlent au discours Royale:*…ce dernier trouvera à sa déposition pour créer son entreprise ou développer ses investissements,  un responsable et interlocuteur unique, un espace également unique et situé le plus prés de lui, ainsi qu’une formulaire unique…*.(17)

(17): Extrait de lettre Royale du 9Jonvier 2002  relative à la gestion déconcentré de l’investissement.

2- La PME entre la ville et la compagne

Agence Nationale pour la promotion de la PMELa promotion de la PME hors des villes exerce un impact direct sur celles-ci et contribue à la résolution des problèmes urbains.

En retenant la population dans son territoire à la compagne, la PME  contribue au ralentissement voir même à la   suppression des bidonvilles qui croissent dans les périphéries des villes, et permet donc l’élévation du niveau de vie des habitants des villes.

Elle contribue à la résolution des problèmes d’emploi, d’habitation, de transports…etc. Qui se posent avec acuité dans les centres urbains.

Bref, l’intérêt de s’appuyer sur des PME rural est à fin d’atteint un développement rural intégré, prenant en considération les spécificités régionales et la conservation des ressources naturelles, dans le cadre d’un aménagement équilibré  et concerté du territoire.

Conclusion

En général, il semble évident que le Maroc a pris conscience du rôle des PME, et c’est pour cela qu’on a assiste à un accroissement très important du volume des investissement ce qui touche positivement l’emploi, la valeur ajoutée et les échanges commerciaux en assurant ainsi croissance économique élevé.

En revanche ces résultats demeurent insuffisants, par rapport à la population en mesure de travailler, et d’une manière général les objectifs ne sont pas atteints et que les problèmes socio-économiques demeurent, ainsi au niveau sectoriel comme régional, aucune intégration n’a été mise relief.

La réussite de la PME est donc pose des préalables, à savoir:

  • La mise en place de ces préalables entraînera irréversiblement la collaboration du promoteur de la PME.
  • Le suivi de l’exportation et de la gestion de la PME  est nécessaire voir fondamentale pour sa survie et son développement.
  • Un colloque national rassemblant toute les potentialités aux cotés des promoteurs et des responsables des PME pourrait largement contribues à traces un schéma plus réaliste de structures nécessaires pour la promotion de la  PME  et sa survie de notre pays.

Bref, pour bien travailles, se développer et devenir rentable compétitive et contribuer au développement local, la PME a besoin d’un environnement économique, administratif, juridique, social, et fiscal, ainsi, l’implication directe des collectivités local dans le processus de promotion de la PME par la mobilisation de budgets locaux destinés au conseil et à l’assistance à ces entreprises.

Pour citer ce mémoire (mémoire de master, thèse, PFE,...) :

La première page du mémoire (avec le fichier pdf) - Thème :
Développement des NTIC au Maroc : Apport économique et contraintes
Université :
Université Moulay Ismail - Faculté des Sciences Juridiques
Année de soutenance :
Economiques et Sociales - 2009-2010
Télécharger ce mémoire en ligne PDF (gratuit)
Rechercher
Publier!
Publier son mémoire de fin d’études ! - WikiMemoires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page