Bâtiment d’élevage de poulet : la filière avicole en Algérie

La filière avicole en Algérie – Chapitre 2 :

I. Introduction

La filière avicole Algérienne est parmi les productions animales qui a connu l’essor le plus spectaculaire depuis les années 1980 grâce à l’intervention de l’Etat. Ceci a permis d’améliorer la ration alimentaire du point de vue protéique et de faire vivre actuellement près de deux millions de personnes. La section suivante est consacrée à la présentation du système d’élevage exploré lors des visites effectuées au sein des fermes d’élevage de poulet de chair afin de compléter notre étude théorique. Nous présentons en premier lieu, l’évolution de la filière avicole en Algérie. Brièvement nous rappelons la politique de l’Algérie depuis l’indépendance à ce jour envers le secteur aviculture. En second lieu, nous donnons une description du bâtiment d’élevage et ses équipements et son processus de production, ainsi que Les conditions d’ambiance climatique les plus importants dans la croissance des volailles, nous clôturons ce chapitre par les dernières technologies utilisées dans le secteur aviculture.

II. La filière avicole :

1. L’évolution de la filière avicole en Algérie

Depuis l’indépendance de l’Algérie, différentes phases chronologiques ont guidé le développement de cette filière avicole, l’aviculture familiale était bien intégrée dans la majorité des systèmes fermiers

1.1 La première phase (de 1962 à 1968) :

Au lendemain de l’indépendance, le système d’élevage était quasiment absent et concentré seulement sur la transformation des anciennes porcheries en poulaillers d’engraissement. La consommation par habitant et par an était environ 500g de viande blanche et une dizaine d’œufs [18].

1.2 La deuxième phase (de 1969 à 1989) :

Cette période a été marquée par la naissance d’une grande l’entreprise publique l’ONAB (L’Office national des aliments du bétail). Cette entreprise était créée pour objectif de la production des aliments composés du bétail (essentiellement l’alimentation de la volaille), le développement de l’élevage avicole et même de la régulation des marchés des viandes rouges. Cependant des problèmes tels que la superposition de nombreuses fonctions ainsi que l’incohérence dans la conduite du processus de développement et dans le but de généraliser l’activité a l’ensemble du territoire national une première restructuration de l’ensemble du système était fait à partir de 1980 dans le cadre des deux plans quadriennaux (1980•1984 et 1985­1989). Pendant plans quadriennaux, l’activité aviculture était confiée à trois offices régionaux (ORAC) dans la région du centre, (ORAVIE) à l’Est et (ORAVIO) à l’Ouest [18].

L’analyse de cette période révèle que Depuis la mise en œuvre des politiques avicoles en 1980, la filière avicole en Algérie a connu le premier développement notable dans la production de la viande blanche, cependant aucune évolution significative n’est apparue dans la structure des élevages du secteur privé.

1.3 La troisième phase (de 1990 à nos jours) :

Malheureusement, l’Algérie a connu une instabilité de la production de viande blanche au cours de la décade 1990-2000 pour cause de la décennie noir. Ci-après la production était en croissance, où par exemple, une hausse très appréciable de 67,97 % de la production a été enregistrée en 2006 par rapport à 2005. Il en est de même, mais à un degré moindre (1.19 %), pour ce qui concerne la production d’œufs qui s’est évaluée à plus de 3,5 milliard d’unités. En 2011, les chiffres de production remontent à 300 000 tonnes de viandes blanches et presque 5 milliards d’œufs [19]. Au plan des structures, la filière avicole a connu, depuis 1997, une restructuration profonde dans le sens de l’émergence d’entreprises et de groupes intégrés (aliments du bétail, reproduction du matériel biologique, abattage) [20].

La synthèse de cette période montre que le développement de la filière avicole en Algérie a permis d’améliorer la consommation des populations en protéines animales. Cependant les prix restaient excessivement élevés à cause la faiblesse de la productivité des élevages ainsi que la production semi-industrielle et les marges élevées imposées par l’aval.

Unité : 103 Tonnes

Période

2000

2002

2004

2006

2008

2010

2014

2015

2016

2017

Production

198

150

170

241

306

475

463

460

515

529

Tableau 1 L’évolution de la production des viandes blanches en Algérie, Source : [21] [19] [22]

2. L’élevage de poulets de chair

Avant de s’immerger dans notre projet, Nous devons d’abord connaître les principes d’élevage et en vue d’explorer ces principes, nous avons eu l’occasion de réaliser plusieurs visites aux bâtiments d’élevages réels (ORAC Meftah, Ferme privée Arbaa, Bellat Boufarik). Cette section contient une présentation de tout ce que nous avons appris de cette expérience.

2.1 Bâtiment d’élevage de poulet

2.1.1 Présentation du bâtiment d’élevage :

Bâtiment d’élevage ou le poulailler, est le Lieu destiné au logement et à l’élevage de volaille, en particulier de poules. Le poulailler offre la possibilité de s’affranchir les différent contraintes extérieures (pluie, vent, neige, les prédateurs…) et créer un environnement donné (microclimat) avec des conditions meilleures que celles existantes naturellement afin d’obtenir une meilleure qualité du produit.





Figure 7 Exemple d’un bâtiment d’élevage (Photo source personnelle) (la Ferme de l’ORAC Meftah-Blida)

Les dimensions d’un bâtiment (largeur, hauteur, surface ouverte) sont déterminées en premier lieu par le type de production et le nombre maximal de volailles par bâtiment :

Type

Poulet de chair

Poules pondeuses

Dinde

Densité

8 à 10 poulets/m²

7 à 8 poulettes /m² au sol

30 à 50 poulettes /m² en cage

4 à 6 dindonneaux /m²

Tableau 2 Densité à l’intérieur de bâtiments selon le type de production [23] [24]

2.1.2 Les équipements d’un bâtiment d’élevage

Les équipements techniques d’un bâtiment d’élevage sont constitué principalement de :

– Citerne d’eau: distribuent en permanence de l’eau propre pour les volailles car L’eau est le premier aliment des volailles (elles boivent presque deux fois plus qu’elles ne mangent).

– Abreuvoirs à cloche : sont des mangeoires sous forme d’assiettes plastiques Creuses permettent un accès optimal à l’aliment pour les volailles (Il existe plusieurs tailles selon l’âge et la hauteur de l’animal).

– Silo d’aliments: Un silo est un réservoir de stockage destiné à entreposer la nourriture pour les volailles (il est présents au sein de chaque bâtiment).

– Ventilateurs : apportent l’oxygène nécessaire aux poulets et évacuent les gaz (Ammoniac, CO2, vapeur d’eau) résultant de l’aération et des fermentations de la litière.

– Trappe et Fenêtre d’aération: sont des trappes d’entrée d’air jouent un rôle important pour assurer une veine d’air régulière sur la longueur du bâtiment.

– Lampes: sont des lampes spéciales conçues pour l’éclairage d’animaux dans le poulailler.

– Chauffages: sont des matériels de chauffage des poussins utilisé pendant la période d’hiver.

– Thermomètres: sont Utilisés pour assurer un meilleur contrôle des variations de température.

Il existe d’autres Accessoires qui sont utilisées dans les poulaillers, tel que : Groupe électrogène, Matériel contre incendie, Matériel d’intervention (vaccination), Balance, Outils et produits de désinfection et de désinsectisation…







Citerne d’eau

Abreuvoir à cloche

Silo d’aliments







Ventilateur

Trappe d’aération

Fenêtre d’aération







Lampes

Chauffages

Thermomètre

Tableau 3 Les différents équipements de bâtiment d’élevage (Photos source personnelle) (Meftah–Blida-)

Le matériel doit toujours rester propre afin de ne pas contaminer l’eau et la nourriture des volailles de différents parasites et bactéries nuisibles.

D'autres étudiants ont aussi consulté...
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.