Shadow Banking : étude de ses effets sur le financement de l’économie

Shadow Banking : Etude des effets sur le financement de l’économie

Le Conservatoire National des Arts et Métiers CNAM

Département Management – Innovation – Prospective

Mémoire pour l’obtention du Master 2 en Sciences de Gestion
Mention Management, spécialité prospective, innovation, stratégie et organisation
Shadow Banking : étude de ses effets sur le financement de l’économie
SHADOW BANKING :
Avenir de la finance ou simple échappatoire à l’arbitrage réglementaire ?

Par
Marion LE BRUCHEC

Jury :
Philippe Durance, Professeur du Cnam – Chaire Prospective & Développement durable, Cnam
Yvon Pesqueux, Professeur du Cnam – Chaire Développement des systèmes d’organisation, Cnam
Lionel Roure, Maître de conférences – Chaire Economie de la Technologie et de l’Innovation, Cnam

Présenté et soutenu publiquement
en juin 2013

Remerciements

Etude des effets du Shadow Banking sur le financement de l’économie.

Mémoire de Management C.N.A.M., Paris 2013

Résumé

Les activités de shadow banking (finance de l’ombre) sont au cœur de l’actualité depuis la crise financière des subprimes en 2008.

Ce système financier parallèle représente une part non négligeable des transactions financières dans les pays développés.

A l’image du système bancaire classique, le shadow banking remplit des fonctions de transformation (maturité et liquidité) et de collatéralisation.

La sphère financière constituée de deux systèmes complémentaires : système traditionnel et la finance de l’ombre, est au centre des problématiques de financement de l’économie.

Subprimes et titrisation : facteurs de la crise financière

Par conséquent, le shadow banking est certainement impliqué de façon durable dans le développement économique.

Mots clés : shadow banking, finance de l’ombre, financement parallèle, financement désintermédié, titrisation, collateralisation, hedge funds, MMF, SPV, Prime Broker

Summary

The activities related to the shadow banking have been a major concern since the worldwide economic crisis which took place in 2008.

This parallel financial system represents nowadays, a large part of the financial transactions in the developed countries.

Like the classical banking system, the shadow banking aims at the transformation of the functions (maturity and liquidity) and the collateralization.

The financial system is made of two complementary systems: the traditional one, and the shadow banking which is at the heart of all majors concerns regarding the funding of the economy.

Therefore, the shadow banking will be certainly involved and have consequences on a long term perspective on the world economic development.

Key words : shadow banking, securitization, collateralization, hedge funds, MMF, SPV, Prime Broker, Bank dealer

Introduction

Les acteurs du shadow banking sont des intermédiaires financiers qui exercent leurs activités en dehors du système bancaire classique, et qui n’ont pas accès aux ressources de liquidité des banques centrales, ni à la garantie de l’Etat.

Parmi eux on peut citer :

  • les sociétés financières,
  • les conduits d’ABC (Asset Backed Securities),
  • les véhicules d’investissement structurés (SIVs),
  • les hedges funds de crédit,
  • les fonds monétaires,
  • les sociétés financières à objet limité
  • et des opérateurs sur titres.

Ce système financier parallèle représente une part non négligeable des transactions financières dans les pays développés.

En 2002, la finance de l’ombre ou Shadow Banking représentait 23 000 milliards de dollars dans les pays développés et 50 000 milliards 5 ans plus tard.

A l’issue de la crise financière de 2008, la taille du Shadow banking a subi une baisse d’activité avec seulement 47 000 milliards de dollars.

Le système a retrouvé son dynamisme après la crise avec une taille estimée à 51 trillons de dollars.

Selon Michel Barnier, Commissaire Européen au Marché Intérieur et aux Services, le Shadow banking représente « entre 25 et 30% des actifs gérés par l’ensemble du système financier », soit environ la moitié du bilan des banques.

A l’image du système bancaire classique, le shadow banking remplit des fonctions de transformation (maturité et liquidité) et de collatéralisation.

La transformation consiste à modifier les caractéristiques d’une transaction ou d’un actif financier en vue de l’adapter aux besoins des agents financiers (investissement ou financement).

Une transformation de maturité modifie l’horizon d’un actif financier (un actif de long terme peut être transformé en un produit court terme via la titrisation).

Une transformation de liquidité consiste à améliorer la disponibilité d’un investissement (se rapprocher de la liquidité des dépôts bancaires).

Internet au service des opérations bancaires et financières

Les activités de collatéralisation (garanties) permettent de diminuer le risque de contrepartie (la défaillance d’une des parties) dans les transactions financières (produits dérivés de gré à gré, financement garanti).

Cela se fait via des opérations de repo et de prêt/emprunt de titres.

Dans quelle mesure les activités de transformation et de collatéralisation à travers un système parallèle bénéficient-elles au financement de l’économie ?

Dans un premier temps, nous nous intéresserons au fonctionnement du système de financement classique, puis nous étudierons le contexte économique et juridique dans lequel il évolue.

Dans une seconde partie, nous exposerons les acteurs et mécanismes du système parallèle, puis nous analyserons son rôle dans le financement de l’économie.

Les financements de trésorerie et les formes de placement

Sommaire

Introduction
I. Le financement traditionnel, un système rigide
a. Le système bancaire au cœur du financement de l’économie
1. La Banque Centrale
2. Les Banques commerciales
– La Banque de détail
– La Banque de Financement et d’Investissement
* Les activités de la BFI
* Le financement de la BFI
* La titrisation
B. Perte de vitesse du financement traditionnel
1. Contexte règlementaire Bâle lll
– Les nouvelles directives
2. Limite du système de financement traditionnel
– Demande accrue d’actifs sécurisés par les investisseurs
– Incapacité des banques à garantir les dépôts de gros investisseurs
– Impact de la titrisation sur la banque lors de la crise
II. Besoin de financement alternatif – la finance de l’ombre
A. Fonctionnement de la finance de l’ombre
1. Les acteurs non régulés
– Money market Funds
– Hedge Funds de crédit (Hedge Funds, Private equity)
– Assureurs
2. Les mécanismes
– La titrisation
– La collatéralisation
o Pensions livrées – obtention de liquidités
o Prêt emprunts de titres – obtention de titres
– Effets vertueux et limites des mécanismes du Shadow Banking
B. Représentation d’un système parallèle et importance croissante de son rôle
1. Ecodiversité du système parallèle
– Un système qui jouit d’une grande diversité d’acteurs
– Une aubaine pour contourner la règlementation Bâle III
– Un rôle de plus en plus central dans le financement de l’économie
2. Limites et projets de réglementation
– Implication macro-économique et limites
– Projets de réglementation
Conclusion

Pour citer ce mémoire (mémoire de master, thèse, PFE,...) :

La première page du mémoire (avec le fichier pdf) - Thème :
Shadow Banking : Avenir de la finance ou simple échappatoire à l'arbitrage réglementaire ?
Auteur·trice·s :
Marion LE BRUCHEC
Marion LE BRUCHEC
Université :
Le Conservatoire National des Arts et Métiers CNAM - Département Management – Innovation – Prospective
Année de soutenance :
Mémoire pour l’obtention du Master 2 en Sciences de Gestion - Mention Management, spécialité prospective, innovation, stratégie et organisation - 2013
Télécharger ce mémoire en ligne PDF (gratuit)
Rechercher
Les filières
Publier!
Publier son mémoire de fin d’études ! - WikiMemoires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page