Open Archives Forum et la diffusion de l’information

4. Open Archives Forum
<http://www.oaforum.org>

Dernier fédérateur présenté, l’Open Archives Forum est un exemple d’une action plus régionale, limitée à l’Europe.

L’Open Archives Forum a pour objectif de donner un point de vue européen sur la diffusion de l’information et sur les initiatives européennes d’archives ouvertes. Il regroupe les projets et initiatives nationales ainsi que toutes autres institutions intéressées par les archives ouvertes [http://www.oaforum.org].

Le projet a débuté en octobre 2001 pour une durée de 24 mois, il est donc à présent terminé. Ses initiateurs et gestionnaires proviennent d’Allemagne, d’Italie et de Grande­Bretagne; il s’agit du Computing Centre de l’université Humboldt à Berlin, de l’Istituto per la Scienza e la Tecnologia dell’Informazione – Consiglio Nazionale delle Ricerche et du UK Office for Library and Information Networking (UKOLN) hébergé par l’université de Bath [http://www.oaforum.org/documents/d54projpres.php].

Pour la réalisation des objectifs, l’OAF a organisé plusieurs ateliers (workshops). Le premier a eu lieu en mai 2002 et les suivants en décembre 2002, mars et septembre 2003 (soit pour clôturer le projet) [http://www.oaforum.org/documents/]. Même si l’OAF n’était prévu que pour une durée de 24 mois, tous les documents et apports à la communauté des archives ouvertes sont encore disponibles sur le site.

En plus de la tenue et l’organisation d’ateliersm tout au long du projet, l’OAF a réalisé un site internet [http://www.oaforum.org] regroupant toutes les informations susceptibles d’intéresser les réalisateurs d’une archive en ligne : manuel pour l’implémentation du protocole de l’OAI (OAI­PMH), bibliographie sur l’OAI et autres sujets y afférant. Ajoutons à cela que le site est également un moyen d’accéder à la base de données construite par l’OAF. Celle­ci met à disposition des informations sur les projets et produits en relation avec l’OAI. Ainsi, elle liste les services, dépôts, projets, logiciels, organisations, protocoles et schémas de métadonnées. Il est de plus possible d’effectuer une recherche simple par mots­clés sur le contenu de cette base. Elle n’est pas limitée à ce qui se fait en Europe mais seuls les services, dépôts ou projets européens sont invités à s’y inscrire et ce, bien que le projet soit à présent terminé.

Centré sur l’Europe, l’Open Archives Forum a permis de regrouper des informations utiles, auparavant éparses, pour toutes personnes impliquées dans la gestion d’une archive en ligne. Avec l’organisation d’atelier, il a également rendu possible l’échange d’informations et la création de contacts entre les différents acteurs. Arrivé à son terme en 2003, il faut espérer que la base de données et les informations disponibles seront quand même mises à jour car elles présentent un intérêt certain pour le développement des actuels et futurs dépôts. Moins qu’un fédérateur de projet, l’Open Archives Forum est un fédérateur d’informations variées susceptibles d’intéresser un public large de professionnels.



Ces projets fédérateurs sont d’une ampleur variée et ne concernent pas l’entièreté des initiatives Open Access. S’ils offrent un soutine, des lignes de conduite ou des déclarations d’intentions, il n’existe aucune obligation de les suivre. Mais, dans le cas du protocole de l’Open Archives Initiative, le mettre en place est certainement un plus. Le chapitre suivant va nous amener à considérer de près trois de ces nouveaux modèles. Et pour chacun, nous analyserons trois exemples. Nous verrons quelle place ils réservent aux projets fédérateurs dans l’aperçu que nous donnerons de leurs historiques, leur fonctionnement et la situation dans laquelle ils se trouvent actuellement.

Lire le mémoire complet ==> (Réflexions sur quelques nouveaux modèles de communication scientifique)
Diplôme d’études spécialisées (D.E.S.) en sciences et technologies de l’information
Université Libre de Bruxelles – Faculté de Philosophie et Lettres Section Infodoc

4. La méthode de la communication facilitée La méthode de la « communication facilitée » a ét
II.3. Les usages d’Internet Nous suivrons Jean-François Rouet62 en distinguant 3 aspects dans l
I. Définition La fracture numérique en France : au-delà de la dimension technologique, quels enje