La première page du mémoire (avec le fichier pdf):

Ralentissement de la croissance économique au Maroc

  1. La titrisation : définition, rôle et caractéristiques
  2. Les agences de notation financière et la crise des subprimes
  3. Quels mécanismes ont conduit à la crise financière ?
  4. Le rôle des banques centrales pour la crise des subprimes
  5. La stabilité monétaire VS. l'instabilité financière et la crise
  6. L'excès de la liquidité et le boom du crédit
  7. Chronologie de la crise financière au niveau mondial
  8. De la crise immobilière à la crise financière mondiale
  9. Les effets de la crise financière sur les banques et la bourse Etats-Unis
  10. Transferts d'argents des résidents à l'étranger après la crise
  11. Economie américaine et influence de la crise au niveau social
  12. La chute de la production américaine
  13. L'Europe sous le coup d'une crise immobilière rude
  14. Les banques européennes et la crise financière
  15. Conséquences de la crise immobilière sur l’emploi européen
  16. La crise immobilière : Cas d'Espagne
  17. La transmission internationale des chocs économiques
  18. Le Japon, le pays le plus touché par la récession en Asie
  19. Le principal mouvement contre la crise financière actuelle
  20. Les plans de relance de Paulson et Barack Obama
  21. Les turbulences économiques à cause de la crise financière
  22. Ralentissement de la croissance économique au Maroc
  23. Banque centrale : le régulateur du marché interbancaire
  24. Le commerce extérieur du Maroc
  25. L'immobilier marocain et la crise financière internationale
  26. Hausse des prix cause un krach immobilier
  27. L'influence de la crise financière sur les banques marocaines
  28. L'impact de la crise immobilière sur la bourse de Casablanca
  29. Les premiers effets de la crise financière sur l'automobile
  30. Secteur du tourisme au Maroc face à la crise financière

Perte de 1,5 à 2 point de croissance [1] : (I-2)

L’évolution de la conjoncture internationale dans les mois avenir compte tenu des répercussions  directes et indirectes de tourmente financière devra induire, en toute probabilité, un ralentissement significatif de l’activité et de la croissance à travers les canaux de transmission de la sphère réelle de l’économie.
L’affaiblissement de la demande adressée a la production nationale devra se traduire dans un contexte inflationniste et compte tenu des paramètres d’élasticité correspondant par un repli des exportations, de la production et de l’emploi dans les secteurs les plus exposés dans les branche industrielles, en particulier l’agro-alimentaire et le textile .
Le recul probable de l’afflux d’investissement étrangers devra renforcer la tendance au ralentissement de l’activité .
On relèvera qu’un tel recul interviendrait après des avancées réelles enregistrées ces dernières années au plan de l’attractivité avec u montant globale d’investissement étrangers atteignant 36 milliards de dirhams en 2007.
La demande inferieure devra enfin ressentir les effets de la crise à travers la contraction probable des activités liées au tourisme du fait de ralentissement de la croissance et des revenus dans les principales marches émettrices. Les activités potentielles les plus visées sont celles relative au transport, à l’ébergement, à la restauration et aux activités de l’artisanat et aux autres services.
Ralentissement de la croissance économique au MarocLe même effet devra être au niveau des activités dont une bonne part de la demande liée aux transferts effectués par la MRE. Il s’agit principalement des activités produisant des bien finis de consommation ainsi que les activités liées a la construction de logement . la consolidation des déférents effets permet d’évaluer l’incidence globale de la crise financière à une perte probable d’un point de croissance dans le cours terme .  l’ampleur de la cirse, sa propagation rapide a travers les différents régions et surtout le retard pris pour contenu les conséquences négatives sur l’économie mondiale devront alourdir la perte pour la porter à moyen terme autour de 1,5 à 2 points de croissance.
Cette perte s’accompagnerait d’une détérioration sensible des équilibres financiers interne. L’affaiblissement de la demande extérieure dans un contexte inflationniste contribuera à l’alourdissement du déficit commercial qui a déjà franchi au terme des sept premiers mois de l’année  le seuil de 80 milliards de dirhams.
Le rempli attendu de la croissance devra aussi se traduire par une pression plus forte sur les ressources de l’Etat qu’impliqueront les programmes de soutien au pouvoir d’achat et a l’activité au moment même où les recettes marquent un certain essoufflement.
L’exécution du budget général de l’Etat devra dans ces conditions faire apparaitre de déficits sensiblement plus importants que les périodes antérieurs.
Lire le mémoire complet ==> (Les origines de la crise financière et son impact sur l’économie marocaine)
Mémoire pour l’obtention d’une licence en sciences économiques et gestion
Faculté de Sciences Juridiques, Economiques et Sociales
____________________________________________
[1] La vie économique

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour haut de page