La technologie OSF : Licences, Hébergement et Entretien

2.4.6 Licences

Coûts d’investissement:

  • – Prix du matériel
  • – Installation du matériel et études d’implémentation
  • – Formation du personnel

Coûts récurrents:

  • – Licences
  • – Hébergement
  • – Entretien et garantie
  • – Consommation électrique

Lorsque des individus ou des entreprises communiquent en émettant des ondes électromagnétiques d’une certaine fréquence dans l’atmosphère, ils pourraient causer des interférences auprès d’autres individus désirant communiquer sur la même fréquence.

Pour éviter ces interférences, une fréquence ne peut être utilisée qu’une seule fois dans une zone déterminée dont la forme et les dimensions dépendent de la portée et de la directionnalité du signal. Afin d’éviter les conflits, l’Etat gère les droits d’utilisation des fréquences appelés licences. Les montants payés pour obtenir des licences varient d’un pays à l’autre. On peut cependant observer les généralités suivantes:

– Les fréquences optiques ne sont jamais sous licence parce qu’elles se propagent dans un faisceau tellement étroit que les interférences sont impossibles.

– La plupart des fréquences hertziennes sont sous licence, mais le montant de la licence diminue pour les fréquences élevées, car la portée diminue quand la fréquence augmente, ce qui réduit les risques d’interférences. A titre d’illustration, le tableau n°17 reprend les tarifs belges. Ils consistent en un montant fixe annuel auquel s’ajoute un montant variable en fonction du nombre de MHz de largeur de bande hertzienne que l’on désire utiliser. La première année, Il faut encore ajouter à ces montants 617,6 € de frais d’ouverture de dossier. Notons également que des puissances maximales d’émission sont définies pour chaque fréquence.

– Il existe des bandes de fréquences sans licence autour de 2,4GHz et 5,4 GHz.

Dans des endroits peu denses, l’utilisation de ces fréquences peut être une solution économique.

Par contre, dans des lieux plus encombrés, les risques d’interférences futures sont beaucoup plus élevés. Aux Etats-Unis41 et au Japon, une autre bande autour de 60 GHz ne requiert pas de licence en raison de la forte atténuation par l’oxygène atmosphérique à cette fréquence et des faibles risques d’interférences qui en résultent.

Ceci ne vaut pas encore pour l’Europe, mais le CEPT42, organe européen de régulation des fréquences, souhaite une gratuité harmonisée de la bande 54-66 GHz dans les pays de l’union Européenne. Il faudrait donc s’attendre à ce que l’Europe s’aligne sur les Etats-Unis et le Japon.

41 Federal Communications Commission (juillet 1997), « Millimeter Wave Propagation: Spectrum Management Implications »

Tableau n°17: Montant annuel des licences hertziennes en Belgique43

FREQUENCES FIXE ANNUEL VARIABLE ANNUEL PAR MHZ
Moins de 10 GHz 2578 € 49,6 €
10 à 20 GHz 1546 € 29,8 €
20 à 40 GHz 928 € 17,8 €
Plus de 40 GHz 556 € 10,6 €

Source: IBPT

Les coûts des licences ne sont pas les seuls frais dus à l’Etat dans le cadre de télécommunications.

Celui-ci prélève également:

– Des commissions pour l’agrément de nouveaux dispositifs de télécommunications, qu’ils soient optiques ou hertziens. Comme ces frais sont payés par le constructeur ou l’importateur de l’appareil et non par l’acheteur, nous ne les intégrerons pas dans note analyse de coûts qui est orientée sur l’utilisateur.

– Des commissions pour l’exploitation de réseaux publics, qu’ils soient optiques ou hertziens. Un réseau est dit public lorsque son exploitant l’utilise pour revendre des services à des tiers. La commission annuelle payée dans ce cas peut monter jusqu’à 20.000 euros. Elle dépend de l’utilisation qui est faite du réseau et non des technologies utilisées. C’est pourquoi nous n’en tiendrons pas compte dans notre étude qui vise à comparer entre elles les technologies.

– Des taxes d’urbanisme prélevées par les communes dans le cas où les liens optiques ou hertziens sont utilisés à but lucratif. Ces taxes peuvent atteindre jusqu’à 3000 euros par dispositif et par an. Comme elles ne sont pas d’application dans toutes les communes et qu’elles sont fortement variables, nous les négligerons. De plus, étant donné que ces frais s’appliquent généralement aussi bien aux dispositifs optiques que hertziens, ils ne peuvent influencer la compétitivité des deux technologies.

42 Recommendation T/R 22-03, « Provisional recommended use of the frequency range 54,25-66 GHz by terrestrial fixed an mobile systems », CEPT, Athènes, 1990

43 Tarifs en vigueur en 2004 pour les liaisons fixes bidirectionnelles à des fins professionnelles, de sécurité publique ou d’utilité publique (http://www.ibpt.be/Telecoms/ReseauxRadiocom/M55-2C.htm)

Dans notre évaluation des coûts, afin de donner des ordres de grandeur aux licences payées par les utilisateurs hertziens, nous utiliserons celles en vigueur en Belgique.

Rappelons que pour les bandes passantes de 10 à 155 Mbps, nous avons choisi une fréquence sans licence de 5,4 GHz, afin de s’assurer de la compétitivité de l’OSF (technologie Optique Sans Fil) dans les situations les plus favorables aux technologies hertziennes. Si cette bande sans licence devait être saturée, il serait nécessaire de migrer vers une bande avec licence. Les produits sélectionnés utilisent une bande large d’environ 50 MHz. Si on devait les utiliser dans les bandes réservées aux faisceaux hertziens entre 8,2 et 8,5 GHz, on devrait payer une licence annuelle de 5.058 €.

Pour les bandes passantes de 622 et 1250 Mbps, nous avons choisi des systèmes fonctionnant à 60 GHz. Comme ces bandes sont encore sous licence en Europe, nous tenons compte du paiement d’une licence. Les produits sélectionnés utilisent une bande large d’environ 300 MHz, ce qui engendre le déboursement d’un montant annuel de 3.736 €.

Comme les montants des licences sont relativement importants, il faudra analyser la sensibilité des résultats finaux à la migration vers des bandes avec licences pour les systèmes à micro-ondes et à la suppression de licences pour les systèmes à ondes millimétriques.

2.4.7 Hébergement

En vue de placer les dispositifs optiques ou hertziens aux endroits adéquats, les opérateurs de connexions sans fil doivent rémunérer les propriétaires des immeubles sur lesquels ils sont implantés. Cette prime d’hébergement ou « roof right » varie fortement d’un propriétaire à un autre. De plus, afin de bénéficier de l’asymétrie d’information, les opérateurs ont tendance à ne pas divulguer les prix payés à leurs bailleurs.

Les sommes payées peuvent atteindre jusqu’à 5.000 euros par emplacement et par mois pour des immeubles élevés et très bien localisés. Cependant, selon un professionnel interrogé, un loyer annuel autour de 1.000 euros par terminal44 est plus habituel. Nous supposerons donc, aussi bien pour les liens optiques que hertziens, un coût annuel d’hébergement de 2000 €.

44 Un même emplacement accueille souvent plusieurs terminaux d’un même opérateur, ce qui divise le prix par terminal

2.4.8 Entretien et Garantie

Une panne peut être très coûteuse et paralyser l’entièreté du réseau d’une entreprise ou d’un opérateur. C’est pourquoi les utilisateurs de technologies sans fil font le nécessaire pour prévenir les dysfonctionnements du matériel acheté et pour assurer un bon dénouement au cas où ceux-ci devraient tout de même avoir lieu.

a) Entretien

Les dispositifs OSF (technologie Optique Sans Fil) demandent un entretien préventif au moins une fois par an. Celui- ci consiste à vérifier ou remplacer les lasers et les récepteurs, à nettoyer les systèmes optiques et à réaligner les dispositifs. Il peut être effectué soit par l’utilisateur du produit soit par une société spécialisée qui est souvent celle qui a vendu le produit. Nous présumerons ici qu’il est réalisé par le client, comme nous avons précédemment supposé que les techniciens de l’utilisateur étaient formés à l’entretien. Ceci permettra d’économiser les commissions payées à une société spécialisée.

Le tableau n°18, basé sur des entretiens avec des professionnels, reprend des ordres de grandeur pour le nombre d’heures d’entretien annuelles des produits OSF. Ce chiffre est plus grand pour les produits de plus haute gamme, comme ils contiennent plus de lasers et de récepteurs et demandent un alignement plus précis. Nous supposerons également que le technicien de l’utilisateur qui s’occupe de l’entretien coûte 75 € par heure.

Tableau n°18: Heures d’entretien annuelles d’un lien OSF (technologie Optique Sans Fil) (2 terminaux)

GAMME Temps d’entretien annuel par terminal Coût annuel par lien et par an
Basse 20 minutes 50 €
Moyenne 40 minutes 100 €
Haute 80 minutes 200 €

Source : professionnels, estimations personnelles

Selon les hypothèses posées, le coût annuel de l’entretien d’un lien optique revient donc entre 50 et 200 euros par an.

Les produits hertziens, quant à eux, ne nécessitent presque aucun entretien. Ils n’utilisent pas de lasers qui s’usent, ne craignent pas la saleté et demandent moins de rigueur du point de vue de l’alignement. Nous supposerons donc qu’ils ne nécessitent aucune heure d’entretien préventif par an.

b) Garantie

Plusieurs degrés de garanties existent pour les produits sans fil optiques et hertziens:

  • – Pas de garantie: l’utilisateur supporte lui-même tous les frais de réparation éventuels
  • – Garantie normale: le vendeur de la garantie supporte les frais de réparation ne résultant pas de l’usure normale du produit.
  • – Garantie normale avec service express: le vendeur de la garantie supporte les mêmes frais que pour la garantie normale et assure en plus une réparation dans un délai minimum.
  • – Garantie omnium avec service express: le vendeur de la garantie supporte tous les frais de réparation, même ceux qui résultent de l’usure normale et garantit une réparation dans un délai minimum.

Afin de simplifier notre analyse, nous supposerons ici que l’utilisateur souscrit une garantie omnium avec service express. En effet, cette garantie englobe à la fois les coûts liés aux dysfonctionnements, à l’usure et au remplacement des dispositifs. Nous ne devrons donc plus y ajouter les coûts du rachat de nouveau matériel lorsque l’ancien est usé ou le manque à gagner résultant d’un dysfonctionnement de longue durée.

Le Tableau n°19 représente le coût annuel supposé de cette garantie omnium, exprimé en pourcentage du produit neuf, pour les produits OSF (technologie Optique Sans Fil) et hertziens. Ces montants ont été déduits de prix de garanties vendues par des distributeurs en ligne et de discussions avec des professionnels.

Comme la garantie tient compte de l’usure normale des dispositifs, elle devrait avoisiner, en pourcentage du prix d’achat, le taux d’amortissement linéaire du produit. Des taux d’amortissement de 15% et de 25% respectivement pour les produits hertziens et OSF (technologie Optique Sans Fil) correspondent à une période d’amortissement respective d’environ 6 et 4 ans, ce qui est consistant avec les périodes d’usure citées par les professionnels.

Tableau n°19: Prix d’une garantie omnium avec service express des produits OSF et hertziens en pourcentage du prix d’achat.

TYPE PRODUIT FRACTION DU PRIX D’ACHAT
Produits hertziens 15 %
Produits OSF (technologie Optique Sans Fil) 25 %

Source : professionnels, estimations personnelles, Annexe 1

Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez
à des milliers des mémoires de fin d’études !
D'autres étudiants ont aussi consulté
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.