Opportunités Et Contraintes De L’entrepreneuriat Féminin


“…L’émergence de l’entrepreneuriat féminin serait ralentie par les contraintes socio-culturelles qui limiteraient l’engagement de la femme Bukavienne dans l’activité entrepreneuriale … »

EPIGRAPHE
« L’entrepreneuriat féminin joue un rôle fondamental dans l’économie de la RDC. Nous voulions mieux comprendre les problèmes que ces femmes rencontrent, pour faire en sorte que nos projets à venir les aident effectivement à créer des entreprises viables et productives»
Moustapha Ndiaye

Enseignement Supérieur Et Universitaire
Institut Supérieur Pédagogique De Bukavu
ISP/BUKAVU

Section Des Sciences Commerciales,
Administratives Et Informatique

Travail de fin de cycle présenté en vue de l’obtention du diplôme de graduat en pédagogie appliquée.

L’entrepreneuriat Féminin
Opportunités Et Contraintes De L’entrepreneuriat Féminin Dans La Ville Bukavu

Option: Sciences Commerciales et Administratives

Par
MURHULA CIDURHA Serge

Encadré par Madame Bibish MASOKA
Professeur

Année académique
2017 – 2018

DEDICACE
A tous ceux qui m’ont soutenu et dont la contribution à la réalisation de ce travail n’a pas de prix ;
A mon Père BISIMWA CIDURHA Sylvain ;

Et
A ma mère MPEMBE Solange.
Serge MURHULA CIDURHA

INTRODUCTION :

Problématique :

La crise économique des années 1980 à laquelle étaient confrontés les pays africains au sud du Sahara s’était traduite par la perte de compétitivité de PME et grandes entreprises du secteur moderne de l’économie entraînant des pertes d’emplois, un chômage aigu et la paupérisation des populations (Bitemo, 2008).

Les programmes d’ajustement structurel qui avaient été mis en œuvre pour stabiliser l’économie et juguler la crise n’ont pas, dans l’ensemble, produit les effets attendus. Depuis lors, le niveau dela pauvreté n’a cessé de croître (CNUCED, 2007,). En République Démocratique du Congo par exemple, les pillages des années 1991 et 1993 ainsi que les conflits armés de 1998-2002 ont affecté négativement le marché de l’emploi.

Il en découle une grande pauvreté des populations qui n’arrivent souvent pas à satisfaire leurs besoins économiques essentiels. Un des remèdes contre la pauvreté est le fait d’encourager la population à la créativité(Article 35 de la constitution), Milaine Rossanaly estime que dans un pays où le taux de chômage est très élevé, la plupart des femmes n’ont pas d’autre choix que de créer une micro-entreprise pour subvenir aux besoins de leur famille c’est-à-dire à s’orienter vers la promotion des activités génératrice des revenus qui se traduit par la création d’une micro-entreprise ou d’une petite entreprise.

Il est parfaitement admis aujourd’hui que l’entrepreneuriat est un vecteur fondamental de l’économie. Il est considéré comme un catalyseur important de la croissance et du développement économique et social dans de nombreux pays. L’activité entrepreneuriale est considérée comme un outil de motivation des jeunes entrepreneurs qu’ils soient hommes ou femmes et un vecteur de la création de richesse, d’emploi et l’innovation.

L’activité entrepreneuriale, domaine autrefois réservé aux seuls hommes, a connu des mutations spectaculaires à partir de la fin des années 1980 dont l’une des mutations spectaculaires est la montée des femmes entrepreneures. Les femmes entrepreneures sont reconnues aujourd’hui comme une force économique indéniable sur le plan international, même si la place qui leur est réservés dans la société varie d’un pays à un autre.

Plus souvent, ces femmes rencontrent plusieurs contraintes économiques, juridiques et socioculturelles qui les entravent de se lancer dans la carrière entrepreneuriale. Les micro-entreprises notamment féminines permettent ainsi d’amortir les effets de la crise et de lutter contre la pauvreté.

A l’insuffisance financière s’ajoute le manque de niveau d’éducation et de formation professionnelle des femmes qui de ce fait les excluent du processus de développement. Selon certains auteurs tels que Hisrich et Brush (1983, 1987); Brush (1990), les responsabilités domestiques qui incombent à la femme représentent un obstacle face à l’activité entrepreneuriale.

Elle doit composer avec un travail très prenant et des responsabilités de la vie privée, particulièrement dans des pays où les valeurs traditionnelles sont plus ancrées (Zouiten, 2009). D’après les travaux de Robert Paturel et Zahra Arasti (2006) 36 % des entrepreneurs féminins diplômées ont mentionné un équilibre difficile entre la vie professionnelle et la vie familiale. Selon ces deux chercheurs, cette situation constitue l’une des difficultés les plus fortes lors du lancement de leur affaire.

La RDC ne déroge pas à la réalité décrite ci-dessus. Durant ces dernières années, la place de la femme dans l’économie nationale a connu une évolution considérable. En effet, la femme congolaise et bukavienne en particulier travaille aujourd’hui dans la plupart des domaines de la vie économique et sociale (enseignement, magistrature, médecine, etc.).

Pour la femme Bukavienne, être entrepreneure, c’est être un exemple de courage et de résistance dans un contexte socioculturel et financier qui la freine. Elle doit être assez forte pour faire face à ces contraintes.

Pour ce qui nous concerne, il s’agit alors d’ouvrir un angle de réflexion originale en s’interrogeant les motivations qui poussent les femmes bukaviennes à se lancer dans les affaires et les contraintes qu’elles rencontrent dans leurs activités entrepreneuriales.

Spécifiquement, il s’agit de répondre aux questions ci-après :

Quels sont les obstacles qui entravent l’émergence de l’entrepreneuriat féminin à Bukavu ?

Quelles sont les motivations qui poussent les femmes à entreprendre ?

Hypothèses :

L’hypothèse est définie par des auteurs des différentes manières, Pour Rongere Paul, l’hypothèse de recherche est une proposition des réponses aux questions que l’on se pose à propos de l’objectif de recherche formulée en terme et que l’observation et l’analyse puissent fournir une réponse, selon Madeleine Grawitz (1984), l’hypothèse est une réponse provisoire aux questions posées dans la problématique.

Ainsi nous avons formulé nos hypothèses de la manière suivante :

L’accès au financement entraverait l’émergence de l’entrepreneuriat féminin à Bukavu.

L’émergence de l’entrepreneuriat féminin serait ralentie par les contraintes socio-culturelles qui limiteraient l’engagement de la femme Bukavienne dans l’activité entrepreneuriale ;

C’est le désir d’autonomie professionnelle, d’accomplissement personnel, d’organiser un travail soi-même, de relever un défi qui motiveraient la femme Bukavienne à se lancer dans la carrière entrepreneuriale.

Objectifs de l’étude :

L’objectif assigné à ce travail est de révéler les opportunités et les contraintes de l’entrepreneuriat féminin dans la ville de Bukavu.

Comme objectifs spécifiques ce travail nous visons :

Identifier les opportunités de l’entrepreneuriat féminin ;

Identifier les menaces qui guettent l’entrepreneuriat féminin.

Choix et intérêt du sujet :

Le choix de ce sujet a été motivé par le souci de connaitre les contraintes et opportunités auxquelles les femmes font face dans leur entrepreneuriat.

Ce travail revêt un double intérêt :

Il pourra servira de support à d’autres chercheurs qui voudront orienter leurs études dans le domaine de l’entrepreneuriat féminin.

Il pourra aussi éclairer les différents acteurs de l’économie et autres dans la compréhension de l’entrepreneuriat féminin et leur faire montrer l’importance de ces activités sur la vie socio-économique des ménages.

Méthodologies :

Pour bien mener une recherche et avoir des résultats fiables, la rigueur et la pertinence de la démarche scientifique doivent reposer sur un choix judicieux et cohérent des méthodes d’analyse et des techniques de collecte des données afin d’éviter de tâtonnements du chercheur et réduire la probabilité d’aboutir à des conclusions erronées.

Méthodes :

M. GRAWITZ (1984), définit la méthode comme « un ensemble d’opérations intellectuelles par lesquelles une discipline cherche à atteindre des vérités qu’elle poursuit, les démontre et les vérifie. Elle dicte surtout de façon concrète d’envisager ou d’organiser la recherche, mais ceci de façon plus ou moins précise, complète et systématique ».

Dans le cadre du présent travail, nous avons estimé que l’usage de la méthode analytique, la méthode statistique, la méthode explicative ainsi que la méthode descriptive permettra la réalisation de nos objectifs.

  • * La méthode analytique : est une méthode qui permet au chercheur de faire des références importantes à partir des résultats obtenus et d’en ressortir des conclusions et des recommandations opérationnelles. Une approche explicative facilitera la détermination des facteurs explicatifs mais aussi l’analyse des informations qui seront recueillies sur terrain ;
  • * La méthode explicative : elle nous permettra de faire comprendre à nos lecteurs les notions de l’entrepreneuriat.
  • * La méthode descriptive : Elle est une méthode scientifique qui consiste à décrire et à observer le comportement d’un sujet, d’une personne sans l’influencer d’aucune façon ; cette méthode sera nécessaire pour rendre possible la description des caractéristiques de nos enquêtées ;
  • * La méthode statistique : celle-ci consiste à quantifier les données récoltées, à procéder à leur représentation sous forme de graphique, des tableaux…, à leur traitement ainsi qu’à leur interprétation. Cette méthode nous servira à interpréter les données, à représenter les données recueillies

Techniques :

L’usage des méthodes nous oblige à recourir à certaines techniques qui permettent la récolte des données nécessaires à la rédaction du présent travail. Les techniques que nous avons utilisées sont :

– La technique documentaire : elle nous permet et nous permettra à chercher les données existantes dans les écrits en rapport avec le sujet. Nous avons consulté divers documents, ouvrages et d’autres travaux portant sur l’entrepreneuriat et le micro finance.

– La technique d’interview : consiste à puiser les données utiles à une enquête suscitant des déclarations orales de quelques personnes susceptibles de fournir ces données. Nous aménagerons des entrevues avec les entrepreneures ainsi que d’autres capables de nous fournir des renseignements nécessaires à notre travail.

– La technique d’observation directe : Celle-ci est une technique par laquelle un chercheur regarde attentivement un fait social, économique ou politique…pour en dégager des données y relatives. Il est donc question d’observer les choses, les décrire et les comparer. Elle nous est utile dans les observations des comportements et du mouvement général dans le secteur sous étude.

– La technique de questionnaire :le questionnaire est une technique consistant à interroger un ensemble des répondant le plus souvent représentant d’une population soumise une série des questions relatives à leurs situations sociales, professionnelles ou familiales, à leurs opinions, à leurs attitudes, à l’égard d’opinion ou d’enjeux humains ou sociaux ,à leurs attentes, à leurs niveaux de connaissance ou de conscience d’un évènement, d’un problème ou encore sur tout point de vue qui intéresse le chercheur. Elle nous aidera à réunir des informations auprès de nos enquêtés par le biais d’un questionnement opérationnel et orienté.

Délimitation du sujet :

Dans le souci de mieux mener notre travail, il convient de préciser ses limites. Ce travail se limite à déterminer les obstacles et l’opportunité de l’entrepreneuriat féminin dans la ville de Bukavu.

Dans le temps, il s’étend sur la période de nos enquêtes c’est-à-dire de décembre 2017 au mois de juin 2018.

Canevas du travail :

Outre l’introduction et la conclusion ce travail sera articulé sur trois chapitres; Le premier chapitre sera la revue de la littérature théorique et empirique, le deuxième chapitre parlera sur la présentation du milieu d’étude et de l’approche d’investigation du sujet, le troisième chapitre sera concentré sur la présentation, l’analyse et l’interprétation des résultats.

SIGLES ET ABBREVIATIONS

  • $ : Dollar américain
  • % : Pourcentage
  • AGR: Activités génératrices des revenus
  • IMF : Institutions de micro finance
  • ISP : Institut supérieur pédagogique
  • O.N.G : Organisation non gouvernementale
  • PNUD : Programme des nations-unies pour le développement
  • PVD : Pays en voie de développement
  • RDC : République Démocratique du Congo
  • TFC : Travail de fin de cycle

LISTE DES TABLEAUX

  • Tableau 1 : Population de Bukavu en 201718
  • Tableau 2 : âge de l’entrepreneure21
  • Tableau 3 : Situation matrimoniale de l’entrepreneure22
  • Tableau 4 : Taille de ménage22
  • Tableau 5 : Niveau d’instruction de l’entrepreneure23
  • Tableau 6 : Revenu mensuel du mari23
  • Tableau 7 : Répartition des entrepreneures investiguées selon le domaine d’activité.24
  • Tableau 8 : Encouragement des entrepreneures enquêtées par l’entourage25
  • Tableau 9 : Réaction de la famille vis-à-vis de la décision d’entreprendre25
  • Tableau 10 : Entrepreneuriat et statut social25
  • Tableau 11 : Contraintes des entrepreneures mariées26
  • Tableau 12 : Nombre d’heures consacré à l’activité26
  • Tableau 13 : Discrimination en tant que femme27
  • Tableau 14 : Attitude des entrepreneures investiguées face à un emploi salarié27
  • Tableau 15 : Répartition des entrepreneures enquêtées selon la motivation d’entreprendre28
  • Tableau 16 : Sources de financement au démarrage28
  • Tableau 17 : Affectation des revenus des femmes entrepreneures visitées29
  • Tableau 18 : Difficultés d’obtention de financement29
  • Tableau 19 : Conditions d’obtention du financement : Garanties30
  • Tableau 20 : Obtention des crédits : Hommes par rapport aux femmes30

TABLE DES MATIERES

  • 0. INTRODUCTION 1
  • 0.1 Problématique 1
  • 0.2 Hypothèses 2
  • 0.3 Objectifs de l’étude 2
  • 0.4 Choix et intérêt du sujet 2
  • 0.5 Méthodologies 3
  • 0.5.1 Méthodes 3
  • 0.5.2 Techniques 3
  • Délimitation du sujet 4
  • 0.6 Canevas du travail 4
  • CHAPITRE Premier : REVUE DE LA LITTERATURE 5
  • I.1 Approche théorique 5
  • I.1.1 Définition de l’entrepreneuriat et de l’entrepreneur 5
  • I.1.2 Caractéristiques de l’entrepreneur 6
  • I.1.3 Théorique sur l’entrepreneuriat 7
  • I.1.4 Femme entrepreneure 8
  • I.1.5 Quelques expériences de l’entrepreneuriat féminin à l’échelle mondiale 10
  • I.1.6 La micro finance et l’entrepreneuriat féminin 14
  • I.2 Revue de la littérature empirique 15
  • CHAPITRE Deuxième : PRESENTATION DU MILIEU D’ETUDE ET DEMARCHE D’INVESTIGATION 18
  • Brève présentation de la ville de Bukavu 18
  • II.1 Démarche d’investigation 19
  • II.1.1 Techniques de collecte des données 19
  • II.1.2 Dépouillement, analyse et traitement des données 20
  • CHAPITRE Troisième : PRESENTATION, ANALYSE ET INTERPRETATION DES RESULTATS …21
  • III.1 Caractéristiques socio-économiques des entrepreneures enquêtées. 21
  • III.2 Activités entrepreneuriales : opportunité et obstacles 23
  • SUGGESTIONS 31
  • CONCLUSION 32
  • REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES 34
  • QUESTIONNAIRE D’ENQUETE 37
D'autres étudiants ont aussi consulté...
Étiquettes : , , , ,
Commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.