Le référencement naturel: code source, contenu, flux et annuaires

Optimisation du code source : les techniques de Search Engine Optimization

III. L’optimisation du code source

Le code source et le référencement.

Il existe de nombreuses techniques pour gérer sa e-réputation sur internet, qu’il s’agisse du référencement naturel, du référencement payant via les publicités ou de la gestion des réseaux sociaux, toutes les techniques se doivent d’être combinées pour créer une véritable synergie et pour atteindre les objectifs fixées.

1. Le référencement naturel SEO

Le Search Engine Optimization, appelé aussi référencement naturel, permet de positionner au mieux un site internet dans les pages de résultats sur un moteur de recherche, Google par exemple.

Il existe ainsi différentes techniques à utiliser telles que l’optimisation du code source de la page web, la création de contenu, l’utilisation de flux, ou encore l’utilisation d’annuaires de référencement.

a. L’optimisation du code source

Cette technique est réservée aux développeurs, c’est pourquoi elle est souvent sous-traitée si l’entreprise ne dispose pas d’un service informatique.

Il y a plusieurs années, la gestion des meta keywords et meta description (une série de mots clé permettant de qualifier le contenu d’une page web) avaient un impact important sur le référencement naturel.

L’optimisation du code source

Actuellement, ce n’est plus le cas puisque ces mots clé sont totalement ignorés de Google.

Il est néanmoins nécessaire d’effectuer une description succincte de la page web dans la balise description puisqu’elle pourra être affichée dans les pages de résultats des moteurs de recherche.

Le Search Engine Optimization SEO : l’optimisation du code source

Certaines balises meta ne sont pas totalement inutiles et se doivent d’être correctement remplient telle que la balise qui donne un nom au site, ou la balise puisque qu’elle permet d’éviter l’indexation et le référencement des pages inutiles dans les moteurs de recherche.

Le Search Engine Optimization SEO : l’optimisation du code source

En ce qui concerne les liens, il a récemment été prouvé que le poids des mots-clés dans les URL était marginal.

Référencement auprès des annuaires et moteurs de recherche

Cependant, le fait d’utiliser des URL explicite permet non seulement { l’utilisateur de savoir où il va se rendre en cliquant sur le lien, mais aussi { Google de faire le lien entre les différentes pages du site de manière la plus logique possible.

Pour passer un paramètre dans un lien, il est préférable d’opter pour la méthode GET, et non la méthode POST.

il est préférable d’opter pour la méthode GET, et non la méthode POST

Les sitemaps (fichier créer par le webmaster permettant « d’informer les moteurs de recherche quelles adresses d’un site web sont disponibles pour l’indexation automatique ») peuvent être utiles, en particulier pour les gros sites mais ne peuvent pas pallier { une architecture défaillante.

Il faut donc, avec la création d’un site web, mettre en place une architecture de pages structurée et cohérente.

Les sitemaps

Un site qui respecte les normes du W3C (« World Wide Web Consortium dont la mission va être de « surveiller » l’évolution du web et de proposer au fur et à mesure de nouvelles versions du HTML » (source www.siteduzero.com)) aura la garantie d’une bonne indexabilité technique par les robots de moteurs de recherche.

Malgré le fait que les langages FLASH, AJAX, Javascript, etc. soient très agréables à la navigation pour le visiteur, ces langages ne sont pas « SEO Friendly », c’est-à-dire qu’ils ne sont pas compatibles avec un bon référencement.

En effet, les moteurs de recherche ne les interprètent pas, leur contenu n’existe donc pas pour les moteurs de recherche.

Il est extrêmement important d’utiliser { bon escient toutes les balises sémantiques telles que les titres <h1>, <h2>, les paragraphes <p>, les mots importants <strong>, etc. puisque les moteurs de recherche tiennent compte de toutes ces balises et de leur utilisation pour évaluer la pertinence des pages d’un site web.

En 2010, Google a annoncé que le temps de chargement des pages serait pris en compte dans le positionnement.

Il existe des sites permettant de calculer le temps de chargement d’une page et le poids de son code source du site web afin de l’optimiser au mieux (compression des images, utilisation d’include en php, etc.) https://pagespeed.web.dev/

L’ergonomie du site reste très importante, il faut notamment placer le contenu important à gauche de la page, espacer ses paragraphe, privilégier la structure d’affichage en « F » etc.

Exemple « d’eye-tracking structure » des internautes sur une page web

Exemple « d’eye-tracking structure » des internautes sur une page web
Source : http://www.netscore.fr

Il ne s’agit ici que des prémices des techniques SEO dédiés au développeur afin d’améliorer l’indexation des moteurs de recherche.

Malgré le fait qu’il s’agisse d’une étape technique qui est souvent négligée par énormément de webmaster, c’est avant tout la base d’un bon référencement naturel sur internet qui nous permettra de passer aux étapes suivantes.

b. Le contenu et le référencement SEO

Avoir un site web parfaitement optimisé ne suffit pas si l’on veut que ses pages apparaissent sur la première page des moteurs de recherche (puisque 93% des internautes s’arrêtent { la première page des résultats de leur recherche sur Google, alors que 51% d’entre eux ne cliquent que sur le premier lien).

La création de contenu est à la fois la plus facile à mettre en place, mais aussi la plus contraignante. En effet, le fait de mettre du nouveau contenu sur un site/blog doit être régulière.

Google apporte une attention toute particulière à ces contenus.

Afin de mettre en valeur les contenus crées, il est nécessaire de faire preuve d’empathie pour penser comme un internaute lambda. L’utilisation de certains mots clé dans le contenu qui va être crée doit être parfaitement réfléchie.

C’est { partir des mots que vous utiliserez que Google vous attribuera une note en fonction de la pertinence de votre article par rapport { la recherche des internautes.

Il est donc inutile d’utiliser certains mots clés très recherchés si le contenu mis en ligne n’a aucun rapport avec ce mot clé.

Non seulement, cela ferait chuter la pertinence de l’article pour Google, mais en plus, cela ferait augmenter le taux de rebond (« Le taux de rebond (bounce rate en anglais) est le pourcentage d’internautes qui est entré sur une page Web et qui a quitté le site immédiatement après. » Source : Wikipédia) de la page web.

Les contenus crées doivent être uniques.

Il est totalement déconseillé de récupérer du contenu d’un autre site web puisque, d’une part, cela est illégal, et d’autre part, Google détecterait un « Duplicate Content », c’est-à-dire un contenu déjà existant.

La page court alors le risque de ne plus être référencée par les moteurs de recherche. Par conséquent, il est totalement déconseillé de poster un article similaire sur un blog professionnel et le site de l’entreprise par exemple.

Afin d’éviter le duplicate content sur ses propres pages, il est nécessaire de préférer des redirections 301 aux redirections 302 entre ses différents noms de domaine.

c. Les flux

L’utilisation des flux est un passage presque obligatoire pour améliorer son référencement sur les moteurs de recherche, puisque Google a affirmé qu’il les prenait en compte dans son algorithme de classement.

Qu’il s’agisse de flux RSS (« Un flux RSS est un fichier dont le contenu est produit automatiquement en fonction des mises { jour d’un site web. Les flux RSS sont souvent utilisés par les sites d’actualité ou les blogs pour présenter les titres des dernières informations consultables en ligne. » Source : Wikipédia), ou des flux de réseaux sociaux (qui sont pris en compte depuis quelques mois par Google), il est important de mettre en place ces flux qui permettront non seulement d’améliorer le référencement naturel des articles, et donc du site web, mais aussi d’augmenter le nombre de visites sur le site.

En effet ces flux peuvent être diffusés sur tous les réseaux sociaux et peuvent être qualifiés de « Duplicate Content ».

d. Les annuaires de référencement

Afin d’améliorer le référencement d’un site web et de le propulser dans les premières pages de résultat d’un moteur de recherche, il est aussi possible d’utiliser des annuaires de référencement.

Ces annuaires peuvent être payants ou gratuits et bénéficient généralement d’une bonne notoriété auprès des robots Google puisqu’ils vivent des contenus des utilisateurs, notoriété qui profite donc aux sites présents sur ces annuaires.

Il suffit de renseigner la catégorie de son site, de créer des mots clés et un titre pertinent puis de décrire son site en quelques centaines de mots et de manière attractive.

Attention cependant au Duplicate Content qui ne ferait que vous pénaliser.

Une fois le site accepté sur l’annuaire, Google va référencer ce nouveau site tout en lui faisant bénéficier de l’indice de confiance de l’annuaire de référencement, ce qui permettra d’améliorer sa position dans les moteurs de recherche.

Ce travail, souvent fastidieux est généralement confié à des entreprises spécialisées dans le référencement naturel, ou effectué par des logiciels de référencement.

Cependant, ces logiciels sont à déconseiller puisque que le contenu produit reste, à peu de chose près, le même.

Le SEO : les annuaires de référencement et les flux

Pour citer ce mémoire (mémoire de master, thèse, PFE,...) :
Auteur·trice·s :
Baugas Alexis
Baugas Alexis
Université :
Ecole Supérieure de Commerce - International School of Management - IDRAC Montpellier
Année de soutenance :
MGE 4 : Management des PME - Mémoire de fin d’étude
Télécharger ce mémoire en ligne PDF (gratuit)
Rechercher
Publier!
Publier son mémoire de fin d’études ! - WikiMemoires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Retour haut de page