Les impacts organisationnels de l’éco conception

12 April 2013 | Economie et Gestion

2 – Les impacts organisationnels de l’éco conception

2.1 – Les conséquences organisationnelles propres à l’entreprise

L’éco conception nécessite non seulement une remise en cause des méthodes de conception mais aussi de l’organisation en elle-même. Cela se traduit par qu’un changement culturel au sein de l’entreprise axé autour de nouvelles méthodes de travail, ainsi qu’une modification de l’organigramme.

Ampleur de la réorganisation de l’entreprise
Ampleur de la réorganisation de l’entreprise8

8 Intégration de l’environnement en conception, sous la direction de Dominique Millet, Lavoisier, 2003, page 31 (d’après Figure 1.11)

2.1.1 – L’évolution du groupe de projet « conception »



A – Un nouvel acteur : le responsable environnemental

Le processus de conception et d’innovation est basé sur une gestion de projet ainsi que sur des méthodes de conception. Il est composé d’une équipe pluri disciplinaire afin d’établir un lien entre les différents services d’une entreprise (recherche et développement, marketing, bureau d’études, gestion de production, design, qualité…), qui ont chacun un rôle spécifique à jouer dans la création du nouveau produit. Comme nous le verrons dans la prochaine section, il est important qu’un acheteur soit intégré au projet.

Dans le cadre de l’éco conception, un nouvel acteur doit intervenir au sein de ce groupe projet : le responsable environnement. Il doit ainsi posséder différentes compétences, afin de bien comprendre les intérêts et les enjeux de chacun des membres du groupe :

* un bagage juridique au sujet de l’ensemble des réglementations en vigueur
* une connaissance de l’état du marché
* une connaissance des méthodes de conception et de production

De plus, il doit mettre en place tout un travail en terme de suivi des procédés et des technologies utilisés par les différents acteurs du cycle de vie du produit, appelés partenaires de la supply chain, ainsi qu’une veille technologique permanente.

La démarche d’éco conception complète le processus de conception. En effet, le responsable environnement est l’acteur qui va permettre de diffuser et de faire partager les problématiques d’ordre environnemental au sein de l’équipe de conception .

B – Une vision partagée au sein de l’équipe : intégration du facteur environnemental

Le responsable environnement suscite la naissance et l’appropriation du savoir environnemental au sein de l’entreprise. Il doit être capable d’analyser les impacts environnementaux des différents choix possibles en matière de conception. Sa fonction est capitale, car sans lui, il n’y a pas de démarche d’éco conception possible.

C’est pourquoi il doit être reconnu à part entière par l’ensemble des participants, afin que ses réflexions soient prises en compte dans la conception du produit. Plus la problématique d’intégration de l’environnement est prise en considération en amont et plus la possibilité de réduire les impacts environnementaux est forte.

La démarche d’éco conception doit se dérouler suivant différentes étapes :
* identification des impacts sur l’environnement
* hiérarchisation des impacts
* prise en compte des impacts significatifs dans les critères de choix

Elle donne lieu à différentes solutions techniques en terme de matériaux, de composants, de sous ensembles. Celles-ci ne peuvent être comparées qu’à fonction et performance équivalente, c’est-à-dire à unité fonctionnelle identique.

En somme, l’éco conception doit livrer un nouveau souffle, une nouvelle orientation à la politique de conception de l’entreprise.

2.1.2 – Le potentiel d’innovation impulsé par la Fonction Achat

La Fonction Achat, en tant qu’interface entre l’organisation et son environnement amont, joue un rôle privilégié en matière d’éco conception. En effet, qu’il s’agisse de la création d’un nouveau produit ou de l’amélioration d’un produit existant, l’acheteur va inciter les fournisseurs à répondre positivement aux innovations décrites dans le cahier des charges. En somme, le rôle de la Fonction Achat est de contraindre, ou plutôt de séduire les fournisseurs, de telle sorte qu’ils modifient leur offre en conséquence.

En outre, les relations client – fournisseur vont se densifier et permettre une certaine pérennité des actions engagées. Cette notion de stabilité s’inscrit dans une logique gagnant – gagnant.

Dans la mesure où le cahier des charges intègre une dominante environnementale, il est possible de le caractériser par la notion d’« achats éco responsables ».

A – Le cahier des charges fonctionnel

Le cahier des charges fonctionnel, qui concerne l’analyse du besoin en terme de fonctions à satisfaire, reflète les intentions du concepteur. Par ce biais, l’entreprise acheteuse doit être en mesure :

* de choisir des fournisseurs engagés dans une démarche de protection de l’environnement
* d’inclure des critères environnementaux dans le cahier des charges fournisseurs

Ainsi, les acheteurs peuvent solliciter le potentiel d’innovation de leurs fournisseurs, afin que leurs produits répondent aux fonctionnalités soumises, tout en satisfaisant les exigences environnementales. Les fournisseurs constituent donc une force de proposition pour présenter des nouvelles technologies en adéquation avec la stratégie d’éco conception de l’entreprise acheteuse.

B – Le cahier des charges technique

Le cahier des charges technique laisse quant à lui une porte ouverte au niveau des solutions apportées, concernant le choix des matériaux, des composants ou encore des technologies utilisées.

Les comparaisons effectuées en terme de performance ne peuvent être valables que dans la mesure où elles sont étudiées de manière équivalente, c’est-à-dire à unité fonctionnelle identique. L’acheteur fixe des niveaux à atteindre en terme de respect de l’environnement, conformément aux résultats trouvés par les analyses menées auparavant. Une fois la série de tests et d’essais validés, il va être possible de signer un contrat avec le fournisseur.

En somme, il existe un fort potentiel d’optimisation des qualités environnementales en agissant en amont de la conception : c’est là que réside l’intérêt d’introduire la phase environnementale le plus tôt possible dans la conception du produit, tout en tenant compte de critères plus « traditionnels » de sélection d’un fournisseur, tels que les délais et les coûts.

Ainsi, il apparaît clairement que la prise en compte de l’environnement en conception ne peut pas s’effectuer uniquement au sein du groupe de projet, mais qu’elle doit s’étendre au sein de l’entreprise et de la filière d’activité toute entière.

2.1.3 – L’intégration de l’environnement dans la culture d’entreprise

De manière générale, le pilotage du changement est un exercice difficile à réaliser au sein des organisations. Aussi, l’intégration de l’environnement dans la conception des produits et, plus largement, au sein de l’entreprise toute entière, reste un défi majeur pour la Direction Générale.

A – Le soutien de la Direction Générale

La Direction Générale doit soutenir la politique d’éco conception afin de créer un environnement favorable à sa mise en place. En effet, comme dans la conduite de tout changement en entreprise, il est important d’en expliquer la nature et les enjeux, afin de faciliter l’adhésion de l’ensemble du personnel. Il est donc nécessaire d’effectuer des campagnes de communication régulières pour informer et commenter les différentes étapes d’évolution.

En effet, il existe toujours un risque de se heurter à l’immobilisme. L’introduction du changement nécessite de remettre en cause les manières de travailler et il arrive que certains acteurs le refusent : «…ils ne comprennent pas le problème qu’il s’agit de traiter, que ce qu’on leur en dit ne paraît pas correspondre à la réalité – à leur réalité – et qu’ils vivent ainsi le changement comme une culpabilisation, une remise en cause a priori injustifiée de leurs pratiques antérieures. »9 C’est pourquoi, dans ce cas précis, il est intéressant d’expliquer les éléments positifs liés à l’instauration du changement, afin de minimiser les mécontentements.

Ainsi, la modification des manières de travailler est souvent associé au mode réactif adopté durant les périodes de crise. Dans ces moments, il faut absolument une évolution, un changement afin de renouer avec une situation plus saine.

Quant à elle, l’éco conception s’inscrit dans une démarche pro active. Cette caractéristique peut renforcer l’absence de compréhension et donc d’acceptation du changement. En effet, si l’entreprise, qui connaît de bons résultats commerciaux et financiers décide de pratiquer l’éco conception, certaines personnes vont s’interroger au sujet de cette initiative. Il est important de justifier la légitimité de ce changement. C’est la raison pour laquelle il est nécessaire de situer l’éco conception dans le contexte politique actuel de développement durable et de la possibilité d’anticipation de la réglementation.

9 Sociologie du changement, François Dupuy, Dunod, 2004, page 117

L’acceptation du changement est fondamentale. Le cas de l’éco conception le montre bien, car il ne s’agit pas seulement d’un plan d’action mais d’une véritable ficelle sur laquelle on tire pour donner une nouvelle orientation à la stratégie industrielle et commerciale d’une entreprise, mais aussi au sein d’une supply chain. C’est pourquoi il ne faut pas sous estimer les détenteurs de pouvoir informel, qui ont une capacité à favoriser ou non la réussite du changement.

B – La diffusion au sein de l’entreprise elle-même

La création d’un processus d’apprentissage global autour de la dimension environnementale permet de constituer une dynamique, qu’il est possible d’inclure dans la culture de l’entreprise. Cette dernière va alors construire progressivement sa propre démarche environnementale.

La réussite du processus d’apprentissage nécessite une modification consciente de la vision que les acteurs de l’entreprise partagent collectivement. Cela passe par une phase de diffusion d’informations ainsi qu’une phase de formation pour acquérir des compétences nécessaires engendrées par ce changement.

Il est nécessaire d’inciter les gens à prendre part au changement, en leur faisant confiance. Par ce biais, ils seront eux-mêmes acteurs du changement, ce qui stimulera leur motivation.

Ainsi, le changement des valeurs propres à l’entreprise va permettre de déterminer des stratégies d’actions capables de déboucher sur des résultats satisfaisants.

Cependant, ce n’est qu’une fois le produit lancé, utilisé et traité en fin de vie, que des données plus précises vont être collectées, afin de faire l’objet d’améliorations. C’est pourquoi il est nécessaire de disposer d’une bonne communication afin de bénéficier d’un partage de l’information au sein de la filière représentative du cycle de vie de produits éco conçus. Ainsi, rechercher les impacts significatifs au cours des différentes étapes du cycle de vie revient à rechercher des gains de compétitivité tout au long d’une filière, qui au final se traduit par une compétitivité accrue et durable des produits.

Lire le mémoire complet ==> (Les enjeux de l’éco conception)
Mémoire de fin d’études – DESS Logistique
Université de Paris 1 Le Roux Claire

I.4 Organigramme de l’entreprise La direction de la Sonatel est composée d’une direction géné
C. Le mécénat actuel a. Visions Les subventions publiques étant en régression, le mécénat se f
La qualité et la qualité de service – Section2 : De nos jours, La notion « qualité » est