Les éco entreprises : l’éco conception chez Yves Rocher

12 April 2013 | Economie et Gestion

3.2 – L’entreprise Yves Rocher

La marque française Yves Rocher existe depuis 40 ans. Elle fabrique et commercialise des produits de beauté à travers la planète. L’entreprise a toujours mis en avant sa volonté d’être à la fois tournée vers la nature ainsi que vers la beauté des femmes.

L’entreprise Yves Rocher

3.2.1 – Présentation de l’entreprise

L’entreprise Yves Rocher
Source : http://www.yves-rocher.com/marque/index_flash.html

La rubrique Eco Conception du site Internet se décline autour de quatre axes, à savoir :
– les matières premières
– la formulation
– la production
– l’emballage

Cette démarche souligne bien entendu le souhait de l’entreprise de communiquer sur ce point auprès de ses clients, afin de préserver leur confiance. En effet, le slogan de la marque n’est autre que « Le futur est déjà dans la nature ». Par conséquent, l’entreprise s’inscrit dans une démarche respectueuse de l’environnement, puisque le fruit de son activité est tiré directement de la nature. Elle n’a donc pas intérêt à la maltraiter.



Ainsi, consacrer une rubrique entière du site Internet à l’éco conception est intéressant dans la mesure où cela va permettre d’asseoir et de renforcer la véritable personnalité/identité de la marque et, par ce biais, de créer une différenciation importante dans l’esprit du consommateur. Il ne s’agit plus seulement de produits, mais véritablement d’une marque et d’un groupe tout entier derrière lesquelles les valeurs de développement durable et d’éco conception sont incarnées.

3.2.2 – L’éco conception chez Yves Rocher

La démarche d’éco conception s’articule autour de quatre priorités, qui prennent en compte l’ensemble du cycle de vie du produit . En effet, comme nous l’avons vu dans la première partie de ce mémoire, l’éco conception nécessite notamment d’innover en terme de matières premières et de technologies, capables de faire évoluer le produit, dans une démarche de préservation de l’environnement.

A – Les matières premières

Tout d’abord, la marque de cosmétiques met l’accent sur l’utilisation de matières premières. Ainsi, elle s’engage à utiliser dans la fabrication de ses produits, les éléments les plus facilement renouvelables des plantes, à savoir « les feuilles, les fleurs, les fruits plutôt que du bois ou des racines15 ».

B – Les technologies

En matière de procédés et de technologies utilisées, certaines innovations ont permis de trouver des techniques moins néfastes pour l’environnement. Par exemple, les procédés d’extraction sont de plus en plus remplacés par des méthodes non plus chimiques mais physiques , telles que la centrifugation, la filtration, ou encore la pression à froid. Parmi les derniers procédés d’extraction chimiques des substances encore en place, ils sont désormais réalisés sans solvants chimiques .

Par ailleurs, les eaux de refroidissement sont recyclées en boucle , ce qui permet ainsi de réduire les dégâts sur l’environnement et de diminuer les coûts de consommation d’eau. Ainsi, cette démarche a permis à l’usine située à la Gacilly, de diviser par trois sa consommation d’eau, depuis sa construction.

C – La production

Le processus d’éco conception a permis d’innover sur différentes parties du produit ayant des impacts à différents stades de vie du produit.

D’une part, en terme de formulation du produit, l’aboutissement des recherches menées dans le cadre de l’éco conception a permis de proposer des produits tels que les gels, mousses et shampooings qui sont désormais biodégradables.

15 http://www.yves-rocher.com/marque/index_flash.html, site de l’entreprise Yves Rocher

D’autre part, une véritable politique de réduction des déchets à la source, notamment en terme d’emballage, a été mise en place. Par conséquent, les emballages utilisés doivent respecter des caractéristiques précises, spécifiées lors de la rédaction du cahier des charges. Les emballages sont désormais véritablement conçus en fonction des contraintes de l’environnement, tout en gardant leurs fonctions principales16, à savoir :

* fonction de conservation et de protection : sécurité du produit emballé contre les avaries, l’air … dans une finalité d’hygiène et de santé publique.

* fonction de transport : l’emballage facilite la manutention, le rangement et la prise en main du produit.

* fonction d’information et présentation du produit contenu : les obligations légales d’information du consommateur (dénomination, origine, traçabilité du produit, dates de péremption, etc).

* fonction de promotion commerciale : support pour le marketing mix afin de vendre le produit.

Cette démarche soulève la problématique de l’ensemble des critères à satisfaire lors de l’éco conception. En effet, en plus de critères réglementaires d’information du consommateur, de transport et de conservation, un critère supplémentaire, prenant en compte le respect de l’environnement est intégré.

Celui-ci nécessite de mettre en évidence un point critique, à partir duquel une réduction supplémentaire de poids et/ou de volume de l’emballage met en péril une ou plusieurs de ses fonctions traditionnelles.

Ainsi, différents objectifs ont été fixés en terme de conception d’emballages primaires :

* nouveaux flacons :

D’une part, les flacons doivent être allégés en terme de poids. Cette mesure permet d’économiser les ressources en matières premières et par la même de réduire les coûts, car ceux liés aux volumes achetés ainsi qu’au transport diminueront. Ces derniers occupent d’ailleurs un poste important étant donné qu’une des spécificités du Groupe Yves Rocher se base sur la livraison à domicile.

D’autre part, les flacons sont au fur et à mesure reconçus à partir d’un seul et unique matériau (flacon, bouchon, étiquette), dans le but d’en faciliter le recyclage par la suite. Cette nouveauté souligne le rôle des ACV et ACM. Ainsi, la multiplication des entrants dans la fabrication de l’emballage est un handicap à sa valorisation à la fin de son cycle de vie. Les tests réalisés lors des recherches d’éco conception ont montré que l’utilisation d’un seul matériau pour l’ensemble des composants du flacon était plus avantageuse d’un point de vue environnemental, sans que cela se fasse au détriment des autres fonctions.

* diminution de la part de PVC : l’utilisation de cette matière première doit tendre à disparaître au profit d’autres plus facilement valorisables en fin de vie du produit.

D – Des relations partenariales

Concernant les relations avec les fournisseurs, il semble qu’elles soient d’ordre partenarial. Ainsi, un système de chartes a été institué, avec un contrat d’assurance qualité « afin de garantir la qualité, la sécurité, le respect de l’environnement ainsi que la traçabilité de l’ensemble de nos achats»17. Les différents fournisseurs doivent s’adapter à celui-ci s’ils veulent continuer à approvisionner l’entreprise. Il n’existe pas de réelle information concernant une approche collaborative plus avancée.

16 La double vie de l’emballage, Gérard Bertolini, Economica, 1995, page 17

Lire le mémoire complet ==> (Les enjeux de l’éco conception)
Mémoire de fin d’études – DESS Logistique
Université de Paris 1 Le Roux Claire

3 Quelles perspectives pour la presse en ligne ? La faiblesse des avantages dont dispose aujourd’h
2.3.2.2. Le cycle de vie et le succès de projet Pinto et Prescott (1988) ont listé un ensemble d
3- REVUE DE LA LITTERATURE Six publications vont être passées en revue afin de faire un tour d’h