Agronomie

On Top

Les récents articles

Le village Mobi province de la tshopo rdc

Le village de Mobi, la Province de la Tshopo

  1. La caractérisation de l’exploitation piscicole de village Mobi
  2. La pisciculture: définition, origine, type, sortes d’étangs et gestion piscicole
  3. Le village de Mobi, la Province de la Tshopo
  4. Caractéristiques des exploitants et des étangs piscicoles

Le village Mobi
Milieu, matériels et méthodes – Chapitre deuxième:

2.1. Description du milieu

Notre étude a été menée entre Mars et Avril 2019 au village de Mobi et ses environs, territoire d’Ubundu, Province de la Tshopo en République Démocratique du Congo.

2.1.1. Situations géographiques et administratives

Le village Mobi est situé à 032° 10’ 58’’ de latitude Nord et à 00° 42’ 054’’ de longitude Est avec une altitude de 401m se trouvant au PK 31 de Kisangani route Lubutu, Secteur Bakumu Mandombe, Territoire d’Ubundu, Province de la Tshopo, R.D. Congo. Il est administrativement limité:
→ A l’Est: par le Centre Wanie-rukula;
→ A l’Ouest: par la ville de Kisangani;
→ Au Nord: par la forêt faisant la limite avec la Province d’Ituri et;
→ Au Sud: par le fleuve Congo.

2.1.2. Considérations écologiques

2.1.2.1. Climat

Se trouvant dans la Province de la Tshopo, le village de Mobi bénéficie d’un climat du type Af selon la classification de

La pisciculture: Origine, diffusion et Sortes d’étangs

La pisciculture: définition, origine, type, sortes d’étangs et gestion piscicole

  1. La caractérisation de l’exploitation piscicole de village Mobi
  2. La pisciculture: définition, origine, type, sortes d’étangs et gestion piscicole
  3. Le village de Mobi, la Province de la Tshopo
  4. Caractéristiques des exploitants et des étangs piscicoles

La pisciculture: définition, origine, type, sortes d’étangs et gestion piscicole

Chapitre premier: Généralités sur la pisciculture

I.1. Définition

D’après la FAO (1997), le terme aquaculture désigne: « La culture d’organismes aquatiques, y compris poissons, mollusques, crustacés et plantes aquatiques dans les eaux saumâtres salées.

Le terme culture implique une quelconque forme d’intervention dans le processus d’élevage en vue d’améliorer la production, telle que l’empoissonnement à intervalle régulier, l’alimentation, la protection contre les prédateurs…

Cette culture implique également la propriété individuelle ou juridique du stock d’élevage.

Du point de vue des statistiques, les organismes aquatiques récoltés par un individu ou une personne juridique les ayant eu en propriété tout au long de leur période d’élevage sont donc des produits de l’aquaculture.

Par contre, les organismes aquatiques exploitables publiquement en tant que ressource de propriété commune, avec ou sans licences appropriées, sont à considérer comme des produits de la pêche. »

Dans le cas présent, nous nous intéressons à la culture de

Caractérisation technique et socio-économique de l’exploitation piscicole

La caractérisation de l’exploitation piscicole de village Mobi

  1. La caractérisation de l’exploitation piscicole de village Mobi
  2. La pisciculture: définition, origine, type, sortes d’étangs et gestion piscicole
  3. Le village de Mobi, la Province de la Tshopo
  4. Caractéristiques des exploitants et des étangs piscicoles

L’exploitation piscicole de village Mobi

Institut facultaire des sciences agronomiques de Yangambi« IFA-YANGAMBI »
B.P. 1232 KISANGANI B.P. 28 YANGAMBI

Laboratoire d’Hydrobiologie, Aquaculture, Production Animale et Pathologie

Option: Agronomie Générale

Travail de fin de cycle Présenté en vue de l’obtention de grade de Gradué en Sciences Agronomiques
Exploitation piscicole de village Mobi - Caractérisation technique et socio-économique de l’exploitation piscicole
Caractérisation technique et socio-économique de l’exploitation piscicole de village Mobi et ses environs.

Par:
Nestor LINANGOLA NGANDI

Directeur:
Dr. Ir. MGW BONDOMBE-wa-YALOKOMBE

Professeur Associé
Encadreur: Ir. Joël EBWA KUM’AMBWA
Assistant

Annee academique
2018 – 2019

Epigraphe

« Ayant péché pendant toute la journée sans rien attrapé, Christ recommanda à ses disciples cette fois-ci de jeter le filet de l’autre côté et ils eurent capturé beaucoup de poissons et ils crurent à lui ».

«Avec deux poissons et cinq pains, Jésus-Christ nourrit une multitude des gens ».

Dédicace et Remerciements

Résume

Une étude sur la caractérisation technique et socio-économique de l’exploitation piscicole de village Mobi et ses environs a été menée pour diagnostiquer les causes de faible production et de proposer des pistes en vue d’améliorer les conditions de vie de ces exploitants.

Les sources de données ont été l’enquête par sondage faisant recours aux techniques d’interview semi-dirigé, par le biais de questions du type fermé et ouvert et l’investigation ad hoc.

A

Variation des stocks de carbone du sol

Variation des stocks de carbone du sol

  1. La variation de stocks de carbone dans le sol forestier
  2. Les facteurs du sol en lien avec les stocks du COS
  3. Effet du climat sur le COS, type et nature du sol
  4. Influence de l’occupation de sol sur le COS
  5. Calcul du stock du carbone organique du sol en foret
  6. Présentation du Parc Nationale de Kahuzi-Biega PNKB
  7. Stocks de carbone et paramètres physico-chimique du sol
  8. Variation des stocks de carbone du sol

Variation des stocks de carbone du sol
Chap. IV. Discussion des résultats

IV.1 Variation des stocks de carbone du sol

Les résultats obtenus révèlent bien une variation de stock de carbone de sol par rapport aux types d’utilisation des terres. Les sols des forêts en transition secondaires- primaire, des forêts secondaires et des jachères sont ceux qui stockent plus de carbones que ceux d’autres types d’utilisation.
Les quantités obtenues en forêts (Annexe 2) sont proches des résultats de Ferry et al. (2014) qui estiment que les forêts tropicales humides stockent 27,9KgC/m2 dans les 100cm avec près de la moitié dans les 40 premiers cm soit, 13,9KgC/m2.
Comme l’affirme Razafimahatratra et al. (2008), ces résultats montrent que la présence des forêts originelles ne se témoigne pas toujours d’un stock de carbone exceptionnellement élevé dans leurs sols.
En effet, sans tenir compte du CO stocké dans la litière, les sols des forêts naturelles ont des stocks de carbone COS similaires voir légèrement inférieur aux jachères de longue durée (plus de 12 ans).
Les faibles

Stocks de carbone et paramètres physico-chimique du sol

  1. La variation de stocks de carbone dans le sol forestier
  2. Les facteurs du sol en lien avec les stocks du COS
  3. Effet du climat sur le COS, type et nature du sol
  4. Influence de l’occupation de sol sur le COS
  5. Calcul du stock du carbone organique du sol en foret
  6. Présentation du Parc Nationale de Kahuzi-Biega PNKB
  7. Stocks de carbone et paramètres physico-chimique du sol
  8. Variation des stocks de carbone du sol

Chap. III. Présentation et interprétation des résultats
III.1. Stocks de carbone et paramètres physico-chimique du sol

III.1.1. Stocks de carbone de différents types d’utilisations de terre

A la figure 7 on présente les quantités moyennes de carbone stocké dans les 30 premiers centimètres de différents types d’utilisation de terre en tonnes de carbone par hectare (tC/ha)
Types d'utilisation des terres
Types d’utilisation des terres
Figure 7. Stocks de carbone de différents types d’utilisation des terres en tC/ha
Toujours à la même figure, les résultats indiquent les variations dans les stocks de carbone des différents types d’utilisation des terres. Les milieux forestiers et les jachères présentent un stock de

Présentation du Parc Nationale de Kahuzi-Biega PNKB

  1. La variation de stocks de carbone dans le sol forestier
  2. Les facteurs du sol en lien avec les stocks du COS
  3. Effet du climat sur le COS, type et nature du sol
  4. Influence de l’occupation de sol sur le COS
  5. Calcul du stock du carbone organique du sol en foret
  6. Présentation du Parc Nationale de Kahuzi-Biega PNKB
  7. Stocks de carbone et paramètres physico-chimique du sol
  8. Variation des stocks de carbone du sol

Chap. II. Milieu et méthode
II.1 Milieu d’étude
Ce travail était réalisé à Tshivanga, partie haute altitude du Parc Nationale de Kahuzi-Biega (PNKB) dans la province du Sud-Kivu en République démocratique du Congo (RDC)
II.1.1 Présentation du PNKB
Le PNKB est l’un des sept parcs nationaux et des cinq sites du patrimoine mondial que compte la RDC, il fut créé en 1970 dans le but de protéger une espèce endémique des forêts orientales dont le gorille de plaine de l’Est. Il a été classé dès 1937 comme Réserve zoologique et forestière du mont Kahuzi par l’administration coloniale belge. En 1970, l’ordonnance n° 70/316 a classé cette réserve comme Parc National de Kahuzi-Biega avec une superficie de 60 000 ha. La superficie a été portée à 600 000 ha par ordonnance n° 75/238 du 22 juillet 1975.
Le parc se subdivise en deux zones suivant la variation de l’altitude dont la zone sub- montagnarde de basse altitude relevant du Domaine guinéo-congolais à l’ouest et la zone de haute altitude relevant du Domaine afro-montagnard

Courbe typique de décroissance du stock de carbone d’un sol forestier après mise en culture

Calcul du stock du carbone organique du sol en foret

  1. La variation de stocks de carbone dans le sol forestier
  2. Les facteurs du sol en lien avec les stocks du COS
  3. Effet du climat sur le COS, type et nature du sol
  4. Influence de l’occupation de sol sur le COS
  5. Calcul du stock du carbone organique du sol en foret
  6. Présentation du Parc Nationale de Kahuzi-Biega PNKB
  7. Stocks de carbone et paramètres physico-chimique du sol
  8. Variation des stocks de carbone du sol

Calcul du stock du carbone organique du sol

I.6 Le carbone organique du sol en foret

Sur la planète (tableau 2) la quantité de carbone contenu dans les sols forestiers représente une grande proportion par rapports aux autres compartiments des forets.

Elle est liée en partie à la composition du couvert qui surplombe la forêt.

Cette dernière influence significativement la quantité de carbone organique dans la couverture morte du sous-bois et celui contenu dans les 30 premiers centimètres du sol (St-laurent et al., 2000)

Tableau 2. Répartition du carbone en forêt selon différents auteurs

Compartiment de la foret Stock de COS selon différents auteurs
Dupouey et al, 2000 Buchholz

et al, 2014

Luyssaer

et al, 2008

Tavema et al, 2007 Lecocq et al, 2008 IFN, 2010
Biomasse aérienne 42% 37% 46% 47% 42% 36%
Biomasse souterraine 7% 9% 12% 15% 10%
Sol forestier 51% 54% 54% 42% 43% 54%
TOTAL 100% 100% 100% 100% 100% 100%

Source : Rossi et al., 2015

1) Dynamique du stock de COS en forêt

Deux

Influence de l’occupation de sol sur le COS

  1. La variation de stocks de carbone dans le sol forestier
  2. Les facteurs du sol en lien avec les stocks du COS
  3. Effet du climat sur le COS, type et nature du sol
  4. Influence de l’occupation de sol sur le COS
  5. Calcul du stock du carbone organique du sol en foret
  6. Présentation du Parc Nationale de Kahuzi-Biega PNKB
  7. Stocks de carbone et paramètres physico-chimique du sol
  8. Variation des stocks de carbone du sol

I.5 Influence de l’occupation de sol et du type d’utilisation de terre sur le COS
Les couverts végétaux présentent deux intérêts majeurs pour le carbone du sol :
* Ils apportent et reconstituent l’humus par la restitution de la biomasse produite (aérienne et racinaire). L’impact sera bénéfique à court et moyen terme sur le niveau organique du sol.
* Ils permettent d’optimiser la couverture des sols et d’éviter les sols nus. Ainsi, ils boostent la biomasse microbienne lors du cycle de vie de la plante par la rhizodéposition issue de leurs racines (Aguer, 2015).
Bien que les formes de C organiques et inorganiques soient toutes deux présentes dans les sols, l’affectation et l’exploitation des terres ont généralement un impact plus grand sur les stocks de C organiques. (Aalde et al., 2006) Par exemple, la mise en culture d’un sol initialement sous prairie ou forêt engendre une diminution du stock deux fois plus rapide qu’une augmentation du stock liée à une conversion inverse des terres (Vigot, 2012).
Les sols sous forêt présentent les

Effet du climat sur le COS, type et nature du sol

  1. La variation de stocks de carbone dans le sol forestier
  2. Les facteurs du sol en lien avec les stocks du COS
  3. Effet du climat sur le COS, type et nature du sol
  4. Influence de l’occupation de sol sur le COS
  5. Calcul du stock du carbone organique du sol en foret
  6. Présentation du Parc Nationale de Kahuzi-Biega PNKB
  7. Stocks de carbone et paramètres physico-chimique du sol
  8. Variation des stocks de carbone du sol

I.3 Effet du climat sur le COS
Il est extrêmement difficile de prédire les effets du changement climatique sur les sols, étant donné les interactions complexes entre la température et l’humidité, l’augmentation de la productivité et l’augmentation de la décomposition et, les variations dues aux différentes régions et types de sols (Clara et al., 2017). Les stocks de carbone ne sont cependant pas distribués de manière homogène dans toutes les zones écologiques (tableau 1). Ces zones montrent de grandes différences, en termes de carbone organique, causées surtout par la température et les précipitations.
Le carbone du sol emmagasiné sur 1 m de profondeur, représente à peu près 4 kg/m2 (dans la zone aride) et 21–24 kg/m2 (dans des régions polaires ou boréales), avec des valeurs intermédiaires de 8 kg/m2 dans les zones tropicales. La contribution totale des régions tropicales au réservoir de carbone du sol serait dans un éventail de 400 GtC (jusqu’à 1 m), comparé à 2 000 pour le monde (2 456 GtC jusqu’à 2 m). La zone aride, qui

Les facteurs du sol en lien avec les stocks du COS

  1. La variation de stocks de carbone dans le sol forestier
  2. Les facteurs du sol en lien avec les stocks du COS
  3. Effet du climat sur le COS, type et nature du sol
  4. Influence de l’occupation de sol sur le COS
  5. Calcul du stock du carbone organique du sol en foret
  6. Présentation du Parc Nationale de Kahuzi-Biega PNKB
  7. Stocks de carbone et paramètres physico-chimique du sol
  8. Variation des stocks de carbone du sol

Chap. I. Revue de la littérature

I.1 Le carbone du sol et son évolution

Le carbone (C) est l’élément fondamental de tous les êtres vivants et le principal constituant de la matière organique du sol.
Ce sont d’abord les plantes qui captent le carbone sous forme de dioxyde de carbone dans l’air durant la photosynthèse.
Ce carbone finit par se retrouver dans le sol lorsque meurent les plantes et les animaux qui consomment directement ou indirectement les plantes.
La plus grande partie de ce carbone retourne rapidement dans l’atmosphère durant la décomposition initiale des plantes et des animaux morts.
Toutefois, dans le cadre du processus de décomposition, une petite partie du carbone organique des plantes et des animaux dans le sol se transforme en matière organique qui se décompose moins facilement.
Avec le temps, la matière organique s’accumule dans le sol jusqu’à l’atteinte d’un équilibre où l’ajout de nouvelle matière organique dans le sol à partir des plantes et des animaux morts est égal aux pertes de carbone organique par la décomposition

stocks de carbone dans le sol forestier

La variation de stocks de carbone dans le sol forestier

  1. La variation de stocks de carbone dans le sol forestier
  2. Les facteurs du sol en lien avec les stocks du COS
  3. Effet du climat sur le COS, type et nature du sol
  4. Influence de l’occupation de sol sur le COS
  5. Calcul du stock du carbone organique du sol en foret
  6. Présentation du Parc Nationale de Kahuzi-Biega PNKB
  7. Stocks de carbone et paramètres physico-chimique du sol
  8. Variation des stocks de carbone du sol

Université catholique de Bukavu
Faculté des sciences agronomiques

Mémoire présenté envie de l’obtention du diplôme d’ingénieur Agronome
Option : Eaux et forêts

stocks de carbone dans le sol forestier
Etude de la variation de stocks de carbone dans le sol forestier suivant

le type d’utilisation des terres à Tshivanga au Parc National de Kahuzi-Biega (PNKB)

Par : MUNGUAKONKWA CIZUNGU Merlin
Contacts : merlin.macmgs gmail.com , (+243) 842 621 746 / 972 269 528

Directeur :
Prof. Dr. Ir. CIZUNGU NTABOBA Landry

Co-directrice :
C.T. Ir. NSHOBOLE MIGABO Nicole

Encadreur :
Ir. BULONZA MUHIGWA Emmanuel

Année académique :
2017-2018

Epigraphe

« Parler de l’homme dans la nature revient presque aujourd’hui à parler de l’homme contre la nature. »
Théodore Monod

Résumé

Le carbone organique des sols (COS) représente un facteur déterminant des fonctions du sol tant sur le plan agroécologique qu’environnemental. Les sols forestiers en contiennent des quantités plus élevées mais également sensibles aux perturbations anthropiques dont les changements d’utilisation des terres.
Les défrichements en vue de l’agriculture et la récolte des bois énergies sont des formes des menaces

Get The Latest Updates
Abonnez-vous à notre newsletter hebdomadaire

Pas de spam, notifications uniquement sur les nouveaux mémoires.

En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Les auteurs·trices

Publier son mémoire!
La diffusion du mémoire de fin d'études sur WikiMemoires
Aujourd'hui!