La première page du mémoire (avec le fichier pdf):
École africaine des métiers de l'architecture et de l'urbanisme
Mémoire pour l?obtention du grade de licence en urbanisme - 2019 - 2024

Lambaréné : dynamiques spatiales et accès aux équipements urbains

  1. Restructuration du tissu urbain du quartier grand-village (Gabon)
  2. BARBERA ISAAC Léon Pierre Joury
  3. Le Gabon, l’urbanisme au Gabon et le contexte de Lambaréné
  4. Caractéristiques du quartier Grand-Village : historique de peuplement
  5. Lambaréné : dynamiques spatiales et accès aux équipements urbains
  6. Le quartier Grand-Village : programme urbanistique et analyse diagnostic
  7. Propositions d’amenagement et d’urbanisme

Lambaréné : dynamiques spatiales et accès aux équipements urbains

6. Dynamiques socio-économiques

La ville de Lambaréné a été pendant longtemps un pôle industriel de référence pour ce qui concerne l’exploitation et la transformation locale du bois.

C’est cette industrie qui a attiré bon nombres de personnes non-originaires de la ville à venir s’y installer. Avec le temps, malgré la diminution de l’offre d’emplois dans l’industrie forestière, du fait du départ de certaines compagnies, l’activité économique s’est diversifiée.

Ainsi, Lambaréné possède un bon nombre d’entreprises, de commerces et d’autres services qui emploient au mieux une bonne partie de la population locale.

Pour ce qui concerne notre site du Grand-Village, les activités rencontrées relèvent surtout des secteurs secondaires et tertiaires.

Le secteur primaire est quant à lui peu développé et relève d’activités informelles.

6.1. Le secteur primaire

-L’agriculture : L’agriculture est une activité essentiellement paysanne. Peu de personnes la pratiquent sur notre site. Les rares potagers observés par moments sont cultivés pour un usage strictement familial et destiné à la consommation immédiate.

Les cultures privilégiées sont la Banane, le Manioc, le taro, l’igname, l’aubergine et l’oseille.

-L’élevage : Tout comme l’agriculture, l’élevage est une activité essentiellement paysanne. Il est vrai que certaines habitations possèdent quelques poulaillers, mais leur nombres relativement faibles ne permet pas de parler d’activité économique, mais plutôt d’activité culturelle.

Ce type d’élevage observé dans le quartier relève de la consommation quasi-exclusive des familles concernées.

-La pêche : Bien que ne disposant pas d’un cours d’eau poissonneux traversant le quartier, cette activité est pratiquée par certains chefs de ménages rencontrés, qui bien que bénéficiant d’un emploi permanent, n’hésitent pas durant les week-ends à revêtir l’outillage nécessaire pour la pêche, ce dans le but d’arrondir la fin du mois.

Ces derniers vont revendre les produits de leurs activités dans le quartier ou au marché. Les poissons les plus prisés demeurent la carpe, le sans-nom (espèce locale) et le silure.

Photo numéro 11 : plant de bananes dans une parcelle du site

image34

Photo numéro 12 : Potager dans une parcelle du site

image35

Source : Notre étude

6.2. Le secteur secondaire :

C’est l’un des secteurs les plus attractifs qui emploie un bon nombre de personnes, essentiellement dans les domaines de la réparation automobile, de la coiffure, de la couture. L’activité de transformation du bois n’est pas développée sur notre site.

Ce secteur est détenu en majorité par les ressortissants étrangers vu que les quelques gabonais interrogés travaillent en majorité dans la fonction publique ou dans le privé relevant du secteur tertiaire.

Photo 13 : Atelier de réparation automobile en plein air dans le site

image36

Photo 14 : Salon de coiffure dans le site

image37

Source : Notre étude

6.3. Le secteur tertiaire :

-Le commerce : secteur non négligeable dans la ville15, dans notre site il se compose du marché communal, de plusieurs boutiques et superettes, des bars, des boites de nuits, des restaurants et gargotes, d’une boulangerie-pâtisserie. Dans ce secteur, on retrouve aussi bien les Gabonais que les ressortissants étrangers.

Les chiffres d’affaires de la plupart de ces commerces atteignent leur paroxysme les week-ends ou, les touristes en provenance des villes de Libreville, Port-Gentil et d’ailleurs, n’hésitent pas à se ravitailler en vivres frais et moins chers et à se récréer.

-Les autres services : Plusieurs autres services relevant du secteur tertiaire ont vu le jour dans le site, à savoir une banque, les services de détentes et les services de transport.

Plusieurs initiatives personnelles et informelles qui consistent à écouler des biens dans les domiciles ou à collecter les déchets domestiques sont à signaler.

Cependant, ce côté informel cause des soucis à la mairie du premier arrondissement qui peine à identifier les pratiquants du commerce informel, du fait d’une absence de recensement des pratiquants du dit secteur. Toute chose qui laisse échapper des taxes pouvant servir à la collectivité.

Photo 15 : Une commerçante du site

image38

Photo 16 : Agence bancaire dans le site

image39

Source : Notre étude

15 SITUATION SOCIO-ÉCONOMIQUE DU MOYEN OGOOUÉ EN 2012, Ministère du Budget.

Photo 17 : Vue sur une partie du marché du site

image40

Photo 18 : Un commerçant de poisson ambulant du site

image41

Source : Notre étude

Conclusion partielle :

L’analyse socio-économique de notre site a révélé la présence d’une pluralité d’activités pourvoyeuse d’emplois et génératrices de revenus.

En dehors de la fonction publique, nous constatons que le secteur tertiaire est le premier employeur (commerce), suivi de près par le secteur secondaire (activités de transformation et de réparation).

Le secteur primaire est presque inexistant et nécessite un accompagnement permanent pour qu’il puisse se développer.

7. Accès aux équipements et services urbains

Notre site du quartier Grand-Village est un quartier assez contrasté qui présente en fonction de la position géographique des habitants, tantôt un accès facile aux équipements, tantôt un accès difficile.

Les parties Nord, Est, Centre-Est et Sud bénéficie de nombreuses commodités contrairement aux parties Ouest et Centre-Ouest qui subissent une insuffisance en équipements.

Les équipements d’infrastructures :

-La voirie : Notre site est bordé à l’est par la voie primaire qui mène au centre-ville, d’une emprise de 12 mètres. Une voie secondaire ceinture une large partie du quartier avec une emprise de 7 mètres.

Quatre voies tertiaires d’emprises de 5 mètres pénètrent au sein de quelques groupes d’habitations à l’Est et au Sud-Est du site.

Enfin, des pistes non revêtues aux emprises diverses, variant entre 1 et moins de 5 mètres permettent aux piétons et à certains véhicules de rallier les parcelles et les habitations, surtout dans la partie Ouest située sur les hauteurs du site.

Photo numéro 19 : Voie Primaire à l’Est du site menant au centre-ville

image42

Photo numéro 20 : Vue sur une section de la voie secondaire ceinturant une large partie du site

image43

Source : Notre étude

Photo numéro 21 : Voie piétonne non revêtue

image44

Photo numéro 22 : Vue sur une piste du site

image45

Source : Notre étude

-Les réseaux divers : Les réseaux d’eau et d’électricité desservent en majorité certaines parties du site, le long de la voie primaire, de la voie secondaire et des voies tertiaires.

Cependant, nous constatons que la zone enclavée de l’Ouest du site située sur ses hauteurs et la zone située derrière le marché communal, au Nord-Est sont dépourvus d’un approvisionnement en eau courante, en dépit de la présence d’un château d’eau sur le site.

Le site dispose aussi de quelques caniveaux mal entretenus, qui constituent pour bien d’entre eux des dépotoirs de déchets solides et de sables qui participe à la dégradation des voiries par la stagnation des eaux.

Photo numéro 23 : Vue sur des câbles électriques desservant les habitations

image46

Photo numéro 24 : Lampadaire sur la voie secondaire du site

image47

Source : Notre étude

7.2. Les équipements de superstructure :

Notre site dispose de plusieurs équipements dont certains sont vieillissants ou peu adaptés au nombre important de la population du site. Ils se déclinent dans les catégories qui suivent :

-Équipements sanitaires :

Notre site ne dispose que de deux équipements sanitaires en son sein. Il s’agit de deux pharmacies. Ni hôpital, ni dispensaire ne sont présents dans le site.

Cette situation oblige la population à se rabattre sur les deux autres hôpitaux de la ville, situés sur les rives droite et gauche.

Toutefois, les malades du sida et d’autres infections sexuellement transmissibles se dirigent du côté du centre de traitement ambulatoire (C.T.A), situé à proximité du site, sur son côté sud.

Tableau 11 : équipements sanitaires

Tableau 11 équipements sanitaires

Source : Notre étude

-Équipements scolaires :

Notre site dispose de deux établissements primaires dirigés par l’église protestante. Une école maternelle est aussi présente sur le site. Celle-ci est issue d’une initiative privée.

À proximité du site, au Sud-Ouest se trouve le lycée Charles Mefane, le seul lycée public de la ville.

Non loin de là, au quartier faisceau (situé à 200m du site) se trouve aussi une halte-garderie qui joue le rôle de maternelle et crèche. Un centre de formation en informatique est également présent dans notre site.

Tableau 12 : Équipements scolaires

Tableau 14 Équipements marchands

Source : Notre étude

Photo numéro 25 : école primaire protestante du foyer

image48

Photo numéro 26 : école primaire protestante du matériau

image49

Source : Notre étude

-Équipements administratifs :

Notre site ne dispose que de deux équipements à caractère administratifs. Ce qui signifie que les administrations publiques et privés sont localisées essentiellement au centre-ville et dans d’autres points stratégiques de la ville.

Tableau 13 : Équipements administratifs

Tableau 13 Équipements administratif

Source : Notre étude

-Équipements marchands :

Notre site dispose de plusieurs équipements marchands : Marché, Station-service, magasins divers. Signalons qu’un port se trouve à 50 mètres de la station-service, à proximité du site. Notre site ne dispose pas de parkings publics aménagés.

Tableau 14 : Équipements marchands

Tableau 14 : Équipements marchands

Source : Notre étude

Photo numéro 27 : Station-service

image50

Photo numéro 28 : Vue sur une partie dégradée du marché du site

image51

Source : Notre étude

-Équipements de loisirs :

Notre site dispose de plusieurs équipements de loisirs disséminés dans l’espace. Certains de ces équipements sont aussi clandestins, informels et cachés à l’intérieur du quartier, loin des voies publiques revêtues et échappent aux regards du service des impôts et de la mairie du premier arrondissement.

Toutefois nous avons réussi à en recenser certains présents à proximité des principales voies.

Tableau 15 : Équipements de loisirs

Tableau 15 : Équipements de loisirs

Source : Notre étude

Photo numéro 29 : Bar situé à proximité de la voie secondaire du site

image52

Photo numéro 30 : Bar informel situé à l’intérieur du site, côté Ouest

image53

Source : Notre étude

-Équipements cultuels :

Notre site est pourvu de plusieurs équipements cultuels. Il est à préciser que l’église protestante qui gère les deux écoles primaires du site est l’une des plus populaires parmi les habitants interrogés.

D’autres mouvements évangéliques ont également une certaine assise dans le site. Il s’agit principalement de l’église pentecôtiste, du christianisme céleste, du centre mondial Schekina et de la porte étroite.

Notons aussi que plusieurs foyers privés se transforment en lieux de culte chrétiens le dimanche, et attirent un grand nombre de monde. Une mosquée est aussi présente dans notre site.

Tableau 16 : Équipements cultuels

Tableau 16 Équipements cultuels

Source : Notre étude

Photo numéro 31: Église protestante du site

image54

Photo numéro 32 : Mosquée

image55

Source : Notre étude

-Équipements de transport :

Notre site ne dispose d’aucun équipement de transport. Seule une agence de transport publique de la société gabonaise de transport (SOGATRA) est présente à proximité du site, au Sud-Est.

Dans le site, le transport est assuré par les taxis de couleurs blanches-bleues, comme dans toute la ville. Les zones de stationnement et les parkings sont inexistants.

Photo numéro 33 : Stationnement non règlementaire dans le site

image56

Photo numéro 34 : Agence de transport à proximité du site

image57

Source : notre étude

Conclusion partielle :

L’analyse de notre site révèle quelques insuffisances en matière d’équipements. Ces insuffisances sont palpables dans le domaine du transport, de l’assainissement, de l’eau et de l’électricité, des voies d’accès et de la santé.

8. Dynamiques spatiales :

8.1. Le foncier

Le droit foncier se définit comme l’ensemble de règles déterminant les droits d’accès, d’exploitation et de contrôle de la terre et des ressources renouvelables.

Au Gabon, l’état est le plus grand propriétaire terrien au Gabon, avec jusqu’à 90 % de la superficie du pays sous son contrôle, mais aussi, largement définie en tant que « domaine privé du gouvernement ».

La plupart de la population est techniquement Sans terre, les habitants n’étant que de simples occupants et utilisateurs de la propriété du gouvernement. Seuls 14.000 titres fonciers privés ont été enregistrés au Gabon. La plupart se réfèrent à de minuscules parcelles urbaines16.

En 2012, à Lambaréné, le nombre de logements construits par l’Etat est estimé à 44 et les parcelles octroyées à 715. Le prix d’une borne est de 15.000F CFA17.

Cependant, la réalité montre que la pratique du droit foncier coutumier fait partie intégrante des habitudes locales ou il n’est pas rare de voir des gens privilégier le don ou l’achat de gré à gré, au mépris de la démarche officielle ayant pour finalité l’obtention d’un titre foncier.

Notre site compte 7 titres fonciers et un total de 30 propriétaires. Les 18 autres propriétaires sont des héritiers traditionnels ou des acheteurs de gré à gré.

16 Liz Alden Willy, Les droits fonciers au Gabon, Avril 2012.17 Données recueillies à la direction provinciale de l’urbanisme, des travaux topographiques et du cadastre du Moyen-Ogooué.

Cet état de fait est visible par les données chiffrées suivantes :

Tableau 17 : Statuts d’occupation des chefs de ménages

Tableau 17 : Statuts d’occupation des chefs de ménages

Source : Notre étude

image58

Source : Notre étude

Ce tableau présente le statut d’occupation des chefs de ménages dans le site. L’on observe que 56% des interrogés sont des locataires. Cette situation traduit la difficulté avec laquelle l’accès à la propriété foncière relève du parcours du combattant.

La majorité de la population en quête de logements doit se résigner à la location, dans des conditions le plus souvent inconfortables, ce qui est le cas sur notre site, ou la promiscuité des habitations, l’absence de voies de desserte et la vétusté de certaines habitations est palpable.

Tableau 18 : Mode d’acquisition des terrains

Tableau 18 : Mode d’acquisition des terrains

Source : Notre étude

image59

Source : Notre étude

En nous basant sur les 30 personnes qui sont propriétaires, ce tableau nous montre que 50% des chefs de ménages propriétaires sont des héritiers et que 23% d’entre eux ont bénéficiés de dons pour s’installer dans le quartier. Cela traduit une ancienneté de l’occupation du site par au moins 15 ménages, soit 0,45% de la population totale du site.

Tableau 19 : Titres de propriété

Tableau 19 : Titres de propriété

image61

En nous basant toujours sur les 30 chefs de ménages propriétaires, l’on constate que 23% d’entre eux sont détenteurs de titres fonciers, et 27% sont détenteurs de plans de bornages.

Cependant, 37% d’entre eux ne détiennent aucun document attestant leur statut de propriétaires. Ce dernier cas, traduit encore l’inefficacité des pouvoirs publics à contrer la pratique de l’occupation illégale des terres.

Tableau 20 : Fonction des parcelles

Tableau 20 : Fonction des parcelles

Source : Notre étude

Graphique 17: Fonction des parcelles

image63

Source : Notre étude

L’analyse du tableau, montre que la majorité des parcelles ont pour fonctions principale le logement. Seul 35% d’entre elles sont aussi utilisés simultanément pour les activités commerciales.

8.2. Caractéristiques et typologie de l’habitat

Le quartier du Grand-village est un quartier mixte. Cette mixité sociale et culturelle lui confère aussi un habitat mixte, composé en majorité d’habitations précaires.

Les données chiffrées suivantes montrent cet état de fait :

Tableau 21 : Typologie d’habitat

Tableau 21 : Typologie d’habitat

Source : Notre étude

Graphique 18 : Typologie d’habitat

image65

L’analyse du tableau révèle que seul 38% des habitations enquêtées sont confortables, tandis que 50% sont des habitations traditionnelles. Cette situation traduit la difficulté éprouvée par la population du site à habiter des logements décents.

Tableau 22 : Matériaux de construction (murs les plus importants)

Tableau 22 : Matériaux de construction (murs les plus importants)

Source : Notre étude

Graphique 19 : Matériaux de construction

image66

Source : Notre étude

L’analyse du tableau révèle que le principal matériau utilisé pour la construction demeure le bois.

L’environnement du site et de la ville justifie cela, mais il y’a également le fait que le bois est un matériau bon marché qui se négocie facilement à bas prix. Les habitations en terre stabilisés datent de la période coloniale d’avant 1960. Enfin, le fait que seul 35% des habitations soient fait en parpaing de ciment montre que notre site abrite une faible classe moyenne ou aisé en mesure de s’offrir des logements confortables.

Photo numéro 35 : Habitat du site en brique de terre comprimée, avec toiture en tôle (Noyau primaire)

image67

Source : Notre étude

Photo numéro 36: Habitat mixte du site

image68

Source : Notre étude

Photo numéro 38 : Habitat précaire du site

image69

Photo numéro 37 : Habitat précaire du site

image70

Source : Notre étude

Tableau 23 : Approvisionnement en eau potableTableau 23 : Approvisionnement en eau potable

Source : Notre étude

image71

Source : Notre étude

L’étude de l’approvisionnement en eau du site révèle que 63% des ménages interrogés recourent aux pompes publiques pour s’approvisionner en eau, 10% utilisent des puits et 5% ont recours à la nature (pluies, ruisseaux).

Seul 22% ont un accès permanent à l’eau potable via le réseau de distribution de la Société d’énergie et d’eau du Gabon.

Photo numéro 39 : laverie publique

image72

Source : Notre étude

Tableau 24 : Modes d’éclairage

Tableau 24 : Modes d’éclairage

Source : Notre étude

Graphique 20 : Modes d’éclairag

image73

Source : Notre étude

L’analyse de ce tableau révèle que la majorité des habitants interrogés (72%), ont accès à l’électricité publique. Quelques améliorations doivent être faites pour augmenter le nombre d’abonnés au réseau de distribution.

Conclusion partielle :

L’analyse foncière et de l’habitat de notre site montre que des efforts doivent être fait pour loger confortablement les habitants du site et pour lutter contre l’occupation illégale du site.

9. État de l’environnement et des milieux naturels :

9.1. Gestion des ordures ménagères et des eaux usées :

Notre site dispose d’un système de collecte des ordures ménagères. Des bacs à ordures de grandes envergures sont disposés à proximité des carrefours stratégiques.

Les populations sont invitées à y déverser leurs ordures à des heures bien définies (de 17heures à 19heures et de 05heures à 07heures). Des camions-bennes de la Mairie centrale et de prestataires privés les collectent ensuite.

Cependant, certains optent pour le brulage des déchets (3%) ou encore pour leur enfouissement (12%) dans des trous assez profonds creusés dans certaines parcelles.

Tableau 25 : mode d’élimination des déchets

Tableau 25 : mode d’élimination des déchets

Source : Notre étude

Graphique 21 : Mode d’élimination des déchets

image74

Source : Notre étude

Dans notre site, seuls les ménages ayant un accès direct au réseau de distribution en eau potable sont pourvus de WC modernes incorporés dans les habitations.

Des toilettes turques et des latrines traditionnelles sont utilisées par ceux qui ne disposent pas d’eau courante.

Photo numéro 40 : Toilette d’un particulier

image75

Source : Notre étude

Conclusion partielle :

Au terme de cette analyse de l’environnement, l’on retiendra que notre site est peu exposé à la pollution par les déchets domestiques ou organiques.

Cependant, du fait de la non accessibilité de certaines portions du site par les camions collecteurs de déchets, certains habitants ont optés pour des systèmes sommaires d’élimination des déchets n’étant pas sans risques pour la santé (asphyxies, odeurs, nids à moustiques).

Chapitre III : Analyse diagnostic

Dans ce chapitre, nous allons essentiellement ressortir les atouts et les contraintes de notre site.

Ces réalités nous permettrons de mieux programmer les équipements à implanter et de définir de façon efficace la structuration de la voirie.

3. Perspectives de mise en valeur du site

Le quartier Grand-Village étant l’un des quartiers les plus populaires de la ville, abritant en son sein des équipements marchands importants (marché, station-service, grands lieux de cultes, commerces divers) et vu sa proximité avec le centre-ville de la commune, est un lieu de passage incontournable non seulement pour les citadins de la ville, mais aussi pour les touristes.

Son armature mérite une redéfinition afin de mieux la connecter à la dynamique de la ville. Il est impératif de réduire les insuffisances observées en désenclavant les zones non accessibles du côté Ouest de la zone collinaire et de derrière le marché, et en y implantant des équipements indispensables au bien être des habitants.

4. Analyse des atouts du site

Notre site sur le plan physique a pour principaux atouts sa proximité avec le centre-ville, le port de la commune et la berge du fleuve Ogooué. Ajoutons à cela l’abondance de sa couverture végétale, gage d’une bonne oxygénation.

Sur le plan démographique, elle possède une population majoritairement jeune, instruite et dynamique.

Pour ce qui concerne les équipements, notre site est une zone de loisirs nocturnes (bars, boites de nuit) propice aux activités festives. Elle possède également en son sein le marché communal et la place des fêtes.

Notons aussi que notre site est en partie encerclé par une voirie, dont les ramifications sont à développer davantage, la majorité de la population a accès à l’électricité et la collecte des déchets est effective dans les zones d’habitat situé à proximité de la voie secondaire.

5. Analyse des contraintes du site

La principale contrainte de notre site réside dans son relief accidenté dont la hauteur la plus élevé est de 84 mètres, avec des pentes de plus de 20%. À cela s’ajoute la présence de quelques ruisseaux sur ses hauteurs, qui lors des pluies se transforment en torrents et contribuent à l’érosion du sol.

Sur le plan des équipements, on note l’absence totale d’équipements sanitaires liés aux soins (dispensaire, hôpital), l’absence de terrains de jeux ou de sports, l’absence des zones de stationnements, l’insuffisance du nombre d’écoles maternelles et primaires, l’insuffisance des caniveaux et la précarité des lieux d’aisance.

On remarque aussi, l’enclavement du côté Ouest de la zone collinaire par l’absence de voirie et le faible accès à l’eau potable dans cette zone. Enfin, sur le plan socio-économique, nous déplorons le faible encadrement des initiatives privées relevant des secteurs secondaires et tertiaires.

b. Tableau 26 : Synthèse de diagnostic

THÉMATIQUES ATOUTS CONTRAINTES
SITUATION GÉOGRAPHIQUE -Proximité avec le centre- ville ;

-Proximité avec le port et la berge du fleuve.

CADRE PHYSIQUE – Abondance de la couverture végétale. -Relief accidenté ;

-Présence de ruisseaux ;

-Érosion du sol.

DÉMOGRAPHIE -Population majoritairement jeune ;

-Population instruite ;

-Fort taux de population active.

-Pauvreté d’une large partie de la population.
ACTIVITÉS SOCIO- ÉCONOMIQUES -Abondance des activités génératrices de revenus ;

-Primauté des secteurs secondaires et tertiaires.

Manque d’encadrement des initiatives privées ;

-Abondance des activités informelles.

FONCIER ET HABITAT -Disponibilité foncière -Forte occupation illégale des terres ;

-Abondance des logements précaires.

INFRASTRUCTURES -Présence d’une voirie primaire, d’une voirie secondaire et de voiries tertiaires.

-Accès moyen au réseau d’électricité.

-Faiblesse du réseau d’assainissement ;

-Faible accès au réseau d’eau.

-Enclavement d’une partie du site.

SUPERSTRUCTURES -Présence d’équipements marchands, de loisirs, et scolaires. -Absence d’équipements sanitaires ;

-Absence de zones de stationnements ;

-Absence de zones de loisirs en plein air.

Source : Notre étude

Conclusion partielle :

Le diagnostic des atouts et des contraintes de notre site nous aura permis d’avoir une vue d’ensembles sur les problèmes auxquels sont confrontés les habitants, mais aussi sur les possibilités de valorisation qu’offre le site. Dès lors, nous pouvons aborder avec sérénité la partie traitant des propositions.

 

Rechercher
Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études ! Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !
En continuant, vous acceptez la politique de confidentialité

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.