Causes d’augmentation de risque de change et Gestion de la dette publique - WikiMemoires

Causes d’augmentation de risque de change et Gestion de la dette publique


III. Interprétation

La VAR paramétrique appliquer pour analyser le risque de change du portefeuille de la dette extérieure en Tunisie est pleine d’enseignements. La politique de gestion du risque de change basée sur deux principales devises à savoir le dollar et l’euro nécessite beaucoup d’ajustement.

Les résultats empiriques ont montré que l’euro est la devise la plus risquée avec une contribution de plus que 50% du risque globale, en conséquence l’hypothèse 2 est vérifiée. D’autre part, la dette extérieure est composée de 55% de l’euro d’où le niveau élevé du son risque. Ensuite c’est le dollar qui présente 22.3% de la dette extérieure et finalement la devise la moins risquée est le yen, vu qu’il ne présente que 11.3% de la dette.

III.1 Les causes d’augmentation de risque de change

Depuis 2010 la situation économique et financière en Tunisie commence à s’aggraver suite à la crise vécu dans la zone euro et à la révolution du 14 Janvier.

En effet, une diminution de volume des exportations et des importations respectivement de 5.7% et 5.85% en 2015. Ce qui a entrainé une baisse du solde commercial, une augmentation de l’incertitude et du risque économique ainsi qu’une dépréciation du dinar Tunisien. Face à ces chocs, la Banque Centrale de Tunisie et les hommes politiques ont adopté rapidement des réformes afin de gérer le marché de change et faire sortir le pays de sa grave situation.

Parmi ces réformes, la Banque Centrale a suivi une gestion quotidienne du régime de change basée sur l’injection des devises pour minimiser les grandes écarts vise à vis de la fourchette cible. Malgré les efforts de la Banque Centrale et des hommes politiques, le dinar Tunisien se déprécie à un niveau historique par rapport au dollar et l’euro, ce qui explique l’augmentation du risque de change.

Tous ces indicateurs montrent que la Tunisie passe par une crise monétaire qui est définie selon Nakatani (2017) et Pham (2017), par une situation durant laquelle un pays est confronté à une forte dépréciation de son monnaie locale ou (et) une diminution de ses réserves de change.

Nakatani (2017), a résumé la littérature d’une crise monétaire en trois catégories ; la première catégorie se base sur les effets du régime de change; Esaka (2010) et Ghosh et al (2015). La deuxième catégorie se concentre sur la réaction de la Banque Centrale face à la dépréciation de monnaie, tel que le travail de Cheli et Posta (2007). La troisième catégorie est orientée vers les chocs financiers et économiques tel que Pham (2017).

La Tunisie englobe les trois catégories. En effet, d’après Ftiti et Chaouachi (2017), la Tunisie a vécu trois ruptures de taux de change ; le premier en 1986, le second en 2003 et le troisième en 2011. En s’intéressant à la troisième rupture, ils ont noté qu’elle été le résultat d’un choc de production de certains mines tels que le pétrole et le phosphate qui constituent l’un des principaux exportateurs d’énergie, d’où la dépréciation de réserve de change.

Ils ont ajouté que l’existence de différent régime de change en Tunisie implique que la politique monétaire ne peut pas affecter le taux de change par l’intervention de la Banque Centrale.

D’autre part, suite à une étude effectuée par Pham (2017), sur le Viet Nam il a conclu que les deux principales causes d’une crise monétaire sont les chocs externes et le niveau élevé de la dette. Nous pouvons conclure alors que l’augmentation de risque de change est le résultat d’une crise monétaire.

III.2 Gestion de la dette publique

Pour gérer la dette publique extérieure en Tunisie, nous devons commencer par la gestion de taux de change. En effet, d’après Sarno et Taylor (2002), le comportement de taux de change est important pour les investisseurs et les hommes politiques.

Pour les investisseurs c’est un indicateur permettant de déterminer le degré d’aversion au risque lié aux nouvelles opportunités, et pour les hommes politiques il lui permet de dégager le degré de mis alignement ainsi que la politique qui ils doivent adopter. Par conséquent, il y aura une augmentation de la production suivie par une augmentation des exportations et une baisse des importations et donc une amélioration de la croissance économique. Pour suivre les réformes appropriées sur le marché de change, il faut arrêter la dépréciation du dinar Tunisien.

En effet, selon Ftiti et Chaouachi (2017) « Les décideurs tunisiens devraient créer des réformes structurelles qui arrêtent la dépréciation du dinar…nous suggérons aux responsables politiques tunisiens de revoir le poids du dinar par rapport à l’euro en se diversifiant afin de permettre une meilleure gestion des risques et des fluctuations de change». Alors, vu que l’euro est la devise la plus risquée et le yen la moins risquée il faut que l’Etat essaie de restructurer la composition de sa dette de façon à substituer la dette en euro par une dette en yen.

Sans oublier la gestion des autres risques liés à la dette publique à savoir ; le risque de refinancement, de crédit et de taux d’intérêt. Selon la Banque Mondiale (2002), « gérer avec prudence les risques de refinancement et de marché et les charges d’intérêts de la dette, de mettre en place une structure et des politiques institutionnelles saines, notamment en répartissant clairement les compétences, et les responsabilités y afférentes, entre les différents organismes publics impliqués dans la gestion de la dette ».

D’autres facteurs qui doivent être pris en considération lors de la gestion de la dette publique extérieure, tel que le marché parallèle. En effet, le marché parallèle est l’un des causes de la diminution des réserves de change, il traduit une grande masse monétaire qui ne peut pas être mesurée par l’Etat.

Si l’Etat arrive à bien gérer sa dette extérieure, il assure alors la gestion de la totalité de la dette publique vu que la dette extérieure représente plus que 60% de la dette publique.

Conclusion

La gestion de la dette publique en Tunisie est un élément très important pour faire sortir l’Etat de sa situation économique et financière. En effet, grâce à une bonne gestion de sa dette, l’Etat peut baisser les coûts de ses besoins en financement, ainsi qu’il peut faire face aux différents risques associés à cette dette à savoir le risque de refinancement, de taux de change, de taux d’intérêt et le risque de crédit.

Vu que l’économie tunisienne a vécu une forte dépréciation du dinar, nous avons choisi d’étudier le risque de taux de change du 2012 à 2018. Les résultats ont montré que l’euro est la devise la plus risquée du portefeuille de la dette extérieure.

Afin de soulever les problèmes liés au risque de change un rééquilibrage doit se faire au niveau du portefeuille de la dette extérieure en Tunisie.

Conclusion Générale

La dette publique en Tunisie a évolué de plus en plus de 1986 à 2018, le présent mémoire est alors une analyse de la problématique de l’endettement publique de ce pays. Tout au long du travail, nous avons analysé d’abord l’évolution de la dette publique. Ensuite, nous avons examiné la question de soutenabilité, et enfin nous avons étudié la gestion de cette dette.

L’analyse théorique de l’évolution de la dette publique en Tunisie de 1986 à 2018 a montré que la cause majeure de l’accumulation de la dette publique est le déficit budgétaire, autrement dit, la Tunisie possède des recettes publiques inférieures à ses dépenses. D’autre part, suite à des scénarios effectués par l’OCDE sur l’évolution de la dette publique de 2019 à 2040, nous avons constaté que nous avons besoin des projections sur les taux de croissance pour que nous nous puissions identifier le meilleure scénario.

Après l’analyse de l’évolution de la dette publique au niveau du premier chapitre, nous nous sommes interrogés sur la capacité de l’Etat à rembourser sa dette, pour cette raison une étude de soutenabilité a été faite au niveau du second chapitre. En utilisant une approche économétrique, les résultats ont montré que la dette publique est non soutenable de 1986 à 2018. En effet, en divisant la dette publique entre dette intérieure et autre extérieure et en appliquant les tests de stationnarité et de cointégration, nous avons vérifiés l’hypothèse de non stationnarité de la dette publique.

Le test de stationnarité a été appliqué d’une part sur la dette intérieure (PIB) et le déficit budgétaire (PIB) et d’autre part sur la dette extérieure (PIB) et le solde commerciale (PIB). Les résultats ont indiqué la non stationnarité de la dette intérieure, la dette extérieure et le déficit budgétaire. En conséquence, la contrainte budgétaire inter-temporelle est non respectée.

Le test de cointégration a été appliqué sur les dépenses publiques (PIB), les recettes publiques (PIB), les exportations (PIB) et les importations (PIB). Les résultats ont montré que les recettes et les dépenses publiques sont non cointégrées et que les exportations et les importations sont stationnaires.

D’après ces deux tests, nous avons conclu que la dette intérieure en Tunisie de 1986 à 2018 est non soutenable tout au long de cette période. D’un autre côté, malgré la soutenabilité des exportations et des importations de 1986 à 2016, la dette extérieure est non soutenable sur cette période d’étude. Par conséquent, la dette publique en Tunisie est non soutenable de 1986 à 2018. Nous avons justifiés ce résultat par l’augmentation du déficit budgétaire qui a été la principale cause de l’augmentation de la dette publique.

La non soutenabilité vérifiée dans le deuxième chapitre, fait appel à une gestion de la dette pour résoudre ce problème. La gestion de la dette publique a principalement deux objectifs ; le premier est de minimiser les coûts et le second est de minimiser les risques liés aux services de la dette. Le troisième chapitre s’intéresse au deuxième objectif et plus précisément au risque de change vu la forte dépréciation du dinar ces dernières années.

C’est la méthode VAR paramétrique qui a été utilisée pour mesurer ce risque de 2012 à 2018. Avant d’appliquer cette méthode nous avons vérifiés la stationnarité, la linéarité et la normalité des rendements des trois devises constituants le portefeuille de la dette extérieure en Tunisie à savoir ; le dollar, l’euro et le yen.

Les résultats ont montré que l’euro est la devise la plus risquée dans le portefeuille de la dette extérieure en Tunisie. D’autre part, nous avons conclu que le Gouvernement se base sur l’évolution opposée du dollar et de l’euro pour la gestion de taux de change. Nous avons requise suite à ce résultat un manque de vision claire en terme de gestion de risque de change.

La gestion de ce risque de change nécessite des réformes permettant de réviser le poids du dinar Tunisien par rapport à l’euro. Pour la gestion de la dette publique il ne suffit pas de maitriser le risque de change mais il faut gérer tous les risques liés à la dette, tels que le risque de refinancement, de crédit et de taux d’intérêt.

Toutefois la soutenabilité et la gestion de la dette publique ne se limite pas à ce niveau. En effet, le respect de la contrainte budgétaire inter-temporelle ne signifie pas la vérification totale de la soutenabilité. L’environnement macroéconomique est caractérisé par l’incertitude et les chocs économiques, pour cela l’étude de la soutenabilité a besoin d’une autre approche qui prend en considération ces chocs et ces incertitudes et ne se limite pas à une simple évaluation exogène basée sur la contrainte budgétaire inter-temporelle.

D’autre part, l’essai empirique destiné à mesurer le risque de change de la dette publique extérieure en Tunisie, peut être développé à l’aide de deux autres méthodes. En effet, d’autres méthodes outre la VAR paramétrique peuvent être appliquées telles que ; la méthode historique, la méthode le Monte Carlo ou les tests de stress. En plus ces méthodes proposées peuvent non seulement mesurer le risque de change mais ils peuvent également mesurer d’autres risques liés au portefeuille de la dette tels que le risque de taux d’intérêt.

Bibliographie

Aarle B, Garretsen H, et Gobbin N, 2003, Monetary and fiscal policy transmission in the Euro- area: evidence from a structural VAR analysis, Journal of Economics and Business, p 609- 638.
Abdelkafi I, 2016, The relationship between public debt, economic growth, and monetary policy: empirical evidence from Tunisia, Journal of the Knowledge Economy, p 1-14.
Aboura S, Roye B, 2017, Financial stress and economic dynamics: The case of France, International Economics, p 57-73.
Adler M, Dumas B, 1984, Exposure to Currency Risk: Definition and Measurement, Financial Management, p 41-50.
Ahmed S, Rogers J, 1995, Government budget deficits and trade deficits are present value constraints satisfied in long-term data? Journal of Monetary Economics, p 351-374.
Alesina A, Perotti R, 1997, Fiscal adjustments in OECD countries: composition and macroeconomic effects, IMF, p 210-248.
Alessandro M, 1997, Managing the public debt, the optimal taxation approach, Journal of Economic Surveys, p 235-265.
Alimi K et al, 2017, Diagnosis of Monetary Policy in Tunisia during the Last Decade: a DSGE Model Approach, Journal of knowledge Economics, p 1-17.
Andrieș A et al, 2017, The relationship between exchange rates and interest rates in a small open emerging economy: The case of Romania, Economic Modelling, p 1-14.
Ang A, Longstaff, F, 2013, Systemic sovereign credit risk: Lessons from the U.S. and Europe,
Journal of Monetary Economics, p 493-510.
Artus P, 2011, Serait-il raisonnable d’organiser aujourd’hui un haircut ordonne sur les dettes publiques des pays en difficulte de la zone euro? Flash Marches Recherche Economiques n° 76.
Ayadi E, 2004, Analyse de la soutenabilité de la politique budgétaire en Tunisie, Femise research programme, research n°fem 21-39.
Ayadi E et al, 2004, Soutenabilité de la dette extérieure en Tunisie, Femise research programme, research n°fem 21-39.
Bailey W, Chung P, 1995, Exchange rate fluctuations, political risk, and stock returns: Some evidence from an emerging market, Journal of Financial and Quantitative Analysis, p 541- 565.
Ball L, Elmendorf D, et Mankiw N, 1998, The deficit gamble, Journal of Money Credit and Banking, p 699-720.
Banque Mondiale, 2004a, Republic of Tunisia: Strategy for Public Debt Management, Report 27599-TUN.
Banque Mondiale, 2004b, République de Tunisie : Revue des politiques de développement, tirer partie de l’intégration commerciale pour stimuler la croissance et l’emploi, Rapport 29847-TUN.
Banque Mondiale, 2012, République de Tunisie : prêt à l’appui de la politique de développement, pour la gouvernance, les opportunités et l’emploi en Tunisie, Rapport 71799-TN.
Banque Mondiale, 2017, financement d’appui aux politiques de développement, environnement des affaires et entreprenariat, Rapport106348-TN.
Barbara R, Zubairy S, 2011, What is the importance of monetary and fiscal shocks in explaining
U.S. macroeconomic fluctuations? Journal of Money, Credit and Bank, p 1247–1270.
Barro R, 1974, Are Government Bonds Net Wealth? The Journal of Political Economics, p 1095-1117.
Baum et al, 2012, Debt and Growth: New Evidence for the Euro Area, Journal of International Money and Finance, p 809-821.
Beaugrand P, Loko B, et Mlachila M, 2002, The choice between external and domestic debt in financing budget deficits: the case of central and west African countries, IMF working.
Ben Jelili R, Ben Zaghou, S, 1999, Soutenabilité de la politique budgétaire, solvabilité de l’Etat et stabilité de la dette en Tunisie (1972–1996), Tunisie: Institut d’Economie Quantitative.
Berthomieu C, 2004, Dépenses publiques, croissance et soutenabilité des déficits et de la dette extérieure: Etude de cas pour six pays riverains de la Méditerranée: Tunisie, Maroc, Turquie, Liban, Israël, Egypte, Rapport de synthèse, Research n°fem 21-39.
Bhattarai S, Lee J, et Park W, 2014, Inflation dynamics: The role of public debt and policy regimes, Journal of Monetary Economics, p 93-108.
Blanchard O, Quah D, 1989, The dynamic effect of aggregate demand and supply disturbances,
American Economic Review, p 655-673.
Bohn H, 1998, The Behavior of U. S. Public Debt and Deficits, The Quarterly Journal.of Economics, p 949-963.
Bohn H, 2007, Are stationarity and cointegration restrictions really necessary for the intertemporal budget constraint? Journal of Monetary Economics, p 1837-1847.
Bonam D, Lukkezen J, 2018, Fiscal and Monetary Policy Coordination, Macroeconomic Stability, and Sovereign Risk Premia, Journal of Money, Credit and Banking, p 1-36.
Bouakez H, Oikonomou R, et Priftis R, 2018, Optimal debt management in a liquidity trap,
Journal of Economic Dynamics and Control, p 1-17.
Boucher C, Maillet B, 2015, La macroéconomie-en-risque, Revue Economique, p 769-782. Buse R, Schienle M, 2019, Measuring connectedness of euro area sovereign risk, International Journal of Forecasting, p 25-44.
Camila F, Jaimovich D, et Ugo Panizza, 2006, The unexplained part of public debt, Emerging Markets Review, p 228-243.
Campbell, J. Y, 1995, Some Lessons from the Yield Curve, Journal of Economic Perspectives, p 129-152.
Caner M, Hansen B, 2004, Instrumental Variable Estimation of a Threshold Model, Econometric Theory, p 813-843.
Celasun, O, Ostry D, et Debrun X, 2006, Primary Surplus Behavior and Risks to Fiscal Sustainability in Emerging Market Countries: a “Fan-Chart” Approach”, IMF, p 401-425.
Cerniglia F, Dia, E, et Hughes H, 2018, Tax vs. Debt Management Under Entitlement Spending: a Multicountry Study, Open Economies Review, p 1-19.
Champagne J, Sekkel R, 2018, Changes in monetary regimes and the identification of monetary policy shocks: Narrative evidence from Canada, Journal of Monetary Economics, p 1-16.
Chatterjee S, Gibson J, et Rioja, 2016, Optimal Public Debt Redux, Journal of Economic Dynamics and Control, p 162-174.
Chatterjee S, Gibson J, et Rioja F, 2017, Optimal public debt redux, Journal of Economic Dynamics and Control, p 162-174.
Cheli B., Posta, P, 2007, Self-fulfilling currency attacks with biased signals, Journal of Policy Modeling, p 381-396.
Chen H, 2018, International bond risk premia, currency of denomination, and macroeconomic (in)stability, Journal of Public Economic Theory, p 795-821.
Chen Y, Liu D, 2018, Government spending shocks and the real exchange rate in China: Evidence from a sign-restricted VAR model, Economic Modelling, p 543-554.
Collignon S, 2012, Fiscal policy rules and the sustainability of public debt in Europe, International economic review, p 1-19.
Constâncio V, 2014, The European Crisis and the Role of the Financial System, Journal of Macroeconomics, p 250-259.
Cuestasa J, Regis P, 2017, On the dynamics of sovereign debt in China: Sustainability and structural change, Economic Modelling, p 356-159.
Delong B, Summers L, 2012, Fiscal Policy in a Depressed Economy, Brookings Papers on Economic Activity, p 233-297.
Domar E, 1944, The Burden of The Debt and The National Income, American Economic Review, p 798-824.
Dioikitopoulos E, 2018, Dynamic adjustment of fiscal policy under a debt crisis, Journal of Economic Dynamics and Control, p 1-17.
Du W, Schreger J, 2016, Local Currency Sovereign Risk, The Journal of Finance, p 1027-1070.
Dullmann K et al, 2000, risk structure of interest rates: an empirical analysis for Deutschemark denominated bonds, European Financial Management, p 367-388.
Duvanova D, 2014, Economic regulations, red tape, and bureaucratic corruption in post- communist economies, World Development, p 298-312.
Elton B, Fedeli S, et Forte F, 2018, Public debt sustainability: An empirical study on OECD countries, Journal of Macroeconomics, p 238-348.
Ericsson J, Renault O, 2006, Liquidity and credit risk, The Journal of Finance, p 2219-2250.
Esaka T, 2010, De facto exchange rate regimes and currency crises: Are pegged regimes with capital account liberalization really more prone to speculative attacks? Journal of Banking and Finance, p 1109-1128.
Fève P, Henin P, 1998, Une Evaluation Econométrique de la Soutenabilite de la Dette Extérieure des Pays en Développent, Revue Economique, p 75-86.
Fisher E, 1995, A new way to think about the current account, International Economic Revue, p 555-568.
Fleming J, Remolona M, 1999, Price formation and liquidity in the US treasur market: the response to public information, the Journal of Finance, p 1901-1915 .
FMI, 2002, Directives pour la gestion de la dette publique, publication conjointe du FMI et de la Banque Mondiale.
FMI, 2001, Organisation des opérations financières du FMI, Département de la Trésorerie FMI FMI, 2018, Tunisia, Fourth review under the extended fund facility arrangement and request for modification of performance criteria, Report N° 18/291.
Fournier J, Fall F, 2017, Limits to government debt sustainability in OECD countries, Economic Modelling, p 30-41.
Friewald, N, Jankowitsch R, et Subrahmanyam G, 2012, Illiquidity or credit deterioration: a study of liquidity in the US corporate bond market during financial crises, Journal of Financial Economics, p 18-36.
Ftiti Z, Chaouachi S, 2017, What Can We Learn About the Real Exchange Rate Behavior in the Case of a Peripheral Country? Journal of Quantitative Economics, p 1-27.
Gande A, Parsley C, 2005, News spillovers in sovereign debt market, Journal of Financial Economics, p 691-734.
Garcia S, Verdelhan A, 2001, Le policy-mix de la zone euro. Une évaluation de l’impact des chocs monétaires et budgétaire, Économie et Prévision, p 23–40.
Gennaioli N, Martin A, et Rossi S_, 2014, Sovereign Default, Domestic Banks, and Financial Institutions, The Journal of Finance, p 2-48.
Ghosh A, Ostry D, et Qureshi S, 2015, Exchange rate management and crisis susceptibility: Areassessment IMF, Economic Review, p 238-276.
Gouasmi Z, Haffoudhi H, 2018, Analysis of Sustainability of Fiscal Policy and Democratic Transition: Case of Tunisia, Journal of knowledge Economics, p 1-18.
Gustavo P, 1998, In Search of an Independent Province for the Treasuries: How Should Public Debt Be Managed? Journal of Economics and Business, p 257-275.
Hakkio S, Rush M, 1991, Is The Budget Deficit too Large, Economic Inquiry, p 429-445. Hamdi B, Hammami S, 2016, The Crisis of Sovereign Debt in the Euro Zone: Effect on the Banking Sector, Journal of knowledge economics, p 1-11.
Hamilton D, Flavin M, 1986. On the limitations of government borrowing: a framework for empirical testing, American Economic Reveue, p 353-373.
Hansen B, 2017, Regression kink with an unknown threshold, Journal of Business and Economic Statistics, p 228-240.
Herz B, Tong H, 2008, Debt and Currency Crises Complements or Substitutes? Review of International Economics, p 1-16.
Heylen F, Hoebeeck A, et Buyse T, 2013, Government efficiency, institutions, and the effects of fiscal consolidation on public debt, European Journal of Political Economy, p 40-59.
Hilscher J, Nosbusch Y, 2010, Determinants of Sovereign Risk: Macroeconomic Fundamentals and the Pricing of Sovereign Debt, Review of Finance, p 235-262.
Hodder E, 1982, Exposure to exchange-rate movements, Journal of International Economics, p 375–386.
Holtemöller O, Mallick S, 2016, Global food prices and monetary policy in an emerging market economy: the case of India, Asian Journal of Economics, p 56-70.
Huang W, Lin S, et Yang J, 2019, Institutional quality and sovereign credit default swap spreads, Journal of Futures Markets, p 1-18.
Islam N, 1995, Growth empirics: a panel data approach, Quarterly Journal of Economics, p 1127-1170.
Jalles J, 2011, The impact of democracy and corruption on the debt–growth relationship in developing countries, Journal of Economic Development, p 41-72.
Janeba E, Todtenhaupt M, 2018, Fiscal competition and public debt, Journal of Public Economics, p 47-61.
Jawadi F, Mallick S,et Sousa R, 2015, Fiscal and monetary policies in the BRICs: A panel VAR approach, Economic Modelling, p 1-8.
Jeanneret A, 2015, The Dynamics of Sovereign Credit Risk, Journal of Financial and Quantitative Analyses, p 963-985.
Jondeau E, 1992, La soutenabilité de la politique budgétaire, Economie et Prévision, p 1-17. Joya O, Sarmiento G, 2017, Sovereign risk and the real exchange rate: A non-linear approach, International Economics, p 1-14.
Juan S, Horacio S, et Emircan Y, 2018, Sovereign default and maturity choice, Journal of Monetary Economics, p 1-14.
Jun P, Kenneth S, 2008, Default and Recovery Implicit in the Term Structure of Sovereign CDS Spreads, The Journal of Finance, p 2345-2384.
Karmann A, Maltritz D, 2012, Sovereign Default Risk and Recovery Rates: What Government Bond Markets Expect for Greece, Review of International Economics, p 723-739.
Kaufmann D, Kraay A, et Mastruzzi M, 2008, The Worldwide Governance Indicators: Methodology and Analytical Issues, World Bank Policy Research, Paper 5430, Washington, D.C.
Kremers J, 1989, US federal indebtedness and the conduct of fiscal policy, Journal of Monetary Economics, p 219-238.
Khanfir W, 2017, Keynesian or Non-keynesian Effects of Fiscal Policy Changes: the Case of Tunisia, Journal of the Knowledge Economy, p 1-13.
Ko J-H, Morita H, 2015, Fiscal sustainability and regime shifts in Japan, Economic Modelling, p 364-375.
Kudrna G, Tran C, 2016, Comparing Budget Repair Measures for a Small Open Economy with Growing Debt, Journal of Macroeconomics, p 162-183.
Kumar M, Woo J, 2010, Public debt and growth, IMF Working Papers n° 10/174. Laffer, 2004, The Laffer curve: past, present and future, The Heritage Foundation.
Lan L, Chen C, Chuang S, 2015, Exchange rate risk management: What can we learn from financial crises? Economic Modelling, p 187-192.
Lee H al, 2015, Measuring sovereign credit risk using a structural model Approach, Review of Quantitative Finance and Accounting, p 1097-1128.
Levon B, Marco B, 2016, Political economy of debt and growth, Journal of Monetary Economics, p 36-51.
Lixiong Y, Jen-Je S, 2018, Debt and growth: Is there a constant tipping point? Journal of International Money and Finance, p 133-143
Loi de finances, 2018, Article 14 ; Révision des taux de l’impôt sur les sociétés, Journal Officiel de la République Tunisienne N° 104.
Loriana P, 2016, Sovereign credit risk, liquidity, and European Central Bank intervention: Deus machina? Journal of Financial Economics, p 86-115.
Lucio S, Taylor M, 2002, Purchasing power parity and the real exchange rate, International Monetary Fund Staff Papers, p 65-105.
Lura J et al, 2017, Debt spikes, blind spots, and financial stress, International Journal of Finance and Economics, p 421-437.
Mackiewicz-Lyziak J, Lyziak T, 2019, A new test for fiscal sustainability with endogenous sovereign bond yields: Evidence for EU economies, Economic Modelling, p 1-30.
Malliaropulos D, Migiakis P, 2018, The re-pricing of sovereign risks following the Global Financial Crisis, Journal of Empirical Finance, p 39-56.
Marco H, et al, 2017, The macroeconomic effects of monetary policy shocks under fiscal rules constrained by public debt sustainability, Economic Modelling, p 1-18.
Megersa K, Cassimon D, 2015, Public debt, economic growth, and public sector management in developing countries: is there a link? Public Administration and Development, p 329- 346.
Melecky M, 2012, Formulation of public debt management strategies: An empirical study of possible drivers, Economic Systems, p 218-234.
Mensi W, 2013, Quel taux d’endettement public optimal pour la Tunisie? Notes et analyses de l’IEQ, ITCEQ/N°22.
Missale A, Giavazzi F et Benigno P, 2002, How is the Debt Managed? Learning from Fiscal Stabilizations, The Scandinavian Journal of Economics, p 443-469.
Mohsin S, Khan J, et Saul Lizondo, 1987, Devaluation, Fiscal Deficits, and the Real Exchange Rate, The World Bank Economic Review, p 357- 374.
Moritz S, 2012, Public debt and financial crises in the twentieth century, European Review of History, p 881-897.
Moritz S, 2013, Public and Private Debt: The Historical Record (1870–2010), German Economic Review, p 191-207.
Nakatani R, 2017, Real and financial shocks, exchange rate regimes and the probability of a currency crisis, Journal of Policy Modeling, p 1-14.
Nautet M, Van L, 2011, Economic impact of the public debt, Economic Review, p1-13.
Neaime S, 2015, Twin deficits and the sustainability of public debt and exchange rate policies in Lebanon, Research in International Business and Finance, p 127-143.
Neaime S, Gaysset I, 2017, Sustainability of Macroeconomic Policies in Selected MENA Countries: Post Financial and Debt Crises, Research in International Business and Finance, p 1-31.
Neaime S, Gaysset I, et Badra N, 2017, The Debt Crisis: A Structural VAR Approach, Research in International Business, p 1-22.
Newberry S, 2013, Public sector reforms and sovereign debt management: Capital market development as strategy? Critical Perspectives on Accounting, p 1-17.
Ngene G et al, 2017, Asymmetric and nonlinear dynamics in sovereign credit risk markets, Journal of Futures Markets, p 563-585.
OCDE, 2018, Études économiques de l’OCDE : Tunisie 2018, Éditions OCDE, Paris. Omrane S, Belguith F, et Gabsi B, 2017, Public Debt Sustainability in Tunisia: Empirical
Evidence Estimating Time-Varying Parameters, Journal of knowledge Economics, p 1-11.
Panizza U, Presbitero A, 2014, Public debt and economic growth: Is there a causal effect? Journal of Macroeconomics , p 21-41.
Panizza U, Persbitero A , 2013, Public Debt and Economic Growth in Advanced Economies: A Survey, Swiss Journal of Economics and Statistics, p 175-204
Paret A, 2017, Debt sustainability in emerging market countries: Some policy guidelines from a fan-chart approach, Economic Modelling, p 26-45.
Park S, 2016, Understanding Public Sector Debt: Financial Vicious Circle under the Soft Budget Constraint, Public Organization Review, p 71-92.
Pham A, 2017, Are global shocks leading indicators of currency crisis in Viet Nam? Research in International Business and Finance, p 605-615.
Quintos E, 1995, Sustainability of the deficit process with structural shifts, Journal of Business and Economic Statistics, p 409-417.
Rajhi T, 2012, soutenabilité de la dette publique en Tunisie, la lettre du cercle des économistes de Tunisie, lettre numéro 5.
Reinhart, C, Rogoff, K, et Rogoff, M, 2003, Debt intolerance, BPEA, p 1-62.
Reinhart C, Rogoff K, 2008, This time is different: a panoramic view of eight centuries of financial crises, NBER working paper, N°13882
Reinhart C, Reinhart R, 2015, Financial Crises, Development, and Growth: A Long-term Perspective, The World Bank Economic Review, p 53-76.
Roberge I, Jesuit K, 2012, Making public management work in the global economy: lessons from Europe and North America, International Journal of Public Sector Management, p 421-427.
Rodríguez M, Dandapani K, et Lawrence R, 2018, Measuring Sovereign Risk: Are CDS Spreads Better than Sovereign Credit Ratings? Financial Management, p 1-28.
Shleifer A, Vishny R, 1993, Corruption, Quarterly Journal of Economics, p 599-617.
Stasavage D, 2016, What we can learn from the early history of sovereign debt, Explorations in Economic History, p 1-16.
Solow R, 1956, A Contribution to the Theory of Economic Growth, Quarterly Journal of Economics, p 65-94.
Tommaso M, Perotti R, 2010, Fiscal Policy the Real Exchange Rate and Traded Goods, Economic Journal, p 437-461.
Trehan B, Walsh E, 1988, Common Trends, Inter-temporal Budget Balance, and Revenue Smoothing, Journal of Economic Dynamics and Control, p 425-444.
Wallich H, 1946, Debt Management as an Instrument of Economic Policy, The American Economic Review, p 292-310.
Wang L, 2017, Monetary-fiscal policy interactions under asset purchase programs: Some comparative evidence, Economic Modelling, p 1-14.
Wheeler G, 2004, Sound Practice in Government Debt Management, World Bank, Washington, DC.
Wijnbergen S, France A, 2012, Assessing Debt Sustainability in a Stochastic Environment: 200 Years of Dutch Debt and Deficit Management, De Economist, p 219-236.
Wilcox W, 1989, The sustainability of government deficits: implications of the present-value borrowing constraint, Journal of Money Credit and Banking, p 291-306.
Younsi M, Nafla A, 2017, Financial stability, monetary policy, and economic growth: panel data evidence from developed and developing countries, Journal of the Knowledge Economy, p 1-23.

Année Pas d’ajustement budgétaire Réforme structurelle sans ajustement budgétaire Ajustement budgétaire graduel Réforme structurelle avec ajustement budgétaire graduel
2000 56.07 56.07 56.07 56.07
2001 56.47 56.47 56.47 56.47
2002 55.93 55.93 55.93 55.93
2003 55.02 55.02 55.02 55.02
2004 53.85 53.85 53.85 53.85
2005 52.42 52.42 52.42 52.42
2006 48.56 48.56 48.56 48.5
2007 45.78 45.78 45.78 45.78
2008 43.29 43.29 43.29 43.29
2009 42.93 42.93 42.93 42.93
2010 40.66 40.66 40.66 40.66
2011 44.62 44.62 44.62 44.62
2012 44.66 44.66 44.66 44.66
2013 46.58 46.58 46.58 46.58
2014 50.82 50.82 50.82 50.82
2015 55.40 55.40 55.40 55.40
2016 61.90 61.90 61.90 61.90
2017 63.56 63.56 63.49 63.49
2018 65.29 65.09 64.75 64.70
2019 67.08 66.63 65.71 65.55
2020 68.95 68.19 66.36 66.05
2021 70.87 69.76 66.72 66.21
2022 72.78 71.25 66.75 66.00
2023 74.65 72.67 66.81 65.78
2024 76.49 74.01 66.88 65.53
2025 78.29 75.26 66.97 65.25
2026 80.06 76.44 67.06 64.93
2027 81.80 77.54 67.16 64.58
2028 83.50 78.56 67.26 64.20
2029 85.17 79.51 67.36 63.77
2030 86.80 80.38 67.46 63.31
2031 88.41 81.19 67.56 62.81
2032 89.98 81.92 67.66 62.28
2033 91.52 82.59 67.76 61.71
2034 93.02 83.19 67.85 61.10
2035 94.50 83.72 67.95 60.47
2036 95.94 84.20 68.04 59.80
2037 97.36 84.61 68.13 59.09
2038 98.74 84.96 68.22 58.36
2039 100.10 85.25 68.31 57.59
2040 101.42 85.49 68.39 56.80

: Test de stationnarité ADF du ratio de la dette intérieure par rapport au PIB

Modèle avec constant et trend

0.096>1% le trend est non significative, nous passons à la deuxième étape.

Modèle avec constante

0.018>1% la constante est non significative, nous passons à l’étape suivante.

Modèle sans constante

blank

0.489> -2.649 donc nous acceptons H0 ; la série est non stationnaire.

: Test de stationnarité ADF du ratio du déficit budgétaire par rapport au PIB

Modèle avec constante et trend

blank

0.274>1% donc le trend est significatif, nous passons à la deuxième étape.

Modèle avec constante

blank

0.052>1% la constante est non significatif, nous passons à l’étape suivante.

Modèle sans constante

blank

-0.668>-2.649 H0 est acceptée, la série est non stationnaire pour un degré de confiance de 1%.

: Test de stationnarité ADF du ratio des dépenses publiques par rapport au PIB

Modèle avec constante et trend

blank

0.204>1% Le trend est non significatif, nous passons à la deuxième étape.

Modèle avec constante

blank

0.022>1% la constante est non significatif, nous passons à l’étape suivante.

Modèle sans constante

blank

-1.006>-2.649 H0 est acceptée la série est non stationnaire au seuil de confiance de 1%.

B.4: Test de stationnarité ADF en première différenciation du ratio de dépenses publiques par rapport au PIB

Modèle avec trend et constant

blank

0.416>1% le trend est non significatif, nous passons à la deuxième étape.

Modèle avec constante

blank

0.563>1% la constante est non significatif, nous passons à l’étape suivante.

Modèle sans constant

blank

-8.003<-2.650 H0 est rejetée la série est stationnaire au seuil de confiance de 1%

: Test de stationnarité ADF du ratio des recettes publiques par rapport au PIB

Modèle avec constant et trend

blank

>1% le trend est non significatif, nous passons à la deuxième étape.

Modèle avec constante

blank

>1% La constante est non significatif, nous passons alors à l’étape suivante.

Modèle sans constante

blank

-1.459>-2.649 H0 est acceptée la série est non stationnaire au seuil de confiance de 1%.

: Test de stationnarité ADF en première différenciation du ratio de recettes publiques par rapport au PIB

Modèle avec constante et trend

blank

0.869>1% le trend est non significatif, nous passons à la deuxième étape.

Modèle avec constante

blank

0.29>1% Le constante est non significatif, nous passons à l’étape suivante.

Modèle sans constante

blank

-7.093<-2.650 H0 est rejetée la série est alors stationnaire au seuil de confiance de 1%.

: Test de causalité au sens de Granger

Détermination du nombre de retard

Modèle VAR (1)

blank

Modèle VAR (2)

blank

Le calcul de critère d’information AIC est :

AIC (1) = -10.100

AIC (2) = -9.856

AIC (1) < AIC (2) donc le retard retenu est 1 (le minimum de AIC).

Test de causalité

blank

0.493>1% et 0.196>1% aucune des deux séries différenciées n’est influencées au sens de Granger par l’autre.

Test de cointégration

Estimation de relation à long terme (MCO)

blank

R(PIB)= -0.461294+1.097431 G(PIB) + 𝜀

Test de stationnarité ADF sur les résidus estimés

Modèle avec constante et trend

blank

0.162>1% le trend est non significatif, nous passons alors à la deuxième étape.

Modèle avec constante

blank

<1% la constante est significatif pour un seuil de 1%. Nous appliquons directement le test ADF : -3.003> -3.702, H0 est acceptée, par conséquent le résidu est non stationnaire. Par suite nous acceptons l’hypothèse nulle de non cointégration entre les dépenses et les recettes.

B.8 : Test de stationnarité ADF appliqué à la dette extérieure

Modèle avec constante et trend

blank

0.343>1%, le trend est non significatif, nous passons à l’étape suivante.

Modèle avec constante

blank

0.031>1%, la constante aussi est non significatif, nous passons à l’étape suivante.

Modèle sans constante

blank

Nous constatons que -0.717 >-2.655 H0 est acceptée donc la dette extérieure est non stationnaire au seuil de 1%.

B.9 : Test de stationnarité ADF de balance commerciale

Modèle avec constante et trend

blank

0.107>1%, le trend est non significatif, nous passons à l’étape suivante.

Modèle avec constante

blank

0.005<1% la constante est significatif nous s’arrêtons à cette étape, -5.211< -3.712 H0 est rejetée, la série est stationnaire.

B.10 : Test de cointégration entre les exportations et les importations

Test de stationnarité des exportations

Modèle avec constante et trend

blank

0.035>1% le trend est non significatif, nous passons alors à l’étape suivante.

Modèle avec constante

blank

0.003<1% la constante est significatif. -5.332< -3.716 H0 est rejetée, la série est stationnaire.

Test de stationnarité ADF des importations

Modèle avec constante et trend

blank

0.050>1% le trend est non significatif, nous passons à l’étape suivante.

Modèle avec constante

blank

0.003<1% la constante est significatif. -5.307<-3.716 H0 est rejetée la série est stationnaire.

: Statistiques descriptives des taux de change

blank

: Matrice de corrélation des taux de change

blank

: Test de stationnarité ADF des rendements des taux de changes

Test de stationnarité de rendement du dollar

Modèle avec constante et trend

blank

0.366>1% le trend est alors non significative, nous passons à la deuxième étape.

Modèle avec constante

blank

La constante est significative au seuil1%. -37.277< -3.430 nous rejetions H0, la série est donc stationnaire.

Test de stationnarité de rendement de l’euro

Modèle avec constante et trend

blank

0.019>1%, le trend est non significative, nous passons alors à l’étape suivante.

Modèle avec constante

blank

La constante est significative au seuil de 1%. -38.974<-3.430 nous rejetions H0, la série est stationnaire.

Test de stationnarité de rendement du yen

Modèle avec constante et trend

blank

0.019>1% le trend est non significative, nous passons à l’étape suivante.

Modèle avec constante

blank

0.105>1% la constante est non significative, nous passons à l’étape suivante.

Modèle sans constante

blank

-46.770 <-2.580 nous rejetions H0, la série est stationnaire au seuil de 1%.

: Test de normalité des rendements

blank

Les trois W sont proche de 1 donc nous acceptons H0, les rendements suivent une loi normale.

: Evolution de rendement du dollar

blank

: Evolution de rendement de l’euro

blank

: Evolution de rendement du yen

blank

: Application de la VAR paramétrique

Statistiques descriptives des rendements

blank

Matrice de corrélation des rendements

blank

Les Etapes de calcul

Etape 1

Le risque V(%) La matrice de corrélation Structure de la dette extérieure
𝜎𝑈𝑆𝐷

(𝜎𝐸𝑈𝑅 )

𝜎𝐽𝑃𝑌

0.635

(0.460)

1.342

1 −0.1993 0.1124

(−0.1993 1 −0.0221)

0.1124 −0.0221 1

223

(550)

113

Etape 2

(𝑳𝑷)′ M (LP) Résultat
0.635 0 0

( 0 0.460 0 )

0 0 1.342

1 −0.1993 0.1124

(−0.1993 1 −0.0221)

0.1124 −0.0221 1

0.635 0 0

( 0 0.460 0 )

0 0 1.342

blank
𝒀′ (𝑳𝑷)′M(LP) Y Résultat
(223 550 113) blank 223

(550)

113

95908.7367

3.09691 Millions de dinar par jour

Etape 3

[(𝑳𝑷)′M(LP)] Y 𝑽𝑨𝑹−𝟐 𝜷 YVAR Résultat 𝜷 YVAR
68,7242151

101,856304

217,365219

1

95908.7367

0.000716

0.001062

0.002266

223(3.097)

( 550(3.097) )

113(3.097)

0.49449

1.80896

0.79301

VAR individuel (|𝑌|𝑉) VAR décomposé

(𝛽YVAR)

En pourcentage
USD 1.416 0.49449 15.98%
EUR 2.53 1.80896 58.42%
JPY 1.516 0.79301 25.6%
Non diversifiée 5.462
Diversifié 3.09646 100%

Table des matières :

Introduction Générale… 1
Chapitre 1 : Analyse de la dette publique en Tunisie 3
Section 1 : La dette publique ; définition, historique et relation avec la croissance économie 3
I. Définition 3
II. Historique de la dette publique 4
III. Relation entre dette publique et croissance économique 5
III.1 Optimalité de la dette publique 7
III.2 Les mesures de l’optimalité 8
Section 2 : La politique budgétaire ; définition, types et limites 8
I. Définition 8
II. Les types de la politique budgétaire 9
II.1 Politique budgétaire expansionniste 9
II.2 Politique budgétaire restrictive 10
III. Les limites de la politique budgétaire 10
III.1 Effet d’éviction 10
III.2 Effet Laffer 10
III.3 Effet Ricardo Baro 11
III.4 Les limites d’une économie ouvertes 11
III.5 Effet boule de neige 11
Section 3 : Evolution de la dette publique en Tunisie de 1986 à 2018 11
I. Evolution de la dette de 1986 à 2002 12
II. Evolution de la dette de 2003 à 2010 13
III. Evolution de la dette de 2011 à 2018 14
Section 4 : Evolution de la dette publique en Tunisie de 2019 à 2040 ; Analyse théorique 16
I. Premier scénario : Evolution de la dette sans ajustement 16
II. Deuxième scénario : Réforme structurelle sans ajustement budgétaire 18
III. Troisième scénario : Ajustement budgétaire graduel sans réforme structurelle 19
IV. Quatrième scénario : Réforme structurelle avec ajustement budgétaire graduel………20
Chapitre 2 : Soutenabilité de la dette publique en Tunisie : Evaluation théorique et empirique 23
Section 1 : La soutenabilité ; définition, conditions et types 23
I. Définition… 23
I.1 Relation entre soutenabilité et solvabilité 24
I.2 Relation entre soutenabilité et croissance économique 24
II. Les conditions de la soutenabilité 25
II.1 La contrainte budgétaire inter-temporelle 25
II. 2 La condition de transversalité… 26
III. La condition de transversalité… 28
Section 2 : Les approches d’étude 29
I. Approche comptable 29
II. Approche économétrique 30
II.1 Le test de stationnarité 31
II.2 Le test de cointégration 32
II.3 Analogies des deux tests 33
Section 3 : La soutenabilité en Tunisie ; Validation empirique 34
I. Soutenabilité de la dette extérieure 35
I.1 Test de stationnarité ADF 35
I.1.1 Test de stationnarité ADF la dette intérieure par rapport au PIB 36
I.1.2 Test de stationnarité ADF du déficit budgétaire par rapport au PIB 38
I.2 Test de cointégration entre les recettes et les dépenses publiques 39
I.2.1 Test de stationnarité ADF des dépenses par rapport au PIB 39
I.2.2 Test de stationnarité ADF des recettes par rapport au PIB 40
I.2.3 Les étapes de test de cointégration entre deux variables 41
a- Test de causalité « au sens de Granger » 41
b- Estimation à long terme 42
c- Test ADF des résidus 42
II. Soutenabilité de la dette extérieure 43
II. 1 Test de stationnarité ADF 43
II.1.1 Test de stationnarité ADF la dette extérieure par rapport au PIB 43
II.1.2 Test de stationnarité ADF du solde commercial par rapport au PIB…44
II.2 Test de cointégration entre les exportations et les importations 45
II.2.1 Test de stationnarité ADF des exportations par rapport au PIB 45
II.2.2 Test de stationnarité ADF des importations par rapport au PIB 46
III. Argumentation et interprétation des résultats 46
Chapitre 3 : Gestion de la dette publique en Tunisie 49
Section 1 : Stratégies de la gestion de la dette publique 49
I. Importance d’une gestion de la dette publique 49
II. Objectifs de la gestion de la dette publique 51
Section 2 : La Gestion de la dette publique et de la politique économique 52
I. Gestion de la dette publique en tant que contrainte aux politiques économiques 52
II. Gestion de la dette publique en tant qu’un instrument d’appui aux politiques économiques 52
II.1 Politique budgétaire et gestion de la dette 53
II.2 Politique monétaire et gestion de la dette 53
II.3 Gestion de la dette et qualité du secteur public 54
Section 3 : La gestion des risques financiers 54
I. Risque de refinancement 55
I.1 Gestion du risque de refinancement 56
I.1.1 La part de la dette à court terme 56
I.1.2 La maturité moyenne 57
I.1.3 La diversification des moyens de financement 57
II. Risque de taux d’intérêt 58
II.1 Le marché intérieur 58
II.2 Le marché extérieur 58
II.3 Gestion du risque de taux d’intérêt 59
III. Risque de crédit 59
III.1 Gestion du risque de crédit 59
IV. Risque de change 60
IV.1 Gestion du risque de change 60
IV.1.1 La méthode de couverture naturelle 60
IV.1.2 La méthode basée sur les produits dérivées… 61
Section 4 : Exposition de la dette publique au risque de change ; Investigation empirique …61
I. Statistiques descriptives du taux de change 61
II. Estimation de la Value at Risque du portefeuille de la dette publique 63
II.1 Test de stationnarité 63
II.2 Test de linéarité 64
II.3 Test de normalité 65
II.4 La VAR paramétrique 65
II.4.1 Etape 1 65
a. Le vecteur risque 65
b. Matrice de corrélation des rendements 66
c. La variation de la dette 66
II.4.2 Etape 2 67
II.4.3 Etape 3 67
III. Interprétation 67
III.1 Les causes d’augmentation de risque de change 69
III.2 Gestion de la dette publique 70
Conclusion Générale… 72


Abonnez-vous!
Inscrivez-vous gratuitement à la Newsletter et accédez à des milliers des mémoires de fin d’études !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Do NOT follow this link or you will be banned from the site!